Lawarde-Mauger-l'Hortoy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lawarde-Mauger-l'Hortoy
La mairie-école.
La mairie-école.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Montdidier
Canton Aille-sur-Noye
Intercommunalité Communauté de communes Avre-Luce-Noye
Maire
Mandat
Thérèse Flamant
2014-2020
Code postal 80250
Code commune 80469
Démographie
Population
municipale
181 hab. (2014 en stagnation par rapport à 2009)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 42′ 29″ nord, 2° 16′ 49″ est
Altitude Min. 89 m
Max. 167 m
Superficie 9,32 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Lawarde-Mauger-l'Hortoy

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Lawarde-Mauger-l'Hortoy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lawarde-Mauger-l'Hortoy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lawarde-Mauger-l'Hortoy

Lawarde-Mauger-l'Hortoy est une commune française, située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le village est situé sur le plateau picard, et est limitrophe du département de l'Oise.

Sol, sous-sol, relief, hydrographie[modifier | modifier le code]

Le grès et le calcaire abondent en surface. Les parties hautes du territoire sont formées des couches argileuses du limon des plateaux, mélangé de silex. Au-dessous, on trouve une craie blanche ou marneuse. Le relief est inégal et très accidenté. Le plateau est coupé par des vallées sèches qui se dirigent vers Berny et La Faloise pour aboutir à la Noye. Le territoire ne dispose d'aucun cours d'eau. La Noye passe à 4 km.

En 1899, les deux puits du village sont profonds l'un de 32 m et l'autre de 93 m. Ils sont alimentés par de faibles sources souterraines dites « pleureuses ». Beaucoup de particuliers recueillaient alors l'eau de pluie dans des citernes pour leur consommation[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

On trouve : Guarda en 1197, Garda Malgerii, Warda, La Warde, Warde-Maugres en 1258, Custodia Margeri, La Vuarde.

La Warde-Mauger signifierait la Garde (forteresse) Mauger[1].

L'Hortoy serait tiré de l’ancien français hort, issu du latin hortus « jardin ».

Histoire[modifier | modifier le code]

La Warde est supposé d'origine gauloise. De larges fosses, en ligne, du côté du fort rappelleraient cette origine[1].

En 1164, l'évêque d'Amiens concède la dîme de l'église à l'Abbaye Notre-Dame de Breteuil.

La seigneurie de Lawarde nous est connue à partir du XIIe siècle[2]. Il existait au Moyen Age, un château fort à Lawarde. En 1899 on en voyait encore l'emplacement.

Les Jacques de La Warde, unis à ceux des environs, ont détruit le château de La Faloise et celui de Courtemanche, appartenant au comte de Clermont[1].

La terre dépendait de la châtellenie de Bonneuil et du comte de Clermont[1].

Le village renferme de nombreuses muches ou souterrains qui serviront de refuge pendant les guerres[1],[3],[4],[5].

En 1557, Firmin Le Cat, seigneur de La Warde est présent à la rédaction des coutumes d'Amiens[1].

Lawarde-Mauger devient chef-lieu de canton en 1790 mais ce découpage administratif sera remanié en l'An VIII[1].

La commune de Lawarde-Mauger, instituée lors de la Révolution française, absorbe entre 1826 et 1831 celle de L'Hortoy, puis définitivement en 1926, et devient "Lawarde-Mauger-l'Hortoy[6].

En 1899, il existe une quinzaine de cordonniers à façon qui travaillent pour de grandes maisons d'Amiens. Un messager y conduit le travail chaque semaine. Les tisserands autrefois très nombreux ne sont plus que trois. Les métiers de charron, maréchal et menuisier sont représentés mais il n'y a plus de moulin à vent[1].

Seconde Guerre mondiale

Au cours de la Campagne de France de 1940, des éléments du 50e régiment d'infanterie français tinrent position au bois Corne au sud-ouest de Lawarde-Mauger. Le poste de commandement du 21e régiment d'artillerie était à L'Hortoy[7].

Le , en fin d'après-midi, le bombardier français Lioré et Olivier LeO 451 no 106 chargé d'attaquer des colonnes motorisées progressant sur la route d’Amiens à Albert en direction d'Amiens, s'écrasa au nord-ouest du village de Lawarde, le jour même ou les habitants devaient évacuer les lieux[8].

Le village de Lawarde-Mauger fut presque totalement détruit pendant la guerre. La commune a été décorée de la croix de guerre 1939-1945 avec étoile de bronze, par décret du [9].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Montdidier du département de la Somme. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la quatrième circonscription de la Somme.

Elle fait partie depuis 1793 du canton d'Ailly-sur-Noye[6], qui a été modifié et agrandi dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes du Val de Noye, créée par un arrêté préfectoral du [10], et qui succèdait, conformément aux dispositions de la Loi Chevènement, au District du Val de Noye, créé en 1994.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, la préfète de la Somme propose en octobre 2015 un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) prévoyant la réduction de 28 à 16 du nombre des intercommunalités à fiscalité propre du département.

Après des hypothèses de regroupement des communautés de communes du Grand Roye (CCGR), du canton de Montdidier (CCCM), du Santerre et d’Avre, Luce et Moreuil[11], la préfète dévoile en octobre 2015 son projet qui prévoit la « des communautés de communes d’Avre Luce Moreuil et du Val de Noye », le nouvel ensemble de 22 440 habitants regroupant 49 communes[12],[13]. À la suite de l'avis favorable des intercommunalités[14] et de la commission départementale de coopération intercommunale en janvier 2016[15] puis des conseils municipaux et communautaires concernés, la fusion est établie par un arrêté préfectoral du 22 décembre 2016[16], qui prend effet le .

La commune est donc désormais membre de la communauté de communes Avre Luce Noye (CCALN).

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[17]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 janvier 2013[18] Alain Baillin   Décédé en fonction
mars 2013 2014[19] Charles Guénard    
avril 2014[19] en cours
(au 23 avril 2014)
Thérèse Flamant    

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

Le parc éolien du Quint, situé sur les communes de Fransures, Flers-sur-Noye et Lawarde-Mauger-l‘Hortoy, a été inauguré en juin 2017. Ses 9 éoliennes, dont 4 édifiées sur la commune, ont une hauteur de 150 mètres et une puissance unitaire de 2 mégawatts et sont exploitées par la société belge Elicio[20].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[22].

En 2014, la commune comptait 181 habitants[Note 1], en stagnation par rapport à 2009 (Somme : +0,33 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
371 417 412 380 422 428 420 423 398
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
393 365 375 358 332 306 293 268 257
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
248 233 237 238 186 212 197 163 169
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
148 160 146 141 128 132 142 181 181
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Michel[24]. En 1899, l'église renferme un lutrin du XVe siècle et un retable en chêne doré du XVIe siècle, classé aux monuments historiques[1].
    Reconstruite après la Seconde Guerre mondiale[25], elle contient notamment le retable du XVIe siècle de l'ancienne église[26],[27].une Vierge à l'enfant couronnée en bois doré du XIXe siècle[28] et une statue en bois peint de Saint-Michel terrassant le dragon du XVIIIe siècle[29].
  • Chapelle Saint-Thibault (ancienne église paroissiale de l'Hortoy). Autrefois dotée d'un campenard, la cloche baptisée Jehanne aurait été fondue en 1548 et porte les armoiries du seigneur de Rogy[30],[31]. Elle contient un ensemble d'objets d'art sacré ancien. On peut noter :
    • Une statue du saint patron, en bois en bois taillé peint polychrome du XVIe siècle[32].
    • Une statue en bois peint polychrome de la Vierge, du XVIe siècle[33]
    • Des bancs-bannière de saint Thibault[34].
    • Un Christ en croix en bois peint du XVIIIe siècle[35].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Notice géographique et historique réalisée par l'instituteur de Lawarde-Mauger, M. Warmé, 1899, Archives départementales de la Somme, Amiens. lire en ligne.
  2. Michel de La Torre, Guide de l'art et de la nature Somme, Paris, Nathan, 1985 (ISBN 9 782 092 863 800)
  3. Cliché lieutenant Allard, Section photographique de l'armée, « Photo : Lawarde-Mauger. Le vieux château : dans les souterrains : couloir et salle voûtée », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 9, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 19 octobre 2017).
  4. Cliché lieutenant Allard, Section photographique de l'armée, « Photo : Lawarde-Mauger. Le vieux château : dans les souterrains, salle de prisonniers », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 9, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 19 octobre 2017).
  5. Cliché lieutenant Allard, Section photographique de l'armée, « Photo : Lawarde-Mauger. Le vieux château : dans les souterrains », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 9, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 19 octobre 2017).
  6. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. « Groupe de bataillons de chars no 11 - 12e bataillon chars de combat », Journaux de marche, sur http://www.chars-francais.net, (consulté le 1er novembre 2017).
  8. « Lioré et Olivier LeO 451 N° 106 - 20 mai 1940 », Les découvertes, Somme aviation 1939-1945 (consulté le 1er novembre 2017).
  9. « Communes décorées de la Croix de guerre 1939 - 1945 » [PDF], Mémorial des batailles de la Marne - 51 Dormans, (consulté le 1er novembre 2017), p. 46.
  10. « CC du Val de Noye (N° SIREN : 248000523) », Fiche BANATIC, Ministère de l'intérieur, (consulté le 10 septembre 2017).
  11. Cécile Latinovic, « HAUTE-SOMME Moreuil exclue des projets de fusions intercommunaux? », Le Courrier picard, édition du Santerre,‎ (lire en ligne).
  12. « Coopération intercommunale : La préfète présente un nouveau schéma départemental » [doc], Communiqué de presse, Préfecture de la Somme, (consulté le 15 mai 2016).
  13. Vincent Fouquet et Cécile Latinovic, « Haute-Somme : La nouvelle carte du territoire fait réagir les présidents : La révélation de la nouvelle carte du département, et des découpages des intercommunalités fait réagir les présidents, qui sont majoritairement satisfaits », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  14. Carlos Da Silva, « Intercommunalité - Moreuil accepte l’idée de fusionner avec le Val de Noye, mais veut voir plus grand : Les élus de la CCALM (Communauté de communes Avre, Luce et Moreuil) ont validé le projet de fusion avec Ailly-sur-Noye, mais veulent aussi étudier l’idée d’un rapprochement plus élargi, avec notamment Montdidier et Roye », Le Courrier picard, édition du Santerre,‎ (lire en ligne).
  15. « Somme, la CDCI valide des projets de fusion d’ECPI », Décideurs en région,‎ (lire en ligne).
  16. « Arrêté préfectoral du 22 décembre 2016 portant création de la communauté de communes Avre Luce Noye issue de la fusion de la communauté de communes Avre Luce Moreuil et de la communauté de communes du Val de Noye à compter du  » [PDF], Préfecture de la Somme (consulté le 15 août 2017).
  17. « Les maires de Lawarde-Mauger-l'Hortoy », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 1er novembre 2017).
  18. « Avis de décès - M. Alain Baillin », Mémoire, La Voix du Nord, (consulté le 24 avril 2014)
  19. a et b « Les maires déjà en place », Le Bonhomme picard (édition de Grandvilliers), no 3286,‎ , p. 27
  20. Thierry Griois, « Le parc éolien du Quint inauguré dans le canton d’Ailly-sur-Noye : Trois communes ont officiellement accueilli neuf nouveaux aérogénérateurs », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  21. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  24. Oswald Macqueron, « Aquarelle : Eglise de Lawarde-Mauger, d'après nature, 1877 », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville (consulté le 19 octobre 2017).
  25. Philippe Seydoux, Églises de la Somme, Paris, Nouvelles Editions latines, 1973.
  26. « Retable », notice no PM80000806, base Palissy, ministère français de la Culture.
  27. « Mises au tombeau en Pays de Somme : Petite mise au tombeau dans un retable- Eglise de Lawarde-Mauger », Patrimoine des églises, sur https://www.richesses-en-somme.com (consulté le 1er novembre 2017).
  28. « Statue : Vierge à l'Enfant couronnée », notice no PM80002270, base Palissy, ministère français de la Culture.
  29. « Statuette : Saint Michel terrassant le démon », notice no PM80000809, base Palissy, ministère français de la Culture
  30. André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, imp. Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 207 (ASIN B000WR15W8).
  31. « La cloche », notice no PM80000807, base Palissy, ministère français de la Culture.
  32. « Statue de saint Thibault assis », notice no PM80002271, base Palissy, ministère français de la Culture.
  33. « statue : Vierge à l'Enfant à la grappe de raisin. », notice no PM80000808, base Palissy, ministère français de la Culture.
  34. « Bancs-bannière de saint Thibault », notice no PM80002272, base Palissy, ministère français de la Culture.
  35. « Statue : Christ en croix », notice no PM80002273, base Palissy, ministère français de la Culture.