Emma de Caunes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir De Caunes.
Emma de Caunes
Description de cette image, également commentée ci-après

Emma de Caunes au festival de Cannes 2015.

Naissance (40 ans)
Paris (France)
Nationalité France Française
Profession Actrice
Animatrice

Emma de Caunes, née le à Paris, est une actrice et animatrice de télévision française. Elle est la fille de l'animateur et cinéaste Antoine de Caunes et de Gaëlle Royer, réalisatrice de documentaires et graphiste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Années 1970-1980 dans l'univers des médias[modifier | modifier le code]

Emma de Caunes baigne dans l'univers des médias dès sa plus tendre enfance, étant la petite-fille du journaliste Georges de Caunes et de Jacqueline Joubert, parents d'Antoine de Caunes, présentateur ou chroniqueur des émissions, dès 1978, de Chorus, Les Enfants du rock, Rapido ou de Nulle part ailleurs notamment. Emma a partagé une grande complicité avec sa grand-mère, première speakerine de la RTF et qui a créé et produit en 1978 Récré A2 avec Dorothée comme animatrice. Pour cette émission, Emma devient sa «post-testeuse», et en 1980, Jacqueline Joubert écrit un livre consacré à la télévision, qui a pour titre Lettre à Emma, en hommage à sa petite-fille[1]. Sa grand-mère, décédée le 8 janvier 2005, était à la fois son modèle, son amie et sa confidente, et elles se voyaient au moins une fois par semaine, pour parfois se rendre à l’Opéra, à la Comédie-Française, ou dans le repère familial à Trouville-sur-Mer[2]. Jacqueline Joubert, qui recevait des artistes comme Gainsbourg, Trenet et Brel dans l'émission “Rendez-vous”, lui a notamment transmit comme leçon « Qu’il fallait faire les choses sérieusement sans jamais se prendre au sérieux »[3].

Sa carrière au cinéma commence lorsqu'elle a dix ans, par un rôle qu'elle doit à sa marraine Michèle Reiser.

Années 1990 : révélation au cinéma[modifier | modifier le code]

Emma obtient son bac L cinéma en 1995 et elle l'annonce à son père en direct, lors de la dernière émission, le 29 juin, de Nulle part ailleurs.

On l'aperçoit ensuite dans quelques spots publicitaires pour Clearasil, Dim ou Crunch... Mais c'est son rôle dans le drame Un frère, de Sylvie Verheyde, pour lequel elle obtient le César du meilleur espoir féminin, en 1998, qui la révèle vraiment au public. La même année, elle défend deux autres projets, plus populaires : les comédies La voie est libre, de Stéphane Clavier, et Restons groupés, de Jean-Paul Salomé.

Elle poursuit alors sa carrière, que ce soit au théâtre, dans la publicité, ou au cinéma. Elle tient en 1999 le premier rôle de la comédie dramatique Mille Bornes, et en 2000 de la romance Sans plomb, de Muriel Teodori, avant de retrouver Sylvie Verheyde pour partage l'affiche du drame franco-belge Princesses avec Karole Rocher. Elle se frotte par ailleurs à la réalisation avec divers courts-métrages.

L'actrice à la première britannique de Les Vacances de Mr Bean, en septembre 2007.

Années 2000 : diversification et expérience internationale[modifier | modifier le code]

En 2002, alors qu'elle tient le premier rôle féminin de la romance historique Les Amants du Nil, écrite et réalisée par Éric Heumann, et tient un petit rôle dans la superproduction Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre, sous la direction de Alain Chabat, son travail est encouragé par le prix Romy-Schneider, récompensant chaque année une jeune actrice.

En 2004, elle donne à son rôle d'Hansi une interprétation charnelle et tendre dans le film Ma mère de Christophe Honoré, d'après le roman homonyme de Georges Bataille. Elle y côtoie Isabelle Huppert et Louis Garrel. La même année, elle décroche le poste d'animatrice d'une nouvelle émission de musique sur Canal+, La Musicale. Et en 2006, elle fait partie du casting quatre étoiles réuni par Michel Gondry pour La Science des rêves, où elle retrouve Alain Chabat.

Cette visibilité internationale lui permet de s'exporter : en 2007 elle tient un petit rôle dans l'acclamé drame Le Scaphandre et le Papillon, de Julian Schnabel, et donne la réplique à Rowan Atkinson et Max Baldry pour la comédie potache Les Vacances de Mr Bean. Elle fait aussi une apparition dans l'attendue comédie dramatique canadienne L'Âge des ténèbres, de Denys Arcand.

En 2008, elle se contente de faire une apparition dans la romance décalée Le Bruit des gens autour, écrite et réalisée par Diastème (qui lui avait permis de décrocher une nomination aux Molières en 2003 pour la pièce La Nuit du thermomètre). Et elle fait un caméo dans le biopic Coluche, l'histoire d'un mec, réalisé par son père. Cette année est bien marquée par une nette réduction de ses apparitions au cinéma.

Emma de Caunes en 2010 à la 35e cérémonie des César.

Années 2010 : retrait et télévision[modifier | modifier le code]

En janvier 2009, elle pose pour l'édition française de Playboy, et en 2011, La Musicale est arrêtée par Canal+ au terme de cinq saisons.

Elle joue dans quelques pièces de théâtre, mais rebondit surtout en tenant le premier rôle d'une trilogie de téléfilms de France 3 Lanester, où elle incarne une chauffeuse de taxi lesbienne, et diffusée entre 2013 et 2016.

Au cinéma, elle se contente de faire partie de la distribution du drame La Dune, écrit et réalisé par Yossi Aviram, et sorti en 2013 ; puis revient enfin dans un premier rôle pour le drame Les Châteaux de sable, d'Olivier Jahan, sorti en 2015.

Vie privée[modifier | modifier le code]

En septembre 2001, elle se marie avec le chanteur Sinclair (Mathieu Blanc-Francard), avec lequel elle a eu une fille, Nina, née en octobre 2002 à Paris. Ils divorcent en 2005 (après onze ans de vie commune)[4].

Le 10 septembre 2011, Emma de Caunes épouse le dessinateur britannique Jamie Hewlett à Saint-Paul-de-Vence[5].

Emma de Caunes déclare en janvier 2014 « [qu'elle a] eu plein d’expériences homosexuelles et [qu'elle se] considère [elle-même] comme bisexuelle »[6]. Elle revient en partie sur ses dires l'année suivante, précisant avoir eu des expériences homosexuelles mais ne pas se considérer comme bisexuelle[7]. À ce propos, l'actrice déclarera plus tard sur France 3 dans le journal télévisé Soir 3 que cette bi-sexualité était une affabulation de journaliste.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Clips[modifier | modifier le code]

Animation[modifier | modifier le code]

Emma de Caunes photographiée en 2005 par le studio Harcourt.

Participations annexes[modifier | modifier le code]

Récompenses et nomination[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Emma de Caunes cobaye de Récré A2, Le Figaro, 26 septembre 2013
  2. Emma de Caunes Une jeune femme épanouie, Paris capitale, 8 février 2016
  3. Emma de Caunes, fille des années 80, Madame Figaro, 22 novembre 2008
  4. Voir cette biographie en anglais
  5. Saint-Paul : mariage « Eyes Wide Shut » pour Emma de Caunes
  6. « Emma de Caunes révèle sa bisexualité », Elle, 24 janvier 2014 (lire en ligne)
  7. « Emma de Caunes : "Je ne suis pas bisexuelle" ! », Public.fr, Modèle:1er avril 2015 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :