Ambonnay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ambonnay
Ambonnay
L'église Saint-Réol d'Ambonnay.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Marne
Arrondissement Épernay
Intercommunalité Communauté de communes de la Grande Vallée de la Marne
Maire
Mandat
Nathalie Coutier
2020-2026
Code postal 51150
Code commune 51007
Démographie
Gentilé Ambonnagéen
Population
municipale
957 hab. (2019 en stagnation par rapport à 2013)
Densité 81 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 04′ 41″ nord, 4° 10′ 24″ est
Altitude Min. 90 m
Max. 282 m
Superficie 11,8 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton d'Épernay-1
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ambonnay
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ambonnay
Géolocalisation sur la carte : Marne
Voir sur la carte topographique de la Marne
City locator 14.svg
Ambonnay
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Ambonnay
Liens
Site web ambonnay.fr

Ambonnay (prononcé [ɑ̃bɔne]) est une commune française, située dans le département de la Marne en région Grand Est. Elle compte 963 habitants en 2018.

La commune se trouve au sud-est de la montagne de Reims, en bordure de la Champagne crayeuse. Elle est située à presque équidistance des trois principales villes du département : Reims, Châlons-en-Champagne et Épernay. Elle fait partie du parc naturel régional de la Montagne de Reims.

Habitée depuis l'Antiquité, Ambonnay se développe au Moyen Âge. Son centre-ville en témoigne, composé de petites ruelles et entouré de boulevards remplaçant d'anciens fossés. La commune compte trois monuments inscrits ou classés aux monuments historiques : son église Saint-Réol, sa croix de chemin et sa fontaine.

Ambonnay est réputée pour son vignoble, qui occupe plus d'un tiers de son territoire. Ses vignes bénéficient en effet des appellations d'origine contrôlée champagne et coteaux-champenois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Ambonnay est localisée dans le centre-ouest du département de la Marne, dans l'ouest de la région Grand Est[1]. La commune est située au sud-est de la montagne de Reims[1], en bordure de la Champagne crayeuse.

À vol d'oiseau, la commune est distante d'environ 16 km d'Épernay au sud-ouest, 19 km de Châlons-en-Champagne à l'est et 23 km de Reims au nord-ouest. Paris se trouve à environ 135 km au sud-ouest de la commune tandis que la capitale régionale, Strasbourg, est située à près de 270 km à l'est d'Ambonnay[2].

La commune s'étend sur 11,8 km2[3]. Elle est limitrophe des communes de Val de Livre, Verzy et Trépail au nord, de Vaudemange et Isse à l'est, de Condé-sur-Marne et Tours-sur-Marne au sud ainsi que de Bouzy à l'ouest[1].

Carte d'Ambonnay et des communes limitrophes.

Relief, géologie et hydrographie[modifier | modifier le code]

Carte topographique d'Ambonnay.

Le nord de la commune est occupé par la montagne de Reims et ses forêts[1]. C'est à l'extrême nord d'Ambonnay que se trouve son point culminant[1], à 282 mètres d'altitude[3],[4]. En allant vers le sud, le plateau de la montagne de Reims est entamé par un vallon ouest-est descendant sous les 220 mètres (le chemin de Vertuelle), avant de dépasser à nouveau les 260 mètres aux lieux-dits Forêt Royale et la Plaine d'Ambonnay[1]. Ces sommets sont formés de meulière de brie, surmontée de colluvions et s'appuyant sur des sables et marnes de l'Yprésien[5].

À partir de ces lieux-dits, la montagne de Reims se jette dans la plaine de la Champagne crayeuse, vers le sud et le sud-est. Les coteaux — accidentés — accueillent le vignoble de Champagne jusqu'au village d'Ambonnay[1], situé à une altitude moyenne de 103 mètres[4]. Les coteaux, formés par l'érosion du plateau tertiaire par le Marne et ses affluents, sont recouverts de craie blanche du Santonien et du Campanien[5]. Au sud-est de la commune, en direction d'Isse, l'altitude descend jusqu'à 86 mètres[1],[4], dans des vallons composés de colluvions[5] déposés par d'anciens cours d'eau.

Aucun cours d'eau ne s'écoule aujourd'hui à Ambonnay, qui se trouve dans le bassin versant de la Marne[5],[6]. Des sources se trouvaient toutefois sur le territoire communal. En particulier, au nord-est du village, la fontaine de Crilly[1] a alimenté le village en eau de 1855 à 1976[7].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat local est océanique dégradé, avec des influences continentales (écarts de température et précipitations plus importants)[8].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Ambonnay fait partie du parc naturel régional de la Montagne de Reims[9].

L'Inventaire national du patrimoine naturel (INPN) recense 484 espèces sur le territoire de la commune, dont 76 espèces protégées et 13 espèces menacées[9]. Parmi ces dernières, on trouve notamment la tourterelle des bois et l'Alisier de Fontainebleau[10].

Le nord d'Ambonnay est inclus dans la zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique de type II du « massif forestier de la montagne de Reims (versant sud) et étangs associés », qui englobe dix ZNIEFF de type I du versant sud de la montagne de Reims sur une superficie de 4 870 hectares[11]. Une partie de la ZNIEFF constitue une zone spéciale de conservation du réseau Natura 2000. Cet ensemble forestier, qui s'étend sur 1 733 hectares entre Nanteuil-la-Forêt et Villers-Marmery en passant par des forêts du nord d'Ambonnay (la Plaine d'Ambonnay, la Perthe), est notamment remarquable pour ses hêtraies thermophiles et ses ourlets associés, qui accueillent de nombreuses espèces rares et protégées[12].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Ambonnay est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[13],[14],[15]. La commune est en outre hors attraction des villes[16],[17].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (75,4 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (75,9 %).

La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (39,4 %), cultures permanentes (36 %), forêts (18,8 %) et zones urbanisées (5,8 %)[18]. Les terres arables sont consacrées à l'agriculture intensive, typique de la Champagne crayeuse tandis que les cultures permanentes correspondent principalement au vignoble[19]. Les forêts d'Ambonnay sont principalement publiques : la forêt communale d'Ambonnay (sur 59,4 ha au nord-ouest) et la forêt domaniale de Verzy (sur 109,5 ha au nord)[20].

Les règles d'occupation des sols sur le territoire d'Ambonnay sont déterminées par le schéma de cohérence territoriale d'Épernay et sa région (SCOTER), dont le périmètre recouvre les intercommunalités d'Épernay, Coteaux et Plaine de Champagne, des Paysages de la Champagne et de la Grande Vallée de la Marne (dont faite partie la commune)[21], et par le plan local d'urbanisme communal (adopté en 2007[22] et modifié en 2020[23]).

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[24].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Le village d'Ambonnay se trouve dans un léger talweg, délimité par des champs à l'est et par le vignoble à l'ouest[25].

Le centre historique, autour de la rue Saint-Vincent, est délimité par les anciens fossés devenus le boulevard des Fossés de rondes et le boulevard des Bermonts[26],[27]. De par ses ruelles et impasses, il rappelle le passé médiéval d'Ambonnay[28]. Son habitat est historiquement composé de maisons mitoyennes alignées sur rue et de haut murs donnant directement sur la voie, sans trottoir[29].

Le village s'est par la suite développé « en débordant des fossés », au nord, à l'est et au sud, mais pas à l'ouest où le vignoble a empêché l'extension des espaces urbanisés[26]. Les développements les plus récents, pavillionnaires, se sont notamment faits au sud-est d'Ambonnay au-delà de la route départementale RD19-RD37[26] au lieu-dit l'Image et à l'est du village au lieu-dit les Terres Jaunes)[29]. C'est dans ce dernier lotissement qu'ont notamment été construits le groupe scolaire et la maison médicale[30].

Deux écarts principaux se démarquent du village : le lieu-dit Crilly, comptant une maison à proximité d'un étang et des rares arbres de la plaine, et le lieu-dit le Moulin, dans les vignes sur la route de Bouzy[29].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2017, l'Insee recense 472 logements à Ambonnay (30 de plus qu'en 2012). Ces logements sont à 93,6 % des maisons et à 6,4 % des appartements[Insee 1]. En conséquence, 89,4 % des résidences principales comptent au moins 4 pièces et 66,8 % en comptent 5 ou plus[Insee 2].

Parmi les logements recensés dans la commune, 82,7 % sont des résidences principales, 5,9 % des résidences secondaires et 11,4 % des logements vacants[31]. Plus de quatre ménages sur cinq sont propriétaires de leur logement (80,3 %), un chiffre supérieur à la moyenne intercommunale (71 %) et à la moyenne départementale (51,2 %)[31].

Le tableau ci-dessous présente une comparaison de quelques indicateurs chiffrés du logement pour Ambonnay, la communauté de communes de la Grande Vallée de la Marne (CCGVM) et le département de la Marne[31] :

Le logement à Ambonnay et dans la Marne en 2017
Ambonnay CCGVM Marne
Ensemble des logements 472 7 459 294 041
Part des résidences principales (en %) 82,7 88,2 88,4
Part des résidences secondaires (en %) 5,9 2,8 2,7
Part des logements vacants (en %) 11,4 8,9 8,9

Parmi les 384 résidences principales construites avant 2015, 38,3 % l'avaient été avant 1945, 12,9 % entre 1946 et 1970, 26,6 % entre 1971 et 1990, 11,3 % entre 1991 et 2005 et 10,8 % depuis 2006[Insee 3].

Le tableau ci-dessous présente l'évolution du nombre de logements sur le territoire de la commune, par catégorie, depuis 1968[Insee 4] :

Évolution du nombre de logements par catégorie
1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2017
Résidences principales 276 282 302 334 355 383 376 390
Résidences secondaires 4 8 10 12 39 8 5 28
Logements vacants 20 41 29 25 33 54 60 54
Total 300 331 341 371 427 445 442 472

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Le village d'Ambonnay est traversé selon un axe nord-ouest–sud-est par la route départementale 19 (RD19), qui forme sa rue principale, la rue Saint-Vincent. La route arrive sur la commune depuis Bouzy à l'ouest (rue de Bouzy), en provenance de Tours-sur-Marne et d'Avize. À la sortie du centre d'Ambonnay, la RD19 repart vers le nord-est en direction de Vaudemange (rue de Vaudemange) et Mourmelon-le-Grand[1].

