Verzenay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Verzenay
Verzenay
Vue de Verzenay et de son phare.
Blason de Verzenay
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Marne
Arrondissement Reims
Intercommunalité Communauté urbaine du Grand Reims
Maire
Mandat
Cyrille Duterne
2020-2026
Code postal 51360
Code commune 51613
Démographie
Gentilé Bouquins, Bouquines
Population
municipale
1 049 hab. (2018 en augmentation de 1,94 % par rapport à 2013)
Densité 99 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 09′ 33″ nord, 4° 08′ 46″ est
Altitude Min. 86 m
Max. 283 m
Superficie 10,62 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Reims
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Mourmelon-Vesle et Monts de Champagne
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Verzenay
Géolocalisation sur la carte : Marne
Voir sur la carte topographique de la Marne
City locator 14.svg
Verzenay
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Verzenay
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Verzenay

Verzenay est une commune française, située dans le département de la Marne en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Verzenay se situe sur le versant nord de la montagne de Reims, au cœur du vignoble de Champagne. La commune appartient au parc naturel régional de la Montagne de Reims.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Verzenay est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Reims, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 295 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[4],[5].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Différents noms du village[6]
Nom du village Époque
Virdunacus 849-857
Verziniacum 1086
Vercenaium 1215
Verzenaium 1218
Verzenai 1223
Verdenai vers 1252
Verdenaium vers 1260
Verzeneium, Versenaium 1271
Verzena 1274
Versenai 1293
Verdenay 1346
Verzenay 1385

Histoire[modifier | modifier le code]

Première Guerre Mondiale[modifier | modifier le code]

Verzenay a subi des dégâts importants pendant la première Guerre mondiale[7].

Pertes humaines[modifier | modifier le code]

  • 110 soldats morts au Champ d’honneur.
  • 17 victimes civiles. Hommes, femmes et enfants tués par les obus dans les rues, les vignes ou les maisons de Verzenay.
  • 32 mutilés.

Sur une population qui, au comptait 2.104 habitants, la guerre a donc détruit plus du vingtième de l’effectif ; sans parler des 204 personnes décédées au cours de leur émigration à l’arrière, ni des 600 autres qui n’ont jamais pu revenir au pays natal parce qu’elles n’y possédaient plus un abri.

Voilà ce que a coûté la guerre en pertes humaines, totales ou partielles, et peu de communes en France ont une martyrologe qui atteigne une pareille proportion.

Ruines matérielles[modifier | modifier le code]

  • 75 maisons totalement détruites ;
  • 191 presque anéanties ;
  • 257 très détériorées ;
  • 4 maisons seulement n’ont pas été touchées par les obus.

Dégâts dans les vignes[modifier | modifier le code]

95 hectares de vignes ont été complètement détruits par les obus, les tranchées ou les réseaux et camouflages. Le reste du terroir, 350 hectares au total, était en friche, n’ayant pu être cultivé pendant les années de guerre.

Bilan[modifier | modifier le code]

Au total, Verzenay pendant 4 ans a subi 257 bombardements et reçu sur ses maisons plus 6.000 obus de tous calibres. Alors que les vignes et les terres en recevaient un nombre incalculable.

Tel est le bilan de l’horrible guerre pour la commune de Verzenay.

II a fallu 10 ans d’efforts surhumains et de travail acharné des habitants pour réparer les désastres et beaucoup des concitoyens sont morts à la peine.

A trois kilomètres de la ligne de feu et sur la crête des Falaises de Champagne, Verzenay offrait une merveilleuse cible aux artilleurs allemands ; et ceux-ci ne se privaient pas d’arroser les maisons et les vignes dès qu’ils voyaient le moindre rassemblement ou simplement quelques travailleurs dispersés.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune, antérieurement membre de la communauté de communes Vesle-Montagne de Reims, est membre, depuis le , de la communauté de communes Vesle et Coteaux de la Montagne de Reims.

En effet, conformément aux prévisions du schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) de la Marne du [8], cette communauté de communes est née le de la fusion de trois petites intercommunalités :

auxquelles s'est joint la commune isolée de Villers-Marmery[9].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1959 Antonin Pehu    
1959 1977 Henri Foureur    
1977 2001 François Badier DVD  
2001 2008 Michel Articlaut    
2008[10] mai 2020 Jacques Gragé   Réélu pour le mandat 2014-2020[11]
mai 2020 En cours Cyrille Duterne    

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[13].

