Association sportive racing club chalonnais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Racing club chalonnais)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec le Rugby tango chalonnais, club créé en 2016.
ASRC Chalon
Logo du ASRC Chalon
Généralités
Nom complet Association sportive racing club chalonnais
Noms précédents Racing club chalonnais
Fondation 1899
Disparition
Couleurs tango et blanc
Stade Stade Léo-Lagrange
(5 000 places)
Siège 25 rue Pierre-Bridet
71100 Chalon-sur-Saône[1]
Site web www.asrcchalon.com
Palmarès principal
National[Note 1] Fédérale 3 (1)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile


L'Association sportive racing club chalonnais, auparavant connu sous le nom de Racing club chalonnais, est un club français de rugby à XV, basé à Chalon-sur-Saône dans le département de Saône-et-Loire.

Le club disparaît après la saison 2015-2016, après avoir fait l'objet d'une liquidation judiciaire.

Historique[modifier | modifier le code]

Débuts puis hauts et bas[modifier | modifier le code]

Le club est créé en 1899[2]. En 1912, le club se pose à côté de l'école professionnelle.

En 1917, le club arrive en demi-finale de la Coupe de l’Espérance qui remplace la Championnat de France pendant la guerre. Il perd de peu 6-0 contre le futur champion, le Stade nantais après avoir battu Lancey-Sports en 1/4 de finale[3] sur le score de 6-5 à Lyon[4].

Le stade Eugène Lebeau est inauguré le 3 octobre 1920 avec un match contre l'équipe charentaise de Valence[2]. Le 5 février 1922, le Stade toulousain vient jouer et gagner 16 à 0 contre le RCC[2]. À partir de 1929, Franck Perret et Paul Dorland dynamisent le club avec, en deux saisons, une victoire contre le CS Vienne et une belle prestation contre Toulon[2]. Chalon dispute ensuite 2 1/8e de finale du Championnat consécutifs en 1937 et 1938.

En 1945 Louis Brailly prend la présidence du club[2]. Le 20 avril 1958, le RCC bat le LOU 5 - 0 et accède à la première division[2]. Sa meilleure performance reste la saison 1962-63 où le 21 avril, le club bat Agen, le champion sortant en 16e de finale du championnat de France[2] puis Vichy en 1/8e avant d’échouer contre le Stade montois futur Champion de France.

En 1970, Louis Brailly quitte la présidence, le club descend alors en deuxième division[2], remonte l'année suivante mais redescend en 1974. Le 8 mai 1988, le RCC remonte en première division lors d'un match à Saint-Claude contre Chambéry soldé par une victoire 12 à 10[2]. Le 26 avril 1992, le club réalise l'une des plus grandes performances de son histoire en battant le champion de France en titre, Bègles Bordeaux, 19 - 18, à Tulle en 1/16e de finale du Championnat de France de rugby à XV[2]. En 1993, c'est la descente du Racing club chalonnais du Groupe A, le plus haut niveau du rugby français, en Groupe B de 1re division après une saison catastrophique avec 1 match nul et 19 défaites.

Le club évolue en Fédérale 1 les années suivantes, sauf en 2002-2003 (Fédérale 2)[2].

L'ère Jean-Paul Cheveaux[modifier | modifier le code]

Régis Sigoire dans les airs avec le RC Chalon, lors de la saison 2006-2007.

Le club a comme ambition de forger un groupe assez solide pour rejoindre l'antichambre de l'élite, la Pro D2, sous la houlette de Loïc Van der Linden, ancien troisième ligne de Brive, avec lequel il remporta la Coupe d'Europe en 1997, arrivé au club en 2005. L'objectif est toujours de monter en Pro D2 et d'avoir un club de rugby représentant la Bourgogne en professionnel. Durant cette période, le club va notamment axer sa politique de recrutement sur l'arrivée de jeunes espoirs ainsi que sur quelques cadres en provenance du Top 14 ou de la Pro D2. Parmi eux, Jean-Philippe Genevois, Florent Petitjean, Karol Brunet, Romain Lombard, François Bouvier, Vincent Gauvain mais également Mathieu Pla et Nicolas Carmona.

Chalon a atteint cette année (2006-2007) les quarts de finale du Trophée Jean Prat. Après une victoire en barrages contre l'Étoile sportive catalane, 22 à 11, le 13 mai[5], l'équipe a été éliminée par Blagnac, un des favoris de l'épreuve. Le 20 mai les deux équipes se sont séparées à Chalon sur un match nul, 26-26 (2 essais transformés et 4 pénalités de chaque côté)[6]. Lors de ce match, l'entraîneur de Blagnac, Pierre-Henry Broncan, a reçu un carton rouge, fait rare dans le rugby, et n'a donc pu prendre place sur le banc lors du match retour qui a eu lieu à Blagnac le 27 mai qui a vu la victoire des joueurs haut-garonnais sur le score de 27 à 14 (2 essais, 1 transformation et 5 pénalités pour Blagnac contre 1 essai et 3 pénalités pour Chalon)[7].

Le 3 janvier 2007, Jean-Henry Tubert, ex-entraîneur du LOU, reprend les rênes du RC Chalon[2]. Le club évolue donc en Fédérale 1 lors de la saison 2007-2008. Après avoir terminé 2e de sa poule avec 8 victoires, 2 nuls et 4 défaites[8], participe au Trophée Jean Prat (deuxième avec 4 victoires et 2 défaites)[9]. Le Racing club chalonnais passe les huitièmes de finale pour se faire encore éliminer en quart de finale contre l'US bressane avec un match nul à l'aller (12-12) et une défaite au match retour (12-29) à Bourg-en-Bresse[10].

Le club évolue encore en Fédérale 1 lors de la saison 2008-2009. Pour la première partie de saison, le club termine premier de sa poule avec 13 victoires et 1 seule défaite[11]. La deuxième partie de saison, lors du Trophée Jean Prat, voit l'équipe terminer première de sa poule avec 6 victoires pour aucune défaite[11]. Le club élimine l'AC Bobigny en quart de finale (défaite 27 à 26 à Bobigny[12], puis victoire 19 à 3 à Chalon[13]). Mais le RCC échoue d'un rien pour la montée en Pro D2, lors des demi-finales contre le CA Lannemezan avec une défaite au match aller dans les Hautes-Pyrénées, 16 à 9, et une victoire au retour à Chalon sur le score de 15 à 9[14](-1 au goal average sur l'ensemble des deux matchs).

La saison 2009-2010 se passe très bien en phase régulière avec un bilan de 11 victoires, 3 défaites et une première place juste devant Bourg-en-Bresse[15]. Le Trophée Jean Prat se passe aussi très bien avec une première place (6 victoires, 0 défaite)[15]. Fin avril 2010, Jean-Paul Cheveaux démissionne de la présidence et Philippe Marras le remplace[16]. Mais les quarts de finale se passeront beaucoup moins bien avec une élimination contre le CA Saint-Étienne (défaite 12 à 3 à l'extérieur et également défaite 24 à 20 à Chalon-sur-Saône)[17].

Le dépôt de bilan et le retour en Fédérale 3[modifier | modifier le code]

Un premier temps estimé à 400 000 euros, les montants des dettes sont compris entre 600 000 et 850 000 euros[18]. Le 10 juin 2010, le club est officiellement en dépôt de bilan[19].

Une nouvelle association est créée sous le nom d'Association sportive racing club chalonnais ; elle propose à la DNACG un plan de reprise de l'ancienne entité[20]. Ainsi, l'histoire du Racing ne disparaît pas, et continue sous une nouvelle dénomination. L'ASRCC reprend en Fédérale 3 pour la saison 2010-2011. Il se classe premier de sa poule en gagnant tous ses matchs. Le club continue sa série de victoires et décroche sa montée en Fédérale 2 lors du huitième de finale contre le Stade poitevin. Pour finir le Racing finit invaincu et décroche donc son premier titre de champion de France de Fédérale 3 en battant en finale le RO Lunel sur le score de 22 à 6, à Beaurepaire[21].

Remontée rapide en Fédérale 1[modifier | modifier le code]

Le club évolue qu'une saison en Fédérale 2 en 2011-2012. L'équipe chalonnaise finit sa phase de qualification avec 15 victoires pour 3 défaites[21] et obtient la montée en Fédérale 1 en battant Saint-Jean-d'Angély 22 à 13 à Chalon[22] lors des phases finales. Le club est éliminé en quart de finale de ces phases finales (bilan de quatre victoires pour deux défaites)[21]. En fédérale 1 pour la saison 2012-2013, le club chalonnais finit 6e sur 10 avec 38 points (7 victoires, 1 nul et 10 défaites avec 3 bonus offensif et 5 bonus défensif). Pour la saison 2013-2014, les chalonnais finissent à la 8e place sur 10 avec 33 points (7 victoires et 11 défaites avec 3 bonus offensif et 2 bonus défensif)[23]. Lors de la saison 2014-2015, le club chalonnais finit à la 6e place sur 10 avec 50 points (10 victoires et 8 défaites avec 5 bonus offensif et 6 bonus défensif).

2016 : disparition du club[modifier | modifier le code]

Pour la saison 2015-2016, alors que le club est classé 4e sur 10 avec 5 victoires pour 4 défaites (poule 1)[24] et en bonne position pour rallier la deuxième phase, le club connait de graves soucis financiers.

En novembre 2015, le président du club (Pascal Chapelon) démissionne, puis environ 500 000 euros de dette sont annoncés en décembre 2015. Le maire de Chalon Gilles Platret et le président du Grand Chalon Sébastien Martin rencontrent ainsi les dirigeants et s'aperçoivent que les bilans de fin de saison 2014-2015 ont été falsifiés. Ils décident alors de suspendre les subventions au club. Le est auditionné par la DNACG, il en ressort que le club est très endetté : en plus des 500 000 euros de dette évoqués en , il faut rajouter un montant de 470 000 euros d'URSSAF, soit un total d'environ 1 million d'euros de déficit[25].

Le 12 janvier 2016, le dépôt de bilan est acté officiellement par le conseil d'administration du club, avec un forfait général des équipes séniors et une liquidation judiciaire actée à la date de 9 février 2016[26] mais reporté d'une semaine ; l'ASRCC disparaît ainsi le , cette fois-ci sans reprise d'activité[27].

Afin de pérenniser la pratique du rugby à Chalon-sur-Saône, un nouveau club est créé en parallèle de la disparition du « Racing » centenaire : le Rugby tango chalonnais voit ainsi le jour le [28],[29],[30]. La création est officiellement reconnue par la Fédération française de rugby en tant que nouveau club lors du comité directeur du [31].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Structure[modifier | modifier le code]

Stade[modifier | modifier le code]

Le club évolue sur le complexe du stade Léo-Lagrange[32], plus précisément sur le terrain Louis-Brailly.

Aspects juridiques et économiques[modifier | modifier le code]

Le club est défini comme une Société anonyme sportive professionnelle (SASP). Le budget 2014-2015 est de 1,7 million d'euros (1,45 million en 2013-2014) dont 100 000 euros pour le centre de formation[33].

Personnalités du club[modifier | modifier le code]

Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Présidents[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Les contacts » [archive du ], sur www.asrcchalon.com (consulté le 9 septembre 2019).
  2. a b c d e f g h i j k et l Le Journal de Saône-et-Loire : Édition spéciale rugby du 31 mai 2009
  3. « Rugby : hebdomadaire sportif 7 avril 1917 », sur https://gallica.bnf.fr
  4. « Rugby : 14 Avril 1917 », sur https://rosalis.bibliotheque.toulouse.fr
  5. Le Journal de Saône-et-Loire : Édition du 14 mai 2007
  6. Le Journal de Saône-et-Loire : Édition du 21 mai 2007
  7. Le Journal de Saône-et-Loire : Édition du 28 mai 2007
  8. Site de L'Équipe : Page sur le classement de fédérale 1 (saison 2007-2008)
  9. Site de L'Équipe : Page sur le classement du Trophée Jean Prat de Fédérale 1 (saison 2007-2008)
  10. Site de L'Équipe : Page sur les quarts-de-finale de fédérale 1 (saison 2007-2008)
  11. a et b Site du Racing Club Chalonnais : Page sur Classement
  12. Le Journal de Saône-et-Loire : édition du 17 mai 2009
  13. Le Journal de Saône-et-Loire : Édition du 24 mai 2009
  14. Site de Its rugby : Page sur les résultats du Racing Club Chalonnais (saison 2008/2009)
  15. a et b Site du Racing Club Chalonnais : Page sur Classement, Consulté le 27 mai 2010.
  16. Site du RC Chalon, pages des brèves (Communiqué du 28/04/2010), consulté le 12 juin 2010.
  17. Le Journal de Saône-et-Loire, édition du lundi 24 mai 2010, pages Sports, p. 24
  18. Le Journal de Saône-et-Loire, édition du mercredi 12 juin 2010, pages sports, p. 24.
  19. Le Journal de Saône-et-Loire, édition du samedi 12 juin 2010, édition locale de Chalon, p. 2.
  20. « Histoire: Ce fut le 4 juin 2010: Fin du RCC », sur assracingclubchalonnai.wordpress.com, (consulté le 9 septembre 2019).
  21. a b et c « L'histoire » [archive du ], sur www.asrcchalon.com (consulté le 9 septembre 2019).
  22. Le Journal de Saône-et-Loire, édition du lundi 21 mai 2012, pages sports, p. 30, 31 et 32.
  23. Le Journal de Saône-et-Loire, édition du 7 avril 2014, pages sports, p. 25
  24. Le Journal de Saône-et-Loire, édition du 7 décembre 2015, Pages spports, p.  17.
  25. « L'hypothèse du dépôt de bilan se confirme », sur www.lejsl.com, (consulté le 9 septembre 2019).
  26. Le Journal de Saône-et-Loire, édition du 13 janvier 2016, pages sports, Rugby, Fédérale 1 : Suite de l'affaire concernant l'ASRC Chalon : Cette fois, c'est bel et bien fini, p.  26
  27. Jean-Claude Reynaud, « Liquidation judiciaire prononcée : l'ASRCC c’est bel et bien fini... », sur www.info-chalon.com, (consulté le 9 septembre 2019).
  28. Laurent Guillaumé, « Crise rugby Chalon - Adieu ASRCC ... Bonjour Rugby Tango Chalonnais ! », sur www.info-chalon.com, (consulté le 9 septembre 2019).
  29. « Le gâchis chalonnais », sur www.midi-olympique.fr, (consulté le 9 septembre 2019).
  30. « Communiqué du Comité Directeur du Rugby Tango Chalonnais : le temps des premières vérités. (Communiqué) », sur www.lejsl.com, (consulté le 9 septembre 2019).
  31. « Congrès 2016 de la Fédération française de rugby » [archive du ], sur www.ffr.fr, .
  32. « Le stade Léo-Lagrange » [archive du ], sur www.asrcchalon.com (consulté le 9 septembre 2019).
  33. Le Journal de Saône-et-Loire, édition du 4 septembre 2014, p. 25.

Liens externes[modifier | modifier le code]