Dans le village, la RD19 est le point de départ de deux autres routes départementales : la RD26 qui part vers le nord en direction de Trépail (rue de Trépail) puis longe le coteaux nord de la montagne de Reims jusqu'au massif de Saint Thierry ainsi que la RD37 qui part vers le sud en direction de Condé-sur-Marne (rue de Condé) puis de Vertus. Ambonnay est reliée à Isse, vers l'est, par une route communale[1].

La route et la voiture sont le principal moyen d'accès à la commune. À titre d'exemple, en 2017, plus de 81 % des actifs de la commune se rendent sur leur lieu de travail en voiture (10 % s'y rendent à pieds ou à vélo et 8 % ne se déplacent pas)[Insee 5]. La même année, presque tous les ménages d'Ambonnay sont équipés d'un véhicule : 96,1 % des ménages possèdent une voiture et 53,5 % en comptent au moins deux[Insee 6].

La commune n'est pas desservie par le chemin de fer, les gares les plus proches se trouvent à Avenay et Mourmelon-le-Petit[32]. L'aérodrome le plus proche est l'aérodrome d'Épernay - Plivot.

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Le territoire d'Ambonnay est vulnérable à différents risques naturels. La commune est dans l'obligation d'élaborer et publier un document d'information communal sur les risques majeurs ainsi qu'un plan communal de sauvegarde[33]. Elle n'est cependant concernée par aucun risque technologique particulier[34].

Ambonnay est concernée par les risques de mouvements de terrains. La commune est comprise dans le périmètre du plan de prévention des risques « glissement de terrain de la Côte d'Ile-de-France - secteur de la vallée de la Marne des tranches 1 et 2 » approuvé en 2014 ; la montagne de Reims est en effet considérée comme un « secteur propice aux glissements de terrains »[35]. Ambonnay a fait l'objet de plusieurs arrêtés reconnaissant l'état de catastrophe naturelle pour des inondations et coulées de boue parfois accompagnées de mouvements de terrain (en 1983, 1999 et 2007)[34].

La commune est affectée par le phénomène de retrait-gonflement des argiles (risque moyen)[36]. Le risque sismique est très faible sur son territoire. De même, le potentiel radon de la commune est faible. On compte par ailleurs une cavité souterraine sur son territoire[34].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du village proviendrait du gallo-romain Amboniacus[37], formé du nom Ambon et du suffixe -iacum (signalant l'appartenance d'un domaine à une personne de ce nom)[38]. Ce toponyme apparaît dès le XIe siècle[39]. Selon le Dictionnaire topographique du département de la Marne d'Auguste Longnon, le nom d'Ambonnay apparaît en 1428[40].

Le toponyme Crilly, présent sur le territoire de la commune, est dû à la présence de la commanderie de Crilly de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem au XIIIe siècle[37]. Au XVIIIe siècle, le lieu porte le de nom de Crilly le Moulin[37], par la présence d'un moulin à vent qui est encore visible sur certaines cartes postales.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Ambonnay est fondée sur une ancienne villa gallo-romaine[7].

Moyen Âge et Époque moderne[modifier | modifier le code]

Ambonnay et les villages alentour sur la carte de Cassini.

Par lettre patente de [39], le roi de France Henri III accorde au village le droit d'ériger des remparts et de tenir une foire annuelle consacré aux vins (à la Saint-Luc)[7].

À la fin de l'Ancien Régime, Ambonnay est rattachée aux bailliage de Châlons et d'Épernay[41] et à l'élection d'Épernay, au sein de la généralité de Châlons[42]. Sa paroisse appartient alors au doyenné d'Épernay dans l'archidiocèse de Reims[43].

Les Hospitaliers[modifier | modifier le code]

Au XIIIe siècle, les abords du village accueillent la commanderie de Crilly de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, au lieu-dit de Crilly. Si la commanderie disparaît au XVe siècle, ruinée par les guerres, son domaine et sa chapelle dédiée à saint Jean Baptiste subsistent encore plusieurs siècles. L'ensemble est détruit en 1820 pour construire une nouvelle ferme. Une croix marque par la suite son emplacement[39].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

La commune d'Ambonnay est créée à la Révolution française dans le département de la Marne. Elle est d'abord rattachée au canton de Louvois, au sein du district d'Epernay. En 1801, le nombre de cantons marnais passe de 74 à 32 ; le canton de Louvois est supprimé et Ambonnay rejoint le canton d'Ay dans l'arrondissement de Reims[44].

