Dizy (Marne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dizy
Dizy (Marne)
Vue de Dizy et de son église, depuis la montagne de Reims.
Blason de Dizy
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Marne
Arrondissement Épernay
Intercommunalité CC de la Grande Vallée de la Marne
Maire
Mandat
Antoine Chiquet
2020-2026
Code postal 51530
Code commune 51210
Démographie
Gentilé Dizyciens
Population
municipale
1 505 hab. (2018 en diminution de 4,26 % par rapport à 2013)
Densité 466 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 03′ 58″ nord, 3° 58′ 02″ est
Altitude Min. 69 m
Max. 250 m
Superficie 3,23 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Épernay
(banlieue)
Aire d'attraction Épernay
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Épernay-1
Législatives 3e circonscription de la Marne
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Dizy
Géolocalisation sur la carte : Marne
Voir sur la carte topographique de la Marne
City locator 14.svg
Dizy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dizy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dizy
Liens
Site web https://www.dizy.fr

Dizy est une commune française située dans le département de la Marne, en région Grand Est.

Ses habitants sont appelés les Dizyciens. La devise du village est « Champenois de Dizy, fier je suis ».

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Dizy est localisée dans l'ouest du département de la Marne et de la région Grand Est. Elle est située dans la vallée de la Marne, au cœur du vignoble de Champagne, sur le versant sud de la montagne de Reims[1].

Selon l'Insee, Dizy fait partie de l'unité urbaine et du bassin de vie d'Épernay[2]. À vol d'oiseau, la commune est distante d'environ 2,5 km d'Épernay au sud, 22 km de Reims au nord et 31 km de Châlons-en-Champagne à l'est. Paris se trouve à environ 120 km au sud-ouest de la commune tandis que la capitale régionale, Strasbourg, est située à plus de 280 km à l'est de Dizy[3].

La commune s'étend sur 3,23 km2[4]. Elle est limitrophe des communes de Champillon au nord, Aÿ-Champagne à l'est, Magenta au sud et Hautvillers à l'ouest. Un quadripoint avec la commune d'Épernay se trouve également au sud[1].

Carte de Dizy et des communes limitrophes.
Communes limitrophes de Dizy
Champillon
Hautvillers Dizy Aÿ-Champagne
Magenta, Épernay
(par un quadripoint)

Relief, géologie et hydrographie[modifier | modifier le code]

Le point culminant de la commune, à 250 mètres d'altitude[4], se trouve à l'extrémité nord-est de Dizy sur le plateau boisé de la montagne de Reims (lieu-dit « les Rosières »)[1]. Du point de vue géologique, le plateau est composé de marnes, argiles et sables du Bartonien, du Lutétien et de l'Yprésien[5]. L'altitude diminue rapidement vers l'ouest et le sud. Ces coteaux, entre 100 et 200 mètres, accueillent le vignoble de Champagne[1]. Ils sont formés de craies blanches du Campanien surmontées de colluvions et matériaux soliflués de bas-versant[5].

La zone artisanale et les lotissements situés au nord de Dizy (Terre du Crayon, Poncelotte, etc.) se trouvent dans un vallon formé par le ruisseau de Champillon[1]. Le ruisseau traverse Dizy du nord au sud, en provenance de Champillon et en direction de Magenta, où il se jette dans la Marne[6]. Il s'écoule sur 3,63 km dont 2,41 km sur le territoire de Dizy[5],[6]. Deux petits affluents du ruisseau de Champillon arrosent également la commune : le fossé de la Poncelotte (1,14 km) et le ruisseau de la Fontaine aux Frenes (2,77 km dont 0,88 km à Dizy)[5],[7],[8]. Les sols du vallon sont composés de colluvions de fond de vallées et de limons localement sableux et/ou caillouteux[5]. Une fois passé ce vallon, l'altitude augmente à nouveau vers l'ouest[1].

Les principaux espaces urbanisés de Dizy se trouvent aux pieds des coteaux de la montagne de Reims dans la vallée de la Marne. La rivière passe à quelques centaines de mètres au sud de la commune[1]. Dans la vallée, dont les sols sont composés d'alluvions holocènes déposés par la Marne[5], l'altitude descend jusqu'à 69 mètres[4]. Le centre du village et l'église Saint-Timothée sont dominés, à l'est, par une butte qui culmine à environ 150 mètres (au lieu-dit « Moque-Bouteille »)[1].

Le canal latéral à la Marne passe par le territoire communal et sert de frontière avec Magenta, au sud[1]. Le canal — navigable — parcourt une distance totale de 67 km entre Vitry-le-François et Mardeuil[9], dont 0,62 km à Dizy et Magenta[5].

Climat[modifier | modifier le code]

La commune est soumise à un climat océanique dégradé, sous influence du climat continental, ce qui explique l'amplitude thermique annuelle de 17 °C (entre janvier et juillet) et de la répartition des précipitations sur toute l'année. La température moyenne annuelle est d'environ 10 °C.

Mois Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Année
Températures maximales moyennes (°C) 4 7 10 16 19 23 24 24 21 14 9 5 14,7
Températures minimales moyennes (°C) -1 -1 1 4 8 11 13 12 9 6 2 -1 4,8
Températures moyennes (°C) 2 3 6 10 14 17 19 18 15 10 6 2 10,2
Source : Climatologie mensuelle - Dizy, France

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Dizy fait partie du parc naturel régional de la Montagne de Reims[10]. Ses coteaux appartiennent aux « coteaux historiques du Champagne », un site naturel classé depuis 2016 en raison de son caractère historique et pittoresque[11]. Une petite partie des coteaux de Dizy, à l'est du village, font partie périmètre des Coteaux, maisons et caves de Champagne, inscrits sur la liste du Patrimoine mondial ; le reste de ses coteaux se trouvent dans le zone tampon autour de ce bien[12].

L'Inventaire national du patrimoine naturel (INPN) recense 390 espèces sur le territoire de la commune, dont 45 espèces protégées[10] et 4 espèces menacées d'oiseaux (Chardonneret élégant, Gobemouche noir, Linotte mélodieuse et Verdier d'Europe[13]).

La commune accueille une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) de type I[10]. La ZNIEFF des « pelouses, marais et forêts du versant situé au sud-est de Champillon » s'étend sur 26,6 hectares sur le territoire de Champillon et de Dizy, entre 205 et 250 mètres d'altitude. Elle protège des formations végétales occupant une pente formée par un ancien glissement de terrain. Elle comprend « une forêt calcicole thermophile, des groupements de lisières et de pelouses associés, une tufière et un marais alcalin »[14].

Cette zone est incluse dans la ZNIEFF de type II du « massif forestier de la montagne de Reims (versant sud) et étangs associés »[14], qui regroupe les dix ZNIEFF de type I du versant sud de la montagne de Reims sur une superficie de 4 870 hectares[15]. Une partie de la ZNIEFF constitue une zone spéciale de conservation du réseau Natura 2000. Cet ensemble forestier, qui s'étend sur 1 733 hectares entre Nanteuil-la-Forêt et Villers-Marmery en passant par les forêts au nord-est de Dizy, est notamment remarquable pour ses hêtraies thermophiles et ses ourlets associés, qui accueillent de nombreuses espèces rares et protégées[16].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Dizy est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[17],[18],[19]. Elle appartient à l'unité urbaine d'Épernay, une agglomération intra-départementale regroupant 7 communes[20] et 29 935 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[21],[22].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Épernay, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 45 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[23],[24].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (64,9 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (65,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : cultures permanentes (62,6 %), zones urbanisées (21,8 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (9,6 %), forêts (3,7 %), zones agricoles hétérogènes (2,1 %), terres arables (0,2 %)[25]. Les cultures permanentes, majoritaires sur le territoire communal, correspondent principalement au vignoble.

