Berteaucourt-lès-Thennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Berteaucourt (homonymie).
Berteaucourt-lès-Thennes
Image illustrative de l'article Berteaucourt-lès-Thennes
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Montdidier
Canton Moreuil
Intercommunalité Communauté de communes Avre-Luce-Noye
Maire
Mandat
Michel Boucher
2014-2020
Code postal 80110
Code commune 80094
Démographie
Population
municipale
442 hab. (2014)
Densité 169 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 48′ 50″ nord, 2° 27′ 55″ est
Altitude Min. 33 m
Max. 107 m
Superficie 2,62 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Berteaucourt-lès-Thennes

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Berteaucourt-lès-Thennes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Berteaucourt-lès-Thennes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Berteaucourt-lès-Thennes
Liens
Site web http://www.berteaucourt-les-thennes.fr/

Berteaucourt-lès-Thennes est une commune française, située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

La vallée de la Luce (petite rivière qui sépare Berteaucourt de Thennes et affluent de l'Avre) est très étroite. L'altitude culminante de la commune atteint 105 mètres et le point le plus bas, sur les bords de la Luce à environ 34 mètres[1].

Berteaucourt est située à environ 80 km de la Manche

Géologie[modifier | modifier le code]

Le sol de la commune comprend :

  • des alluvions de nature tourbeuse dans la vallée de la Luce.
  • du diluvium rouge au bas des pentes depuis les environs de l'école (mairie) jusqu'à la limite du territoire vers Thézy-Glimont.
  • de la craie vers les pentes c'est-à-dire la plus grande partie du territoire.
  • au sommet de l'argile (limon des plateaux de la période éocène)[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte de la commune.


Communes limitrophes de Berteaucourt-les-Thennes
Thézy-Glimont Gentelles Domart-sur-la-Luce
Thézy-Glimont Berteaucourt-les-Thennes Domart-sur-la-Luce
Thennes et Thézy-Glimont Thennes Thennes

Toponymie[modifier | modifier le code]

La localité a été successivement mentionnée sous les formes suivantes : Bertolcurt (1133), Berthaucourt-lès-Thennes (1567), Bertaucourt (1579), Berteaucourt et Berteaucourt les Thennes à partir de 1836[réf. nécessaire].

En 1956, la commune de Berteaucourt, instituée lors de la Révolution française, est renommée Berteaucourt-lès-Thennes[2].

Cette appellation signifie probablement domaine de Berthold[1].

Tous ces noms de localités se terminant par -court sont le plus souvent des hameaux ou de petits villages. L'appellatif toponymique -court (français moderne cour) est issu du gallo-roman CORTE qui signifie « domaine ». Cet appellatif est généralement précédé d'un nom de personne germanique. Ces formations toponymiques datent du Moyen Âge. Cette façon de nommer les lieux serait liée à l'apport germanique du VIe siècle[Note 1],[3].

Le premier élément Berteau- s'explique par un nom de personne germanique [4].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de Berteaucourt-lès-Thennes est très étroitement liée à celle de Thennes. En effet, Berteaucourt a toujours dépendue de la paroisse de Thennes, et de l'église qu'elles se partagent sous le vocable de Saint Jean-Baptiste

Il ne reste aucune trace de l'époque gauloise ni de l'occupation romaine. On a découvert cependant sur le territoire des haches de l'époque préhistorique.

Berteaucourt date sans doute de l'époque mérovingienne, mais fut très longtemps réuni à Thennes.

La seigneurie de Berteaucourt consistait[Quand ?] en 12 journaux de terres, 6 journaux de prés et en censives[réf. nécessaire].

Sangler de Berteaucourt est mentionné en 1337 parmi les fieffés de la prévôté de Fouilloy mais le premier seigneur connu est Jean de Berteaucourt, premier échanson du duc de Bourbon, maître des Eaux et Forêts du comté de Clermont et capitaine de la Neuville-en-Hez. La lignée se poursuit jusqu'à Balthazar de Berteaucourt en 1559. La veuve de ce dernier, Marie de Mons, douairière de la terre, épousa en seconde noce Philippe de Rose, qui vendit en 1605 l'un des fiefs de la seigneurie à Philippe de Sacquespée, écuyer, sieur de Thézy. Ce fief resta dans la famille de Sacquespée jusqu'à la Révolution française : Le dernier seigneur fut Nicolas René Suzanne de Sacquespée. L'autre fief passa de la famille de Rose à Jean-Philippe Vrayet de Franclieu puis à Maximilien François de Paule Vrayet de Moranvillers qui le conserva jusqu'à la Révolution[5].

