Sentier de grande randonnée 20

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
GR 20
Image dans Infobox.
Au refuge de Paliri.
Localisation
Continent
Adresse
Désignation
Autre nom
Fra li Monti /De Calenzana à Conca
Type
Site web
Tracé
Point de départ
Extrémités
Longueur
179 kmVoir et modifier les données sur Wikidata
Alt. maximale
Pointe des Éboulis (2 607 m)
Alt. minimale
Conca et Calenzana (250 m)
Difficulté
Parcours de montagne exigeant
Utilisation
Saison
été
Mois
de juin à octobre
Payant
non

Le sentier de grande randonnée 20 (GR 20) traverse la Corse du nord au sud en passant par la chaîne de montagnes, dans le parc naturel régional de Corse.

Bien qu'aucun équipement individuel particulier ne soit suggéré, le GR 20 reste un parcours de montagne. La randonnée s'étend sur près de 180 kilomètres et peut être effectuée en 16 jours (environ une étape par jour) avec une moyenne de 7 heures de marche par jour, voire plus si les étapes sont « doublées » ou « triplées », certains randonneurs expérimentés pouvant la faire en seulement quelques jours. À la course avec assistance, les records actuels[1] sont détenus par Lambert Santelli en 30 heures et 25 minutes pour les hommes (en ) (battant de 41 minutes le record de Francois D'Haene de 2016) et par Émilie Lecomte en 41 heures, 22 minutes et 10 secondes pour les femmes[2].

Création du sentier[modifier | modifier le code]

  • 1952 : Jean Loiseau, architecte et randonneur, décrit dans « Itinéraires de Corse » plusieurs sections du futur GR.
  • 1965 : Guy Degos, ingénieur des forêts à la direction départementale de l'Agriculture et Marcel Schluck, inspecteur général à la direction de la Jeunesse et des Sports, proposent au Comité national des sentiers de Grande Randonnée l'étude d'un parcours au plus près de l'arête dorsale de l'île. Michel Fabrikant se charge de la recherche de l'itinéraire sur le terrain qu'il publie dans Guide des montagnes corses.
  • 1970 : des bénévoles encadrés par Fabrikant réalisent le premier balisage du sentier qui prend le numéro 20[3].
  • 1971 : construction des deux premiers refuges[4], chalets en bois de type « chalouins »[5].
  • 1972 : création du parc naturel régional de Corse. Une partie des crédits nécessaires à la construction des refuges et passerelles et à la signalétique sont attribués ; les aménagements débutent et le premier topo-guide intitulé « Fra li monti » est édité[5].
  • 1975 : ouverture du sentier sur toute sa longueur. Un incendie détruit le refuge de Campiglione[6].
  • 1977 : 7 refuges sont en service, 3 autres sont prévus[6].
  • 1987 : la totalité des refuges prévus pour accueillir les randonneurs est réalisée, sans permettre encore les réservations ni proposer de service de restauration. Des voies réhabilitées, sentiers de liaison qui se greffent sur le GR 20, permettent à des villages de l'intérieur isolés de part et d'autre de la chaîne centrale d'être reliés entre eux.
  • 2002 : mise en place progressive de la réservation des nuitées en refuges, avec service de restauration et ravitaillement[7].
  • 2015 : un plan général de rénovation des refuges du GR 20[8] prévoit une démolition et reconstruction, réhabilitation et extension, ou mise aux normes de 12 d'entre eux[9].
  • 2019 : une charte écoresponsable est mise en place devant l'afflux de visiteurs. Ce sont en moyenne 15 000 randonneurs qui fréquentent le GR20 et 90 000 nuitées qui sont réservées chaque année[10].

Exigence[modifier | modifier le code]

Le GR 20 est souvent qualifié de « chemin le plus difficile d’Europe ». Long de 179 km[11],[12] et cumulant un dénivelé positif d'environ 11 000 mètres[13], il consiste en un parcours de montagne exigeant, surtout en cas d'intempéries (orages, brouillard, neige mais également la pluie qui peut rendre glissantes les plaques rocheuses).

Trajets[modifier | modifier le code]

Carte du GR 20 qui traverse la Corse du nord au sud.

