Le Plessier-Rozainvillers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Plessier.
Le Plessier-Rozainvillers
La mairie-école.
La mairie-école.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Montdidier
Canton Moreuil
Intercommunalité Communauté de communes Avre-Luce-Noye
Maire
Mandat
Patrick Goret
2014-2020
Code postal 80110
Code commune 80628
Démographie
Population
municipale
738 hab. (2014)
Densité 73 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 45′ 03″ nord, 2° 33′ 14″ est
Altitude Min. 53 m – Max. 109 m
Superficie 10,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Le Plessier-Rozainvillers

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Le Plessier-Rozainvillers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Plessier-Rozainvillers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Plessier-Rozainvillers
Liens
Site web http://plessier80110.com/

Le Plessier-Rozainvillers est une commune française, située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est situé en bordure du Santerre. Il est limitrophe du chef-lieu de canton, Moreuil, à l'ouest, où vallons et coteaux boisés prédominent. Côté est, c'est le domaine de la plaine agricole.

Fin XIXe siècle, quatre puits d'une profondeur moyenne de 75 mètres alimentent le village en eau potable, très chargée en calcaire[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Villers-aux-Érables, Mézières-en-Santerre et Fresnoy-en-Chaussée Rose des vents
Moreuil N Hangest-en-Santerre
O    Le Plessier-Rozainvillers    E
S
Contoire, Pierrepont-sur-Avre et La Neuville-Sire-Bernard

Toponymie[modifier | modifier le code]

Plessier, Plessis, Plaisiez sont mentionnés dès 1142.

Plessy Radulfi Vetulfi est trouvé en 1146 et Plessis de Rosinville en 1547.

Plessis viendrait de « entouré de haies vives, bois, taillis », Rozainvillers voudrait dire « villa entourée de roses »[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Établis dans les forteresses d'Hangest et d'Arvillers, les Anglo-Bourguignons dévastent le village en 1416[1], lors de la Guerre de Cent Ans.

Un hameau, Saint-Aubin-en-Harponval a complètement disparu mais son église existait encore au XVIIIe siècle[1].

En 1692, le village a déjà son école[1].

La commune de Le Plessier, instituée par la Révolution française, absorbe entre 1790 et 1794, celle de Rozainvillers et est désormais dénommée Le Plessier-Rozainvilliers[2].

Une importante fabrique de bonneterie a été complètement détruite par un incendie en mars 1792[1].

A la fin de l'épopée napoléonienne, en 1814 et 1815, le village a eu à supporter lesCosaques.

Lors de la guerre franco-allemande de 1870, de lourdes contributions ont été réclamées aux villageois [1].

Après avoir occupé 500 à 600 ouvriers au XVIIIe siècle, l'industrie de la laine a pratiquement disparu à la fin XIXe siècle, mais environ 80 ouvriers sont occupés à l'industrie de la chaussure en 1899[1].

Première Guerre mondiale

Le village est situé dans un premier temps à l'arrière du front, notamment lors de la bataille de la Somme[3], puis est dans la zone des combats lors de l'Offensive du Printemps de 1918.

En mars 1916, un biplan allemand Aviatik no 8.558 est obligé d’atterrir sur le territoire communal. Il est capturé par les Français[4],[5],[6].

L'armée française réalisa pendant le conflit une ligne de chemin de fer militaire à écartement de 0,60m. du système Péchot près du village afin d'alimenter le front[7]. Elle a été utilisée pour la mise en station de pièces de l'artillerie lourde sur voie ferrée[8],[9],[10] et un train de matériel et d'artillerie allemand capturé y fut exhibé[11],[12]. Cette ligne existait encore fin 1920 et était utilisée pour les besoins de la Reconstruction[7].

A la fin de la guerre, le village, largement détruit[7],[13], a été décoré de la croix de guerre 1914-1918 le [14].

Seconde Guerre mondiale
Plaque commémorative du du crash du LéO 56, sur le mur de l'église

Lors de la Bataille de France de la Seconde Guerre mondiale, le 31 mai 1940, le bombardier LéO 45 no 56 du Groupe de bombardement GB I/11, est abattu par la chasse allemande le au dessus du village. Il était en mission pour attaquer des colonnes ennemies progressant sur l'axe Abbeville-Amiens. Aucun des quatre appareils de la mission n'est revenu[15].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Montdidier du département de la Somme. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la quatrième circonscription de la Somme.

Elle fait partie depuis 1793 du canton de Moreuil[2], qui a été modifié et agrandi dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes du canton de Moreuil, créée par un arrêté préfectoral du 4 décembre 1992 et renommée communauté de communes Avre Luce Moreuil (CCALM) par arrêté préfectoral du 6 mai 1996.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, la préfète de la Somme propose en octobre 2015 un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) prévoyant la réduction de 28 à 16 du nombre des intercommunalités à fiscalité propre du Département.

Après des hypothèses de regroupement des communautés de communes du Grand Roye (CCGR), du canton de Montdidier (CCCM), du Santerre et d’Avre, Luce et Moreuil[16], la préfète dévoile en octobre 2015 son projet qui prévoit la « des communautés de communes d’Avre Luce Moreuil et du Val de Noye  », le nouvel ensemble de 22 440 habitants regroupant 49 communes[17],[18]. À la suite de l'avis favorable des intercommunalités[19] et de la commission départementale de coopération intercommunale en janvier 2016[20] puis des conseils municipaux et communautaires concernés, la fusion est établie par un arrêté préfectoral du 22 décembre 2016[21], qui prend effet le .

La commune est donc désormais membre de la communauté de communes Avre Luce Noye (CCALN).

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[22]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1994 mars 2001 Bernard Daigny    
mars 2001 mars 2008 Pierre Viltart    
mars 2008[23] 2014 Bernard Daigny   Vice-président de la CCALM ( ? → 2016)
Vice-président de la CCALN (2017 → )
mars 2014[24] en cours
(au 17 mars 2017[25])
Patrick Goret    

