Zita Hanrot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Zita Hanrot
Description de cette image, également commentée ci-après

Zita Hanrot au déjeuner des nommés des César du cinéma 2016

Naissance (27 ans)[1]
Marseille (Bouches-du-Rhône)[1]
Nationalité Drapeau de la France française
Profession Actrice
Films notables Fatima

Zita Hanrot est une actrice française née le à Marseille. Elle a remporté le César du meilleur espoir féminin en 2016 pour Fatima.

Biographie[modifier | modifier le code]

Métisse, « d'une mère Noire jamaïcaine et [d'un] père blond rémois »[2], Zita Hanrot déclare avoir été particulièrement marquée par le spectacle Les Éphémères d'Ariane Mnouchkine, qui décidera de sa vocation[3]. Elle étudie l'histoire de l'art pour rassurer ses parents et joue dans une troupe de théâtre amateur avant d'intégrer à Paris, en 2009, l'école du Jeu - Delphine Eliet et en 2011, le Conservatoire d'art dramatique avec Daniel Mesguich et Gérard Desarthe[3], dont elle est sortie diplômée en 2014[2]. Elle déclare s'inspirer de Béatrice Dalle qu'elle découvre dans 37°2 le matin de Jean-Jacques Beineix[4].

Son frère Idrissa Hanrot est également acteur[5].

En 2012, Zita Hanrot est remarquée dans le film Radiostars avec Manu Payet et Clovis Cornillac.

En 2014, elle joue une serveuse de restaurant dans le film Une nouvelle amie avec Romain Duris. Elle est aux côtés de Fred Testot dans le film Rose et le soldat se situant dans une Martinique sujette au blocus britannique de 1942. Elle y joue Rose, une jeune institutrice privée de son emploi par les lois vichystes, qui est partagée entre ses convictions politiques et son amour naissant pour un soldat français. Toujours en 2014, elle incarne Anaïs dans le film Eden de Mia Hansen-Løve[6].

En 2015, elle joue le rôle de Nesrine dans Fatima de Philippe Faucon pour lequel elle remporte le César du meilleur espoir féminin le 26 février 2016 avant que le film ne remporte le César du meilleur film[4]. Dans ce film elle interprète le rôle d'une étudiante en médecine, fille d'une immigrée maghrébine maîtrisant mal le français, qui lutte contre le déterminisme social[2] : « Le travail avec Philippe Faucon est compliqué car il demande d'enlever tout ce qui est fabriqué. En tant qu'acteur, on a des réflexes, mais lui demande d'épurer le jeu. Pour moi, sur le tournage, cela nécessitait beaucoup de prises[7]. »

En 2016, elle tourne De sas en sas, un drame réalisé par Rachida Brakni sur les femmes qui rendent visite à un parent au parloir de la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis, et travaille sur l'écriture d'un court-métrage[2].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Zita Hanrot à la cérémonie des César en février 2016.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Distinction[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Zita Hanrot, sans cérémonie », sur Libération, (consulté le 6 août 2016)
  2. a, b, c et d Clara Nahmias, « César 2016 : Qui es-tu Zita Hanrot ? », premiere.fr, (consulté le 26 février 2016)
  3. a et b « Zita Hanrot, César du meilleur espoir féminin pour "Fatima" », leparisien.fr, (consulté le 27 février 2016)
  4. a et b Alicia Paulet, Alice Develey, « Zita Hanrot : «J'ai l'impression d'avoir pris une bourrasque dans la tête» », lefigaro.fr, (consulté le 26 février 2016)
  5. Sarah Louaguef, « Les stars réunies à l'avant-première de "Five" », parismatch.com, (consulté le 3 avril 2016)
  6. « Zita Hanrot », staragora.com (consulté le 26 février 2016)
  7. « Rencontre avec Zita Hanrot pour Fatima de Philippe Faucon », ecrannoir.fr, (consulté le 26 février 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :