Flers-sur-Noye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Flers-sur-Noye
Flers-sur-Noye
Salle communale.
Blason de Flers-sur-Noye
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Montdidier
Intercommunalité Communauté de communes Avre Luce Noye
Maire
Mandat
Joël Beaumont
2020-2026
Code postal 80160
Code commune 80315
Démographie
Gentilé Florigeois
Population
municipale
507 hab. (2018 en augmentation de 2,63 % par rapport à 2013)
Densité 109 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 44′ 00″ nord, 2° 15′ 14″ est
Altitude Min. 113 m
Max. 159 m
Superficie 4,65 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Amiens
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Ailly-sur-Noye
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Flers-sur-Noye
Géolocalisation sur la carte : Somme
Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Flers-sur-Noye
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Flers-sur-Noye
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Flers-sur-Noye
Liens
Site web flers-sur-noye.fr

Flers-sur-Noye est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Desservie par la RD 1001, l'ancienne RN 1, Flers-sur-Noye voit son territoire limité par l'A16 à l'ouest.

Contrairement à ce qu'on pourrait croire, la Noye ne passe pas dans le village mais à sept kilomètres de là[1].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Flers-sur-Noye est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Amiens, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 369 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (83,4 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (89 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (83,4 %), zones urbanisées (12,1 %), forêts (4,6 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village tirerait son nom de « Flexus », la haie entrelacée défendant la propriété contre les agressions extérieures[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château de Flers-sur Noye[10], construit en 1740 pour Pierre-Louis du Bos, a été occupé par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale. Des Français y ont été maintenus en détention. Un incendie l'a complètement détruit[11],[12].

La commune a été décorée de la Croix de guerre 1939-1945 avec étoile de bronze[13].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Montdidier du département de la Somme. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la quatrième circonscription de la Somme.

Elle fait partie depuis 1793 du canton d'Ailly-sur-Noye[14], qui a été modifié et agrandi dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes du Val de Noye, créée par un arrêté préfectoral du [15], et qui succèdait, conformément aux dispositions de la Loi Chevènement, au district du Val de Noye, créé en 1994.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, la préfète de la Somme propose en octobre 2015 un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) prévoyant la réduction de 28 à 16 du nombre des intercommunalités à fiscalité propre du département.

Après des hypothèses de regroupement des communautés de communes du Grand Roye (CCGR), du canton de Montdidier (CCCM), du Santerre et d’Avre, Luce et Moreuil[16], la préfète dévoile en octobre 2015 son projet qui prévoit la « des communautés de communes d’Avre Luce Moreuil et du Val de Noye », le nouvel ensemble de 22 440 habitants regroupant 49 communes[17],[18]. À la suite de l'avis favorable des intercommunalités[19] et de la commission départementale de coopération intercommunale en janvier 2016[20] puis des conseils municipaux et communautaires concernés, la fusion est établie par un arrêté préfectoral du 22 décembre 2016[21], qui prend effet le .

La commune est donc désormais membre de la communauté de communes Avre Luce Noye (CCALN).

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[22]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1977 1989 Louis Liénard    
mars 1989 21 mars 2005[23] Jean-Louis Justin   Démissionnaire
21 mars 2005[23] mars 2008 Georgette Chevalier   Directrice retraitée de restaurant universitaire
mars 2008[24] En cours
(au 14 décembre 2020)
Joël Beaumont DVD[25] Retraité d'Enedis
Réélu pour le mandat 2020-2026[26],[27]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La commune compte deux éoliennes de 150 m de hauteur et d'une puissance maximale de 2 MW mises en service le 14 juin 2017 et qui dépendent du parc éolien du Quint de la société belge Elicio, qui s’étend sur Lawarde-Mauger-l'Hortoy, Fransures et Flers-sur-Noye[28]. Les mesures compensatoires de ces machines ont permis à la commune de financer la réhabilitation de la mare, située sur le côté de l'église, et qui permet, outre son aspect esthétique, de contribuer à la régulation des eaux de ruissellement[29].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[30]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[31].

En 2018, la commune comptait 507 habitants[Note 3], en augmentation de 2,63 % par rapport à 2013 (Somme : −0,18 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
528488547498536539572529515
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
490486466418406416380332319
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
304292269202229197212213219
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
210223220247299342358361461
2017 2018 - - - - - - -
506507-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[32].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre.
  • Église Saint-Pierre[33], en pierres blanches, avec un chevet à trois pans sans fenêtres. Le portail et le clocher ont été réédifiés en 1898[10]. L'autel du XVIIIe siècle est surmonté d'un retable sculpté du XVIIe siècle[34],[12]. L'église contient divers autres aménagements, œuvres-d'art et objets cultuels du XVIIIe siècle également classés aux monuments historiques.
  • Grotte Notre-Dame-de-Lourdes, sur la route Amiens - Beauvais[1].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

L'ancien capitaine et entraîneur de l'Amiens Sporting Club Football, Jean-Louis Delecroix, habite Flers-sur-Noye. Il est le père de Paul Delecroix qui évolue depuis 2018 au FC Metz au poste de gardien de but.