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[26].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Plan du village de Dizy.

Dans les années 1950, à l'exception des écarts de la Briqueterie (au sud-ouest) et de la Folie (au nord-ouest), le village de Dizy était presque entièrement situé autour de quatre rues : l'avenue du Général-Leclerc à l'ouest, la rue Neuve au nord, la rue de Reims à l'est et la rue du Colonel-Fabien au sud[27]. Dizy a connu une importante croissance à partir des années 1970, avec la construction de nombreux lotissements[28].

Les principaux quartiers urbanisés de Dizy sont :

  • La Briqueterie, un lotissement situé sur la gauche en arrivant à Dizy depuis Magenta. Il doit son nom à une briqueterie fondée au XIXe siècle par la famille Lombard à proximité du canal et fermée dans les années 1950[29]. On y trouve notamment le stade, les courts de tennis et la gendarmerie.
  • Le Léon, situé au sud-est de la commune en bordure du canal latéral à la Marne. Le quartier est composé de lotissements et des principaux immeubles que compte Dizy. Son nom proviendrait du pape Léon X qui possédait des vignes entre Ay et Dizy[30].
  • Le Centre et le quartier du Vieux-Château, qui comprend les bâtiments les plus anciens de la commune mais aussi certains parmi les plus modernes, comme la maison des associations. Il s'articule autour de la rue du Colonel-Fabien et accueille notamment l'église Saint-Timothée, la mairie et les écoles.
  • Les Terres Rouges, à l'ouest du centre du village.
  • Le Gai Logis, la Poncelotte et la Terre du Crayon, trois lotissements des années 1980 situés au nord de Dizy et entourés par les vignes.

Outre ces quartiers urbanisés, Dizy accueille une zone artisanale et deux zones commerciales (Bas Jardins et Petits Bois)[28]. La zone artisanale se trouve au nord du village. Elle est spécialisée dans le domaine du vin (ateliers de bouchons, fabrique de coiffes, capsules de champagneetc.[31]). La zone commerciale des Bas-Jardins, située à l'ouest de la commune, a été construite dans les années 1980. Elle comprend notamment un hypermarché E.Leclerc. Jugée « vieillissante », elle doit faire l'objet d'une requalification[32]. La zone commerciale du Petit-Bois, de l'autre côté de l'ancienne route nationale, est plus récente.

Logement[modifier | modifier le code]

Le lotissement de la Terre du Crayon, vu depuis le vignoble.

En 2017, l'Insee recense 816 logements à Dizy. Ces logements sont à 76,5 % des maisons et à 23,4 % des appartements[Insee 1]. Ces appartements se trouvent principalement dans le quartier du Léon.

Parmi les logements recensés sur la commune, 89,4 % sont des résidences principales, 2,1 % des résidences secondaires et 8,5 % des logements vacants[33]. 21,4 % des résidences principales dizyciennes comptent 3 pièces ou moins, 27,7 % comptent 4 pièces et 51 % comptent 5 pièces ou plus[Insee 2]. Près de sept ménages sur dix sont propriétaires de leur logement (69,1 %), un chiffre supérieur à la moyenne départementale (51,2 %) et comparable à la moyenne intercommunale (71 %)[33].

Le tableau ci-dessous présente une comparaison de quelques indicateurs chiffrés du logement pour Dizy, la communauté de communes de la Grande Vallée de la Marne (CCGVM) et le département de la Marne[33] :

Le logement à Dizy et dans la Marne en 2017
Dizy CCGVM Marne
Ensemble des logements 816 7 459 294 041
Part des résidences principales (en %) 89,4 88,2 88,4
Part des résidences secondaires (en %) 2,1 2,8 2,7
Part des logements vacants (en %) 8,5 8,9 8,9

Parmi les 729 résidences principales construites avant 2015, seules 11,1 % avaient été construites avant 1945. 18,2 % l'avaient été entre 1946 et 1970, 45,3 % entre 1971 et 1990, 18,5 % entre 1991 et 2005 et 7,0 % depuis 2006[Insee 3].

Le tableau ci-dessous présente l'évolution du nombre de logements sur le territoire de la commune, par catégorie, depuis 1968[Insee 4] :

Évolution du nombre de logements par catégorie
1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2017
Résidences principales 320 339 473 569 694 696 694 730
Résidences secondaires 3 6 5 6 13 4 8 17
Logements vacants 26 8 50 36 30 31 67 69
Total 349 353 528 611 737 731 768 816

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Infrastructures routières[modifier | modifier le code]

Historiquement, Dizy est desservie par la route nationale 51 entre Épernay (au sud) et Reims (au nord). La route est devenue la route départementale 951, qui passe à l'ouest du village et dessert les zones commerciales de Dizy[1]. Correspondant à un tracé plus ancien de la route nationale, la route départementale 251 (ancienne route nationale 2051) relie Magenta (puis Épernay) à Champillon (puis Reims) en passant par l'est du village[1].

Pour rejoindre Magenta au sud, la route emprunte deux ponts : un pont sur le canal latéral à la Marne datant de 1949 et un pont de décharge[34]. À proximité du pont, commence la route départementale 386 qui traverse l'ouest du village du sud au nord puis part en direction d'Hautvillers et Fismes[1].

Dizy est également située sur la route touristique du Champagne.

La route et la voiture sont le principal moyen d'accès à la commune. Par exemple, en 2017, plus de 85 % des actifs de la commune se rendent sur leur lieu de travail en voiture (8 % s'y rendent à pieds ou en vélo et 4 % ne se déplacent pas)[Insee 5]. La quasi-totalité des ménages sont équipés d'un véhicule : 93,4 % des ménages possèdent une voiture et 48,3 % en comptent au moins deux[Insee 6].

Autres moyens de transport[modifier | modifier le code]

Depuis , Dizy est desservie par la ligne 3 des transports urbains d'Épernay et du Pays de Champagne (réseau Mouvéo). La commune est ainsi directement reliée au centre d'Épernay, en passant par Magenta[35]. Trois arrêts se trouvent à Dizy : Dizy Briqueterie, Dizy Centre et Dizy Porte du Vignoble, terminus de la ligne 3[36].

Le canal latéral à la Marne était autrefois un moyen de transport important. Vers 1891, le port de Dizy avait un trafic annuel d'environ 3 500 tonnes[37]. Si le canal est toujours navigable, seules quelques péniches s'arrêtent désormais à Dizy.

La commune n'est pas desservie par le chemin de fer, les gares les plus proches se trouvant à Épernay et Aÿ. L'aérodrome le plus proche est l'aérodrome d'Épernay - Plivot.

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Le territoire de Dizy est vulnérable à différents risques naturels et technologiques. La commune est dans l'obligation d'élaborer et publier un document d'information communal sur les risques majeurs ainsi qu'un plan communal de sauvegarde[38].