Au début du XXe siècle, les chemins de fer de la Banlieue de Reims (CBR) relient Ambonnay à Reims (par Verzy en 1901), puis à Châlons-sur-Marne (1904) et Épernay (par Mareuil-sur-Ay en 1905). Les lignes desservant Ambonnay ferment toutefois en 1933[45].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Du point de vue administratif, la commune est rattachée à l'arrondissement d'Épernay, dans le département de la Marne en région Grand Est. Jusqu'en 2006, elle appartenait à l'arrondissement de Reims[46].

Sur le plan électoral, Ambonnay fait partie du canton d'Épernay-1[46] (pour les élections départementales) et de la troisième circonscription de la Marne (pour les élections législatives). Avant le redécoupage cantonal de 2014, elle faisait partie du canton d'Ay.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Ambonnay fait partie de la communauté de communes de la Grande Vallée de la Marne (CCGVM) depuis un arrêté préfectoral du [46]. Elle faisait auparavant partie de la communauté de communes de la Côte des Noirs, dissoute le après le départ de toutes ses communes (sauf Bouzy) pour intégrer la CCGVM[47].

Au , la commune appartient également aux intercommunalités suivantes (syndicats mixtes) : le SM de la Marne Moyenne (pour la compétence GEMAPI), le SM intercommunal d'énergies de la Marne (SIEM) et le SM de réalisation et de gestion du parc naturel régional de la Montagne de Reims[48].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Depuis 2000, l'électorat d'Ambonnay vote à droite à toutes les élections, à l'exception de quelques élections cantonales (remportées par le maire socialiste d'Ay, président de la communauté de communes) et des élections européennes de 2019 (remportées par le Rassemblement national).

Administration municipale[modifier | modifier le code]

L'hôtel de ville.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1877 après 1879 Barancourt[74]    
? 1888? Louis-Auguste Huguet    
1879   Barancourt[75]    
Les données manquantes sont à compléter.
(maire en 1981)[76]   Romulus Parent    
Les données manquantes sont à compléter.
2001 2020 Éric Rodez[77]   Viticulteur[78]
2020 En cours
(au 24 mai 2021)
Nathalie Couturier   Viticultrice

Jumelage[modifier | modifier le code]

Ambonnay est jumelée avec Kinheim en Allemagne depuis 1971[79].

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Eau et assainissement[modifier | modifier le code]

L'approvisionnement en eau potable et l'assainissement des eaux usées sont des compétences de la communauté de communes de la Grande Vallée de la Marne (CCGVM)[80].

En 2019, les deux installations de production d'eau potable en état de fonctionnement de l'intercommunalité sont le captage de Bisseuil et le forage de Tauxières-Mutry. Concernant le stockage de l'eau potable, Ambonnay n'accueille aucun réservoir, le plus proche étant le château d'eau de Bouzy d'une capacité de 300 m3[80].

L'assainissement des eaux usées de la commune est assuré, de manière collective, par une station d'épuration à boue activée d'une capacité de 1 100 équivalents-habitants[80]. La station se trouve à l'est du village[1].

Gestion des déchets[modifier | modifier le code]

La CCGVM est également compétente en matière de déchets. Elle organise le ramassage des déchets, en distinguant les ordures ménagères, les biodéchets, les déchets recyclables, le verre et les ordures ménagères des habitats collectifs (Ambonnay n'est pas concernée par cette dernière prestation). Les déchets (hors verre) sont ensuite valorisés par le syndicat de valorisation des ordures ménagères de la Marne (SYVALOM)[81].

La CCGVM met à disposition de ses habitants quatre déchetteries à Aÿ, Dizy, Mareuil-sur-Ay et Tours-sur-Marne[82].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Ambonnay fait partie de l'académie de Reims. La commune dispose d'un groupe scolaire situé rue Saint-Eloi, composé d'une école maternelle d'une trentaine d'élèves et d'une école élémentaire comptant plus de 70 élèves[83]. Les activités périscolaires et le centre de loisirs sont gérés par l'association La Coccinnelle[84].

Les enfants d'Ambonnay sont ensuite rattachés au collège Victor Duruy de Châlons-en-Champagne[85]. Les lycées se rendent à Châlons-en-Champagne ou Épernay[86].

Pour les plus jeunes, la commune compte une crèche, d'une capacité de 25 enfants[86].

Équipements culturels et sportifs[modifier | modifier le code]

Ambonnay est équipée d'une bibliothèque municipale et d'une salle multimédia (au sein de la mairie)[86].

La commune compte un terrain de sport[86] (football[28]), situé au nord du village[1]. Une aire de jeux pour enfants est aménagée derrière l'église[28]. Le sentier de grande randonnée 14 traverse le territoire de la commune, sur le plateau, entre Louvois et Trépail[1].

Santé[modifier | modifier le code]

Ambonnay dispose d'un pôle médical, regroupant plusieurs médecins généralistes, kinésithérapeutes, orthophonistes et podologues ainsi qu'une diététicienne et infirmière[87].

Poste et télécommunications[modifier | modifier le code]

Une agence communale de La Poste est située boulevard des Fossés de Ronde. En 2021, elle est ouverte en semaine de 10 h à 12 h 30 puis de 13 h 30 à 14 h 45 ainsi que le samedi matin[88].

