Marcus Ericsson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Marcus Ericsson
Description de cette image, également commentée ci-après
Marcus Ericsson en 2018.
Biographie
Date de naissance (28 ans)
Lieu de naissance Drapeau de la Suède Kumla
Nationalité Drapeau : Suède Suédois
Site web marcusericsson.com
Carrière
Années d'activité Depuis 2007
Qualité Pilote automobile
Équipe Formule 1
Drapeau : Malaisie Caterham F1 Team (2014)
Drapeau : Suisse Sauber (2015-2018)
Indycar
Drapeau : États-Unis Schmidt Peterson Motorsports (2019)
Statistiques
Numéro permanent 9
Nombre de courses 95
Pole positions 0
Meilleurs tours en course 0
Podiums 0
Victoires 0

Marcus Ericsson, né le à Kumla, est un pilote automobile suédois.

Biographie[modifier | modifier le code]

2007-2013 : Formules de promotion[modifier | modifier le code]

Sacré champion de Formule BMW UK en 2007, Marcus Ericsson rejoint la Formule 3 et devient pilote d'essai de Brawn GP Formula One Team en 2009. De 2010 à 2013, le Suédois participe à quatre saisons de GP2 Series où il remporte trois victoires et obtient son meilleur classement 6e en 2013.

2014 : débuts en Formule 1 avec Caterham[modifier | modifier le code]

Photographie d'une monoplace de Formule vert foncé, en gros plan, de face.
Marcus Ericsson au Grand Prix de Monaco 2014.

Grâce à l'aide de puissants sponsors, Marcus est promu titulaire en Formule 1 chez Caterham F1 Team en 2014. Le Suédois connaît une saison difficile, la faiblesse de sa monture ne lui permettant guère de briller ; il est, de plus, dominé par son coéquipier Kamui Kobayashi, plus expérimenté. À Monaco, profitant d'une course hécatombe, il termine onzième, son meilleur résultat de la saison, le meilleur également de son écurie. Au Grand Prix de Hongrie il abandonne après avoir violemment tapé le mur. En fin de saison, Ericsson progresse et parvient à revenir au niveau de Kamui Kobayashi. Les problèmes financiers obligent Caterham à manquer les derniers Grands Prix de la saison. Ericsson se tourne vers l'écurie suisse Sauber qui l'intègre dans ses rangs pour disputer la saison 2015.

2015 : titulaire avec Sauber[modifier | modifier le code]

Marcus Ericsson au Grand Prix du Canada.

Le 15 mars 2015, lors du Grand Prix d'Australie, pour la première fois de sa carrière, il termine dans les points en Formule 1, avec la huitième position tandis que son coéquipier débutant Felipe Nasr termine cinquième[1].

Quinze jours plus tard, en Malaisie, alors qu'il réalise un bon début de course, il part en tête-à-queue dans les graviers et abandonne. Le Suédois marque des points à l'occasion du Grand Prix de Chine. Sauber se montre moins performant le reste de la saison ; Ericsson enchaîne toutefois trois arrivées dans les points en milieu de saison mais reste dominé par son coéquipier. Au Grand Prix de Russie, il s'accroche au départ avec la Force India de Nico Hülkenberg et abandonne. Il se classe 18e avec 9 points alors que son coéquipier est 13e avec le triple de points.

2016 : deuxième saison chez Sauber[modifier | modifier le code]

Marcus Ericsson au Grand Prix de Malaisie.

À l'image de son écurie, le suédois connaît une première partie de saison très difficile. Non seulement sa Sauber C35 ne lui permet pas de se battre pour les points mais en plus Sauber en proie à d'énormes difficultés financières ne peut pas investir dans le développement de la monoplace. À Monaco, les deux coéquipiers s'éliminent lorsque Ericsson tente de passer en force devant son partenaire qui semblait ignorer une consigne d'équipe à la Rascasse et le percute[2].

À Silverstone, victime d'un violent accident lors de la troisième séance d'essai libre, il ne prend pas part aux qualifications mais est autorisé à participer à la course. S'élançant depuis la voie des stands, il abandonne à cause d'un problème électrique.

Le rachat de Sauber par Longbow Finance, le commanditaire personnel de Marcus Ericsson, donne à l'écurie une bouffée d'oxygène financière qui lui permet de recommencer à investir sur les monoplaces. En fin de saison, Ericsson réussit la meilleure qualification de l'équipe à Singapour en partant quatorzième puis termine onzième au Mexique. À Interlagos, il abandonne après avoir perdu le contrôle de sa voiture sous une pluie battante et percuté le mur. Il termine la saison sans avoir marqué de points, au contraire de son équipier Felipe Nasr qu'il a toutefois devancé 12 fois en qualifications et 9 fois en course.

2017 : troisième saison chez Sauber[modifier | modifier le code]

Marcus Ericsson, avec la Sauber C36, lors du Grand Prix de Chine 2017

La saison commence mal pour le pilote suédois qui abandonne en raison d'un problème hydraulique en Australie. Il abandonne ensuite à Bahreïn après un problème de boîte de vitesses et à Monaco, il touche le muret en essayant de dépasser la voiture de sécurité.

En Chine, il se qualifie en quatorzième position et termine quinzième de la course. En Espagne et en Azerbaidjan, il termine onzième position, ses meilleurs résultats de la saison, à la porte des points. En Russie, il termine quinzième et bat son coéquipier Pascal Wehrlein pour la première fois de l'année. Au Canada, il se classe treizième, à un tour du vainqueur.

