Paul Gillon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gillon.

Paul Gillon (né le 11 mai 1926, à Paris, et mort le 21 mai 2011, à Amiens[1]) est un auteur français de bande dessinée[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Illustrateur et caricaturiste, il s'intéresse à la mode, au théâtre et au cinéma ; c'est un peu par hasard qu'il entame une carrière d'auteur de bande dessinée. Dans l'hebdomadaire Vaillant, il reprend la série Lynx Blanc puis crée Fils de Chine et Cormoran. Il entre par la suite à France-Soir (13, rue de l’Espoir entre 1959 et 1972) et au Journal de Mickey (Teva, La Déesse d’or, Le Temps des copains, Notre-Dame de Paris…).

Amateur de science-fiction, il dessine Les Naufragés du temps sur un scénario de Jean-Claude Forest avant de continuer la série comme auteur complet. Il tâte aussi de la veine érotique avec La Survivante et Jehanne, dans L'Écho des savanes.

Paul Gillon est le lauréat du Grand Prix de la Ville d'Angoulême en 1982.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

  • Lynx Blanc, scénario de Roger Lécureux (collection « Les Grandes Aventures Vaillant », prépublié de 1948 à 1957)
    1. Tonnerre sur les îles (no 11 de la collection, 1961)
    2. Aventures dans la brousse (no 15 de la collection, 1961)
  • Fils de Chine, scénario de Roger Lecureux, éd. Glénat, 1978 (prépublié de 1950 à 1953)
  • Les Léviathans
    1. Les Léviathans (Les Humanoïdes Associés, 1982) ; réédité sous le titre Le Plan Aspic en 1990
    2. La Dent de l’alligator (Les Humanoïdes Associés, 1990)
    3. Réaction en chaîne (Albin Michel, 2000)
  • Les Mécanoïdes associés, éd. Humanoïdes Associés, coll. « Pied Jaloux », 1982
  • Zodiaque, éd. Humanoïdes Associés, coll. « Pied Jaloux », 1983 (collectif, avec le récit du Taureau par Gillon)
  • Capitaine Cormoran (in Paul Gillon - œuvres complètes tome 1), scénario de Jean Ollivier, éd. Humanoïdes Associés, 1983 (prépublié de 1954 à 1959)
  • Moby Dick, scénario de Jean Ollivier, éd. Hachette, 1983 (prépublié en 1982)
  • Processus de survie, éd. Humanoïdes Associés, coll. « Pied Jaloux », 1984
  • Notre-Dame de Paris, scénario de Claude Gendrot, éd. Hachette, 1985
  • La Survivante (Albin Michel)
    1. La Survivante (octobre 1985)
    2. L’Héritier (octobre 1987)
    3. La Revanche (avril 1990)
    4. L’Ultimatum (novembre 1991)
  • New York, New York !, éd. Comics USA, coll. « Spécial USA », 1990 (collectif, avec le récit Big Apple Blues par Gillon)
  • Jehanne (Albin Michel)
    1. La Sève et le Sang (1993)
    2. La Pucelle (1997)
  • Le Contrat, éd. Albin Michel, 2001
  • La Veuve Blanche, éd. Dupuis, coll. « Aire Libre », 2002
  • L’Ordre de Cicéron, scénario de Richard Malka (Glénat)
    1. Le Procès (2004)
    2. Mis en examen (2006)
    3. Le Survivant (2009)

Autres récits complets (ébauche)[modifier | modifier le code]

  • Pillards de sable, Vaillant, 1951
  • Les Aventures de Rex, Radar, 1956 à 1958
  • La Déesse d’or, Le Journal de Mickey, 1961
  • Le Temps des copains, Le Journal de Mickey (sur le feuilleton télévisé de 1962)
    • Les Copains en vacances, 1962
    • Lucien et la Main verte, 1963
    • Le Gonfaron-Palace, 1963
    • Les Cent Sous de Gonfaron, 1964
  • Le Fantôme de Barbe Noire, Le Journal de Mickey, 1968

[…]

  • Black-Panache, le hors-la-loi, Je bouquine no 5, 1984 (illustrations du récit de Pierre Pelot)
  • Comment les Grecs vivaient et rêvaient, GEO no 87, 1986 (Grêce antique)

[…]

Récompenses[modifier | modifier le code]

À propos de Paul Gillon[modifier | modifier le code]

Études critiques[modifier | modifier le code]

Autour de ses séries[modifier | modifier le code]

  • Jérémie et la peau de chagrin dans le mensuel Schtroumpfanzine no 19, mai 1978, éd. Glénat
  • Le Temps des naufragés, parodie des Naufragés du temps par Roger Brunel in Pastiches t.4, 1986, éd. Glénat

Documentaire[modifier | modifier le code]

  • Paul Gillon, réalisateur Jean-Loup Martin, Cendrane Films / 8 Mont Blanc productions, 1997 (25 min.)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « L’ultime naufrage de Paul Gillon », Le Nouvel Observateur,‎ 24 mai 2011 (consulté le 27 mai 2011).
  2. Daniel Muraz, « Derniers souvenirs de Paul Gillon », Le Courrier picard,‎ 23 mai 2011 (consulté le 10 décembre 2012).

Liens externes[modifier | modifier le code]