Justice et sécurité[modifier | modifier le code]

Du point de vue judiciaire, Ambonnay relève du conseil de prud'hommes, du tribunal de commerce, du tribunal judiciaire, du tribunal paritaire des baux ruraux et du tribunal pour enfants de Reims, dans le ressort de la cour d'appel de Reims[89]. Pour le contentieux administratif, la commune dépend du tribunal administratif de Châlons-en-Champagne[90] et de la cour administrative d'appel de Nancy[91].

Ambonnay est située en secteur Gendarmerie nationale et dépend de la brigade d'Aÿ-Champagne[92].

En matière d'incendie et de secours, les casernes les plus proches sont le centre de secours de Tours-sur-Marne et le centre de secours principal d'Épernay, qui dépendent du Service départemental d'incendie et de secours (SDIS) de la Marne[93]. La commune bénéficie également du centre de première intervention intercommunal de la Grande Vallée de la Marne. Le centre, situé à Aÿ et composé d'une vingtaine de sapeurs-pompiers volontaires, dispose d'une section à Ambonnay[94].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont les Ambonnagéens et les Ambonnagéennes.

Évolution de la population[modifier | modifier le code]

Ambonnay a connu une certaine croissance dans la deuxième moitié du XIXe siècle, passant d'environ 600 habitants en 1846 à plus de 1 000 en 1901. Sa population décline à partir de la Première Guerre mondiale avant d'augmenter à nouveau, de manière discontinue, à partir des années 1950.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[95]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[96].

En 2019, la commune comptait 957 habitants[Note 2], en stagnation par rapport à 2013 (Marne : −0,55 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
457408504495532583578601631
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
614628671653700690826884984
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0361 0871 094980906853801780766
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
834858817801917934938957920
2014 2019 - - - - - - -
973957-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[97].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 36,2 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,9 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 22,3 % la même année, alors qu'il est de 25,3 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 490 hommes pour 473 femmes, soit un taux de 50,88 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,4 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[98]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,0 
90 ou +
0,9 
4,1 
75-89 ans
8,1 
15,4 
60-74 ans
15,1 
22,2 
45-59 ans
22,8 
20,1 
30-44 ans
17,9 
14,4 
15-29 ans
14,9 
22,8 
0-14 ans
20,4 
Pyramide des âges du département de la Marne en 2018 en pourcentage[99]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ou +
1,7 
6,1 
75-89 ans
8,9 
16 
60-74 ans
17,2 
19,7 
45-59 ans
19,4 
18,8 
30-44 ans
17,8 
20,1 
15-29 ans
18,1 
18,7 
0-14 ans
17 

Vie associative[modifier | modifier le code]

En 2021, le site internet de la commune recense 19 associations sur son territoire : quatre associations sportives (chasse, football, pétanque, tennis de table), quatre associations de vignerons (dont la confrérie de la Saint-Vincent), trois associations sociales ou scolaires, trois associations de propriétaires, une association culturelle, une association de sapeurs-pompiers et son amicale, une association des anciens combattants ainsi qu'un comité des fêtes[84].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

En octobre, la commue organise un salon des vins et de la gastronomie[28], qui accueille généralement une trentaine d'exposants venant de toute la France[100].

Ambonnay participe par ailleurs aux événements culturels intercommunaux et accueille notamment des concerts dans le cadre du festival « Musiques en Champagne »[101]

Cultes[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Réol est de confession catholique[102]. Ambonnay fait partie de la paroisse « la grappe et l'épi », dépendant du diocèse de Reims, avec les villages voisins de Bisseuil, Bouzy, Tours-sur-Marne et Val de Livre. Son siège est à Bouzy[103].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2018 (données Insee publiées en ), la commune compte 380 ménages fiscaux, regroupant 986 personnes[Insee 7]. Le revenu fiscal médian déclaré par unité de consommation est alors de 25 820 , légèrement supérieur à celui de la communauté de communes de la Grande Vallée de la Marne (25 010 ) et plus nettement supérieur à celui du département de la Marne (21 650 )[31].

Emploi[modifier | modifier le code]

Ambonnay appartient au bassin d'emploi d'Épernay[46].

En 2017, 599 Ambonnagéens et Ambonnagéennes ont entre 15 et 64 ans[Insee 8]. Parmi ceux-ci, le taux d'activité est de 82,9 % (contre 78,7 % dans la communauté de communes et 73,2 % dans la Marne). Le taux de chômage pour cette tranche d'âge est alors de 6,9 %, un taux inférieur au taux intercommunal (7,4 %) et départemental (13,7 %)[31].

Ambonnay compte 375 emplois en 2017, en hausse par rapport aux 356 emplois recensés en 2012. Le nombre d'actifs ayant un emploi et résidant à Ambonnay étant de 477, l'indicateur de concentration d'emploi est de 78,6 %, ce qui signifie que la commune offre environ près de quatre emplois pour cinq habitants actifs[Insee 9]. 185 Ambonnagéens travaillent sur la commune, soit 38,9 % des actifs ayant un emploi (un chiffre en forte baisse par rapport aux 44,3 % de 2012 et 47,4 % de 2007)[Insee 10].

