Fouencamps

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fouencamps
Saint-Pierre-ès-liens.
Saint-Pierre-ès-liens.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Montdidier
Canton Ailly-sur-Noye
Intercommunalité Communauté de communes Avre-Luce-Noye
Maire
Mandat
Yves-Robert Leconte
2014-2020
Code postal 80440
Code commune 80337
Démographie
Population
municipale
227 hab. (2014)
Densité 62 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 49′ 33″ nord, 2° 24′ 31″ est
Altitude Min. 27 m – Max. 99 m
Superficie 3,65 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Fouencamps

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Fouencamps

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fouencamps

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fouencamps
Liens
Site web Fouencamps.fr

Fouencamps (API : /fwɛ̃kɑ̃/) est une commune française, située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est bâti le long d'une route qui remonte en pente douce le flanc d'une colline. Il est situé entre les bras de deux petites rivières, très marécageuses, où la Noye se jette dans l'Avre. L'Avre se jette ensuite dans la Somme à plus de 10 km de là, à Amiens même.

Lorsqu'on vient d'Amiens, après avoir traversé Boves (chef-lieu de canton), on arrive à Fouencamps par le nord-ouest, en traversant les champs situés entre la voie ferrée et l'Avre. Puis la route descend, passe le long de quelques constructions isolées juste avant d'atteindre le pont de l'Avre et les sous-bois marécageux qui s'étalent ensuite des deux côtés de la route. Là, un virage à angle droit délaisse un chemin de terre toujours livré aux herbes humides. Alors que la route tourne pour passer sous la voie ferrée puis faire un second virage, ce chemin longe le talus de plus de cinq mètres, en haut duquel circulent les trains de l'ancienne grand-ligne de jonction entre Paris et Lille avant la construction de la ligne TGV.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Le 28 mars 1697, un incendie survient au presbytère et les registres paroissiaux sont détruits[1],[2].

Par arrêté préfectoral du , la commune est détachée le de l'arrondissement d'Amiens pour intégrer l'arrondissement de Montdidier[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1983 1989 Guy Forget    
1989 en cours
(au 6 mai 2014)
Yves-Robert Leconte   Réélu pour le mandat 2014-2020[4], [5]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 227 habitants, en diminution de -2,58 % par rapport à 2009 (Somme : 0,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
223 200 232 245 325 364 391 398 374
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
351 346 312 310 294 264 268 267 268
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
242 221 213 212 212 211 184 215 231
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
225 219 196 184 214 239 224 231 227
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une école maternelle dépendant de l'académie d'Amiens, en zone B pour les vacances scolaires[10].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monument aux morts.
  • Église Saint-Pierre-ès-Liens. Bâtie en pierre à l'origine, elle a été réhabilitée avec des briques.
  • Mairie.
  • Chapelle Saint-Domice, sur la route de Hailles[11]. Bâtie à l'emplacement supposé de l'ermitage du saint, diacre et confesseur au VIIIe siècle. Appareillée en brique posée en « lame de couteau » et pierre depuis 1755. La chapelle primitive appartenait au Paraclet en 1267. Elle a perdu son campenard au début des années 1990[12].
  • Chapelle Sainte-Ulphe, sur la route de Cottenchy.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Activités associatives, culturelles, festives et sportives[modifier | modifier le code]

  • De 1977 à 1983, Ches Maraudeux d'flencamps (association locale) a animé le village : bals populaires, projections de films dans le café du village, sorties au cinéma, pièce de théâtre amateur sur la légende des saints du canton : saint Domice, sainte Ulphe.
  • Fouencamps fait partie de la paroisse Saint-Domice.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. AD de la Somme consultables en ligne, vue n° 10, côté droit
  2. AD de la Somme consultables en ligne, vue n° 12, côté gauche
  3. « Arrêté préfectoral portant modification des limites territoriales des arrondissements de la Somme - Recueil n°200 des actes administratifs du 27 décembre 2016 des Hauts-de-France », sur http://www.prefectures-regions.gouv.fr/hauts-de-france/, (consulté le 15 janvier 2017).
  4. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 30 août 2008)
  5. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. Lire sur le site annuaire-mairie.
  11. Potos [1] et [2] de la chapelle Saint-Domice (site Panoramio)]
  12. André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, imp. Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 202 (ASIN B000WR15W8).