Située dans la vallée de la Marne, la commune est touchée par le risque d'inondation au sud de son territoire[39]. Elle est concernée par le plan de prévention du risque inondation par débordement de la Marne sur le secteur d'Épernay, datant de 2017[40]. Elle est également soumise au risque de rupture de barrage, en cas de rupture du lac-réservoir Marne (lac du Der)[41] situé à environ 80 km en amont de Dizy[42].

Dizy est touchée par les risques de mouvements de terrains. Elle est comprise dans le périmètre du plan de prévention des risques « glissement de terrain de la Côte d'Ile-de-France - secteur de la vallée de la Marne des tranches 1 et 2 » approuvé en 2014[43]. Des glissements de terrains peuvent se produire au nord-est de la commune[39] ; la montagne de Reims est en effet considérée comme un « secteur propice aux glissements de terrains »[43]. Des coulées peuvent également redescendre des coteaux en direction du village[39],[44]. La commune a fait l'objet de plusieurs arrêtés reconnaissant l'état de catastrophe naturelle pour des inondations et coulées de boue parfois accompagnées de mouvements de terrain (en 1983, 1997, 1999, 2004 et 2013)[39]. Pour limiter ce risque, un important bassin écrêteur de ruissellement a été créé à la Poncelotte[45].

La commune est affectée par le phénomène de retrait-gonflement des argiles (risque moyen)[46]. Le risque sismique est très faible sur son territoire[39]. De même, le potentiel radon de la commune est faible[39].

Au niveau industriel, Dizy compte une installation classée pour la protection de l'environnement (non Seveso) : l'usine Sparflex[47], située dans la zone artisanale au nord de la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Nom du village[modifier | modifier le code]

Vers 662, Dizy est mentionnée en tant que « Villa Disiacum cum ecclesia et altare beati Timothei martyris »[48], dans l'acte de création de l'abbaye Saint-Pierre d'Hautvillers[49]. Son nom pourrait provenir du patronyme romain Decius[49].

Flodoard parle de « Diciacum » au milieu du Xe siècle et le toponyme « Divisiacum » est retrouvé au début du XIe siècle. Trois siècles plus tard, le village est connu comme « Diziacum » (1312), « Dyseium » (1346), « Dysy » (1358) puis « Dizi » (1409). Au XVIIe siècle, le toponyme « Disy » est utilisé[48].

À la Révolution française, le nom de « Dizy » est donné à la nouvelle commune[4]. Au XIXe siècle, elle est parfois appelée « Dizy-la-Rivière » ou « Dizy-sur-Marne »[48] ; une autre commune portant le nom de Dizy dans le département voisin de l'Aisne (Dizy-le-Gros). En 1881, elle prend le nom de « Dizy-Magenta », avant de redevenir « Dizy » lors de la scission de la commune de Magenta en 1964[4].

Odonymie[modifier | modifier le code]

Les rues de Dizy portent souvent le nom du quartier ou lotissement dans lequel elles se trouvent : avenue du Léon, rue de la Briqueterie, chemin des Bas Jardins, allée du Petit Bois, chemin de la Poncelotte, etc.[29] De nombreuses voies font également référence au vignoble qui entoure le village : impasse des Vignes, rue des Gouttes d'Or, rue Saint-Vincent (saint patron des vignerons), rue des Galipes (« vignes » en patois marnais)[29], rue du Vert Doré (nom d'un cépage)[29] ou encore la rue Moque-Bouteilles (qualifiant des vignes à faible rendement)[50].

Dans le lotissement de la Poncelotte, le nom des rues fait référence à la devise française Liberté, Égalité, Fraternité, le lotissement ayant été inauguré pour le bicentenaire de la Révolution française en 1789. Dans le quartier du Léon, la plupart des voies sont nommées d'après des auteurs et poètes (dont le poète rémois Paul Fort)[29].

Après la Seconde Guerre mondiale, plusieurs rues sont renommées en référence à des militaires ou résistants : rue du Colonel-Fabien (D1, ancienne rue d'Ay), avenue du Général-Leclerc (D386, ancienne avenue Jean Jaurès) et rue Danièle-Casanova[29]. Enfin, quelques voies portent le nom de personnalités locales : la rue Dupont-Suaire est nommée en l'honneur d'une ancienne directrice de l'école maternelle (1902-1922)[29] et la place Yves-Brunot fait référence à un viticulteur qui fut le premier maire de Dizy après la séparation de Dizy-Magenta en 1965[51].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Les premières traces d'habitation sur le territoire de la commune remontent au néolithique. Des squelettes de cette époque sont découverts à Dizy en 1894[52].

Durant l'Antiquité, Dizy aurait été un site gallo-romain. La commune se trouve en effet sur la route romaine entre Coulommiers et Reims[53]. Des lacrymatoires de l'époque gallo-romaine sont retrouvés au lieu-dit « la Grange » vers 1820[52].

Du Moyen Âge à la révolution industrielle[modifier | modifier le code]

Le premier écrit mentionnant l'existence du village remonte à 662, lorsque l'archevêque de Reims saint Nivard accorde un privilège à la nouvelle abbaye d'Hautvillers, qui dépend alors de la paroisse de Dizy[49],[54]. Durant le Moyen Âge, l'abbé de l'abbaye Saint-Pierre d'Hautvillers est le seigneur et le décimateur de Dizy, ayant le droit de lever la dîme[49].

Au XVIIe siècle, Dizy est touchée par les guerres de religion : son église est en partie détruite par les huguenots[49].

Vers 1735, Champillon est encore un hameau de Dizy et le village compte, avec son hameau, 75 feux[55]. En 1789, le village de Dizy comporte 50 feux et élit Jean Vautrin et Pierre Guérin comme députés pour les États-Généraux[56]. À la fin de l'Ancien Régime, Dizy est rattachée au bailliage de Reims[57] et à l'élection d'Épernay, au sein de la généralité de Châlons[58]. Sa paroisse appartient alors au doyenné d'Épernay dans l'archidiocèse de Reims[59].

La commune de Dizy est créée à la Révolution française dans le département de la Marne. Elle est d'abord rattachée au canton d'Hautvillers, au sein du district d'Epernay. En 1801, le nombre de cantons marnais passe de 74 à 32 ; le canton d'Hautvillers est supprimé et Dizy rejoint le canton d'Ay dans l'arrondissement de Reims[60].

En 1814 la milice villageoise repousse des éclaireurs venant de Reims mais, peu de temps après, le village est pillé par les troupes russes et prussiennes et les réquisitions se montent à 6 033 frs9.

En 1832, dix-huit habitants périssent de l'épidémie de choléra qui sévit dans la Marne. La vie économique s'accélère par le passage du canal latéral en 1838, l'inauguration du chemin de fer Paris Eperany le 2 septembre 1849 et celui vers Reims le 4 juin 1854.

Dizy-Magenta[modifier | modifier le code]

L'école des filles, à côté de la mairie, au début du XXe siècle.

Aux alentours de 1850, entre le pont de Dizy et le pont de la Marne, s'élevait le hameau de la Poterie. En 1859, le hameau, prenant de l'importance, est renommé Magenta, à la suite de la bataille du même nom[61].