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Un parc de huit éoliennes est édifié par le le groupe Valorem en 2016-2017 sur les communes du Plessier-Rozainvillers, d’Hangest-en-Santerre et de Mézières-en-Santerre[25].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[26]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[27],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 738 habitants, en augmentation de 16,04 % par rapport à 2009 (Somme : 0,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
777 760 797 784 799 851 876 880 882
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
863 848 855 841 814 788 781 752 729
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
729 694 684 526 550 507 490 552 553
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
576 632 624 577 582 566 609 683 738
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[28].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Une quatrième classe de l'école[29] a ouvert à la rentrée de septembre 2016, nécessitée par la croissance des effectifs, induite par un lotissement réalisé quelque temps auparavant. La municipalité agrandit en 2017 l'équipement par la création d'une salle multifonctions à ossature bois[30].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Marchand, Histoire du Plessier-Rozainvillers[46].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Carte spéciale des régions dévastées : 21 NE, Montdidier [Nord-Est], Service géographique de l'armée, (lire en ligne) sur Gallica.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h Notice Historique et géographique rédigée par l'instituteur, M. Saguez, vers 1899, Archives départementales, Amiens
  2. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Cliché : capitaine d'Hauteserre, Section photographique de l'armée, « Photo : Le Plessier-Rozainvillers (près et en avant). Organisations défensives », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 14, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 27 août 2017).
  4. Cliché Darnault, Section photographique de l'armée, « Photo : Le Plessier-Rozainvillers (près). Biplan allemand obligé d'atterrir dans nos lignes et capturé », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 14, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 27 août 2017).
  5. Cliché Darnault, Section photographique de l'armée, « Photo : Le Plessier-Rozainvillers (près). Biplan allemand obligé d'atterrir dans nos lignes et capturé », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 14, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 27 août 2017).
  6. Cliché Darnault, Section photographique de l'armée, « Photo : Plateau de Santerre près Plessier-Rozainvillers (Somme). Aviatik ayant atterri sur le plateau de Santerre près Plesssier-Rozainvillers », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 14, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 27 août 2017).
  7. a, b et c Carte spéciale des régions dévastées,document mentionné en liens externes, 1920.
  8. Section photographique de l'armée, « Photo : Le Plessier-Rozainvillers (route de Mézières à). Train de pièces de 190 », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 14, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 27 août 2017).
  9. Section photographique de l'armée, « Photo : Le Plessier-Rozainvillers (route de Mézières à). Train de pièces de 190 ; les pièces et les tourelles blindées », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 14, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 27 août 2017).
  10. Section photographique de l'armée, « Photo : Le Plessier-Rozainvillers (route de Mézières à). Train de pièces de 190 ; les pièces et les tourelles blindées », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 14, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 27 août 2017).
  11. Cliché Moreau, Section photographique de l'armée, « Photo : Le Plessier-Rozainvillers. Train de matériel allemand capturé », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 14, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 27 août 2017).
  12. Cliché Moreau, Section photographique de l'armée, « Photo : Le Plessier-Rozainvillers. Train de matériel allemand capturé », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 14, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 27 août 2017).
  13. Cliché : Lebe-Gigun, Section photographique de l'armée, « Photo : Le Plessier-Rozainvillers. Une rue ; au premier plan convois », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 14, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 27 août 2017).
  14. Journal officiel du 7 novembre 1920, p. 17721.
  15. « Crash du LeO 45/451 - type 451 s/n 56 », sur http://francecrashes39-45.net, (consulté le 27 août 2017).
  16. Cécile Latinovic, « HAUTE-SOMME Moreuil exclue des projets de fusions intercommunaux? », Le Courrier picard, édition du Santerre,‎ (lire en ligne).
  17. « Coopération intercommunale : La préfète présente un nouveau schéma départemental » [doc], Communiqué de presse, Préfecture de la Somme, (consulté le 15 mai 2016).
  18. Vincent Fouquet et Cécile Latinovic, « Haute-Somme : La nouvelle carte du territoire fait réagir les présidents : La révélation de la nouvelle carte du département, et des découpages des intercommunalités fait réagir les présidents, qui sont majoritairement satisfaits », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  19. Carlos Da Silva, « Intercommunalité - Moreuil accepte l’idée de fusionner avec le Val de Noye, mais veut voir plus grand : Les élus de la CCALM (Communauté de communes Avre, Luce et Moreuil) ont validé le projet de fusion avec Ailly-sur-Noye, mais veulent aussi étudier l’idée d’un rapprochement plus élargi, avec notamment Montdidier et Roye », Le Courrier picard, édition du Santerre,‎ (lire en ligne).
  20. « Somme, la CDCI valide des projets de fusion d’ECPI », Décideurs en région,‎ (lire en ligne).
  21. « Arrêté préfectoral du 22 décembre 2016 portant création de la communauté de communes Avre Luce Noye issue de la fusion de la communauté de communes Avre Luce Moreuil et de la communauté de communes du Val de Noye à compter du  » [PDF], Préfecture de la Somme (consulté le 15 août 2017).
  22. « Les maires de Plessier-Rozainvillers (Le) », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 27 août 2017).
  23. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 28 février 2009).
  24. « Extrait du registre des délibérations du conseil municipal - Séance du 29 mars 2014 » [PDF], Délibérations, sur http://plessier80110.com (consulté le 27 août 2017).
  25. a et b Carole Legris, « Dernière ligne droite pour les éoliennes de Santerre Énergies : Le chantier du parc éolien de Santerre Énergies touche à sa fin. Le levage des huit éoliennes sera terminé fin mars et la production commencera en avril », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  26. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  27. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  28. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  29. Le site de l'école du Plessier-Rozainvillers.
  30. Carole Legris, « L’école du Plessier-Rozainvillers est en pleine croissance : Les travaux d’agrandissement de l’école avancent : les bambins bénéficieront d’une nouvelle salle d’activités dès le mois de mai. Elle sera notamment dévolue aux répétitions de leur chorale », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  31. Section photographique de l'armée, « Photo : Le Plessier-Rozainvillers. L'église », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 14, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 27 août 2017).
  32. « Statue : La Vierge », notice no PM80001064, base Palissy, ministère français de la Culture.
  33. « statue : Saint Aubin évêque », notice no PM80001065, base Palissy, ministère français de la Culture.
  34. « bas-relief : Le Christ au Jardin des Oliviers », notice no PM80001063, base Palissy, ministère français de la Culture.
  35. « verrière décorative », notice no IM80000749, base Palissy, ministère français de la Culture.
  36. « verrière décorative », notice no IM80000748, base Palissy, ministère français de la Culture.
  37. « verrière décorative », notice no IM80000747, base Palissy, ministère français de la Culture.
  38. « verrière décorative », notice no IM80000746, base Palissy, ministère français de la Culture.
  39. « verrière décorative », notice no IM80000745, base Palissy, ministère français de la Culture.
  40. « verrière décorative », notice no IM80000752, base Palissy, ministère français de la Culture.
  41. « verrière décorative », notice no IM80000751, base Palissy, ministère français de la Culture.
  42. « verrière décorative », notice no IM80000750, base Palissy, ministère français de la Culture.
  43. « verrière décorative », notice no IM80000744, base Palissy, ministère français de la Culture.
  44. « verrière décorative », notice no IM80000743, base Palissy, ministère français de la Culture.
  45. « verrière décorative », notice no IM80000742, base Palissy, ministère français de la Culture.
  46. a et b André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, imp. Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 224 (ASIN B000WR15W8).