Parmi les 375 emplois dénombrés à Ambonnay en 2017, 256 sont salariés (68,1 %) et 120 sont non salariés (31,9 %)[Insee 11]. Ces chiffres sont comparables avec l'ensemble des actifs résidant à Ambonnay, qui sont salariés à 73,9 %[Insee 12].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au , l'Insee recense 66 établissements (hors agriculture) à Ambonnay[Insee 13].

Outre la poste, Ambonnay accueille plusieurs commerces : boulangerie-pâtisserie, boutique de produits du terroir, traiteur, fleuriste, restaurant. La commune organise également un marché le vendredi matin[28].

Viticulture[modifier | modifier le code]

La viticulture joue un rôle important dans l'économie locale. La commune est située au sein des appellations d'origine contrôlée : champagne (AOC) et coteaux-champenois[104].

Le site internet de la commune recense une cinquante de maisons de champagne sur son territoire[105]. Le vignoble d'Ambonnay s'étend sur environ 389 ha, composé à 83 % de pinot meunier et à 17 % de chardonnay[7]. On y produit notamment un « Ambonnay rouge », non pétillant[106].

Le « Clos d'Ambonnay » est l'une des cuvées les plus prestigieuses de la maison de Champagne Krug, qui prévoit d'installer sur la commune une nouvelle cuverie en 2023[107].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Ambonnay compte trois monuments inscrits ou classés aux monuments historiques.

L'église Saint-Réol est classée depuis 1922[108]. Elle est consacrée à Rieul de Reims, évêque de Reims du VIIe siècle[7],[39]. L'édifice date principalement des XIIe et XIIIe siècles[108], mais ses plus anciens éléments — dont les premiers étages de sa tour — semblent remonter au XIe siècle[39]. De style roman, l'église contient certains éléments gothiques au niveau de ses chapelles, remaniées au XVIe siècle[7]. Son abside à cinq pans est particulièrement remarquable[39]. Elle abrite des fonts baptismaux de style Renaissance de 1550 et une statue en pierre de saint Jean-Baptiste du XVIe siècle, qui sont également classés[109],[110].

La croix de chemin en pierre située sur la place de l'ancien marché est datée de 1582. Elle est classée monument historique depuis 1905[111]. Décorée de feuilles de vigne et d'olivier, elle repose sur un socle représentant les évangélistes[7].

La fontaine de 1853 est construite par l'architecte Tortat à la demande de la commune, à la croisée des routes de Bouzy et Trépail[112]. Inscrite aux monuments historiques depuis 2003[112], elle est de style Second Empire[7]. Marquant le début de la rue Saint-Vincent, la fontaine hexagonale voir jaillir l'eau de trois mascarons[7].