Magenta se développe considérablement et devient le principal faubourg d'Épernay avec son voisine La Villa, située sur le territoire d'Ay[62]. Ainsi, en 1896, deux tiers de la population de Dizy vit dans le quartier de Magenta (1 925 habitants sur 2 844)[62]. Signe de l'importance de Magenta, la commune prend en 1881 le nom de Dizy-Magenta[4]. En 1907, le chef-lieu de la commune est transféré à Magenta. Le village est éclairé par le gaz en 1879 et a un poste télégraphique en 1881.[réf. nécessaire]

En , une émeute éclate à Dizy et dans d'autres villes marnaises lorsque le Sénat envisage de supprimer l'appellation « champagne »[63].

Comme de nombreux villages du Nord-Est de la France, Dizy fut à moitié détruite durant la Première Guerre mondiale[64] et a été décoré de la Croix de guerre 1914-1918, le [65].

Située sur la voie de la Liberté, entre Épernay et Reims, Dizy fut libérée le de l'occupation allemande, d'ailleurs un calvaire a été élevé en 1947, route de Reims, pour commémorer ce jour[66].

En 1965, quand Magenta en fut détaché, la commune reprit le nom de Dizy[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie du village.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Du point de vue administratif, la commune est rattachée à l'arrondissement d'Épernay, dans le département de la Marne en région Grand Est. Jusqu'en 2006, elle appartenait à l'arrondissement de Reims[2].

Au niveau électoral, Dizy fait partie du canton d'Épernay-1[2] (pour les élections départementales) et de la troisième circonscription de la Marne (pour les élections législatives). Avant le redécoupage cantonal de 2014, elle faisait partie du canton d'Ay (depuis 1801)[4].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Dizy fait partie de la communauté de communes de la Grande Vallée de la Marne[2] depuis sa création en 1992.

Au , la commune appartient également aux intercommunalités suivantes : le syndicat mixte de la Marne Moyenne (pour la compétence GEMAPI), le syndicat mixte de réalisation et de gestion du parc naturel régional de la Montagne de Reims et le syndicat intercommunal à vocation unique du bassin versant Ay-Hautvillers (compétent en matière d'énergie hydraulique)[67].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

L'électorat dizycien est plutôt partagé depuis le milieu des années 1990[Note 3].

Si en 1995 Lionel Jospin (PS) remportait l'élection présidentielle avec 54,04 % des voix, c'est Nicolas Sarkozy (UMP) qui s'impose en 2007 et 2012 avec un score compris entre 52 et 54 %. Aux élections législatives, Dizy suit la tendance nationale : la droite l'emporte en 2002 et 2007, la gauche en 1997 et 2012, le centre en 2017.

La gauche a remporté l'ensemble des scrutins locaux de 2001 à 2010 : Jean-Paul Bachy sortant vainqueur de triangulaires avec la droite et l'extrême droite aux régionales de 2004 et 2010 et le maire socialiste d'Ay remportant les cantonales de 2001 et 2008. En 2015, la droite remporte ces deux scrutins : les régionales et les départementales, où la maire de Dizy d'alors Barbara Naveau est candidate.

Lors des élections européennes, Dizy suit les tendances nationales : les listes socialistes arrivant en tête en 1999 et 2004, la droite s'imposant en 2009 et l'extrême droite en 2014 et 2019. Enfin, les deux référendums européens ont été rejetés par les électeurs dizyciens avec 54,88 % en 1992 et 60,21 % en 2005.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 13 novembre 1791[91] Nicolas-Daniel Sénéchal   curé de la paroisse
1790 ? Charles D'Ennebecq    
? 1801 Nicolas-Daniel Sénéchal    
1801 1812 Pierre Guérin    
1812 1818 Pierre-Joseph Devillelongue    
1818 1834 André Andrès    
1834 1845 Victor-Alexandre Hutin    
1845 1849 Charles Bigault de Fouchères    
1849 1850 Louis-Joseph Montmarthe    
1850 1855 Nicolas Maitre    
1855 1871 Henry-Michel Herbelet    
1871 1876 Jean-Baptiste Machet    
1876 1881 Edmé-François Parny-Hadot    
1881 1883 Louis-Joseph Brouleau    
1883 1884 Louis-Joseph Testulat    
1884 1887 Jean-Baptiste Machet    
1887 1890 Anésime Moigneaux    
1890 1892 Elerz Gatinois    
1892 1892 Adolphe Savart    
1892 1900 Anatole Thévenet    
1900 1912 Henri Coulaud    
1912 1913 Arthur Couty    
1913 1932 Gabriel-Lucien Isaac   Conseiller général d'Aÿ
1932 1944 Paul Poirel   Nommé conseiller départemental en 1943[92]
1944 1945 Lucien Meyer    
1945 1946 Adanis Roger    
1946 1947 Gaston-Désiré Boyé    
1947 1959 Roland Monayraud    
1959 1965 Georges Forêt   Maire de Magenta (1965 → 1971)
1965 1970 Yves Brunot    
1971 1994 André Charbonnier PS  
Les données manquantes sont à compléter.
2001 2008 Jean-Marie Lallement    
2008 mai 2020[93] Barbara Naveau[94],[95] DVD[96]  
mai 2020[97],[98] En cours
(au 1er avril 2021)
Antoine Chiquet SE[97]  

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

La commune a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21 en 2011[99].

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune de Dizy est jumelée depuis 1994 avec celle de Sommerach, située à 585 km, dans le land de Bavière, en Allemagne[100].

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Eau et assainissement[modifier | modifier le code]

L'approvisionnement en eau potable et l'assainissement des eaux usées sont des compétences de la communauté de communes de la Grande Vallée de la Marne (CCGVM)[101].

En 2019, les deux installations de production d'eau potable en état de fonctionnement de l'intercommunalité sont le captage de Bisseuil et le forage de Tauxières-Mutry. Concernant le stockage de l'eau potable, Dizy accueille deux cuves pour une capacité totale de 2 000 m3[101].

L'assainissement des eaux usées de la commune est assuré, de manière collective, par une station d'épuration située à Mardeuil dans la communauté d'agglomération d'Épernay (grâce à une convention entre la CCGVM et la communauté d'agglomération)[101].

Gestion des déchets[modifier | modifier le code]

La CCGVM est également compétente en matière de déchets. Elle organise le ramassage des déchets, en distinguant les ordures ménagères, les biodéchets, les déchets recyclables, le verre et les ordures ménagères des habitats collectifs. Les déchets (hors verre) sont ensuite valorisés par le syndicat de valorisation des ordures ménagères de la Marne (SYVALOM)[102].

La CCGVM met à disposition de ses habitants quatre déchetteries, dont la déchetterie de Dizy[102],[103] située à côté du cimetière[1]. Les autres déchetteries intercommunales se trouvent à Aÿ, Mareuil-sur-Ay et Tours-sur-Marne[102],[103].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Dizy fait partie de l'académie de Reims[104],[105].

Pour les enfants jusqu'à 6 ans, Dizy dispose d'un établissement d'accueil de jeunes enfants « Les Canaillous »[106]. Ouverte en 1988, cette crèche municipale peut accueillir 23 enfants dans ses locaux de la rue Paul-Fort[107]. Une micro-crèche « La Maison des Filous » propose également ses services à Dizy[106].

La commune compte une école maternelle et une école élémentaire publiques, situées rue du Vieux Château[104],[105],[108]. La commune propose des services de restauration scolaire, des services périscolaires le matin, le soir et le mercredi ainsi qu'un accueil de loisirs[106],[109].

