Sauvillers-Mongival

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sauvillers-Mongival
Monument aux morts.
Monument aux morts.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Montdidier
Canton Ailly-sur-Noye
Intercommunalité Communauté de communes Avre-Luce-Noye
Maire
Mandat
Gilles Peltiez
2014-2020
Code postal 80110
Code commune 80729
Démographie
Gentilé Sauvillois
Population
municipale
177 hab. (2015 en diminution de 4,84 % par rapport à 2010)
Densité 34 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 43′ 32″ nord, 2° 28′ 15″ est
Altitude Min. 49 m
Max. 111 m
Superficie 5,18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Sauvillers-Mongival

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Sauvillers-Mongival

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sauvillers-Mongival

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sauvillers-Mongival

Sauvillers-Mongival est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Ses habitants sont les Sauvillois et les Sauvilloises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le village de Sauvillers-Mongival est situé sur la route départementale D 83 entre Ailly-sur-Noye, Moreuil et Montdidier. Il comprend six rues :

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Mongival était jadis un hameau, son nom vient du lieu ruiné par les Espagnols durant le siège de Corbie en 1636. En 1178, la cité portait le nom de Serpentwiler[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village est devenu une cité à partir du XIIe siècle[réf. nécessaire]. La seigneurie fut achetée en 1393 par le sire de Raineval et suivit alors le sort de la châtellenie[réf. nécessaire].

Première Guerre mondiale

Le village se trouve à l'arrière, lors de la bataille de la Somme de 1916[1],[2], et dans la zone des combats de l'offensive du printemps 1918 puis de la bataille d'Amiens[3],[4],[5].

À la fin de la Première Guerre mondiale, le village est considéré comme détruit[6],[7],[8],[9],[10], seules trois maisons demeurèrent debout.

En juillet 1918, le village a été libéré par les forces françaises du 87e régiment d'infanterie. Il a été décoré de la Croix de guerre 1914-1918 le [11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Montdidier du département de la Somme. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la quatrième circonscription de la Somme.

Elle fait partie depuis 1801 du canton d'Ailly-sur-Noye[12], qui a été modifié et agrandi dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes du Val de Noye, créée par un arrêté préfectoral du [13], et qui succèdait, conformément aux dispositions de la loi Chevènement, au district du Val de Noye, créé en 1994.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, la préfète de la Somme propose en octobre 2015 un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) prévoyant la réduction de 28 à 16 du nombre des intercommunalités à fiscalité propre du département.

Après des hypothèses de regroupement des communautés de communes du Grand Roye (CCGR), du canton de Montdidier (CCCM), du Santerre et d'Avre, Luce et Moreuil[14], la préfète dévoile en octobre 2015 son projet qui prévoit la « des communautés de communes d’Avre Luce Moreuil et du Val de Noye », le nouvel ensemble de 22 440 habitants regroupant 49 communes[15],[16]. À la suite de l'avis favorable des intercommunalités[17] et de la commission départementale de coopération intercommunale en janvier 2016[18] puis des conseils municipaux et communautaires concernés, la fusion est établie par un arrêté préfectoral du 22 décembre 2016[19], qui prend effet le .

La commune est donc désormais membre de la communauté de communes Avre Luce Noye (CCALN).

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[20]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1995 2008 Christiane Depentis    
2008[21] en cours
(au 6 mai 2014)
Gilles Peltiez   Réélu pour le mandat 2014-2020[22]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[24].

En 2015, la commune comptait 177 habitants[Note 1], en diminution de 4,84 % par rapport à 2010 (Somme : +0,2 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
343 338 225 322 322 281 303 309 316
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
321 309 297 289 278 263 234 235 250
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
249 234 226 71 178 169 163 172 176
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
154 164 133 148 164 179 191 186 176
2015 - - - - - - - -
177 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les enfants de la commune sont scolarisés par un regroupement pédagogique intercommunal (RPI) qui se transforme en 2017-2018 afin de prendre en compte la croissance des effectifs en un regroupement pédagogique concentré (RPC) bipolaire, qui accueillera les enfants de Mailly-Raineval, Sauvillers-Mongival, Aubvillers, Thory, Louvrechy et Rouvrel dans deux sites, à Louvrechy pour la moitié des élèves, soit une soixantaine de la petite section de maternelle au CP, les autres étant scolarisés à Louvrel. La construction des nouveaux locaux a lieu en 2017-2018 et l'ancienne école, qui ne comptait qu'une classe, est transformée pour servir de cantine et de cuisine[26],[27].

Manifestations culturelles et festives[modifier | modifier le code]

La fête communale a lieu le second dimanche de juin[réf. nécessaire].

Économie[modifier | modifier le code]

Sauvillers-Mongival est un village rural à vocation essentiellement agricole. Le bois, les céréales, la betterave, le fourrage ainsi que la chasse ont fait naguère vivre les Sauvillois. Une coopérative agricole existe toujours. En 1938, on dénombrait onze fermes et deux cafés[réf. nécessaire].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin, dont la statue en bois créée en 1752 se trouve à l'intérieur de l'édifice religieux, datait du XIXe siècle[28]. Elle fut démolie pendant la Première Guerre mondiale et reconstruite en 1918. Elle contient une statue d'un saint évêque en bois peint de 1752[29]

En juillet 1918, le village a été libéré par les forces françaises du 87e régiment d'infanterie. Depuis 1959, une plaque commémorative a été apposée sur un des murs du clocher afin de rappeler le sacrifice des soldats du 87e régiment d'infanterie qui ont libéré le village à la fin de la Première Guerre mondiale.

D'autres monuments ont été édifiés en souvenir de ceux qui sont tombés au cours de la Première Guerre mondiale. C'est ainsi que le monument aux morts, édifié à la suite de la décision du conseil municipal du par le sculpteur Marius Giot[30], comporte les noms de quatorze militaires sauvillois et d'une victime civile, et est orné d'une statue allégorique d'un mitrailleur, également de Marius Giot[31].

Entre Sauvillers-Mongival et Mailly-Raineval, une stèle a été édifiée en souvenir de trois militaires français morts pour la France. Il s'agit du sous-lieutenant Jean de Séganville, du sergent René Antoine et de Léon Hochet. Tous trois faisaient partie du 29e bataillon de chasseurs à pied.

Le cimetière civil abrite cinq sépultures dédiées à des soldats anglais abattus avec leur bombardier Lancaster le 15 avril 1943 à proximité de Sauvillers-Mongival[32].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Carte spéciale des régions dévastées : 21 NE, Montdidier [Nord-Est], Service géographique de l'armée, (lire en ligne) sur Gallica.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Section photographique de l'armée, « Photo : Sauvillers-Mongival. Revue du 219e régiment d'infanterie après ses combats devant Deniécourt. Le lieutenant-colonel Le Gallois félicitant ses officiers », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 11, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 5 novembre 2017).
  2. Section photographique de l'armée, « Photo : Sauvillers-Mongival. Revue du 219e régiment d'infanterie après ses combats devant Deniécourt ; au premier plan lieutenant-colonel Le Gallois », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 11, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 5 novembre 2017).
  3. Section photographique de l'armée, « Photo : Sauvillers-Mongival (près). Avion allemand abattu dans nos lignes ; dans les débris, cadavres des deux aviateurs », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 11, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 5 novembre 2017).
  4. Section photographique de l'armée, « Photo : Sauvillers-Mongival. Dans les ruines ; poste de commandement et poste de secours du 87e régiment d'infanterie », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 11, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 5 novembre 2017).
  5. Section photographique de l'armée, « Photo : La Faloise. Un coin du village. Partie du butin conquis pendant les attaques sur Mailly-Raineval, Sauvillers, Mongival et Aubvillers », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 9, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 5 novembre 2017).
  6. Carte spéciale des régions dévastées, document mentionné en liens externes, 1920.
  7. Section photographique de l'armée, « Photo : Sauvillers-Mongival. Les ruines après la reprise du village le 23 juillet », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 11, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 5 novembre 2017).
  8. Section photographique de l'armée, « Photo : Sauvillers-Mongival. Les ruines après la reprise du village, le 23 juillet », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 11, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 5 novembre 2017).
  9. Section photographique de l'armée, « Photo : Sauvillers-Mongival. Les ruines après la reprise du village, le 23 juillet », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 11, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 5 novembre 2017).
  10. Section photographique de l'armée, « Photo : Sauvillers-Mongival. Les ruines après la reprise du village, le 23 juillet », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 11, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 5 novembre 2017).
  11. Journal officiel du 7 novembre 1920, p. 17721.
  12. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. « CC du Val de Noye (N° SIREN : 248000523) », Fiche BANATIC, Ministère de l'intérieur, (consulté le 10 septembre 2017).
  14. Cécile Latinovic, « HAUTE-SOMME Moreuil exclue des projets de fusions intercommunaux? », Le Courrier picard, édition du Santerre,‎ (lire en ligne).
  15. « Coopération intercommunale : La préfète présente un nouveau schéma départemental » [doc], Communiqué de presse, Préfecture de la Somme, (consulté le 15 mai 2016).
  16. Vincent Fouquet et Cécile Latinovic, « Haute-Somme : La nouvelle carte du territoire fait réagir les présidents : La révélation de la nouvelle carte du département, et des découpages des intercommunalités fait réagir les présidents, qui sont majoritairement satisfaits », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  17. Carlos Da Silva, « Intercommunalité - Moreuil accepte l’idée de fusionner avec le Val de Noye, mais veut voir plus grand : Les élus de la CCALM (Communauté de communes Avre, Luce et Moreuil) ont validé le projet de fusion avec Ailly-sur-Noye, mais veulent aussi étudier l’idée d’un rapprochement plus élargi, avec notamment Montdidier et Roye », Le Courrier picard, édition du Santerre,‎ (lire en ligne).
  18. « Somme, la CDCI valide des projets de fusion d’ECPI », Décideurs en région,‎ (lire en ligne).
  19. « Arrêté préfectoral du 22 décembre 2016 portant création de la communauté de communes Avre Luce Noye issue de la fusion de la communauté de communes Avre Luce Moreuil et de la communauté de communes du Val de Noye à compter du  » [PDF], Préfecture de la Somme (consulté le 15 août 2017).
  20. « Les maires de Sauvillers-Mongival », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 5 novembre 2017).
  21. [xls] « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 5 avril 2009)
  22. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  23. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  24. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  26. « Louvrechy (80) Ici, on vote contre la création d’une classe : Face au nombre d’enfants toujours en hausse dans le regroupement pédagogique, la commune a été choisie pour créer une classe en plus. Mais six conseillers ont voté contre », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  27. Thierry Griois, « Le regroupement scolaire lancé : Le premier coup de pioche a été donné lundi à Louvrechy, qui accueillera maternelles et CP. À Rouvrel, où étudieront les écoliers du CE1 au CM2, ce sera le mois prochain », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  28. Oswald Macqueron, « Aquarelle : Eglise de Sauvillers-Mongival, d'après nature, 13 juin 1876. », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville (consulté le 5 novembre 2017).
  29. « Statue d'un saint évêque », notice no PM80002307, base Palissy, ministère français de la Culture.
  30. « Monument aux morts de la guerre de 1914-1918 », notice no IA80000025, base Palissy, ministère français de la Culture.
  31. « Statue : le mitrailleur », notice no IM80000064, base Palissy, ministère français de la Culture.
  32. (en) « Commonwealth War Graves Sauvillers-Mongival », sur https://www.tracesofwar.com (consulté le 5 novembre 2017).