La randonnée se compose de deux parties, au nord et au sud. Beaucoup de randonneurs marchent du nord au sud (sens « traditionnel »), mais il est également très populaire d'effectuer le parcours du sud vers le nord (sens plus « facile », même si le balisage est alors plus difficile à trouver). Il existe aussi plusieurs manières de suivre le GR 20. Vous pouvez très bien le faire dans un esprit « autonome », en emportant tout le matériel avec vous (nourriture, tente, matériel de cuisine…) ou bien dans une version « allégée », en dormant et mangeant dans les refuges ou les bergeries encore habitées par les bergers. Il faut tenir compte du fait que le GR 20 traverse un parc régional et que les bivouacs ne sont autorisés que dans des zones précises près des refuges et au pied du Monte Incudine sur le plateau du Prati à l'emplacement d'un ancien refuge. D'où la notion d'étapes bien délimitées ; on ne campe pas n'importe où sur le GR 20.

Seuls les refuges de Manganu, Matalza, Asinau et Paliri sont situés dans le Pumonti (l'« Au-Delà-des-Monts »), c'est-à-dire sur le versant occidental de la chaîne centrale (à l'ouest d'une ligne incluant Girolata et Sari-Solenzara), celui donnant sur la Corse-du-Sud. Tous les autres sont situés dans le Cismonte (l'« En-Deçà-des-Monts »), c'est-à-dire côté Haute-Corse (à l'est d'une ligne incluant Galéria et Solaro). En effet, les refuges de Prati et d'Usciolu, bien qu'appartenant aux communes de Palneca et Cozzano dans le Pumonti, sont situés sur le versant oriental de la grande dorsale, dominant en fait les communes d'Isolaccio-di-Fiumorbo et Chisa dans le Cismonte.

Partie nord[modifier | modifier le code]

La partie nord commence à Calenzana et s'arrête à Vizzavona. Là, il est possible de prendre le train pour Bastia, Ajaccio ou Calvi après une correspondance à Ponte Leccia. C'est la partie la plus difficile, en raison des chemins raides et rocheux.

Les hébergements sur le parcours sont les suivants : Calenzana, Ortu di u Piobbu, Carrozzu, Ascu Stagnu, Tighjettu, Ciòttulu à I Mori, Castel de Vergio, Mànganu, Petra Piana, L'Onda, Vizzavona.

Détails des étapes[14] :

  1. de Calenzana à l'Ortu di u Piobbu : h 30 min du nord vers le sud, et h du sud vers le nord
  2. de l'Ortu di u Piobbu à Carrozzu : h du nord vers le sud, et h du sud vers le nord
  3. de Carrozzu à Asco-Stagnu : h 10 min du nord vers le sud, et h 45 min du sud vers le nord
  4. de Asco-Stagnu à Tighiettu : h du nord vers le sud, et h du sud vers le nord
  5. de Tighiettu à Ciottulu a i Mori : h nord vers le sud, et h du sud vers le nord
  6. de Ciottulu a i Mori à Manganu : h du nord vers le sud, et h du sud vers le nord
  7. de Manganu à Petra Piana : h 30 min du nord vers le sud, et h du sud vers le nord
  8. de Petra Piana à l'Onda : h 50 min du nord vers le sud, et h 15 min du sud vers le nord
  9. de l'Onda à Vizzavona : h 50 min du nord vers le sud, et h 40 min du sud vers le nord

Partie sud[modifier | modifier le code]

La partie sud s'étend de Vizzavona à Conca et c'est la partie la plus facile. Elle relie les lieux suivants : Vizzavona, Capannelle (Ghisoni), Prati, Usciolu, Matalza, Asinau, I Paliri, Conca.
L'étape Usciolu-Asinau a été redessinée en 2011 pour la raccourcir : elle passe désormais par les bergeries de Matalza, Bassetta ou Croce.
L'étape Asinau-Paliri, passant par le col de Bavella présente une variante alpine permettant de pénétrer plus profondément dans le massif de Bavella, haut-lieu de la montagne corse.

Détails des étapes[14] :

  1. de Vizzavona aux Capannelle : h 15 min du nord vers le sud, et h 50 min du sud vers le nord
  2. des Capannelle à Prati : h 10 min du nord vers le sud, et h du sud vers le nord
  3. de Prati à Usciolu : h 45 min du nord vers le sud, et h 30 min du sud vers le nord
  4. de Usciolu à Matalza : h 25 min du nord vers le sud, et h du sud vers le nord
  5. de Matalza à Asinau : h 15 min du nord vers le sud, et h du sud vers le nord
  6. de Asinau à Paliri : h du nord vers le sud, et h 20 min du sud vers le nord
  7. de Paliri à Conca : h du nord vers le sud, et h 15 min du sud vers le nord

Alternatives[modifier | modifier le code]

Il existe d'autres chemins de randonnée en Corse, alternatives plus aisées que le GR 20.

Les différentes déclinaisons du Mare e monti (nord, sud) et Mare a mare (nord, centre, sud) sont les plus connues, ce sont des itinéraires de randonnées sportives mais sans difficultés particulières.

D'autres tracés originaux et moins fréquentés complètent encore le quadrillage de la montagne corse comme le Sentier de la transhumance ou le Sentier l'Île-Rousse - Corte.

Communes traversées[modifier | modifier le code]

Le GR20 traverse les communes suivantes : Calenzana, Asco, Manso, Albertacce, Évisa, Cristinacce, Letia, Casamaccioli, Corte, Soccia, Orto, Guagno, Venaco, Vivario, Pastricciola, Ghisoni, Bocognano (uniquement pour la variante du Monte Renoso), Bastelica, Palneca, Isolaccio-di-Fiumorbo, San-Gavino-di-Fiumorbo, Cozzano, Zicavo, Quenza, Zonza, Conca.

Dans la culture[modifier | modifier le code]

Les Randonneurs, une comédie de 1996 avec Benoît Poelvoorde et Karin Viard se déroule partiellement sur ce parcours.

L'épisode 4 de la saison 4 de la série télévisée française Dix pour cent où le GR20 est mentionné par Camille Cottin.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dans le sens nord-sud
  2. EMYGR20T1 2012, de la reco au record…, mis à jour 21-07-2012, http://www.marseilletrailclub.com
  3. Numéro du département unique de Corse à cette époque.
  4. Campiglione et Petra Piana.
  5. a et b Terre Sauvage hors-série GR20, p. 66-70.
  6. a et b Comité National des Sentiers de Grande Randonnée et Michel Fabrikant, G.R. 20 - Sentier de la Corse (de Calenzana à Conca), Paris, C.N.S.G.R., , 64 p. (ISBN 2-856-99099-1)
  7. Eva Mattei, « L'interview de la semaine : Jean-Luc Chiappini », L'Informateur Corse Nouvelle, no 6454,‎ 1-7 mars 2013, p. 6 (ISSN 2114-2009)
  8. « Refuges du GR 20 : le premier dossier de rénovation est sur les rails », Corse Matin,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. « Rapport de la commission d'enquête sur la charte du PNRC », sur Téléchargements - Parc Naturel Régional de Corse, (consulté le )
  10. Véronique EMMANUELLI, « Le GR20 se dote d'une charte "écoresponsable" », sur corsematin.com, .
  11. « Randonnée de Calenzana à Vizzavona (Haute Corse) », sur gr-infos, (consulté le ).
  12. « Randonnée de Vizzavona à Conca (Corse du Sud) », sur gr-infos, (consulté le ).
  13. « Parcourir le GR 20, les étapes », sur F.F.R.P., (consulté le ).
  14. a et b « Les étapes du GR 20 sur le-gr20.com ».

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bernard Berrou, La Haute Route : carnet du GR20, Terre de Brume, (OCLC 434020318)
    Nouvelle édition chez Géorama
    .
  • François Desjobert, GR20, la corse au cœur (livre de photo), Desjo Éditions, .
  • Jérôme Magnier-Moreno, Le Saut oblique de la truite (roman), éditions Phébus, .
  • Terre Sauvage, GR20 : Corse, la grande traversée, vol. hors-série, , 98 p. (ISSN 0981-4140).
  • Cristina Noacco, Corse, La route des cimes, Transboréal, .
  • Capitaine Rémi et Youri K. Roy, GR20 L'Aventure of Corse, — Site Officiel du livre : https://livre-gr20-corse.com/
  • Gilles Modica, La Traversée de l'île-montagne, Paulsen, .

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]