Pour l'enseignement secondaire, les jeunes dizyciens sont rattachés au collège Côte-Legris d'Épernay[108], puis au lycée Stéphane-Hessel, également à Épernay. Le service de transport scolaire entre Dizy et le lycée est assuré par Fluo Grand Est[110].

Équipements culturels et sportifs[modifier | modifier le code]

Dizy est équipée d'une médiathèque, située au rez-de-chaussée de la Maison des associations (rue du Vieux Château)[111]. La Maison des associations héberge également un hall d'exposition[112], qui accueille notamment des expositions de peinture ou de photographie[113],[114].

Le stade de football communal se trouve dans le quartier de la Briqueterie[29], tout comme les terrains de tennis. Les vestiaires datant de 1981 doivent être réhabilités en 2021-2022, à l'occasion de la création d'un club house et d'une salle socio-culturelle au sein d'un nouveau complexe socio-culturel et sportif René-Bliard, nommé d'après le joueur de football René Bliard né à Dizy[115].

Poste et télécommunications[modifier | modifier le code]

Une agence communale de La Poste est située rue du Colonel-Fabien, à côté de la mairie. Elle est ouverte le matin, du lundi au samedi, ainsi que le mercredi après-midi[116].

Justice et sécurité[modifier | modifier le code]

Du point de vue judiciaire, Dizy relève du conseil de prud'hommes, du tribunal de commerce, du tribunal judiciaire, du tribunal paritaire des baux ruraux et du tribunal pour enfants de Reims, dans le ressort de la cour d'appel de Reims[117]. Pour le contentieux administratif, la commune dépend du tribunal administratif de Châlons-en-Champagne[118] et de la cour administrative d'appel de Nancy[119].

Dizy accueille une brigade de proximité de la Gendarmerie nationale. Située dans le lotissement la Briqueterie[120], elle dessert les communes de Champillon, Cormoyeux, Courtagnon, Damery, Dizy, Fleury-la-Rivière, Hautvillers, Nanteuil-la-Forêt, Pourcy, Romery, Saint-Imoges et Venteuil[121].

En matière d'incendie et de secours, la caserne la plus proche est le centre de secours principal d'Épernay, qui dépend du Service départemental d'incendie et de secours (SDIS) de la Marne[122]. La commune bénéficie également du centre de première intervention intercommunal de la Grande Vallée de la Marne, situé à Aÿ-Champagne et composé d'une vingtaine de sapeurs-pompiers volontaires[123].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Dizy sont les Dizyciennes et les Dizyciens[28].

Évolution de la population[modifier | modifier le code]

La population de Dizy a fortement augmenté à partir du milieu du XIXe siècle, avec le développement du quartier de Magenta. Dizy passe ainsi de 417 habitants en 1851 à plus de 3 000 en 1901. Sa population reste au-dessus des 3 000 habitants jusqu'en 1965, lorsque Magenta devient une commune à part entière. Dizy ne compte alors plus qu'un millier d'habitants. Sa population croît à nouveau durant les années 1980 et 1990, pour atteindre son pic en 1999 à 1 832 habitants. Elle décroît depuis, pour approcher les 1 500 habitants.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[124]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[125].

En 2018, la commune comptait 1 505 habitants[Note 4], en diminution de 4,26 % par rapport à 2013 (Marne : −0,45 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
247270281260402356378394417
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4615777301 3071 6391 9892 2222 4622 844
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 0213 3033 1533 5203 3003 2893 2163 0173 004
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
3 0361 0471 0701 3191 5421 8321 7141 5951 540
2018 - - - - - - - -
1 505--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[126].)
Histogramme de l'évolution démographique

Structure de la population[modifier | modifier le code]

En 2017, Dizy compte 813 femmes (53,3 %) et 711 hommes (46,7 %)[Insee 7].

La pyramide des âges de la commune fait apparaître une sur-représentation de la tranche d'âge de 45 à 74 ans, qui représente environ la moitié de la population[Insee 7] contre un peu plus du tiers à l'échelle du département[127].

Pyramide des âges à Dizy en 2017 (en %)[Insee 7]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90  ans ou +
0,9 
7,4 
75 à 89 ans
8,7 
21,7 
60 à 74 ans
21,8 
28,0 
45 à 59 ans
28,8 
13,5 
30 à 44 ans
14,6 
16,7 
15 à 29 ans
13,9 
12,2 
0 à 14 ans
11,3 
Pyramide des âges dans la Marne en 2017 (en %)[127]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90  ans ou +
1,7 
6,1 
75 à 89 ans
9,0 
15,6 
60 à 74 ans
16,7 
19,7 
45 à 59 ans
19,4 
19,0 
30 à 44 ans
17,9 
20,1 
15 à 29 ans
18,3 
18,8 
0 à 14 ans
17,0 

Vie associative[modifier | modifier le code]

En 2001, une Maison des associations (MDA) est inaugurée dans le centre-ville. Outre la médiathèque et une salle d'expositions, la MDA accueille le service vie associative de la mairie et des salles mises à disposition des associations[112].

En 2019-2020, la Maison des associations héberge des associations consacrées à la danse moderne, à la peinture, au chant, à la relaxation et au qi gong, au patchwork, au scrabble ou encore des groupes de parole. La salle des fêtes accueille des activité de renforcement musculaire, de gymnastique et de danse. La mairie recense encore trois autres associations à Dizy : le comité de jumelage, une association de jet ski et une autre concernant le bien-être[128].

Enfin, l'une des plus importantes associations locales est l'Union sportive de Dizy Football. En 2020, l'US Dizy recense environ trois cent licenciés, en forte augmentation depuis 2017 grâce au développement des sections féminines[115].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Lors des Concerts entre vignes et forêts.

La fête patronale a lieu le troisième week-end de juillet.

La brocante se déroule chaque année le jour de la fête des mères[129].

Dizy participe aux événements culturels intercommunaux et accueille notamment des concerts dans le cadre du festival « Musiques en Champagne »[130].

Cultes[modifier | modifier le code]

L'église de Dizy est de confession catholique[131]. La commune fait partie de la paroisse « Notre-Dame du Chêne », avec les villages voisins de Champillon, Cumières, Germaine, Hautvillers, Nanteuil-la-Forêt et Saint-Imoges. La paroisse dépend du diocèse de Reims[132].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2018 (données Insee publiées en ), la commune compte 734 ménages fiscaux, regroupant 1 583 personnes[Insee 8]. Le revenu fiscal médian déclaré par unité de consommation est alors de 25 060 , équivalent à celui de la communauté de communes de la Grande Vallée de la Marne (25 010 ) et supérieur à celui du département de la Marne (21 650 )[33].

Emploi[modifier | modifier le code]

Dizy appartient au bassin d'emploi d'Épernay[2].

En 2017, 777 Dizyciens et Dizyciennes ont entre 15 et 64 ans[Insee 9]. Parmi ceux-ci, le taux d'activité est de 76,7 % (contre 78,7 % dans la communauté de communes et 73,2 % dans la Marne). Le taux de chômage pour cette tranche d'âge est alors de 6,1 %, un taux inférieur au taux intercommunal (7,4 %) et départemental (13,7 %)[33].

