Sourdon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sourdon (ruisseau).
image illustrant une commune de la Somme
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Somme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Sourdon
Mairie-école.
Mairie-école.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Montdidier
Canton Ailly-sur-Noye
Intercommunalité Communauté de communes Avre-Luce-Noye
Maire
Mandat
Jacky Szyroki
2014-2020
Code postal 80250
Code commune 80740
Démographie
Population
municipale
289 hab. (2014)
Densité 56 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 42′ 39″ nord, 2° 23′ 54″ est
Altitude Min. 93 m – Max. 149 m
Superficie 5,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Sourdon

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Sourdon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sourdon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sourdon

Sourdon est une commune française, située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

À une dizaine de kilomètres au nord-est de Breteuil, le village est à plus de vingt kilomètres au sud-est d'Amiens.

Le territoire est composé des couches argileuses du fertile limon des plateaux. La nappe d'eau utlisée par les habitants en 1899 est située à 80 m de profondeur. Le village a été estimé, à tort, à une époque, le plus élevé de Picardie[1].

Les eaux de ruissellement empruntent majoritairement le vallon d'Ainval et rejoignent l'Avre sur Braches[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Parmi les formes anciennes, il est relevé, entre autres, Surdon en 1105, Surdu en 1164, Sordon en 1234 et Sourdon en 1258. Le nom du village pourrait venir du mot celtique dun, signe d'une situation élevée[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Des silex taillés et des poteries anciennes ont été découvertes sur le territoire.

Une voie romaine traversait le village[1].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au nord-ouest du village un important souterrain a été relevé. On le dénomme localement sous l'appellation fort et aurait servi de refuge lors des guerres[1].

Dès 1105, le village a son église. Elle est remplacée au XVe siècle par un autre édifice caractérisé par ses sculptures de têtes grotesques[1].

Temps modernes[modifier | modifier le code]

En 1568, le village, possédé par le prince de Condé, est confisqué pour cause d'hérétisme[1].

En 1636, quand les Espagnols brûlent le village et l'église, les religieux bénédictins de l'abbaye de Moreuil sont les représentant locaux du clergé[1].

Sous Louis XIV, la chapelle saint-Aubin est érigée[1].

Les lieu-dits la justice, vers la Justice, le fief Torlier rappellent l'administration féodale[1].

En 1680, le village a déjà son école[1].

Les familles Pingré, Le Boucher et de Mailly détiennent la seigneurie de 1710 à la Révolution[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 2014 Claude Ennecent[2]    
2014[3] en cours
(au 6 mai 2014)
Jacky Szyroki    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 289 habitants, en augmentation de 3,21 % par rapport à 2009 (Somme : 0,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
323 296 320 327 324 296 296 318 307
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
292 296 320 301 290 251 280 284 264
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
258 254 242 225 270 270 224 237 241
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
244 225 243 267 264 257 281 286 289
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006 [7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune fait partie d’un regroupement pédagogique intercommunal réunissant 9 communes. La maternelle se situe à Quiry-le-Sec et Coullemelle ; les classes élémentaires à Grivesnes et Sourdon. Les collégiens se rendent à Ailly-sur-Noye, Montdidier et Moreuil et les lycéens vers Montdidier et Amiens. La communauté de communes gère la compétence pour les transports scolaires.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l Notice géographique et historique réalisée par l'instituteur, Julien Robillart, 1899, archives départementales de la Somme.
  2. [xls] « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr,‎ (consulté le 6 avril 2009)
  3. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ (consulté le 9 juin 2014)
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .