Aller au contenu

Germaine (Marne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Germaine
Germaine (Marne)
Vue de Germaine depuis Vaurémont.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Marne
Arrondissement Épernay
Intercommunalité Communauté de communes de la Grande Vallée de la Marne
Maire
Mandat
Philippe Caplat
2020-2026
Code postal 51160
Code commune 51266
Démographie
Gentilé Germinois
Population
municipale
531 hab. (2021 en augmentation de 4,12 % par rapport à 2015)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 06′ 55″ nord, 4° 01′ 52″ est
Altitude Min. 123 m
Max. 274 m
Superficie 14,87 km2
Type Commune rurale à habitat dispersé
Unité urbaine Hors unité urbaine
Aire d'attraction Reims
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Épernay-1
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Germaine
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Germaine
Géolocalisation sur la carte : Marne
Voir sur la carte topographique de la Marne
Germaine
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
Germaine
Liens
Site web www.communedegermaine.fr

Germaine est une commune française située dans le département de la Marne, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Germaine est située dans la montagne de Reims, dans la Marne en Champagne-Ardenne. La commune fait partie du parc naturel régional de la Montagne de Reims. Les principales villes à proximité sont Épernay (10 km) et Reims (16 km)[1].

Outre le village de Germaine, la commune comprend les hameaux des Haies et Vaurémont, ainsi que les lieux-dits de la Briqueterie, Château Quentin, la Ferme des Bœufs et la Fosse Pion[2].

Relief et hydrographie[modifier | modifier le code]

Vaurémont et les vignes.

Le territoire de la commune est divisé en deux par la vallée formée par le ruisseau la Germaine, qui s'écoule vers le sud pour rejoindre la Livre à Fontaine-sur-Aÿ. Le village de Germaine se trouve à l'ouest de cette vallée, en face du hameau de Vaurémont, à l'est. Les coteaux en dessous de Vaurémont sont en partie plantés de vignes du vignoble champenois. Le hameau des Haies, au nord, est situé dans cette vallée[2].

À l'est comme à l'ouest de la vallée de la Germaine, l'altitude atteint plus de 270 m. L'altitude la plus faible se rencontre sur cette rivière, au finage avec Avenay-Val-d'Or et Fontaine-sur-Aÿ (123 m[3]). La mairie se situe à environ 220 m d'altitude, Vaurémont à 190 m et Les Haies à 175 m. Au sud-ouest de la commune s'écoule la Lingonne, elle forme également un vallon dans la Montagne de Reims (« le Gouffre »)[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la ligne de partage des eaux entre les régions hydrographiques « la Seine de sa source au confluent de l'Oise (exclu) » et « la Seine du confluent de l'Oise (inclus) à l'embouchure » au sein du bassin Seine-Normandie. Elle est drainée par la Germaine, le Fossé 01 des Plantels, le Fossé 01 des Batis de Chigny, le Fossé 01 des Sablonnières, le Fossé 01 du Bois du Gouffre et le Fossé 02 du Chatelet[4],[Carte 1].

La Germaine, d'une longueur de 10 km, prend sa source dans la commune de Rilly-la-Montagne et se jette dans la Livre à Fontaine-sur-Ay, après avoir traversé cinq communes[5].

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Réseau hydrographique de Germaine[Note 1].

Un plan d'eau complète le réseau hydrographique : l'étang de Saint-Bernard (0,3 ha)[Carte 1],[6].

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[7]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique altéré et est dans la région climatique Nord-est du bassin Parisien, caractérisée par un ensoleillement médiocre, une pluviométrie moyenne régulièrement répartie au cours de l’année et un hiver froid (°C)[8].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,5 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 16,4 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 772 mm, avec 12,2 jours de précipitations en janvier et 8,1 jours en juillet[7]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Mailly-civc », sur la commune de Mailly-Champagne à 8 km à vol d'oiseau[9], est de 11,2 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 755,5 mm. La température maximale relevée sur cette station est de 39,8 °C, atteinte le ; la température minimale est de −20 °C, atteinte le [Note 2],[10],[11].

Les paramètres climatiques de la commune ont été estimés pour le milieu du siècle (2041-2070) selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre à partir des nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020[12]. Ils sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[13].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Au , Germaine est catégorisée commune rurale à habitat dispersé, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[Insee 1]. Elle est située hors unité urbaine[Insee 2]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Reims, dont elle est une commune de la couronne[Note 3],[Insee 2]. Cette aire, qui regroupe 294 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[Insee 3],[Insee 4].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (88,4 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (88,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (81,6 %), terres arables (9,7 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (6,8 %), zones urbanisées (1,9 %)[14]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 2].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Logement[modifier | modifier le code]

En 2017, l'Insee recense 234 logements à Germaine. Ces logements sont à 91,9 % des maisons et à 8,1 % des appartements[Insee 5]. En conséquence, 85,4 % des résidences principales comptent au moins 4 pièces et 68,9 % en comptent 5 ou plus[Insee 6].

Parmi les logements recensés dans la commune, 88 % sont des résidences principales, 4,3 % des résidences secondaires et 7,7 % des logements vacants[15]. Plus de quatre ménages sur cinq sont propriétaires de leur logement (82,5 %), un chiffre supérieur à la moyenne départementale (51,2 %) et à la moyenne intercommunale (71 %)[15].

Le tableau ci-dessous présente une comparaison de quelques indicateurs chiffrés du logement pour Germaine, la communauté de communes de la Grande Vallée de la Marne (CCGVM) et le département de la Marne[15] :

Le logement à Germaine et dans la Marne en 2017
Germaine CCGVM Marne
Ensemble des logements 234 7 459 294 041
Part des résidences principales (en %) 88,0 88,2 88,4
Part des résidences secondaires (en %) 4,3 2,8 2,7
Part des logements vacants (en %) 7,7 8,9 8,9

Parmi les 202 résidences principales construites avant 2015, 29,7 % avaient été construites avant 1945, 13,4 % entre 1946 et 1970, 26,7 % entre 1971 et 1990, 22,8 % entre 1991 et 2005 et 7,4 % depuis 2006[Insee 7]. Ces chiffres sont à mettre à parallèle avec l'importante augmentation de la population observée entre les années 1970 (302 habitants en 1975) et le milieu des années 2000 (541 habitants en 2007).

Le tableau ci-dessous présente l'évolution du nombre de logements sur le territoire de la commune, par catégorie, depuis 1968[Insee 8] :

Évolution du nombre de logements par catégorie
1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2017
Résidences principales 95 96 113 132 164 199 203 206
Résidences secondaires 33 38 22 17 18 9 9 10
Logements vacants 9 11 21 10 2 2 15 18
Total 137 145 156 159 184 210 227 234

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Carte postale de la gare vers 1910.
La gare de Germaine.

Deux routes principales permettent d'accéder à Germaine : la route départementale 71 (depuis Ville-en-Selve ou depuis Saint-Imoges et la RD951) et la route départementale 271 (en provenance d'Avenay)[2].

Deux chemins de grande randonnée passent par la commune : le GR de Pays de l'Ardre, qui débute à Germaine, et le GR 141 sur l'ancienne voie romaine[2].

Du point de vue ferroviaire, la gare de Germaine est desservie par la ligne TER Épernay-Reims, elle se trouve au hameau des Haies.

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Le territoire de Germaine est vulnérable à différents risques naturels et technologiques. La commune est dans l'obligation d'élaborer et publier un document d'information communal sur les risques majeurs ainsi qu'un plan communal de sauvegarde[16].

Germaine est touchée par les risques de mouvements de terrain : 18 glissements de terrain y ont été recensés par le Bureau de recherches géologiques et minières[17]. La commune est comprise dans le périmètre du plan de prévention des risques « glissement de terrain de la Côte d'Ile-de-France - secteur de la vallée de la Marne des tranches 1 et 2 » approuvé en 2014. La montagne de Reims est en effet considérée comme un « secteur propice aux glissements de terrain »[18]. Germaine a fait l'objet de plusieurs arrêtés reconnaissant l'état de catastrophe naturelle pour des inondations et coulées de boue parfois accompagnées de mouvements de terrain (en 1983, 1997, 1999 et 2007)[17].

La commune est affectée par le phénomène de retrait-gonflement des argiles (risque moyen)[19]. Le risque sismique est très faible sur son territoire. De même, le potentiel radon de la commune est faible. On compte par ailleurs trois cavités souterraines sur son territoire[17].

Germaine ne compte pas d'installations industrielles présentant un risque particulier[17]. Elle est cependant concernée par le transport de marchandises dangereuses en raison de la présence sur son territoire de la voie ferrée entre Épernay et Reims[17],[20].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Germanium (1086) , Germania (1121)[21].

Trace toponymique d'immigration[22] : les Germains sont représentés par cet ancien alleu, de Germani et -a (villa), « ( ferme ) des Germains »[21].

Le territoire de la commune est divisé en deux par la vallée formée par le ruisseau La Germaine, affluent de la Livre.

Histoire[modifier | modifier le code]

Germaine est décorée de la Croix de guerre 1914-1918 le .

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Du point de vue administratif, la commune est rattachée à l'arrondissement d'Épernay, dans le département de la Marne en région Grand Est. Jusqu'en 2006, elle appartenait à l'arrondissement de Reims[I 1].

Sur le plan électoral, Germaine fait partie du canton d'Épernay-1[23] (pour les élections départementales) et de la troisième circonscription de la Marne (pour les élections législatives). Avant le redécoupage cantonal de 2014, elle faisait partie du canton d'Ay.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Germaine est membre de la communauté de communes de la Grande Vallée de la Marne[24], abrégée en CCGVM.

Au , la commune appartient également aux intercommunalités suivantes (syndicats mixtes) : le SM de la Marne Moyenne (pour la compétence GEMAPI) et le SM de réalisation et de gestion du parc naturel régional de la Montagne de Reims[24].

Tendances politiques[modifier | modifier le code]

Historiquement, l'électorat de Germaine penche plutôt vers la gauche.

À l'élection présidentielle de 1995, Lionel Jospin l'emporte avec 52,94 % des voix face à Jacques Chirac[25], élu au niveau national. En 2002, Lionel Jospin arrive en tête du premier tour, où la gauche rassemble la majorité des voix[26]. La commune vote cependant pour Nicolas Sarkozy en 2007 et 2012. En 2017, Emmanuel Macron remporte les deux tours de l'élection.

Au niveau local, Germaine participe à la victoire de la gauche aux élections régionales de 2004 et 2010 ainsi qu'aux élections cantonales puis départementales de 2001, 2008 et 2015. La droite arrive toutefois en tête des régionales de 2015.

Les Verts puis Europe Écologie Les Verts y réalisent régulièrement de relativement bons résultats aux élections régionales et européennes, rassemblant toujours au moins 13 % des suffrages entre 1999 et 2019. Leurs meilleurs scores sont obtenus en 2009 et 2010, avec 27,38 % aux européennes et 23,08 % au premier tour des régionales.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1879   Carré[54]    
1995 2008 Daniel Godfroy    
2008[55] En cours
(au 4 juillet 2014)
Corinne Demottier-Aroq DVG Réélue pour le mandat 2014-2020[56]

Jumelage[modifier | modifier le code]

Au , Germaine n'est jumelée avec aucune commune[57].

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Eau et assainissement[modifier | modifier le code]

L'approvisionnement en eau potable et l'assainissement des eaux usées sont des compétences de la communauté de communes de la Grande Vallée de la Marne (CCGVM)[58].

En 2019, les deux installations de production d'eau potable en état de fonctionnement de l'intercommunalité sont le captage de Bisseuil et le forage de Tauxières-Mutry. Germaine compte également une station de pompage d'une capacité de 384 m3 par jour, mais celle-ci est à l'arrêt. Concernant le stockage de l'eau potable, Germaine accueille un réservoir de 260 m3[58].

L'assainissement des eaux usées de la commune est assuré, de manière collective, par une station d'épuration par lagunage d'une capacité de 550 équivalents-habitants[58].

Gestion des déchets[modifier | modifier le code]

La CCGVM est également compétente en matière de déchets. Elle organise le ramassage des déchets, en distinguant les ordures ménagères, les biodéchets, les déchets recyclables, le verre et les ordures ménagères des habitats collectifs (Germaine n'est pas concernée par cette dernière prestation). Les déchets (hors verre) sont ensuite valorisés par le syndicat de valorisation des ordures ménagères de la Marne (SYVALOM)[59].

La CCGVM met à disposition de ses habitants quatre déchetteries à Aÿ, Dizy, Mareuil-sur-Ay et Tours-sur-Marne[60].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Justice et sécurité[modifier | modifier le code]

Du point de vue judiciaire, Germaine relève du conseil de prud'hommes, du tribunal de commerce, du tribunal judiciaire, du tribunal paritaire des baux ruraux et du tribunal pour enfants de Reims, dans le ressort de la cour d'appel de Reims[61]. Pour le contentieux administratif, la commune dépend du tribunal administratif de Châlons-en-Champagne[62] et de la cour administrative d'appel de Nancy[63].

Germaine est située en secteur Gendarmerie nationale et dépend de la brigade d'Aÿ-Champagne[64].