Information Survolez une image pour afficher sa légende ; survolez la légende pour l'afficher en entier si elle est tronquée.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Ambonnay Blason
Écartelé : au 1er d'argent au cep de vigne de sinople, fruité de pourpre et terrassé de sable, au 2e de gueules à la tête de crosse d'or mouvant de la pointe, au 3e de sinople à la croisette latine, alésée et ancrée de gueules, bordée d'or, au 4e d'argent à trois fleurs de lis de sinople mal ordonnées.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en , en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. LOG T2 - Catégories et types de logements.
  2. LOG T3 - Résidences principales selon le nombre de pièces.
  3. LOG T5 - Résidences principales en 2017 selon la période d'achèvement.
  4. LOG T1 - Évolution du nombre de logements par catégorie en historique depuis 1968.
  5. ACT G2 - Part des moyens de transport utilisés pour se rendre au travail en 2017.
  6. LOG T9 - Équipement automobile des ménages.
  7. REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018.
  8. EMP T2 - Activité et emploi de la population de 15 à 64 ans par sexe et âge en 2017.
  9. EMP T5 - Emploi et activité.
  10. ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la zone.
  11. EMP T6 - Emplois selon le statut professionnel.
  12. ACT T1 - Population de 15 ans ou plus ayant un emploi selon le statut en 2017.
  13. DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au .
  • Autres références :
  1. a b c d e f g h i j k l m et n « Carte IGN d'Ambonnay » sur Géoportail (consulté le 24 mai 2021).
  2. « Distance Ambonnay → Épernay », sur distance.to (consulté le ).
  3. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. a b et c « Rapport de présentation du Plan Local d'Urbanisme », sur mongeoportail.ign.fr, (consulté le ), p. 84.
  5. a b c et d SIGES Seine-Normandie, « Fiche Ma Commune : Ambonnay », sur sigessn.brgm.fr (consulté le ). Pour les informations géologiques : Carte géologique de la France à 1/50 000, no 158 « Avize ». Pour les cours d'eau : BD CarTHAgE®.
  6. Rapport de présentation du Plan Local d'Urbanisme, p. 91
  7. a b c d e f g h et i Commune d'Ambonnay, « L’histoire du Village », sur ambonnay.fr (consulté le ).
  8. Rapport de présentation du Plan Local d'Urbanisme, p. 96
  9. a et b Inventaire national du patrimoine naturel, « Commune : Ambonnay », sur inpn.mnhn.fr (consulté le ).
  10. Inventaire national du patrimoine naturel, « Commune : Ambonnay, Liste des espèces menacées », sur inpn.mnhn.fr (consulté le ).
  11. Inventaire national du patrimoine naturel, « ZNIEFF 210015554 - Massif forestier de la Montagne de Reims (versant sud) et étangs associés », sur inpn.mnhn.fr (consulté le ).
  12. Inventaire national du patrimoine naturel, « FR2100312 - Massif forestier de la Montagne de Reims (versant sud) et étangs associés », sur inpn.mnhn.fr (consulté le ).
  13. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  14. Insee, « Commune rurale - définition », sur insee.fr (consulté le ).
  15. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. Insee, « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  17. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod, Insee, « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  18. Ministère de la Transition écologique, « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur statistiques.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  19. Rapport de présentation du Plan Local d'Urbanisme, p. 105
  20. Rapport de présentation du Plan Local d'Urbanisme, p. 124
  21. « Résumé non technique », dans Schéma de Cohérence Territoriale d’Épernay et sa Région, (lire en ligne).
  22. Commune d'Ambonnay, « Vie administrative », sur ambonnay.fr (consulté le ).
  23. Rapport de présentation du Plan Local d'Urbanisme, p. 1
  24. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  25. Rapport de présentation du Plan Local d'Urbanisme, p. 102
  26. a b et c Rapport de présentation du Plan Local d'Urbanisme, p. 141
  27. Rapport de présentation du Plan Local d'Urbanisme, p. 164
  28. a b c d et e Office de Tourisme Intercommunal d’Hautvillers, « Ambonnay », sur tourisme-hautvillers.com (consulté le ).
  29. a b et c Rapport de présentation du Plan Local d'Urbanisme, p. 135
  30. Simon Ksiazenicki, « Des idées plein la tête pour imaginer les communes de demain », sur lhebdoduvendredi.com, L'Hebdo du vendredi, (consulté le ).
  31. a b c d et e Insee, « Comparateur de territoire : Commune d'Ambonnay (51007) - CC de la Grande Vallée de la Marne (245100615) - Marne (51) », sur insee.fr, (consulté le ).
  32. Rapport de présentation du Plan Local d'Urbanisme, p. 136
  33. Préfecture de la Marne, « Dossier Départemental des Risques Majeurs : Tableau récapitulatif des risques majeurs », sur marne.gouv.fr, (consulté le ), p. 1.
  34. a b et c « Les risques près de chez moi : 51150 Ambonnay », sur georisques.gouv.fr (consulté le ).
  35. Préfecture de la Marne, « Dossier Départemental des Risques Majeurs », sur marne.gouv.fr, (consulté le ), p. 96-99.
  36. Dossier Départemental des Risques Majeurs, p. 92.
  37. a b et c Longnon 1891, p. VI.
  38. « Quelques origines de noms de lieux en Champagne-Ardenne », sur crehangec.free.fr, (consulté le ).
  39. a b c d e et f Travaux de l'Académie nationale de Reims, vol. 87, t. I, Reims, F. Michaud, 1889-1890 (lire en ligne), « Ambonnay », p. 51-69.
  40. Auguste Longnon, Dictionnaire topographique du département de la Marne : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, , 380 p. (lire en ligne), p. 3.
  41. Longnon 1891, p. XLI-XLII.
  42. Longnon 1891, p. LI-LII.
  43. Longnon 1891, p. LVIII.
  44. Longnon 1891, p. LXVII-LXXVI.
  45. Fédération des amis des chemins de fer secondaires, « Liste des chemins de fer secondaires : Marne (51) », facs-patrimoine-ferroviaire.fr (consulté le ).
  46. a b c et d Insee, « Code Officiel Géographique : Commune d'Ambonnay (51007) », sur insee.fr, (consulté le ).
  47. Préfecture de la Marne, « Recueil des Actes Administratifs de la Préfecture de la Marne », sur marne.gouv.fr, (consulté le ).
  48. Ministère de l'Intérieur, « Recherche de groupements au 01/01/2021 », Base nationale sur l'intercommunalité, sur banatic.interieur.gouv.fr (consulté le ).
