Jean Laurain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laurain.
Jean Laurain
Fonctions
Secrétaire d'État aux Anciens combattants
Gouvernements de Pierre Mauroy et Laurent Fabius
Député
Gouvernement Ve République
Groupe politique Socialiste
Biographie
Date de naissance
Date de décès (à 87 ans)
Nationalité Drapeau : France Français
Profession Philosophe
Religion Catholicisme
Résidence Moselle

Jean Laurain, né le à Metz et décédé le à Metz, est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études au lycée Fabert, il étudie la philosophie à Nancy. Refusant l’Occupation, il rejoint la Résistance[réf. nécessaire] puis s’engage en 1942 dans l’armée d'Afrique. Il participe au débarquement en Provence en août 1944. Il livrera dans son avant-dernier livre (2006) « Le journal de guerre d’un philosophe » (éditions Serpenoise) ses souvenirs émouvants, parfois douloureux et intimes, sur ses années 1941-1945, rappelant que si la guerre n'est pas une fatalité, la paix est avant tout une affaire d'éducation.

Devenu professeur de philosophie, il enseigne la paix aux jeunes mosellans, notamment à travers l’éducation populaire qui lui restera si chère sa vie durant, puis fonde en 1957 les Maisons de la Jeunesse et de la Culture en Moselle (MJC), avant de s’engager en politique.

Il adhère au Parti socialiste en 1971 et mènera le combat de la gauche face à Jean-Marie Rausch en 1977, s’inclinant de quelques centaines de voix seulement. L’année suivante il est élu député de Metz, réélu en 1981. Il est nommé la même année ministre des Anciens combattants par François Mitterrand, fonction qu’il occupera jusqu’en 1986. On lui doit alors la commémoration du 8-mai, le travail sur la question des Malgré-nous et la promotion de la réflexion républicaine sur le « devoir de mémoire ». Jean Laurain redevient député de Metz de 1986 à 1993. Il animait encore en 2007 des réunions populaires de réflexion philosophique, éducative et sociétale ; son dernier ouvrage (2007) « Du partage ou le retour aux sources du socialisme » (éditions L'Harmattan) replace le partage au centre de la vie.

Acteur infatigable de la paix et philosophe, Jean Laurain fuyait les ors et les honneurs.

Chronologie[modifier | modifier le code]

  • Études secondaires au lycée Fabert de Metz
  • Études supérieures à la faculté des lettres de Nancy (1940-1941), option philosophie
  • Études supérieures à la faculté des lettres de Lyon (1941-1942) option philosophie
  • Engagé volontaire dans l'armée française d'Afrique. Campagne de Tunisie 1942-1943
  • Débarquement en Provence en août 1944, campagne de France et d'Alsace
  • 3e année de licence de philosophie 1945-1946
  • Professeur de philosophie à Phalsbourg, Thionville, Nancy et Metz (lycée Robert-Schuman 1964-1978)
  • Création des Maisons des Jeunes et de la Culture en Moselle (1957)
  • Directeur départemental des MJC de Moselle, puis secrétaire général de la fédération française des MJC
  • Député socialiste de la Moselle de 1978 à 1981, puis de 1986 à 1993
  • Secrétaire d'État aux Anciens Combattants du 22 mai 1981 au
  • Président cofondateur de la fondation Solange Bertrand du au , puis président honoraire
  • Président de l'université de la Paix de Verdun

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • L'éducation populaire (Adels, 1973)
  • De l'ennui à la joie, éléments d'une pédagogie de la paix (Cerf, 1993)
  • Metz ou la nostalgie du futur (Éditions Serpenoise, 1995)
  • Journal de guerre d'un philosophe. Coauteur Isabelle Prunier (Éditions Serpenoise, 2006)
  • Du partage ou le retour aux sources du socialisme (L'Harmattan, 2007)