En matière d'incendie et de secours, les casernes les plus proches sont les centres de secours de Tours-sur-Marne et Verzenay ainsi que le centre de secours principal d'Épernay, qui dépendent du Service départemental d'incendie et de secours (SDIS) de la Marne[65]. La commune bénéficie également du centre de première intervention intercommunal de la Grande Vallée de la Marne, situé à Aÿ et composé d'une vingtaine de sapeurs-pompiers volontaires[66].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont les Germinois et les Germinoises[67].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[68]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[69].

En 2021, la commune comptait 531 habitants[Note 4], en augmentation de 4,12 % par rapport à 2015 (Marne : −1,22 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
250283257320344336342386650
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
345350339340430430409350325
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
322300294476384388324335328
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
340334302305407500536541509
2017 2021 - - - - - - -
514531-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[70].)
Histogramme de l'évolution démographique

Cultes[modifier | modifier le code]

L'église Sainte-Croix de Germaine est de confession catholique[71]. La commune fait partie de la paroisse « Notre-Dame du Chêne », avec les villages voisins de Champillon, Cumières, Dizy, Hautvillers, Nanteuil-la-Forêt et Saint-Imoges. La paroisse dépend du diocèse de Reims[72].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Sainte-Croix.
  • L'église Sainte-Croix date du XIIe siècle.
  • Le village compte deux lavoirs rénovés.
  • Deux sculptures en pierre du XVe siècle se trouvent dans le cimetière : une de sainte Barbe et l'autre représentant un évêque. Elles sont classées monument historique au titre objet[73]. Dans ce même cimetière, un monument a été érigé à onze maçons creusois, décédés en 1853 lors du percement du tunnel ferroviaire de Rilly-la-Montagne.
  • La maison du bûcheron est un musée consacré à la forêt et aux métiers forestiers pratiqués en Montagne de Reims, à travers outils, documents, photographies, archives. Il a été fermé dans les années 2000. En 2020, il a été réhabilité et il abrite désormais les locaux du tiers-lieu dénommé le Cerf à 3 pattes, regroupant un pole épicerie, un pôle Bistrot et un pôle Culture.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les ruisseaux intermittents sont représentés en traits pointillés.
  2. Les records sont établis sur la période du au .
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Réseau hydrographique de Germaine » sur Géoportail (consulté le 27 mai 2024).
  2. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « La grille communale de densité », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  2. a et b Insee, « Métadonnées de la commune de Germaine ».
  3. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Reims », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  4. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  5. LOG T2 - Catégories et types de logements.
  6. LOG T3 - Résidences principales selon le nombre de pièces.
  7. LOG T5 - Résidences principales en 2017 selon la période d'achèvement.
  8. LOG T1 - Évolution du nombre de logements par catégorie en historique depuis 1968.
  • Autres références :
  1. Orthodromie entre Germaine et Épernay et Reims, sur Lion1906. Consulté le 21 septembre 2013.
  2. a b c d et e « Carte IGN de Germaine » sur Géoportail (consulté le 21 septembre 2013)..
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. « Fiche communale de Germaine », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines dans le bassin Seine-Normandie (consulté le )
  5. Sandre, « la Germaine »
  6. « Le millésime 2022 de la BD TOPAGE® métropole est disponible », sur eaufrance.fr (consulté le ).
  7. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  8. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  9. « Orthodromie entre Germaine et Mailly-Champagne », sur fr.distance.to (consulté le ).
  10. « Station Météo-France « Mailly-civc », sur la commune de Mailly-Champagne - fiche climatologique - période 1991-2020. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  11. « Station Météo-France « Mailly-civc », sur la commune de Mailly-Champagne - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  12. « Les nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020. », sur drias-climat.fr (consulté le )
  13. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.com, (consulté le )
  14. Ministère de la Transition écologique, « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur statistiques.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  15. a b et c Insee, « Comparateur de territoire : Commune de Germaine (51266) - CC de la Grande Vallée de la Marne (245100615) - Marne (51) », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  16. Préfecture de la Marne, « Dossier Départemental des Risques Majeurs : Tableau récapitulatif des risques majeurs », sur marne.gouv.fr, (consulté le ), p. 11.
  17. a b c d et e « Les risques près de chez moi : 51160 Germaine », sur georisques.gouv.fr (consulté le ).
  18. Préfecture de la Marne, « Dossier Départemental des Risques Majeurs », sur marne.gouv.fr, (consulté le ), p. 96-99.
  19. Dossier Départemental des Risques Majeurs, p. 92.
  20. Dossier Départemental des Risques Majeurs, p. 134.
  21. a et b Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : Formations non-romanes, formations dialectales, Genève, Droz, , p. 737.
