Colomiers rugby

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Colomiers rugby
Logo du Colomiers rugby
Généralités
Surnoms La Colombe
Noms précédents Union sportive Colomiers rugby (1915-2008)
Fondation 1915
Couleurs Bleu et blanc
Stade Stade Michel-Bendichou
(11 000 places)
Siège Allée de Brière
31770 Colomiers
Championnat actuel Pro D2 (2021-2022)
Président Alain Carré
Entraîneur Julien Sarraute
Fabien Berneau
Site web www.colomiers-rugby.com
Palmarès principal
National[Note 1] Challenge de l'Espérance (4)
Championnat de France de Fédérale 1 (3)
International[Note 1] Challenge européen (1)

Maillots

Kit left arm.png
Kit body ColomiersRugby1920h.png
Kit right arm.png
Kit shorts.png
Kit socks rugby.png
Domicile
Kit left arm.png
Kit body ColomiersRugby1920a.png
Kit right arm.png
Kit shorts.png
Kit socks rugby.png
Extérieur

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Saison 2021-2022 de Colomiers rugby
0

Dernière mise à jour : 22 août 2015.

Colomiers rugby, anciennement Union sportive Colomiers, est un club de rugby à XV français domicilié à Colomiers, dans la banlieue ouest de Toulouse.

Il remporte le challenge européen en 1998, puis est finaliste de la Coupe d'Europe en 1999 et finaliste du championnat de France en 2000.

Le club évolue en Pro D2.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

Le club est fondé en 1915 sous le nom d'Union sportive Colomiers rugby. Après une longue période de sommeil, le club est relancé en 1962[1]. Il redémarre en quatrième série, grimpe les échelons au niveau régional puis atteint la troisième division en 1976 puis la deuxième division en 1980.

Montée en première division groupe B[modifier | modifier le code]

En 1981, l'US Colomiers monte en première division après sa victoire contre Langon 16 à 15 le à Valence d'Agen. La même année, il atteint la finale du challenge de l'Essor mais est alors battu par l'US Salles. L'année suivante le club est éliminé en 8e de finale aller-retour face à Bourgoin, tout comme en 1984 contre Auch et en 1986 contre Voiron alors que le futur arrière international Jean-Luc Sadourny fait ses débuts en équipe première. Colomiers poursuit sa progression et joue son premier quart de finale en 1987, avec une défaite 21 à 6 face à Bergerac.

L'année suivante le Championnat championnat est porté à 80 clubs groupés initialement en seize poules de cinq. Les deux premiers de chaque poule (soit 32 clubs) forment alors le groupe A et se disputent le Bouclier de Brennus. Les autres forment alors le groupe B et après une première phase de brassage, le club 3e de son groupe derrière Grenoble et Hyères reste en championnat de France groupe B.

Colomiers dans l’élite du rugby français[modifier | modifier le code]

Triple vainqueur du challenge de l'Espérance[modifier | modifier le code]

Colomiers monte pour la première fois en groupe A (l’élite du rugby français) en 1989 mais ne parvient pas à se qualifier, terminant septième de sa poule de huit malgré une victoire de prestige contre l'Aviron bayonnais 38-12. Colomiers présente à l’époque une équipe très offensive avec notamment le centre Hervé Couffignal et les ailiers Didier Jean et Dominique Dal Pos et l'arrière Jean-Luc Sadourny mais souffre d’un pack un peu trop léger.

Colomiers remporte à trois reprises en quatre ans le Challenge de l'Espérance (en 1989, 1990 et 1992) puis est admis à disputer le prestigieux Challenge Yves du Manoir entre 1993 et 1996.

Par ailleurs, l’US Colomiers connaît le haut niveau lors de la saison 1990 puisque le club atteint pour la première fois les huitièmes de finale du Championnat dans l'élite. Battu à domicile par les deux premiers de la poule, Dax et Grenoble, l'USC termine néanmoins troisième de la poule 3 du groupe A. Malgré une victoire à domicile face au RC Toulon 6-3 le , l'US Colomiers est éliminé au match retour 30-12.

L'année suivante, l'USC cinquième de sa poule en Championnat ne se qualifie pas mais termine le championnat invaincu à domicile.

Les premiers internationaux de l'US Colomiers[modifier | modifier le code]

En 1992, le club, renforcé par l’ouvreur Laurent Mazas et par le trois-quart centre de Toulon Frédéric Saint-Sardos, connaît son premier quart de finale dans l'élite au stadium de Toulouse le face au Castres olympique et perd 24 à 15, après des victoires sur Graulhet en 16e à Montauban (30-6) et contre l'USAP en huitième de finale à Carcassonne (10-9). Cette même saison, Fabien Galthié[2] et Jean-Luc Sadourny[3] sont les premiers internationaux fournis par le club et disputent la coupe du monde.

Fin 1992, Laurent Mazas, sélectionné contre l’Argentine à Nantes[4] est le 3e international du club et en 1993, Hervé Couffignal, sélectionné contre la Roumanie[5] est la 4e joueur de l’histoire de l’USC à porter le maillot de l’équipe de France.

Admission en Challenge Yves du Manoir[modifier | modifier le code]

Cette saison là voit arriver le jeune centre Jérôme Sieurac et l'ailier Éric Fachan de Lourdes qui vient d'être relégué en groupe B. En championnat, Colomiers se qualifie pour le Top 16 mais échoue ensuite à atteindre les quarts de finale, devancé dans sa poule par Perpignan et Brive. Cette même année, l'USC après trois victoires en Challenge de l'Espérance en quatre ans est invité à disputer le prestigieux Challenge Yves du Manoir. Il termine deuxième de son groupe derrière le Stade toulousain mais échoue ensuite en barrage pour un point contre le RC Narbonne.

Les trois saisons seront moins brillantes mais le club reste toutefois dans le Top 16. En 1994, Colomiers accède à l'élite pour la deuxième année consécutive mais échoue à se qualifier au détriment du Stade toulousain et du RC Narbonne. Emmené par un certain David Skréla à l'ouverture, le club est sacré cette année là co champion de France Minimes avec Villard-Bonnot à Tarbes sur un score final de 8-8[6].

L'année suivante, l'US Colomiers participe au Top 16 pour la troisième année consécutive mais doit laisser la qualification à l'USA Perpignan et au CA Bègles-Bordeaux. Fabien Galthié et Jean-Luc Sadourny participent à la Coupe du monde avec l'équipe de France en Afrique du Sud.

En 1996, Colomiers, renforcé par le seconde ligne Jean-Philippe Revallier ainsi que des troisièmes lignes Bernard De Giusti et Patrick Tabacco se maintient de justesse dans une élite réduite à 20 clubs. Il termine la phase régulière un point devant Rumilly, premier relégable et doit jouer les barrages qu'il remporte contre Auch 24-9. L'USC est ensuite éliminé 24-18 en huitième de finale par Brive.

En Challenge, après avoir ouvert la saison par une défaite à domicile devant le FC Grenoble, l'USC s'impose pour la première fois de son histoire sur le terrain du Stade toulousain, le tenant. L'ouvreur international Laurent Mazas quitte alors le club pour le Biarritz olympique qui retrouve l'élite.

Colomiers renoue ensuite avec le succès et joue de nouveau un quart de finale de championnat en 1997 après avoir battu (31-26) Brive, pourtant deux fois vainqueur de l'USC en matchs de poules et champion d'Europe en titre. Au tour suivant le club perd face au futur vainqueur, le Stade toulousain (21-12).

Vainqueur de la Conférence européenne 1998[modifier | modifier le code]

Yannick Bru ici sous le maillot du Stade toulousain vient renforcer l'effectif de l'USC.

Colomiers, renforcé par les toulousains Hervé Manent et Yannick Bru et par l'ouvreur Michaël Carré remporte la Conférence européenne en 1998 après avoir terminé la compétition invaincu. C’est le seul trophée majeur du club.

Le stade des Sept Deniers à Toulouse où l'US Colomiers remporte la Conférence européenne face au SU Agen.

En effet le club entraînés par Jacques Brunel et Philippe Ducousso connaît la consécration face au SU Agen (43-5), le , après des victoires sur l'AS Montferrand en quart de finale (23-13) puis sur le Stade français au tour suivant (19-13) au stade du Sélery.

Composition de l'US Colomiers :

1. Jean-Paul Beyssen puis Richard Nonès (40e) 2. Yannick Bru 3. Philippe Pagès

4. Jean-Philippe Revallier 5. Jean-Marc Lorenzi puis Gildas Moro (71e)

6. Bernard De Giusti 8. Stéphane Peysson 7. Hervé Manent puis Patrick Tabacco (40e)

9. Fabien Galthié 10. Michaël Carré

11. Dominique Dalpos puis David Skrela (40e) 12. Jérôme Sieurac 13. Sébastien Roque puis Cyril Barrau (55e) 14. Marc Biboulet

15. Jean-Luc Sadourny Capitaine puis Serge Milhas (59e)

Demi-finaliste du Championnat 1998[modifier | modifier le code]

Au plan national, le club atteint pour la première fois les demi-finales du championnat de France, battu au stade des Costières par l'USAP 15 à 13 à cause d’un drop de Laurent Saliès en fin de match pour les Catalans dans un match où les qualités offensives de l'USC n'ont pas été récompensé et Colomiers a fini par céder face à la puissance de l'USA Perpignan[7].

En fin de saison, l'ailier Dominique Dal Pos met un terme à sa carrière après 12 saisons au service de l'équipe première.

Vice-champion d'Europe 1999[modifier | modifier le code]

L'US Colomiers poursuit sur sa lancée la saison suivante. La Colombe réalise une bonne saison en Coupe d'Europe. Le à Dublin, le club perd 21 à 6 en finale contre l'Ulster, devant 50 000 spectateurs, dans l'enceinte de Lansdowne Road. Sur sa route vers la finale, le club s'impose en quart de finale 23 à 9 face au Munster puis 10 à 6 face à l'USAP en demi-finale au Stadium de Toulouse.

En Championnat, Colomiers s'incline contre Grenoble avec une défaite par 28 à 26, en quart de finale du championnat de France. Les Columérins déjà battus deux fois par Grenoble lors de la première phase du Championnat ne sont jamais parvenus à trouver la solution face au système défensif alpin de l'entraîneur Michel Ringeval[8].

Vice-champion de France 2000[modifier | modifier le code]

En 2000, Colomiers connaît une saison en demi-teinte, ne réussississant pas à sortir des poules en Coupe d'Europe et change finalement d'entraîneur en cours de saison. L'ancien demi de mêlée du club Serge Milhas succède à Henri Auriol[9] alors que l'entraîneur adjoint Jean-Philippe Cariat conserve son poste[10]. En Championnat, le club termine ensuite 3e de sa poule derrière le Stade toulousain et le Stade français puis après avoir éliminé Bourgoin, Castres et Pau, se qualifie pour la première fois pour la finale du championnat de France où il retrouve le Stade français en proie à des difficultés internes importantes[11]. Ce dernier s’impose 28 à 23.

Diminué notamment par le départ de son troisième ligne et futur international Patrick Tabacco, l'USC connaît une saison 2000-2001 mitigée, illuminée toutefois par un éclair : la première victoire en Championnat sur le Stade toulousain. Le reste de la saison n'est pas à la hauteur de cet exploit. Quatrième de sa poule, l'USC, renforcé notamment par Matthias Rolland retrouve en quart de finale le Castres olympique, leader de l'autre poule au stade Pierre-Antoine, il est défait 37 à 26. Le club ne se qualifie pas pour la grande Coupe d'Europe après trois participations consécutives. Cette fin de saison est également marquée par le départ de Fabien Galthié qui choisit de terminer sa carrière au Stade français ou il rejoint son ancien coéquipier Patrick Tabacco.

le club de Colomiers continue d'évoluer dans l'élite avec l'apparition du Top 16. Après avoir manqué de justesse la qualification en 2002, le club, qui voit partir son centre Jérôme Sieurac[12] se maintient de justesse en 2003. L'USC en difficulté financière continue de perdre ses meilleurs éléments notamment l'ailier Benjamin Lhande.

Cette période du club est tumultueuse, les résultats ne sont pas à la hauteur des années précédentes et le club doit faire face à des problèmes en interne[13]. Ainsi, à l'issue de la saison 2003/2004, le club se voit pénalisé d'une double rétrogradation en Fédérale 1. Jean-Luc Sadourny termine sa carrière.

Descente en Fédérale 1 puis remontée en Pro d2[modifier | modifier le code]

Match entre Colomiers et Dax ; les joueurs mettent en place leur combinaison pour la réception du lancer du ballon depuis la touche.
Rencontre entre les joueurs de Colomiers rugby et de l'US Dax en janvier 2014.