  49. Résultats des élections présidentielles de 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  50. Résultats des élections présidentielles de 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  51. Résultats des élections présidentielles de 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  52. Résultats des élections présidentielles de 2017 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  53. Résultats des élections présidentielles de 2022 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  54. Résultats des élections législatives de 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  55. Résultats des élections législatives de 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  56. Résultats des élections législatives de 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  57. Résultats des élections législatives de 2017 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  58. Résultats des élections législatives de 2022 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  59. Résultats des élections européennes de 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  60. Résultats des élections européennes de 2009 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  61. Résultats des élections européennes de 2014 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  62. Résultats des élections européennes de 2019 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  63. Résultats des élections régionales de 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  64. Résultats des élections régionales de 2010 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  65. Résultats des élections régionales de 2015 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  66. Résultats des élections régionales de 2021 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  67. [xls] Résultats des élections cantonales de 2001 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  68. Résultats des élections cantonales de 2008 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  69. Résultats des élections départementales de 2015 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  70. Résultats des élections départementales de 2021 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  71. Résultats des élections référendaires de 1992 sur le site PolitiqueMania.
  72. Résultats des élections référendaires de 2000 sur le site PolitiqueMania.
  73. Résultats des élections référendaires de 2005 sur le site PolitiqueMania.
  74. Almanach historique administratif et commercial de la Marne de l'Aisne et des Ardennes, Matot-Braine, Reims, 1879, p236.
  75. Almanach Matot-Braine de 1879, p225.
  76. https://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?id=JORFTEXT000000850614&pageCourante=01046
  77. « Municipales 2020. Le maire d’Ambonnay Eric Rodez ne se représente pas », sur lunion.fr, L'Union, (consulté le ).
  78. « Villa Bissinger : Eric Rodez, nouveau président », sur lachampagneviticole.fr, (consulté le ).
  79. Commission nationale de la coopération décentralisée, « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures (Marne) », sur pastel.diplomatie.gouv.fr (consulté le ).
  80. a b et c Communauté de communes de la Grande Vallée de la Marne, « Rapport annuel 2019 sur le prix et la qualité du service public d'eau potable et d'assainissement », sur ccgvm.com (consulté le ), p. 9-10 et 19.
  81. Communauté de communes de la Grande Vallée de la Marne, « Rapport annuel 2019 sur le service public de prévention et de gestion des déchets », sur ccgvm.com (consulté le ), p. 7-10.
  82. Communauté de communes de la Grande Vallée de la Marne, « Les Déchetteries de la CCGVM », sur ccgvm.com (consulté le ).
  83. Ministère de l'Éducation Nationale de la Jeunesse et des Sports, « Établissements trouvés à Ambonnay », sur education.gouv.fr (consulté le ).
  84. a et b Commune d'Ambonnay, « Vie associative », sur ambonnay.fr (consulté le ).
  85. Rectorat de Reims, « Liste des écoles publiques de l'académie de Reims - Département de la MARNE - Année 2020-2021 », sur education.gouv.fr (consulté le ).
  86. a b c et d Rapport de présentation du Plan Local d'Urbanisme, p. 47
  87. Rapport de présentation du Plan Local d'Urbanisme, p. 46
  88. « La Poste Agence communale : Ambonnay », sur laposte.fr (consulté le ).
  89. Ministère de la Justice, « Liste des juridictions compétentes pour une commune : 51150 AMBONNAY », sur annuaires.justice.gouv.fr (consulté le ).
  90. Article R221-3 du Code de justice administrative.
  91. Article R221-7 du Code de justice administrative.
  92. Ministère de l'Intérieur, « Compétence territoriale gendarmerie et police nationales », sur data.gouv.fr, (consulté le ).
  93. SDIS de la Marne, « Carte interactive », sur sdis51.fr (consulté le ).
  94. Communauté de communes de la Grande Vallée de la Marne, « Secours et incendie », sur ccgvm.com (consulté le ).
  95. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  96. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  97. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  98. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune d'Ambonnay (51007) », (consulté le ).
  99. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de la Marne (51) », (consulté le ).
  100. Catherine Guignette Houdinet, « Salon des vins et de la gastronomie d'Ambonnay avec France Bleu Champagne-Ardenne », sur francebleu.fr, France Bleu Champagne-Ardenne, (consulté le ).
  101. Simon Ksiazenicki, « Feu d'artifice musical en clôture du festival », sur lhebdoduvendredi.com, L'Hebdo du vendredi, (consulté le ).
  102. Observatoire du patrimoine religieux, « Les églises et édifices religieux recensés par l'OPR à Ambonnay », sur patrimoine-religieux.fr (consulté le ).
  103. Diocèse de Reims et des Ardennes, « Paroisse La GRAPPE et L’EPI », sur catholique-reims.fr (consulté le ).
  104. « Communes viticoles : Ambonnay », sur vin-vigne.com (consulté le ).
  105. Commune d'Ambonnay, « Liste des viticulteurs », sur ambonnay.fr, (consulté le ).
  106. Coopérative vinicole d'Ambonnay, « Ambonnay Rouge », sur union-champagne.fr (consulté le ).
  107. Simon Ksiazenicki, « Une nouvelle cuverie pour Krug à Ambonnay en 2023 », sur lhebdoduvendredi.com, L'Hebdo du vendredi, (consulté le ).
  108. a et b Notice no PA00078565, base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le .
  109. Notice no PM51000006, base Palissy, ministère français de la Culture, consulté le .
  110. Notice no PM51000007, base Palissy, ministère français de la Culture, consulté le .
  111. Notice no PA00078564, base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le .
  112. a et b Notice no PA51000009, base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le .