Dizy compte 891 emplois en 2017, en baisse par rapport aux 957 emplois recensés en 2007. Le nombre d'actifs ayant un emploi et résidant à Dizy étant de 738, l'indicateur de concentration d'emploi est de 120,8 %, ce qui signifie que la commune offre davantage d'emplois qu'elle ne compte d'habitants actifs[Insee 10]. Cependant, seuls 186 Dizyciens travaillent sur la commune (soit 25,3 % des actifs ayant un emploi)[Insee 11].

Parmi les 891 emplois dénombrés à Dizy en 2017, 800 sont salariés (89,8 %) et 91 sont non salariés (10,2 %)[Insee 12]. Ces chiffres sont comparables avec l'ensemble des actifs résidant à Dizy, qui sont salariés à 87,5 %[Insee 13].

Entreprises, commerces et secteurs d'activité[modifier | modifier le code]

Vue de Dizy et la vallée de la Marne depuis le vignoble.

L'économie de Dizy est principalement orientée vers le commerce des vins de Champagne. Le champagne est aussi un atout touristique pour la commune, c'est pourquoi on y trouve en 2009 un Bagatelle (**), un Campanile (**) et un hôtel-restaurant nommé Les Grains d'Argent (***) à la sortie du village, pour une capacité de 126 chambres[133].

Dizy possède une zone commerciale appelée les Bas Jardins, qui est, avec celle de Pierry, une des deux plus importantes zones commerciales de la région sparnacienne[réf. nécessaire].

Au , on dénombrait 72 entreprises (hors agriculture) dont 12 dans l'industrie, 5 dans la construction, 24 dans le commerce et 31 dans les services. Sur les 66 exploitations agricoles que compte la commune en 2000, 100 % sont orientées dans la production de légumes, fruit ou viticulture, ce qui prouve bien l'importance du Champagne dans la commune[134].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Église Saint-Timothée[modifier | modifier le code]

Dessin de l'église en 1899.
Photographie de l'église en 2012.
La façade de l'église Saint-Timothée en 1899 (dessin à gauche) et 2012 (photographie à droite).

L'église Saint-Timothée est le principal monument de Dizy, bien qu'elle ne soit pas classée monument historique. Entourée de son cimetière, elle domine le village à 81 mètres d'altitude[29]. Des écrits du VIIe siècle plaçaient déjà le village sous le patronage de Timothée de Reims[54].

L'église est construite dans un style roman à la fin du XIe siècle ou au début du XIIe siècle. Sa nef et son clocher datent de cette époque. Le clocher, tour carrée située sur la façade ouest, compte quatre étages. Son étage supérieur est ouvert sur chaque côté par une baie en arc brisé ouverte de deux plus petites baies, séparées par une colonne. Sa porte est cintrée et surmontée d'un arc en tiers-point. Au sommet de la tour s'élève une croix en fer ornée d'un coq[49]. En 1927, alors que le clocher menace de s'effondrer, une petite tour demi-circulaire y est accolée au sud. Elle permet d'atteindre les deux cloches de l'église, « Marianne » (350 kg) et « Virginie » (450 kg), datant de 1820[29].

L'église était autrefois plus grande, grâce à un chœur construit au XVIe siècle mais détruit au siècle suivant lors des guerres de Religion. Cette destruction fait également disparaître le transept originel de l'église. Seules des arcades de l'abside et leurs chapiteaux à feuillages rappellent le chœur gothique du XVIe siècle[49].

À l'intérieur, la nef est divisée en quatre travées romanes. Les bas-côtés des XVIe et XVIIe siècles mènent à deux chapelles latérales. Le chœur actuel, plus petit que son prédécesseur, est érigé au XVIIe siècle et surmonté d'un vitrail. La porte principale de l'église est composée de deux vantaux en bois sculptés, datant du XVIIe siècle ou du début du XVIIIe siècle[49].

Concernant le mobilier, les fonts baptismaux datent du XVIe siècle et le maître-autel, formant un tombeau en marbre rouge et gris, du XVIIIe siècle[49]. L'église accueille un groupe sculpté en bois peint représentant la Vierge de Pitié. Datant du XVe siècle, il est inscrit aux monuments historiques en tant qu'objet[135].

Autres monuments[modifier | modifier le code]

Un calvaire est érigé rue de Reims, entre le canal et l'église, en 1947. D'après les plans de Pierre Hennequin et financé par Madame Lombart, il s'agit d'une croix en fer forgé plantée sur un socle reprenant les pierres du pont du canal, détruit durant la Seconde Guerre mondiale. Y figurent les inscriptions « La paix soit avec vous » et « Dizy pour sa libération le  »[29].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
« Tranché : au premier d'azur à l'église d'argent ouverte et ajourée de sable, au second à la branche de vigne au naturel, pamprée de sinople, fruitée de deux grappes de raisin, l'une de pourpre, l'autre d'or ; à la bande d'azur potencée et contre-potencée remplie d'argent brochant sur la partition. »

Dizy dans les arts[modifier | modifier le code]