  22. Jacques Chaurand et Maurice Lebègue, Noms de lieux de Picardie, Christine Bonneton; Illustrated édition, .
  23. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées COG
  24. a et b Ministère de l'Intérieur, « Recherche de groupements au 01/01/2021 », Base nationale sur l'intercommunalité, sur banatic.interieur.gouv.fr (consulté le ).
  25. « Résultats de l'élection présidentielle de 1995 : Germaine », sur politiquemania.com (consulté le ).
  26. « Résultats de l'élection présidentielle de 2002 : Germaine », sur politiquemania.com (consulté le ).
  27. Résultats des élections présidentielles de 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  28. Résultats des élections présidentielles de 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  29. Résultats des élections présidentielles de 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  30. Résultats des élections présidentielles de 2017 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  31. Résultats des élections présidentielles de 2022 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  32. Résultats des élections législatives de 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  33. Résultats des élections législatives de 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  34. Résultats des élections législatives de 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  35. Résultats des élections législatives de 2017 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  36. Résultats des élections législatives de 2022 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  37. Résultats des élections législatives de 2024 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  38. Résultats des élections européennes de 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  39. Résultats des élections européennes de 2009 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  40. Résultats des élections européennes de 2014 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  41. Résultats des élections européennes de 2019 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  42. Résultats des élections européennes de 2024 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  43. Résultats des élections régionales de 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  44. Résultats des élections régionales de 2010 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  45. Résultats des élections régionales de 2015 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  46. Résultats des élections régionales de 2021 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  47. [xls] Résultats des élections cantonales de 2001 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  48. Résultats des élections cantonales de 2008 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  49. Résultats des élections départementales de 2015 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  50. Résultats des élections départementales de 2021 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  51. Résultats des élections référendaires de 1992 sur le site PolitiqueMania.
  52. Résultats des élections référendaires de 2000 sur le site PolitiqueMania.
  53. Résultats des élections référendaires de 2005 sur le site PolitiqueMania.
  54. Almanach Matot-Braine de 1879, p222.
  55. [xls]« Liste des maires de la Marne au 1er août 2008 », sur site de la préfecture de la Marne (consulté le ).
  56. « Liste des maires du département de la Marne » [PDF], Renouvellement des exécutifs locaux, Préfecture de la Marne, (consulté le ).
  57. Commission nationale de la coopération décentralisée, « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures (Marne) », sur pastel.diplomatie.gouv.fr (consulté le ).
  58. a b et c Communauté de communes de la Grande Vallée de la Marne, « Rapport annuel 2019 sur le prix et la qualité du service public d'eau potable et d'assainissement », sur ccgvm.com (consulté le ), p. 10 et 19.
  59. Communauté de communes de la Grande Vallée de la Marne, « Rapport annuel 2019 sur le service public de prévention et de gestion des déchets », sur ccgvm.com (consulté le ), p. 7-10.
  60. Communauté de communes de la Grande Vallée de la Marne, « Les Déchetteries de la CCGVM », sur ccgvm.com (consulté le ).
  61. Ministère de la Justice, « Liste des juridictions compétentes pour une commune : 51160 GERMAINE », sur annuaires.justice.gouv.fr (consulté le ).
  62. Article R221-3 du Code de justice administrative.
  63. Article R221-7 du Code de justice administrative.
  64. Ministère de l'Intérieur, « Compétence territoriale gendarmerie et police nationales », sur data.gouv.fr, (consulté le ).
  65. SDIS de la Marne, « Carte interactive », sur sdis51.fr (consulté le ).
  66. Communauté de communes de la Grande Vallée de la Marne, « Secours et incendie », sur ccgvm.com (consulté le ).
  67. « Géographie », sur site de la commune de Germaine (consulté le ).
  68. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  69. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  70. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  71. Observatoire du patrimoine religieux, « Les églises et édifices religieux recensés par l'OPR à Germaine », sur patrimoine-religieux.fr (consulté le ).
  72. Diocèse de Reims et des Ardennes, « Paroisse NOTRE DAME du CHENE », sur catholique-reims.fr (consulté le ).
  73. Notice no PM51000447 et Notice no PM51000448, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture. Consulté le 21 septembre 2013.


Erreur de référence : Des balises <ref> existent pour un groupe nommé « I », mais aucune balise <references group="I"/> correspondante n’a été trouvée