Activités associatives, culturelles, festives et sportives[modifier | modifier le code]

Station météo amateur[35].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Flers-sur-Noye Blason
D'or au chevron engrêlé de sinople[36].
Ornements extérieurs
Croix de guerre 1939-1945
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, imp. Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 206 (ASIN B000WR15W8).
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 5 avril 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Amiens », sur insee.fr (consulté le 5 avril 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 5 avril 2021).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 22 mai 2021)
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 22 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Panneau informatif d'Essertaux.
  10. a et b « Cartes postales anciennes : A) Flers-sur-Noye (Somme) B) Flers-sur-Noye - Eglise Saint-Pierre C) Environs d'Ailly-sur-Noye - Château de Flers-sur-Noye (côté sud) (collection Chedozeau à Ailly-sur-Noye. F. P. photo). », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville (consulté le 24 septembre 2017).
  11. « ...de châteaux, Flers-sur-Noye », Une somme de ..., La Somme de Tef, (consulté le 24 septembre 2017).
  12. a et b « Flers sur Noye », sur http://www.valdenoye.com, (consulté le 24 septembre 2017).
  13. Décret du 11 novembre 1948.
  14. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. « CC du Val de Noye (N° SIREN : 248000523) », Fiche BANATIC, Ministère de l'intérieur, (consulté le 10 septembre 2017).
  16. Cécile Latinovic, « HAUTE-SOMME Moreuil exclue des projets de fusions intercommunaux? », Le Courrier picard, édition du Santerre,‎ (lire en ligne).
  17. « Coopération intercommunale : La préfète présente un nouveau schéma départemental » [doc], Communiqué de presse, Préfecture de la Somme, (consulté le 15 mai 2016).
  18. Vincent Fouquet et Cécile Latinovic, « Haute-Somme : La nouvelle carte du territoire fait réagir les présidents : La révélation de la nouvelle carte du département, et des découpages des intercommunalités fait réagir les présidents, qui sont majoritairement satisfaits », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  19. Carlos Da Silva, « Intercommunalité - Moreuil accepte l’idée de fusionner avec le Val de Noye, mais veut voir plus grand : Les élus de la CCALM (Communauté de communes Avre, Luce et Moreuil) ont validé le projet de fusion avec Ailly-sur-Noye, mais veulent aussi étudier l’idée d’un rapprochement plus élargi, avec notamment Montdidier et Roye », Le Courrier picard, édition du Santerre,‎ (lire en ligne).
  20. « Somme, la CDCI valide des projets de fusion d’ECPI », Décideurs en région,‎ (lire en ligne).
  21. « Arrêté préfectoral du 22 décembre 2016 portant création de la communauté de communes Avre Luce Noye issue de la fusion de la communauté de communes Avre Luce Moreuil et de la communauté de communes du Val de Noye à compter du  » [PDF], Préfecture de la Somme (consulté le 15 août 2017).
  22. « Les maires de Flers-sur-Noye », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 24 septembre 2017).
  23. a et b Henry Dargen, « L'ancien maire du village est décédée ce week-end : Connue sous le nom de Georgette Chevalier, Georgette Mercier née Dumouchel, est décédée d'une crise cardiaque ce week-end à l'âge de 69 ans. », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 14 juin 2014) « Première adjointe du maire du village, de 2001 à 2005, date à laquelle elle a été élue maire après la démission du maire pour raison de santé, Georgette Mercier née Dumouchel, connue sous le nom de Georgette Chevalier, est décédée (...) Battue aux élections en 2008, Georgette Chevalier a conservé de bons rapports avec son challenger, Joël Beaumont, maire actuel ».
  24. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 30 août 2008).
  25. « Extrait de la fiche de M. Joël Beaumont », sur http://www.lesbiographies.com, (consulté le 24 septembre 2017).
  26. « La CCALN, c'est Dallas  » - Joël Beaumont annonce ... et dénonce : Le maire, qui a annoncer briguer un nouveau mandat, s'est montré très critique à l'encontre de l'intercommunalité locale », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3588,‎ 5/2/1/2020, p. 23.
  27. « Compte rendu du conseil municipal du 26 mai 2020 à 20 h », Conseils municipaux, sur https://www.flers-sur-noye.fr (consulté le 6 janvier 2021).
  28. Thierry Griois, « Le parc éolien du Quint inauguré dans le canton d’Ailly-sur-Noye : Trois communes ont officiellement accueilli neuf nouveaux aérogénérateurs », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 24 septembre 2017).
  29. E.D.C., « La mare de Flers-sur-Noye réhabilitée grâce au parc éolien : Les mesures compensatoires versées par la société Elicio ont permis de réaliser de gros travaux d’entretien », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 24 septembre 2017).
  30. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  31. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  32. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  33. Oswald Macqueron, « Aquarelle : Église de Flers, d'après nature, 1877 », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville (consulté le 24 septembre 2017).
  34. « Maître-autel, gradins, tabernacle, exposition, retable, tableau : Jésus parmi les Docteurs », notice no PM80000622, base Palissy, ministère français de la Culture.
  35. La météo de Flers-sur-Noye en temps réel mesurée par une station amateur.
  36. « 80315 Flers-sur-Noye (Somme) », sur armorialdefrance.fr (consulté le 12 décembre 2020).