Sergey Sirotkin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sergey Sirotkin
{{{alternative}}}

Sergey Sirotkin en 2012.

Biographie
Date de naissance (22 ans)
Lieu de naissance Moscou (Russie)
Nationalité Drapeau de la Russie Russie
Carrière
Années d'activité Depuis 2010
Qualité Pilote automobile en monoplace

Sergey Olegovich Sirotkin (en russe : Серге́й Оле́гович Сиро́ткин), né le à Moscou, en Russie, est un pilote automobile russe. Il occupe le poste de troisième pilote chez Renault F1 Team.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts puis succès en Formule Abarth (2010-2011)[modifier | modifier le code]

Après quelques performances en karting entre 2008 et 2010, Sergey Sirokin débute sa carrière en monoplace en 2010 en Italie, en Formule Abarth. Il prend part aux trois dernières manches de la saison, au sein de l'écurie suisse Jenzer Motorsport (en), et réussit à se classer 18e du championnat avec une 8e place au Mugello comme meilleur résultat.

Il enchaîne l'année suivante une saison complète dans les deux championnats de la discipline. Il est vice-champion du championnat italien et gagne le championnat européen, avec un total de 5 victoires sur les deux championnats cumulés.

Débuts en Auto GP et en Formule 3 (2012)[modifier | modifier le code]

Le russe se dirige ensuite en Auto GP, où il décroche de brillants résultats avec Euronova Racing et est récompensé par une 3e place au classement final. Il gagne notamment deux courses, la première sur le circuit Ricardo Tormo et la seconde à Sonoma. En parallèle, il dispute le Championnat d'Italie de Formule 3. Là aussi, deux championnats existent, le championnat italien et européen ; il se classe 5e de ces deux championnats, avec une victoire au Hungaroring et à Monza.

Il effectue également une pige en Formule Renault 3.5 avec BVM Target sur le Moscow Raceway[1] , à seulement 17 ans, où il termine à une anonyme 20e place lors de la course 1 puis abandonne lors de la course 2.

Formule Renault 3.5 et premiers contacts avec la Formule 1 (2013-2014)[modifier | modifier le code]

Sergey Sirotkin en Formula Renault 3.5 Series en 2014, aux couleurs de SMP Racing.

En 2013, il effectue sa première saison complète en Formule Renault 3.5, mais ne termine que 9e du classement des pilotes, avec tout de même deux podiums obtenus à Alcañiz et sur le Red Bull Ring.

À partir du mois de juillet 2013, des premières rumeurs envoient le très jeune russe en Formule 1 dès 2014, avec l'écurie Sauber, en grandes difficultés financières. Son père est en effet un des nouveaux investisseurs potentiels de l'écurie suisse, mais la patronne Monisha Kaltenborn met rapidement fin à ces rumeurs en annonçant qu'il ne participera à aucune séance d'essais libres en 2013[2].

Toutefois, les accords prévus entre Sauber et les différents investisseurs russes échouent et Sirotkin ne peut prétendre à un baquet de titulaire en 2014. Il est néanmoins nommé troisième pilote de la structure suisse, tandis qu'il continue l'aventure en Formule Renault 3.5 avec Fortec Motorsport. Il triomphe à domicile à Moscou, mais est dominé par son équipier Oliver Rowland, notamment à cause d'une série de quatre abandons consécutifs en début de saison. Il se classe 5e du championnat et roule officiellement pour la première fois en F1 à Sotchi, où il prend part à la première séance d'essais libres le vendredi matin[3].

Le GP2 Series (2015-2016)[modifier | modifier le code]

Après deux saisons en Formule Renault 3.5, Sirotkin signe chez Rapax Team et rejoint le GP2 Series[4]. Son début de saison est très compliqué puisque son compteur reste vierge après 4 courses, mais la situation se débloque à partir de Monaco, où il monte pour la première fois sur le podium lors de la course sprint. En Autriche, il réalise un très bon week-end, avec une 2e et une 4e place. Sa première victoire arrive à Silverstone, circuit sur lequel il n'a jamais roulé auparavant[5]. Il obtient deux fois la troisième place à Budapest, mais ne monte plus sur le podium en 2015. Il termine 3e du championnat, passant devant le futur pilote Manor Rio Haryanto lors de la dernière manche à Abu Dhabi.