Dans le Le Charretier de la Providence (1931), Georges Simenon situe l'enquête du commissaire Maigret à l'écluse 14 de Dizy (confluence du canal de la Marne et de la Marne) et au bar de la Marine, aujourd'hui disparu et situé au niveau du pont en amont de l'écluse (chemin du Pont Malo)[136]. Malgré son nom et sa proximité avec Dizy, l'écluse de Dizy se trouve sur le territoire de la commune voisine d'Hautvillers[1],[137].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Dizy », Ma commune, Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales (consulté le ).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Voir les résultats détaillés sur le site Politiquemania ou celui du Ministère de l'Intérieur.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. LOG T2 - Catégories et types de logements.
  2. LOG T3 - Résidences principales selon le nombre de pièces.
  3. LOG T5 - Résidences principales en 2017 selon la période d'achèvement.
  4. LOG T1 - Évolution du nombre de logements par catégorie en historique depuis 1968.
  5. ACT G2 - Part des moyens de transport utilisés pour se rendre au travail en 2017.
  6. LOG T9 - Équipement automobile des ménages.
  7. a b et c POP T3 - Population par sexe et âge en 2017.
  8. REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018.
  9. EMP T2 - Activité et emploi de la population de 15 à 64 ans par sexe et âge en 2017.
  10. EMP T5 - Emploi et activité.
  11. ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la zone.
  12. EMP T6 - Emplois selon le statut professionnel.
  13. ACT T1 - Population de 15 ans ou plus ayant un emploi selon le statut en 2017.
  • Autres références :
  1. a b c d e f g h i j k l m et n « Carte de Dizy » sur Géoportail (consulté le 1er avril 2021).
  2. a b c d et e Insee, « Code Officiel Géographique : Commune de Dizy (51210) », sur insee.fr, (consulté le ).
  3. « Distance Dizy → Épernay », sur distance.to (consulté le ).
  4. a b c d e f g h et i Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. a b c d e f et g SIGES Seine-Normandie, « Fiche Ma Commune : Dizy », sur sigessn.brgm.fr (consulté le ). Pour les informations géologiques : Carte géologique de la France à 1/50 000, no 158 « Avize ». Pour les cours d'eau : BD CarTHAgE®. Pour l'occupation des sols : CORINE Land Cover.
  6. a et b Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau de Champillon (F6132000 ) » (consulté le ).
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 01 de la Poncelotte (F6132600 ) » (consulté le ).
  8. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau de la Fontaine aux Frenes (F6132500 ) » (consulté le ).
  9. Sandre, « Fiche cours d'eau - Canal Latéral à la Marne (F---2102 ) » (consulté le ).
  10. a b et c Inventaire national du patrimoine naturel, « Commune : Dizy », sur inpn.mnhn.fr (consulté le ).
  11. (en) Préfecture de la Marne, « Décret du 2 juin 2016 portant classement d'un site », sur marne.gouv.fr, Recueil des Actes Administratifs de la Préfecture de la Marne, (consulté le ), p. 11-34.
  12. « Coteaux, Maisons et Caves de Champagne : Cartes », sur whc.unesco.org (consulté le ).
  13. Inventaire national du patrimoine naturel, « Commune : Dizy, Liste des espèces menacées », sur inpn.mnhn.fr (consulté le ).
  14. a et b Inventaire national du patrimoine naturel, « ZNIEFF 210020025 - Pelouses, marais et forêts du versant situé au sud-est de Champillon », sur inpn.mnhn.fr (consulté le ).
  15. Inventaire national du patrimoine naturel, « ZNIEFF 210015554 - Massif forestier de la Montagne de Reims (versant sud) et étangs associés », sur inpn.mnhn.fr (consulté le ).
  16. Inventaire national du patrimoine naturel, « FR2100312 - Massif forestier de la Montagne de Reims (versant sud) et étangs associés », sur inpn.mnhn.fr (consulté le ).
  17. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. Insee, « Commune urbaine - définition », sur insee.fr (consulté le ).
  19. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  20. Insee, « Unité urbaine 2020 d'Épernay », sur insee.fr (consulté le ).
  21. Insee, « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  22. Vianney Costemalle, Insee, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  23. Insee, « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  24. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), Insee, « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  25. Ministère de la Transition écologique, « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur statistiques.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  26. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  27. « Carte topographique IGN 1950 de Dizy » sur Géoportail (consulté le 3 avril 2021).
  28. a b et c Communauté de communes de la Grande Vallée de la Marne, « Dizy », sur ccgvm.com (consulté le ).
  29. a b c d e f g h i j et k Commune de Dizy, « La Dizycienne », sur cdt51.media.tourinsoft.eu (consulté le ).
  30. Bertall, La vigne, voyage autour des vins de France : étude physiologique, anecdotique, historique, humoristique et même scientifique, Paris, E. Plon, , 659 p. (notice BnF no ark:/12148/bpt6k73212p, lire en ligne), p. 520.
  31. « Canton d'Ay », sur tresordesregions.mgm.fr (consulté le ).
  32. « Zones commerciales d'Epernay et ses environs : Des offres complémentaires », sur lunion.presse.fr, L'Union, (consulté le ).
  33. a b c d et e Insee, « Comparateur de territoire : Commune de Dizy (51210) - CC de la Grande Vallée de la Marne (245100615) - Marne (51) », sur insee.fr, (consulté le ).
  34. Simon Ksiazenicki, « Les ponts de Dizy et Magenta en chantier jusqu'à la fin de l'année », sur lhebdoduvendredi.com, L'Hebdo du vendredi, (consulté le ).
  35. « La ligne de bus qui relie Épernay à Dizy est un succès », sur lunion.fr, L'Union, (consulté le ).
  36. « Horaires au 2 janvier 2020 de la ligne 3 Sainte-Marthe - Dizy », sur mouveobus.fr (consulté le ).
  37. Paul Joanne (dir.), Dictionnaire géographique et administratif de la France et de ses colonies, t. 2 C-D, Paris, Hachette, (notice BnF no ark:/12148/bpt6k73390r, lire en ligne), p. 2482.
  38. Préfecture de la Marne, « Dossier Départemental des Risques Majeurs : Tableau récapitulatif des risques majeurs », sur marne.gouv.fr, (consulté le ), p. 9.
  39. a b c d e et f « Les risques près de chez moi : 51530 Dizy », sur georisques.gouv.fr (consulté le ).
  40. Préfecture de la Marne, « Dossier Départemental des Risques Majeurs », sur marne.gouv.fr, (consulté le ), p. 70.
  41. Dossier Départemental des Risques Majeurs, p. 162.
  42. « Distance Dizy → Lac-du-der-Chantecoq », sur distance.to (consulté le ).
  43. a et b Dossier Départemental des Risques Majeurs, p. 96-99.
  44. Dossier Départemental des Risques Majeurs, p. 64.
  45. Dossier Départemental des Risques Majeurs, p. 76.
  46. Dossier Départemental des Risques Majeurs, p. 92.
  47. « Installations classées à Dizy », sur georisques.gouv.fr (consulté le ).
  48. a b et c Auguste Longnon, Dictionnaire topographique du département de la Marne : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, , 380 p. (lire en ligne), p. 89.
  49. a b c d e f g h et i Travaux de l'Académie nationale de Reims, vol. 87, t. I, Reims, F. Michaud, 1889-1890 (lire en ligne), « Dizy », p. 177-185.
  50. Michel Tamine, « Microtoponymie de la vigne en Champagne septentrionale (Ardennes, Marne) », sur persee.fr, Actes des colloques de la Société française d'onomastique, (consulté le ), p. 138.
  51. « Qui sommes-nous? Notre histoire », sur champagnebrunot.fr (consulté le ).
  52. a et b Société d'agriculture, commerce, sciences et arts de la Marne, Mémoires de la Société d'agriculture, commerce, sciences et arts du département de la Marne, (lire en ligne), p. 169.
  53. Charles Arnould, « Recherches sur divers toponymes routiers d’origine gauloise (Mantalomagos, Mantulacus, Malliacus) (Suite) », Revue Internationale d'Onomastique, no 4,‎ , p. 244 (DOI 10.3406/rio.1970.2570, lire en ligne, consulté le ).
  54. a et b Auguste Longnon, Études sur les pagi de la Gaule avec deux cartes, Paris, , 196 p. (lire en ligne), p. 42-43.
  55. Louis-Urbain Le Fèvre de Caumartin, Procès-verbal de la recherche de la noblesse en Champagne : augmenté de la division de la province de Champagne par généralités et élections, d'après le dénombrement publié en 1735, Jacques Seneuze, (réimpr. 1852) (lire en ligne), p. 162.
  56. A. Lejeune, Notice historique sur Dizy-Megenta (canton d'Ay), Matot-Braine, , p. 352.
  57. Longnon 1891, p. XLIII.
  58. Longnon 1891, p. LI-LII.