Le château primitif, qui était en fait un petit manoir ou une grosse ferme, reconstruit en 1869, a été détruit lors de la Première Guerre mondiale [6] puis reconstruit tel qu'on le voit aujourd'hui.

Tout permet de supposer que Berteaucourt et Thennes souffrirent des ravages des Normands et de la guerre de Cent Ans. Cependant, il n'y a aucun document précis à ce sujet[1].

Berteaucourt ne put échapper aux conséquences des guerres du XVIIe siècle avec les Espagnols (Guerre de Trente Ans), ni à la misère qui régnait dans la région pendant toute cette période et le XVIIIe siècle[1].

Avant la Révolution française le village faisait partie de[6]

Il n'y a aucun souvenir de la période de la Révolution française.

À la fin de l'épopée napoléonienne, le pays vit les Cosaques en 1814 - 1815[1].

Durant la guerre franco-allemande de 1870 lors de l'invasion allemande le village fut fort éprouvé. Le le village fut entre deux feux : les Français au nord, les Allemands au sud. Lors de la bataille d'Amiens (1870), on s'est battu jusque dans les rues du village, et des incendies eurent lieu[1].

Pendant la Première Guerre mondiale, étant à proximité de la ligne de front, le village fut largement détruit[7],[8],[9], toutes les constructions furent touchées, ainsi que le cimetière.

Au début de l'Offensive du printemps, l'attaque allemande du sur le front Saint-Quentin - La Fère avait réussi à créer une poche de 80 km de profondeur dans le front anglo-français. Celui-ci était totalement rompu entre les rivières Avre et Luce.

Le , le général Foch, commandant en chef des troupes alliées, envoya des renforts et chargea la 1re armée française du général Debeney d'étendre son front et de maintenir à tout prix la liaison avec l'armée anglaise du général Gough qui reculait vers Villers-Bretonneux et Amiens.

Ce fut la Bataille d'Amiens (1918) durant laquelle l'ordre fut donc donné aux Français de résister jusqu'à la mort sur le plateau du Santerre.

Le , les troupes françaises parties de Thennes et de Berteaucourt-lès-Thennes contre-attaquèrent en direction de Villers-aux-Érables[10],[11].

Le village a été décoré de la croix de guerre 1914-1918 le [12].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Montdidier du département de la Somme. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la quatrième circonscription de la Somme.

Elle fait partie depuis 1793 du canton de Moreuil[2], qui a été modifié et agrandi dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes du canton de Moreuil, créée par un arrêté préfectoral du 4 décembre 1992 et renommée communauté de communes Avre Luce Moreuil (CCALM) par arrêté préfectoral du 6 mai 1996.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, la préfète de la Somme propose en octobre 2015 un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) prévoyant la réduction de 28 à 16 du nombre des intercommunalités à fiscalité propre du Département.

Après des hypothèses de regroupement des communautés de communes du Grand Roye (CCGR), du canton de Montdidier (CCCM), du Santerre et d’Avre, Luce et Moreuil[13], la préfète dévoile en octobre 2015 son projet qui prévoit la « des communautés de communes d’Avre Luce Moreuil et du Val de Noye  », le nouvel ensemble de 22 440 habitants regroupant 49 communes[14],[15]. À la suite de l'avis favorable des intercommunalités[16] et de la commission départementale de coopération intercommunale en janvier 2016[17] puis des conseils municipaux et communautaires concernés, la fusion est établie par un arrêté préfectoral du 22 décembre 2016[18], qui prend effet le .

La commune est donc désormais membre de la communauté de communes Avre Luce Noye (CCALN).

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[réf. nécessaire],[19]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1790 an VIII Charles Gavrel   Cultivateur
an IX an X Firmin Véru   Cultivateur
an X 1808 Jacques Firmin Pillon    
1808 1813 Jean-Baptiste Morel    
1813   François de Paule Vrayet de Surcy   Propriétaire
1836   Jean-Louis Duflocq[Note 2]   Cultivateur
  1852 Jean François Amédée Pinchemel    
1852 1860 Jean-Baptiste Otruquin    
1861 1870 Jean-Baptiste Lescot    
1870 1871 Augustin Bourguignon    
1871 1873 Paul Véru   Propriétaire
1873 1874 Théophile Leroy    
1874 1874 Jean-Baptiste Lescot    
1874 1875 Augustin Bourguignon    
1875 1885 Romuald Villemont    
1886   Émile Jean-Baptiste Pointin    
Les données manquantes sont à compléter.
  1997 Roland Bayard Divers droite Exploitant forestier
mars 2001 2014 Jean-Luc Vasseur[20] Divers droite  
2014[21] en cours
(au 7 juin 2016)
Michel Boucher    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[23],[Note 3].

En 2014, la commune comptait 442 habitants, en augmentation de 12,18 % par rapport à 2009 (Somme : 0,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
264 286 292 371 411 441 476 494 501
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
512 517 528 517 514 515 490 493 465
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
404 366 361 258 296 278 267 291 340
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
303 291 281 356 411 431 378 443 442
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[24].)
Histogramme de l'évolution démographique
Recensement de 1836

En 1836, la commune était composée de 109 maisons et 441 habitants[25], soit :

  • 221 personnes de sexe masculin
    • 124 garçons
    • 90 hommes mariés
    • 7 veufs
  • 220 personnes de sexe féminin
    • 112 filles
    • 92 femmes mariées
    • 16 veuves

Enseignement[modifier | modifier le code]

En 2016-2017, l'école maternelle et élémentaire de Berteaucourt, qui porte le nom de Roland Bayard, ancien maire, scolarise 46 enfants[26].

Cette école fait partie du regroupement pédagogique intercommunal de la Luce qui comprend également les écoles de Démuin, Domart-sur-la-Luce et Thennes. Les villages associés d'Ignaucourt, Hangard et Aubercourt ne disposent pas de classe sur leur territoire.

L'école est gérée par un syndicat intercommunal scolaire dont le siège est situé à Démuin.

Une garderie à Domart accueille les écoliers des sept villages constituant le RPI[27].

Cultes[modifier | modifier le code]