En 2016, il rejoint l'écurie bourguignonne ART Grand Prix et fait figure de favori pour le titre, pour succéder à Stoffel Vandoorne[6]. Dans le même temps, il est nommé pilote d'essai par Renault F1 Team et prend de nouveau part à la première séance d'essais libres à Sotchi[7]. Son début de saison se passe néanmoins très mal, car il doit abandonner trois fois en quatre courses, malgré une pole position à Monaco. Il inscrit ses premiers points en course sur le nouveau circuit urbain de Bakou, où il termine 2e puis 3e. Il s'élance une nouvelle fois depuis la pole position sur le Red Bull Ring mais dégringole en course puisqu'il termine 12e le samedi et 6e le lendemain. Victime d'une crevaison à Silverstone, il termine deux fois en fond de classement mais se rattrape le meeting suivant en Hongrie. En effet, il termine 3e lors de la course longue et remporte la course sprint pour obtenir sa première victoire de la saison. Il connaît un excellent week-end à Hockenheim, puisqu'il domine les qualifications en obtenant la pole et remporte la course longue malgré deux arrêts aux stands, en empochant par la même occasion le meilleur tour[8]. Il termine 2e de la course sprint et se retrouve en tête du championnat après 14 courses, à égalité avec Pierre Gasly. Il connaît ensuite un passage à vide et marque deux points en quatre courses, avant de retrouver le podium à Sepang. Grâce à deux solides résultats à Yas Marina, il récupère la 3e place finale après la dernière course de la saison, aux dépens de Raffaele Marciello.

Un pilote polyvalent (depuis 2017)[modifier | modifier le code]

Il quitte le GP2 en 2017 et conserve son poste chez Renault. Une nouvelle fois, il roule le vendredi matin à Sotchi mais ne peut pas couvrir de temps suite à un problème mécanique[9].

Avec SMP Racing, il prend part aux 24 Heures du Mans 2017 dans la catégorie LMP2[10]. Avec ses deux compatriotes Mikhail Aleshin et Viktor Shaitar, Sirotkin boucle 330 tours et se classe 33e au classement général.

Il retrouve son ancienne écurie ART Grand Prix en Formule 2 (nouveau nom du GP2 Series) où il remplace Alexander Albon, blessé à la clavicule après une chute à vélo, pour la manche de Bakou[11]. Il termine 10e le samedi et 5e le dimanche, inscrivant donc 7 points.

Carrière[modifier | modifier le code]

Résultats en karting[modifier | modifier le code]

Saison Championnat Équipe Position
2008 Viking Trophy - KF3 Ward Racing 27e
WSK International Series - KF3 Ward Racing 12e
Silver Cup - KF3 11e
Göteborgs Stora Pris - KF3 Champion
CIK-FIA Championnat d'Asie-Pacifique - KF3 Tony Kart Junior RT 11e
CIK-FIA Monaco Kart Cup - KF3 Ward Racing 11e
2009 Championnat d'Allemagne - Junior Ward Racing 20e
South Garda Winter Cup - KF3 Tony Kart Junior RT 16e
Trofeo Andrea Margutti - KF3 32e
WSK International Series - KF3 22e
CIK-FIA Viking Trophy - KF3 Ward Racing 3e
CIK-FIA Coupe du monde - KF3 Ward Racing 26e
2010 Winter Cup - KF2 Energy Corse 16e
Viking Trophy - KF2 Ward Racing 4e
CIK-FIA Championnat d'Europe - KF2 Ward Racing 54e

Résultats en monoplace[modifier | modifier le code]