Mais le club renoue avec le monde professionnel après un titre de champion de France de Fédérale 1 en 2005 qui lui permet d'accéder à la Pro D2. Le club se stabilise deux saisons en deuxième division avant de redescendre en 2007, et remonte de nouveau en Pro D2 en 2008 après un second titre de champion de France. En 2011, le club chute de nouveau et remporte pour la troisième fois le championnat de Fédérale 1 en 2012.

Avec trois victoires au premier niveau amateur national, Colomiers rugby est le club le plus titré de la 1re division fédérale[14].

La saison 2013-2014 en Pro D2 est rassurante pour le club qui termine à la 10e place. Colomiers rugby bat par ailleurs le champion de Pro D2, l'US Oyonnax 25 à 13 à domicile. Pour la saison 2013-2014, Colomiers rugby évolue donc une nouvelle fois en Modèle:Npbr. David Skrela, international français, fait son retour au sein de son club formateur pour les deux saisons à venir[15].

Toujours en Pro D2, le club termine à la 8e place, lors de la saison 2014-2015.

Lors de la saison 2015-2016, avec 16 victoires, 3 nuls et 11 défaites, le club termine à la 5e place, place qualificative pour les matchs de barrage d'accession en Top 14.

l’USC est en tête du classement de Pro D2 devant Perpignan et Grenoble avant l’arrêt du championnat en raison de la pandémie de coronavirus COVID-19.

En 2020-2021, l'USC termine 5e, battu en quart de finale par l'US Oyonnax.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Palmarès du club depuis 1915
Compétitions internationales Compétitions nationales Compétitions de jeunes
  • Coupe René Crabos (-19 ans) :
    • Vainqueur (2) : 2007 et 2019
  • Challenge Pierre Gaudermen (-15 ans) :
    • Vainqueur (1) : 2016

Les finales du club[modifier | modifier le code]

Compétition Date de la finale Vainqueur Score Finaliste Lieu de la finale Spectateurs
Challenge européen US Colomiers 43 – 5 SU Agen Stade des Sept Deniers, Toulouse 12 500
Coupe d'Europe Drapeau : Irlande Ulster 21 – 6 US Colomiers Lansdowne Road, Dublin 49 000
Championnat de France Stade français Paris 28 – 23 US Colomiers Stade de France, Saint-Denis 45 152
Fédérale 1 US Colomiers 40 – 15 FC Oloron Tarbes
Fédérale 1 US Colomiers 36 – 3 US bressane Fos-sur-Mer
Fédérale 1 Colomiers rugby 20 – 16 RC Massy Saint-Junien

Image et identité[modifier | modifier le code]

Couleurs et maillots[modifier | modifier le code]

Maillots pendant la saison 2012-2013.

[modifier | modifier le code]

La colombe qui figure sur l'emblème du club a été dessinée par Éric Béchu, ancien joueur et entraîneur des jeunes joueurs du club, aujourd'hui décédé[réf. nécessaire].

Structure[modifier | modifier le code]

Stade[modifier | modifier le code]

Tribune présidentielle du stade Michel-Bendichou.

Personnalités du club[modifier | modifier le code]

Effectif 2021-2022[modifier | modifier le code]

Nom Poste Naissance Nationalité sportive Sélections Dernier club Arrivée au club
(année[Note 2])
Victor Delmas Pilier Drapeau de la France France - Bath Rugby 2019
Hugo Djehi Pilier Drapeau de la France France - Formé au club 2019
Thomas Dubois Pilier Drapeau de la France France - USA Perpignan 2012
Kane Palma-Newport Pilier Drapeau de l'Angleterre Angleterre - Bath Rugby 2018
Hugo Pirlet Pilier Drapeau de la France France - RC Narbonne 2018
Beka Sheklashvili Pilier Drapeau de la Géorgie Géorgie SC Albi 2017
Guillaume Tartas Pilier Drapeau de la France France - SU Agen 2017
Hikawera Elliot Talonneur Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande USON Nevers 2020
Thomas Larrieu Talonneur Drapeau de la France France - Valence Romans DR 2020
Youssef Saaidia Talonneur Drapeau de l'Algérie Algérie Formé au club 2015
Clément Chartier Deuxième ligne Drapeau de la France France - Formé au club 2014
Lilian Rousset Deuxième ligne Drapeau de la France France - FC Grenoble 2021
Maxime Granouillet Deuxième ligne Drapeau de la France France - Stade aurillacois 2017
Alexandre Ricard Deuxième ligne Drapeau de la France France - Formé au club 2018
Anthony Coletta Deuxième ligne Drapeau de la France France - Soyaux Angoulême XV 2020
Aldric Lescure Troisième ligne Drapeau de la France France - Soyaux Angoulême XV 2020
Jorick Dastugue Troisième ligne aile Drapeau de la France France - Rouen NR 2021
Mihai Macovei Troisième ligne Drapeau de la Roumanie Roumanie RC Massy 2015
Jean Thomas Troisième ligne Drapeau de la France France - Formé au club 2013
Waël Ponpon Troisième ligne Drapeau de la France France - Formé au club 2018
Yann Peysson Troisième ligne centre Drapeau de la France France - Formé au club 2018
Romain Bezian Troisième ligne centre Drapeau de la France France - Tarbes PR 2015
Pierre Pacheco Troisième ligne centre Drapeau de la France France - Formé au club 2018
Edoardo Gori Demi de mêlée Drapeau de l'Italie Italie Benetton Trévise 2019
Ugo Séguéla Demi de mêlée Drapeau de la France France - Formé au club 2020
Maxime Javaux Demi d'ouverture Drapeau de la France France - Valence Romans DR 2021
Romuald Séguy Demi d'ouverture Drapeau de la France France - US Carcassonne 2021
Johan Deysel Centre Drapeau de la Namibie Namibie Sharks 2018
Michele Campagnaro Centre Drapeau de l'Italie Italie Harlequins 2021
Grégoire Maurino Centre Drapeau de la France France - Formé au club 2010
Fabien Perrin Centre Drapeau de l'Espagne Espagne US bressane 2019
Florian Nicot Centre Drapeau de la France France - Section paloise 2020
Victor Moro Ailier Drapeau de la France France - Formé au club 2019
Alexis Palisson Ailier Drapeau de la France France Stade français 2020
Paul Pimienta Ailier Drapeau de la France France - FC Auch 2017
Jules Cordier Ailier Drapeau de la France France - Formé au club 2021
Simon Delas Ailier Drapeau de la France France - Formé au club 2019
Peni Rokoduguni Ailier Drapeau des Fidji Fidji - Formé au club 2019
Thomas Girard Arrière Drapeau de la France France - RC Massy 2018
Valentin Saurs Arrière Drapeau de la France France - SU Agen 2021

Joueurs historiques[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Joueur du Colomiers rugby.

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Présidents[modifier | modifier le code]

  • Jean Brunet (mort en 2012), président de 1978 à 1981. Il a connu avec le club deux accessions en 2e division et Groupe B.
  • Michel Bendichou (mort en 2004), président de 1981 à 2004. Le stade du Sélery a été nommé[Quand ?] stade Michel-Bendichou en son hommage. Il avait permis au club, accompagné par des joueurs comme José Osès, de gravir les uns après les autres, les échelons menant à la 1re division qui se nommait à ce moment-là, le Groupe A.
  • Alain Carré, président depuis 2004.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. Pour les joueurs formés au club, année de leur première apparition en équipe professionnelle.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Union Sportive Colomiers Rugby »
  2. Henri Garcia 1996, p. 905.
  3. Henri Garcia 1996, p. 903.
  4. Henri Garcia 1996, p. 907.
  5. Henri Garcia 1996, p. 909.
  6. « Jean-Pierre Gleize-Bourras / L’ Ovalie par la voie… « Royale » ! », sur http://www.puissance15.fr (consulté le )
  7. « Perpignan a usé Colomiers »
  8. « Grenoble crée la surprise », sur humanite.fr, L'Humanité, (consulté le )
  9. « Colomiers : Milhas succède à Auriol », sur ladepeche.fr,
  10. « Jean-Philippe Cariat : « A Colomiers, je transmets un relais » », sur www.ladepeche.fr, (consulté le ).
  11. Arnaud David, « Le Stade Français a trouvé l'argent », sur sudouest.fr, Sud Ouest, (consulté le )
  12. « Jérôme Sieurac tire sa révérence »
  13. Xavier Thomas, « Colomiers rétrogradé ! », sur ladepeche.fr, La Dépêche du Midi, (consulté le )
  14. « Palmarès Fédérale 1 », sur itsrugby.com (consulté le ).
  15. « Skrela rejoint Colomiers », sur lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Garcia, La fabuleuse histoire du rugby, Éditions de la Martinière, 1996/, 935 p. (ISBN 2-7324-2260-6)

Liens externes[modifier | modifier le code]