  59. Longnon 1891, p. LVIII.
  60. Longnon 1891, p. LXVII-LXXV.
  61. Histoire de la ville de Magenta
  62. a et b Victor-Eugène Ardouin-Dumazet, « Le vin de champagne », Manuel général de l'instruction primaire : journal hebdomadaire des instituteurs, t. 35,‎ , p. 125-126 (lire en ligne, consulté le ).
  63. Georges Colin, « Vignoble et vin de Champagne », Travaux de l'Institut Géographique de Reims, no 15,‎ , p. 24 (DOI 10.3406/tigr.1973.966, lire en ligne, consulté le ).
  64. Larousse Universel - 1922
  65. Journal officiel du 13 août 1921, p. 9557.
  66. Le calvaire et l'église Saint-Timothée
  67. Ministère de l'Intérieur, « Recherche de groupements au 01/01/2021 », Base nationale sur l'intercommunalité, sur banatic.interieur.gouv.fr (consulté le ).
  68. Résultats des élections présidentielles de 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  69. Résultats des élections présidentielles de 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  70. Résultats des élections présidentielles de 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  71. Résultats des élections présidentielles de 2017 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  72. Résultats des élections législatives de 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  73. Résultats des élections législatives de 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  74. Résultats des élections législatives de 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  75. Résultats des élections législatives de 2017 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  76. Résultats des élections européennes de 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  77. Résultats des élections européennes de 2009 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  78. Résultats des élections européennes de 2014 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  79. Résultats des élections européennes de 2019 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  80. Résultats des élections régionales de 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  81. Résultats des élections régionales de 2010 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  82. Résultats des élections régionales de 2015 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  83. Résultats des élections régionales de 2021 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  84. [xls] Résultats des élections cantonales de 2001 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  85. Résultats des élections cantonales de 2008 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  86. Résultats des élections départementales de 2015 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  87. Résultats des élections départementales de 2021 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  88. Résultats des élections référendaires de 1992 sur le site PolitiqueMania.
  89. Résultats des élections référendaires de 2000 sur le site PolitiqueMania.
  90. Résultats des élections référendaires de 2005 sur le site PolitiqueMania.
  91. Démissionne à la suite du Bref du pape interdisant de prêter serment constitutionnel
  92. Journal officiel de la République française. Lois et décrets, parution 26 mars 1943, (en ligne).
  93. Frédérique Petré, « Cérémonie des voeux de la maire à Dizy : Vendredi, c’était les derniers vœux de Barbara Naveau à la population de Dizy. Elle est revenue sur les temps forts de la commune en 2019 », L'Union,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  94. Liste des maires de la Marne au 1er août 2008, site de la préfecture de la Marne
  95. « Liste des maires du département de la Marne » [PDF], Renouvellement des exécutifs locaux, Préfecture de la Marne, (consulté le ).
  96. Fanny Lattach, « La droite rassemblée autour de Barbara Naveau et Jonathan Rodrigues », sur lhebdoduvendredi.com, L'Hebdo du vendredi, (consulté le ).
  97. a et b sabel Da Silva, « Antoine Chiquet candidat de la relève à Dizy : Le maire sortant ne se représentant pas, Antoine Chiquet actuel premier adjoint, présente une liste sans étiquette « Bien vivre à Dizy » avec plus de la moitié des élus actuels », L'Union,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  98. « Antoine Chiquet a été élu maire de Dizy », L'Union,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Antoine Chiquet a été élu maire à l’unanimité ».
  99. FICHE | Agenda 21 de Territoires - Dizy, consultée le 26 octobre 2017
  100. « Historique du Jumelage », sur site de la commune de Dizy (consulté le ).
  101. a b et c Communauté de communes de la Grande Vallée de la Marne, « Rapport annuel 2019 sur le prix et la qualité du service public d'eau potable et d'assainissement », sur ccgvm.com (consulté le ), p. 9-10 et 19.
  102. a b et c Communauté de communes de la Grande Vallée de la Marne, « Rapport annuel 2019 sur le service public de prévention et de gestion des déchets », sur ccgvm.com (consulté le ), p. 7-10.
  103. a et b Communauté de communes de la Grande Vallée de la Marne, « Les Déchetteries de la CCGVM », sur ccgvm.com (consulté le ).
  104. a et b Ministère de l'Éducation Nationale de la Jeunesse et des Sports, « Ecole maternelle à Dizy », sur education.gouv.fr (consulté le ).
  105. a et b Ministère de l'Éducation Nationale de la Jeunesse et des Sports, « Ecole élémentaire à Dizy », sur education.gouv.fr (consulté le ).
  106. a b et c Maison de la Famille et de l'Enfant d'Aÿ-Champagne, « Guide Petite enfance (0 à 6 ans) du Canton Epernay-1 », sur ay-champagne.com, (consulté le ), p. 25.
  107. Commune de Dizy, « Crèche municipale Les Canaillous », sur dizy.fr (consulté le ).
  108. a et b Rectorat de Reims, « Liste des écoles publiques de l'académie de Reims - Département de la MARNE - Année 2020-2021 », sur education.gouv.fr (consulté le ).
  109. Commune de Dizy, « Services Périscolaires », sur dizy.fr (consulté le ).
  110. Fluo Grand Est, « Horaires transports scolaires », sur extranet51.fluo.eu (consulté le ).
  111. Commune de Dizy, « Médiathèque de Dizy », sur dizy.fr (consulté le ).
  112. a et b Commune de Dizy, « Maison des Associations », sur dizy.fr (consulté le ).
  113. Simon Ksiazenicki, « À la conquête de l'espace en peinture », sur lhebdoduvendredi.com, L'Hebdo du vendredi, (consulté le ).
  114. Zalihata Dahalani, « Redonner vie à ce qui a été », sur lhebdoduvendredi.com, L'Hebdo du vendredi, (consulté le ).
  115. a et b Simon Ksiazenicki, « Dizy met les moyens pour le sport et la culture », sur lhebdoduvendredi.com, L'Hebdo du vendredi, (consulté le ).
  116. « La Poste Agence communale : Dizy », sur laposte.fr (consulté le ).
  117. Ministère de la Justice, « Liste des juridictions compétentes pour une commune : 51530 DIZY », sur annuaires.justice.gouv.fr (consulté le ).
  118. Article R221-3 du Code de justice administrative.
  119. Article R221-7 du Code de justice administrative.
  120. « Gendarmerie à Dizy 51200 », sur demarchesadministratives.fr (consulté le ).
  121. Ministère de l'Intérieur, « Compétence territoriale gendarmerie et police nationales », sur data.gouv.fr, (consulté le ).
  122. SDIS de la Marne, « Carte interactive », sur sdis51.fr (consulté le ).
  123. Communauté de communes de la Grande Vallée de la Marne, « Secours et incendie », sur ccgvm.com (consulté le ).
  124. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  125. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  126. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  127. a et b Insee, « Dossier complet : Département de la Marne (51) », sur insee.fr, (consulté le ).
  128. Commune de Dizy, « Les activités associatives pratiquées sur Dizy », sur dizy.fr (consulté le ).
  129. page sur la commune de Dizy
  130. Simon Ksiazenicki, « Musique sur la Grande Vallée de la Marne », sur lhebdoduvendredi.com, L'Hebdo du vendredi, (consulté le ).
  131. Observatoire du patrimoine religieux, « Les églises et édifices religieux recensés par l'OPR à Dizy », sur patrimoine-religieux.fr (consulté le ).
  132. Diocèse de Reims et des Ardennes, « Paroisse NOTRE DAME du CHENE », sur catholique-reims.fr (consulté le ).
  133. document pdf de l'Insee sur la commune de Dizy
  134. statistiques de l'INSEE
  135. « Groupe sculpté : », notice no PM51003686, base Palissy, ministère français de la Culture. Consulté le 4 avril 2021.
  136. Damien Engrand, « Ces livres, films, qui valorisent la région : Maigret dans la brume et sous la pluie », sur lunion.fr, L'Union, (consulté le ).
  137. Longnon 1891, p. 93.