Clotilde Courau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Courau et Clotilde de Savoie.
Clotilde Courau
Description de cette image, également commentée ci-après

Clotilde Courau au Festival du cinéma américain de Deauville 2014.

Biographie
Titulature « princesse de Savoie »
« princesse de Piémont »
« princesse de Venise »
Autres fonctions Actrice
Naissance (48 ans)
Levallois-Perret
(Hauts-de-Seine, France)
Père Jean-Claude Courau
Mère Catherine du Pontavice
Conjoint Emmanuel-Philibert de Savoie, « prince de Piémont, prince de Venise »
Enfants Vittoria de Savoie
Luisa de Savoie

Clotilde Courau, née le à Levallois-Perret, est une actrice française.

Par son mariage avec Emmanuel-Philibert de Savoie, elle est devenue la princesse Clotilde de Savoie, « princesse de Venise et de Piémont ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et révélation (années 1980-1990)[modifier | modifier le code]

Clotilde Courau est la fille de Jean-Claude Courau, ingénieur, et de Catherine du Pontavice, professeur des Écoles, dans les Hauts-de-Seine. Elle passe son enfance avec ses parents et ses trois sœurs, Christine, Camille et Capucine, entre l'Égypte et le Bénin.

En 1985, âgée de 16 ans, elle abandonne ses études et décide de devenir comédienne. Elle s'inscrit au Cours Simon, au Cours Florent, à l'École de la rue Blanche (École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre, ENSATT), ainsi qu'à l'Atelier international de théâtre, à Paris, tout en faisant des petits boulots et débute au théâtre dans la compagnie Francis Huster aux côtés, notamment, de Cristiana Reali, Valentine Varela, Valérie Crunchant, Estelle Skornik, et Olivier Martinez.

En 1990, elle fait ses premiers pas au cinéma avec Le Petit Criminel de Jacques Doillon, pour lequel elle est récompensée du Prix de la meilleure actrice au Festival international du film de Berlin (Berlinale) et une nomination pour le César du meilleur espoir féminin.

En 1995, elle tourne dans Élisa de Jean Becker et reçoit le Prix de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (prix de la SACD), ainsi que deux nominations pour les César du cinéma (meilleur espoir féminin et meilleure actrice dans un second rôle).

Elle reçoit en 1995 le Prix Suzanne-Bianchetti (jeune actrice la plus prometteuse) et en mars 2000 le Prix Romy-Schneider (meilleur espoir féminin du cinéma français).

Elle continuera sa carrière d'actrice et de comédienne entre l'Italie et la France.

Raréfaction et télévision (années 2000-2010)[modifier | modifier le code]

L'année 2002 est particulièrement riche : elle est à l'affiche de l'adaptation Le Nouveau Jean-Claude, de Didier Tronchet ; fait partie des distributions chorales des comédies Embrassez qui vous voudrez, de Michel Blanc et Un monde presque paisible, de Michel Deville ; s'aventure dans le thriller d'action pour La Mentale, de Manuel Boursinhac ; et enfin participe à la première réalisation de Guillaume Canet, la satire Mon idole.

L'année 2003 marque en revanche un net ralentissement de sa carrière d'actrice. Elle est moins sollicitée par le cinéma, et se concentre sur la télévision, et le théâtre.

En 2003, elle tient le premier rôle du mélodrame Les Beaux Jours, de Jean-Pierre Sinapi. En 2005, elle participe à l'acclamé téléfilm historique Nuit noire, 17 octobre 1961, d'Alain Tasma et à l'adaptation La Dame aux camélias, de Lodovico Gasparini.

En 2006, elle évolue dans le feuilleton italien Mafalda di Savoia, de Maurizio Zaccaro ; et en 2007, revient enfin au cinéma français en évoluant dans le biopic La Môme, d'Olivier Dahan.

En 2008, elle est au casting de l'originale comédie romantique musicale Modern Love, écrite et réalisée par Stéphane Kazandjian. Côté télévision, elle participe à un épisode de la série Chez Maupassant, La Chambre 11.

En 2009, elle partage l'affiche de la romance Des mots d’amour, téléfilm de Christian Bourguignon. Et le , elle annonce dans les colonnes du Parisien qu'elle sera meneuse de revue au Crazy Horse du 19 au [1].

L'année 2011 est encore plus diversifiée : au cinéma, elle est à l'affiche de la comédie Tous les soleils, écrite et réalisée par Philippe Claudel ; à la télévision, elle participe à six épisodes de la première saison de la série Platane, menée par Eric Judor. Enfin, elle s'engage dans un projet musical en devenant chanteuse-interprète des textes de Bertrand Soulier.[réf. nécessaire][Quand ?]

En 2013 , elle revient dans une autre série, La Source, thriller développé par Xavier Durringer. En 2014, elle participe à la très populaire comédie potache Babysitting, de Philippe Lacheau.

En 2015, elle se tient au cinéma : en jouant dans le drame L'Échappée belle, écrit et réalisé par Émilie Cherpitel ; puis en revenant enfin en tête d'affiche, avec le drame, L'Ombre des femmes, dirigé par Philippe Garrel.

Mariage princier[modifier | modifier le code]

Clotilde Courau au défilé de la collection haute couture automne-hiver 2009/2010 de Jean Paul Gaultier à Paris le 6 juillet 2009.

Le , Clotilde Courau épouse Emmanuel-Philibert de Savoie à la basilique Sainte-Marie-des-Anges-et-des-Martyrs à Rome, devant 1200 invités. La cérémonie est retransmise à la télévision.

A 34 ans, l'actrice française devient « princesse de Savoie », « princesse de Venise et de Piémont » avec le prédicat d'altesse royale.

Le couple donne naissance à deux filles, portant le prédicat d'altesse royale, pour leur appartenance à la maison de Savoie :

Rose baptisée Clotilde Courau[modifier | modifier le code]

En 2009, une nouvelle rose (création de Fabien Ducher) est baptisée en son honneur. La rose Clotilde Courau est inaugurée le 15 juin 2009, lors du 10e anniversaire des Jardins de l'imaginaire à Terrasson. En sa qualité de marraine de Dessine-moi un mouton, la princesse a dédié la rose à l'association, qui perçoit un pourcentage sur les ventes[2],[3].

Vie privée avant le mariage[modifier | modifier le code]

Clotilde Courau a partagé un temps la vie de l'acteur Guillaume Depardieu.[réf. nécessaire][Quand ?]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

L'actrice photographiée par le studio Harcourt, en 2000.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Décoration[modifier | modifier le code]

Jurée de festivals[modifier | modifier le code]

Titulature[modifier | modifier le code]

Titres et honneurs
Princesse de Venise
Princesse de Piémont
Description de l'image Great coat of arms of the king of italy (1890-1946).svg.
Prédicat Son Altesse Royale
Style oral Son Altesse royale
Style alternatif Madame
  • 3 avril 1969 — 25 septembre 2003 : Mademoiselle Clotilde Courau (naissance)
  • depuis le 25 septembre 2003 : Son Altesse royale la princesse Clotilde de Savoie, « princesse de Venise et de Piémont »

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]