Saison Championnat Écurie Courses Victoires Pole positions Meilleurs tours Podiums Points Classement
2010 Championnat d'Italie de Formule Abarth Drapeau : Suisse Jenzer Motorsport 6 0 0 0 0 12 18e
2011 Championnat d'Europe de Formule Abarth Drapeau : Suisse Jenzer Motorsport 14 5 1 3 10 175 Champion
Drapeau : Italie Euronova Racing by Fortec
Championnat d'Italie de Formule Abarth Drapeau : Suisse Jenzer Motorsport 14 2 1 1 9 136 2e
Drapeau : Italie Euronova Racing by Fortec
2012 Auto GP Drapeau : Italie Euronova Racing 14 2 1 5 9 175 3e
Championnat d'Italie de Formule 3 (cat. European Series) Drapeau : Italie Euronova Racing by Fortec 24 2 0 1 5 166 5e
Championnat d'Italie de Formule 3 18 0 0 0 6 116 5e
2013 Formula Renault 3.5 Series Drapeau : République tchèque ISR Racing 15 0 0 0 2 61 9e
2014 Formule 1 Drapeau : Suisse Sauber F1 Team Pilote d'essais
Formula Renault 3.5 Series Drapeau : Royaume-Uni Fortec Motorsport 17 1 1 0 4 132 4e
2015 GP2 Series Drapeau : Italie Rapax Team 21 1 1 1 5 139 3e
2016 Formule 1 Drapeau : France Renault F1 Team Pilote d'essais
GP2 Series Drapeau : France ART Grand Prix 22 2 3 3 7 159 3e
2017 Formule 1 Drapeau : France Renault F1 Team Pilote d'essais
Formule 2 Drapeau : France ART Grand Prix 2 0 0 0 0 7 13e

Note : certaines courses sont communes à plusieurs championnats.

Résultats aux 24 Heures du Mans[modifier | modifier le code]

Tableau synthétique des résultats de Sergey Sirotkin aux 24 Heures du Mans[12]
Année Équipe no  Châssis Moteur Pneus Catégorie Équipiers Tours Résultat
2017 Drapeau : Russie SMP Racing 27 Dallara P217 Gibson GK428 4,2 l V8 Dunlop LMP2 Drapeau : Russie Mikhail Aleshin
Drapeau : Russie Viktor Shaitar
330 33e

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « FR3.5 - Sergey Sirotkin avec BVM Target dès la Russie », sur motorsport.com, (consulté le 14 novembre 2016)
  2. Emmanuel Touzot, « Sergey Sirotkin ne fera pas d'essais libres cette saison », sur Nextgen-Auto.com, (consulté le 11 juillet 2016)
  3. Pierre Van Vliet, « Sirotkin en piste le vendredi à Sotchi », sur f1i.com, (consulté le 11 juillet 2016)
  4. « GP2 – Sergey Sirotkin avec Rapax », sur autohebdo.fr, (consulté le 17 février 2015)
  5. « Première victoire en GP2 pour Sergey Sirotkin (Rapax) », sur lequipe.fr, (consulté le 14 novembre 2016)
  6. Pierre Van Vliet, « Sirotkin succède à Vandoorne chez ART », sur f1i.com, (consulté le 11 juillet 2016)
  7. Benjamin Vinel, « Sirotkin rejoint Renault F1 et roulera le vendredi », sur motorsport.com, (consulté le 11 juillet 2016)
  8. Camille Komaël, « GP2 - Hockenheim, Course 1 : Sirotkin écrase la concurrence », sur nextgen-auto.com, (consulté le 14 novembre 2016)
  9. Guillaume Navarro, « EL1 - Räikkönen emmène l'Armée Rouge ; échec de la roquette russe Renault », sur motorsport.com, (consulté le 28 avril 2017)
  10. Basile Davoine, « Sirotkin au départ des 24 Heures du Mans », sur motorsport.com, (consulté le 27 juin 2017)
  11. « Sergey Sirotkin remplace Albon à Bakou », sur autohebdo.fr, (consulté le 27 juin 2017)
  12. « Palmarès de Sergey Sirotkin au 24H du Mans », sur les24heures.fr (consulté le 27 juin 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]