En 2018, la commune comptait 1 049 habitants[Note 3], en augmentation de 1,94 % par rapport à 2013 (Marne : −0,45 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8601 2201 2631 1721 2721 2621 2821 3021 319
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2601 3201 4021 4751 6431 6711 8701 9292 130
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 1322 1992 0851 5451 3681 3501 2781 2421 315
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 3481 3501 2531 1751 0571 0941 0761 0531 062
2018 - - - - - - - -
1 049--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Le phare de Verzenay[modifier | modifier le code]

Le phare de Verzenay abrite le musée de la Vigne. Il fut érigé en 1909 par Joseph Goulet, fils de Modeste Goulet, fondateur des succursales Goulet-Turpin. Ce négociant en vins de Champagne aux idées avant-gardistes, a construit le phare dans un but publicitaire. Il était éclairé la nuit. Un restaurant et une guinguette y étaient installés dans des bâtiments annexes, disparus depuis[16].

Les obus de la Première Guerre mondiale mirent fin à ce succès, laissant derrière eux un édifice dégradé et envahi par la végétation. Puis en 1987, le phare de Verzenay, qui était la propriété d'une maison de Champagne, fut racheté par la commune de Verzenay qui, déjà, pensait y créer un écomusée. Un dialogue s'établit donc avec les responsables du parc naturel régional de la Montagne de Reims et un dossier fut étudié pour réhabiliter le site. La municipalité de Verzenay décida donc d'entreprendre cette rénovation mais c'est la communauté de communes Vesle et Coteaux de la Montagne de Reims qui prit en charge la réalisation de ce projet, en 1994. Le , le musée de la Vigne ouvrit ses portes au public[16].

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le moulin à vent construit en 1818, propriété de la maison Heidsieck & C° Monopole, servit d'observatoire pendant les Première et Seconde Guerres mondiales.

On y trouve un four à chaux (1912-1913), construit par la Société Piquemill Corne et Cie pour la maison Bollinger. Il est acquis par la commune de Verzenay en 2009 et restauré en 2010-2011. Son inauguration après restauration complète a eu lieu en 2012.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Verzenay

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

parti : au premier de sinople au moulin à vent de gueules, ailé d'or, accompagné de douze étoiles du même ordonnées en orle rond, au second d'azur à la bande d'argent côtoyée de deux doubles cotices potencées et contre-potencées d'or.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 29 mars 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 29 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 29 mars 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 29 mars 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 29 mars 2021).
  6. Frédéric Ritter (directeur d'école et conseiller municipal), Verzenay, son histoire, réédité par le Comité de Jumelage de Verzenay, 1982
  7. Lucien Thibaut, Verzenay pendant la guerre, Reims, Imprimerie du Nord-Est, .
  8. « Schéma départemental de coopération intercommunale de la marne » [PDF], Tout savoir sur votre SDCI, Association nationale des Pôles d'équilibre territoriaux et ruraux et des Pays (ANPP), (consulté le 19 juillet 2015), p. 2.
  9. « Arrêté préfectoral du 29 mai 2013 portant création du nouvel Etablissement public de coopération intercommunale issu de la fusion de la communauté de communes des Forêts et Coteaux de la Grande Montagne, de la Communauté de communes des Rives de Prosne et Vesle (à l’exception de la commune de Prosnes) et de la Communauté de communes de Vesle Montagne de Reims en y incluant la commune de Villers-Marmery », Bulletin d'information et recueil des actes administratifs de la préfecture de la Marne, no 5 ter,‎ , p. 14-18 (lire en ligne).
  10. [xls]« Liste des maires au 1er août 2008 », sur site de la préfecture de la Marne (consulté le 22 décembre 2008).
  11. « Liste des maires du département de la Marne » [PDF], Renouvellement des exécutifs locaux, Préfecture de la Marne, (consulté le 9 août 2015).
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  16. a et b « Visiter le Phare et ses 100 ans d'histoire », sur Le Phare de Verzenay en Champagne (consulté le 29 mars 2013).