Rouillac (Charente)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rouillac.

Rouillac
Rouillac (Charente)
L'église Saint-Pierre vue de la Nouère.
Blason de Rouillac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Cognac
Canton Val de Nouère
Intercommunalité Communauté de communes du Rouillacais
(siège)
Maire
Mandat
Michel Trainaud
2016-2020
Code postal 16170
Code commune 16286
Démographie
Gentilé Rouillacais
Population
municipale
2 307 hab. (2014)
Densité 53 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 46′ 36″ nord, 0° 03′ 43″ ouest
Altitude Min. 62 m
Max. 185 m
Superficie 43,69 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de la Charente
City locator 14.svg
Rouillac

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Rouillac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rouillac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rouillac
Liens
Site web ville-rouillac.fr

Rouillac est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente, en région Nouvelle-Aquitaine.

Le , Rouillac forme une commune nouvelle en fusionnant l'ancienne commune, Plaizac et Sonneville[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Rouillac est un chef-lieu de canton de l'ouest du département de la Charente situé à 22 km au nord-est de Cognac et 22 km au nord-ouest d'Angoulême, côté rive droite du fleuve Charente.

Rouillac est aussi à 14 km au sud-ouest d'Aigre, 14 km au nord de Jarnac, 35 km au sud-ouest de Ruffec, 40 km de Saint-Jean-d'Angély, 44 km de Saintes, 69 km de Niort, 94 km de La Rochelle, 95 km de Poitiers et 111 km de Bordeaux[2].

La route principale desservant la commune et le bourg est la D 939, route d'Angoulême à La Rochelle par Saint-Jean-d'Angély, et qui dévie le centre-bourg depuis 1990. Rouillac est aussi au carrefour de la D 736, entre Ruffec et Jarnac, qui mène aussi à Cognac par la D 15 à Sigogne, et la D14 qui va vers Hiersac, Châteauneuf et Barbezieux au sud-est[3].

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

La commune compte de nombreux hameaux : les Petits Champs à l'est sur la route d'Angoulême, le Breuil au sud, les Villairs à l'ouest sur la route de Jarnac, Les Petits Peux au nord-est du bourg, Bordeville, Fougears, Loret, le Temple, hameau assez important, Feunat, la Gachère, le Boitoux, etc., et le château de Lignères au nord[3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Rouillac
Anville,
Neuvicq-le-Château
(Charente-Maritime)
Montigné Gourville
Mareuil Rouillac Saint-Cybardeaux
Sigogne Vaux-Rouillac

Depuis le 1er janvier 2016, la commune Rouillac est limitrophe de Sigogne (par Plaizac), Anville et Neuvicq-le-Château (Charente-Maritime), par Sonneville.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Comme les trois quarts sud et ouest du département de la Charente, la commune de Rouillac est géologiquement située dans le Bassin aquitain. Elle est sur un plateau calcaire du Jurassique supérieur appartenant au Portlandien, avec une petite bande de Kimméridgien sur le versant nord de la vallée de la Nouère et à l'extrême nord-est. Une faille de direction nord-ouest sud-est traverse la commune au nord-est du bourg. La vallée de la Nouère est occupée par des alluvions du Quaternaire[4],[5],[6].

Article connexe : Géologie de la Charente.

Sur ce sol calcaire pousse le vignoble de cognac des Fins Bois.

Le relief de la commune est celui d'un plateau relativement élevé, avec la tête de la vallée de la Nouère qui le traverse au centre. Le point culminant est à une altitude de 185 m, situé au nord de la commune entre le Temple et le château de Lignères. C'est aussi le point culminant de toute cette région du nord-ouest de la Charente. La bordure méridionale de la commune est aussi occupée par des collines dont les altitudes dépassent 160 m. Le point le plus bas est à 89 m, situé sur la limite occidentale de la commune près de Beaulieu. Le bourg de Rouillac est à environ 100 m d'altitude[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Nouère prend sa source au Temple, au nord-ouest de Rouillac qu'elle contourne, puis son cours est sud-sud-est et elle rejoint la Charente dont elle est un affluent rive droite, juste en aval d'Angoulême, à Linars.