Berteaucourt-lès-Thennes ne possède pas d'église sur son territoire. L'église de Berteaucourt-lès-Thennes est située sur la commune de Thennes. Berteaucourt-lès-Thennes forme avec Thennes une paroisse catholique. Le chœur, de Berteaucourt-lès-Thennes est dédié à saint Jean Baptiste et celui de Thennes à saint Quentin.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de style Louis XV construit en 1869.
  • Jardin de Lucine, 34 rue Jules-Ferry, bordé par la Luce et traversé par plusieurs étang : arboretum, zones humides, potager à la française sur 4 ha[28],[29].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Joseph Emmanuel Bailly de Surcy (it) (1793-1861), professeur de philosophie, il fonde en 1827 la Société des Bonnes Études. Installé à Berteaucourt-les-Thennes en 1830, il fonde en 1833 la Confédération internationale de la Société de Saint-Vincent-de-Paul[30].
  • Vincent de Paul Bailly[31] (de Surcy) (fils du précédent, né à Berteaucourt-lès-Themmes en 1832, ordonné prêtre le 1er janvier 1863 et mort à Paris en 1912), fondateur du quotidien La Croix en 1883 et du groupe La Bonne Presse, né à Berteaucourt le 2 décembre 1832[32].
  • Marie Emmanuel Bernard Bailly de Surcy (né à Berteaucourt-lès-Themmes en 1835 - mort en 1920), il fut lieutenant de vaisseau détaché comme instructeur de la flotte japonaise en 1865, chevalier de la Légion d'honneur en 1866. Retiré de la marine, il fonda cependant en 1894 Les Œuvres de Mer pour les pêcheurs d'Islande et de Terre-Neuve et fut rédacteur en chef de la revue Cosmos à partir de 1885[33].
  • Jérémy Demitra[pourquoi ?], réalisateur à NRJ de l'émission C'Cauet[réf. nécessaire].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Berteaucourt-lès-Thennes Blason D'argent à deux bars adossés de sable accompagnés de sept croix recroisetées de gueules.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • E. Lacoste, Le Père V. de P. Bailly, La Bonne Presse, paris, 1913
  • Marc Pilot, Chroniques Révolutionnaires : Thennes et Berteaucourt-les-Thennes, édité à compte d'auteur, , 75 p. (ISBN 2-950-45780-0 et 978-2-950-45780-6, OCLC 47911760)
  • Marc Pilot, Les brumes de Picardie : Moreuil 1918, Alan Sutton à Saint-Cyr-sur-Loire, , 128 p. (ISBN 2842537335)
  • Marc Pilot, Somme 1918 : Santerre Mars Juillet, Alan Sutton à Saint-Cyr-sur-Loire, , 128 p. (ISBN 2849105295)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Carte spéciale des régions dévastées : 21 NE, Montdidier [Nord-Est], Service géographique de l'armée, (lire en ligne) sur Gallica.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Proposition émise en 1976, par Maurice Lebègue, professeur à l'École Normale d'Amiens, à la suite d'un travail réalisé sur l'origine des noms des communes de la Somme.
  2. Jean-Louis Duflocq, âgé de 61 ans en 1836
  3. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Notice géographique et historique réalisée par l'instituteur, M. Fordinois, Archives départementales de la Somme, 1899
  2. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Jacques Chaurand et Maurice Lebègue, Noms de lieux de Picardie, éditions Bonneton, 232 p., novembre 2000, p. 71 à p. 80, (ISBN 978-2-862-53265-3)
  4. Ernest Nègre, op. cit.
  5. Philippe Marotte, « Berteaucourt », Thennes, village du département de la Somme - 8011, (consulté le 19 août 2017).
  6. a et b Dictionnaire historique et archéologique de la Picardie[réf. incomplète].
  7. Section photographique de l'armée, « Photo : Berteaucourt (près). Tranchées improvisées tenues par les Anglais », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 10, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 18 août 2017).
  8. Section photographique de l'armée, « Photo : Berteaucourt (près). Poste anglais derrière des meules de paille », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 10, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 18 août 2017).
  9. « Photo de Dufour : Village en ruines après les bombardements (octobre 1918) », notice no APDU001164, base Mémoire, ministère français de la Culture.
  10. Section photographique de l'armée, « Photo : Berteaucourt (sud-est de). Point de départ de l'offensive du 8 août : cadavre allemand », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 10, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 18 août 2017).
  11. Section photographique de l'armée, « Photo : Berteaucourt. Ruines, et, au premier plan, petit tank Renault tombé dans la Luce », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 10, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 18 août 2017).
  12. Journal officiel du 7 novembre 1920, p. 17721.
  13. Cécile Latinovic, « HAUTE-SOMME Moreuil exclue des projets de fusions intercommunaux? », Le Courrier picard, édition du Santerre,‎ (lire en ligne).
  14. « Coopération intercommunale : La préfète présente un nouveau schéma départemental » [doc], Communiqué de presse, Préfecture de la Somme, (consulté le 15 mai 2016).
  15. Vincent Fouquet et Cécile Latinovic, « Haute-Somme : La nouvelle carte du territoire fait réagir les présidents : La révélation de la nouvelle carte du département, et des découpages des intercommunalités fait réagir les présidents, qui sont majoritairement satisfaits », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  16. Carlos Da Silva, « Intercommunalité - Moreuil accepte l’idée de fusionner avec le Val de Noye, mais veut voir plus grand : Les élus de la CCALM (Communauté de communes Avre, Luce et Moreuil) ont validé le projet de fusion avec Ailly-sur-Noye, mais veulent aussi étudier l’idée d’un rapprochement plus élargi, avec notamment Montdidier et Roye », Le Courrier picard, édition du Santerre,‎ (lire en ligne).
  17. « Somme, la CDCI valide des projets de fusion d’ECPI », Décideurs en région,‎ (lire en ligne).
  18. « Arrêté préfectoral du 22 décembre 2016 portant création de la communauté de communes Avre Luce Noye issue de la fusion de la communauté de communes Avre Luce Moreuil et de la communauté de communes du Val de Noye à compter du  » [PDF], Préfecture de la Somme (consulté le 15 août 2017).
  19. « Les maires de Berteaucourt-lès-Thennes », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 18 août 2017).
  20. Réélu pour le mandat 2008-2014 : « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 15 juillet 2008)
  21. « Le Conseil municipal de Berteaucourt-les-Thennes », La mairie, sur http://www.berteaucourt-les-thennes.fr, (consulté le 19 août 2017).
  22. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  25. Recensement de la population de Berteaucourt-Les-Thennes
  26. « École primaire publique Roland Bayard », Fiche etablissement, sur http://www.education.gouv.fr (consulté le 19 août 2017).
  27. Sur le site de la mairie de Thennes.
  28. « Esthétique et poésie au Jardin de Lucine », Dossiers et actualités, Département de la Somme (consulté le 19 août 2017).
  29. « Le site du Jardin de Lucine » (consulté le 19 août 2017).
  30. « Sur les traces d’Emmanuel Bailly », SSVP des Hauts-de-Seine, Société de Saint-Vincent-de-Paul, (consulté le 19 août 2017).
  31. P. Jean-Paul Périer-Muzet, « Vincent de Paul Bailly, homme des médias : (1832-1912), fondateur des œuvres de presse de l'Assomption, assistant général », Portraits d'Assomptionnistes, Les Augustins de l'Assomption (consulté le 19 août 2017).
  32. « À la mémoire du P. Vincent de Paul Bailly : De belles fêtes à Amiens et à Berteaucourt-les-Thennes », La Croix, no 15559,‎ , p. 1 (lire en ligne) sur Gallica.
  33. Arnaud Gravereau, « Bailly Bernard Marie Emmanuel », Fiches individuelles, sur Généalogie de Paul Gravereau (consulté le 19 août 2017).