À l'issue de la saison où il bat sept fois son coéquipier et s'incline à onze reprises, il se classe vingtième du classement des pilotes sans avoir inscrit de point, comme en 2016.

2018 : dernière saison comme titulaire chez Sauber[modifier | modifier le code]

Marcus Ericsson, avec la Sauber C37, lors des essais hivernaux a Barcelone

Le début de saison en Australie commence difficilement pour Ericsson qui abandonne sur un problème de direction au cinquième tour. Il abandonne à nouveau en Grande-Bretagne, après un accident, son aileron arrière mobile restant activé au premier virage. Il termine neuvième du Grand Prix de Bahreïn et en Allemagne puis inscrit le point de la dixième place en Autriche. Au Canada, qualifié dix-huitième après avoir cassé sa suspension avant, il termine quinzième de la course. Il marque le point de la dixième place au Grand Prix de Belgique. Grâce aux disqualifications d'Esteban Ocon et de Kevin Magnussen, il inscrit de nouveau un point à Austin, puis deux autres la semaine suivante au Mexique.

2019 : passage en IndyCar Series[modifier | modifier le code]

Remplacé par Antonio Giovinazzi chez Sauber en 2019, Marcus Ericsson trouve refuge en IndyCar Series avec le Schmidt Peterson Motorsports[3]. Il reste en parallèle pilote de réserve de Sauber en Formule 1.

Carrière avant la Formule 1[modifier | modifier le code]

Marcus Ericsson en 2015.

Résultats en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Tableau synthétique des résultats de Marcus Ericsson en Formule 1
Saison Écurie Châssis Moteur Pneus GP disputés Victoires Pole positions Podiums Meilleurs tours Dans les points Abandons Points inscrits Classement
2014 Caterham F1 Team Caterham CT05 Renault V6 turbo Pirelli 16 0 0 0 0 0 5 0 19e
2015 Sauber F1 Team Sauber C34 Ferrari V6 turbo Pirelli 19 0 0 0 0 5 3 9 18e
2016 Sauber F1 Team Sauber C35 Ferrari V6 turbo Pirelli 21 0 0 0 0 0 5 0 22e
2017 Sauber F1 Team Sauber C36 Ferrari V6 turbo Pirelli 20 0 0 0 0 0 7 0 20e
2018 Alfa Romeo Sauber F1 Team Sauber C37 Ferrari V6 turbo Pirelli 19 0 0 0 0 6 2 9 17e
Total 95 0 0 0 0 11 22 18
Résultats détaillés des saisons de Marcus Ericsson en Formule 1
Saison Écurie Châssis Moteur Pneus 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 Classement Points
inscrits
2014 Caterham F1 Team Caterham CT05 Renault V6 turbo Energy F1-2014 P AUS
Abd.
MAL
14
BHR
Abd.
CHI
20
ESP
20
MON
11
CAN
Abd.
AUT
18
GBR
Abd.
ALL
18
HON
Abd.
BEL
17
ITA
19
SIN
15
JPN
17
RUS
19
USA BRE ABU 19e 0
2015 Sauber F1 Team Sauber C34 Ferrari V6 turbo Type 059/4 P AUS
8
MAL
Abd.
CHI
10
BHR
14
ESP
14
MON
13
CAN
14
AUT
13
GBR
11
HON
10
BEL
10
ITA
9
SIN
11
JPN
14
RUS
Abd.
USA
Abd.
MEX
12
BRE
16
ABU
14
18e 9
2016 Sauber F1 Team Sauber C35 Ferrari V6 turbo Type 061 1.6 P AUS
Abd.
BHR
12
CHN
16
RUS
14
ESP
12
MON
Abd.
CAN
15
EUR
17
AUT
15
GBR
Abd.
HON
20
ALL
18
BEL
Abd.
ITA
16
SIN
17
MAL
12
JPN
15
USA
14
MEX
11
BRE
Abd.
ABU
15
22e 0
2017 Sauber F1 Team Sauber C36 Ferrari V6 turbo Type 061 1.6 P AUS
Abd.
CHN
15
BHR
Abd.
RUS
15
ESP
11
MON
Abd.
CAN
13
AZE
11
AUT
14
GBR
14
HON
16
BEL
16
ITA
18*
SIN
Abd.
MAL
18
JPN
Abd.
USA
15
MEX
Abd.
BRE
13
ABU
17
20e 0
2018 Alfa Romeo Sauber F1 Team Sauber C37 Ferrari V6 turbo Type 062 EVO 1.6 P AUS
Abd.
BAH
9
CHI
16
AZE
11
ESP
13
MON
11
CAN
15
FRA
13
AUT
10
GBR
Abd.
ALL
9
HON
15
BEL
10
ITA
15
SIN
11
RUS
13
JAP
12
USA
10
MEX
9
BRÉ ABU 17e 9

Légende : ici

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Sauber entre joie et soulagement », sur f1i.fr,
  2. Alexandre Combralier, « Les Sauber ajoutent la honte au ridicule », MotorsInside.com,‎ (lire en ligne)
  3. Michaël Duforest, « Marcus Ericsson en IndyCar avec Schmidt/Peterson en 2019 », sur motorsport.com, (consulté le 30 octobre 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]