La longueur de son cours d'eau est de 25,8 km[7].

La partie amont de la Nouère s'appelle la Rivière du Temple, dont la partie près de Rouillac est à sec en été[3].

Climat[modifier | modifier le code]

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain, et semblable à celui de la ville de Cognac où est située la station météorologique départementale.

Données climatiques
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2 2,8 3,8 6,2 9,4 12,4 14,4 14 12,1 8,9 4,7 2,6 7,8
Température moyenne (°C) 5,4 6,7 8,5 11,1 14,4 17,8 20,2 19,7 17,6 13,7 8,6 5,9 12,5
Température maximale moyenne (°C) 8,7 10,5 13,1 15,9 19,5 23,1 26,1 25,4 23,1 18,5 12,4 9,2 17,7
Ensoleillement (h) 80 103,9 153,3 184,5 204,9 239,6 276,4 248,3 199,4 159 96,8 78,8 2 024,9
Précipitations (mm) 80,4 67,3 65,9 68,3 71,6 46,6 45,1 50,2 59,2 68,6 79,8 80 783,6
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale de Cognac de 1961 à 1990[8].
Article connexe : Climat de la Charente.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les formes anciennes sont Roliacum [prope Noheriam] ou [super fluvium Noiram] en 852[9],[Note 1], Roillaco en 1328, Rolhac, Rolhaco[10].

L'origine du nom de Rouillac remonterait à un nom de personne gallo-romain Rullius auquel est apposé le suffixe -acum, ce qui correspondrait à Rulliacum, « domaine de Rullius »[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de Rouillac est la synthèse des éléments contenus dans les articles des communes dont elle est issue.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des communes
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Rouillac (commune déléguée)
(siège)
16286 Communauté de communes du Rouillacais 29,28 1 908 (2013) 65
Plaizac 16262 CC du Rouillacais 3,98 150 (2013) 38
Sonneville 16371 CC du Rouillacais 10,43 230 (2013) 22

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Michel Trainaud[12] DVD Employé de banque
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Rouillacais[13].


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 2014. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2016[15],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 2 307 habitants.

           Évolution de la population  [modifier]
2014
2 307
Population municipale [17].
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999 puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Rouillac, vignoble du Cognac.

Rouillac, au coeur du vignoble, vit surtout de l'économie du Cognac. La commune héberge le site d'embouteillage de la Maison Martell.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Cette section est la synthèse des éléments contenus dans les articles des communes dont Rouillac est issue.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Roullet était noté dans ce même cartulaire parvum Roliacum, le "petit Rouillac".
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Arrêté du 25 septembre 2015, Préfecture de la Charente, « Recueil des actes administratifs - 19 octobre 2015 » [PDF], (consulté le 20 novembre 2015).
  2. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  3. a, b, c et d Carte IGN sous Géoportail
  4. Carte du BRGM sous Géoportail
  5. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  6. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Matha », sur Infoterre, (consulté le 20 novembre 2011)
  7. SANDRE, « Fiche ruisseau la nouère (R3020500) »
  8. « Cognac, Charente(16), 30m - [1961-1990] », sur infoclimat.fr (consulté le 1er janvier 2013)
  9. Jean Nanglard, Cartulaire de l'église d'Angoulême, t. IX, Bulletins et mémoires de la Société archéologique et historique de la Charente, imprimerie G.Chasseignac, (1re éd. 1180), 296 p. (lire en ligne)
  10. Jean Nanglard, Livre des fiefs de Guillaume de Blaye, évêque d'Angoulême [« Liber feodorum »], t. 5, Société archéologique et historique de la Charente, (1re éd. 1273), 404 p. (lire en ligne), p. 53,79,284
  11. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 564.
  12. « La nouvelle ère de Rouillac », La Charente libre,‎ (lire en ligne).
  13. Site habitants.fr, « Les gentilés de Charente », (consulté le 21 mars 2015).
  14. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2009 .
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années [ 2012]