Championnat de France de rugby à XV 1913-1914

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Championnat de France de rugby 1913-1914
Description de cette image, également commentée ci-après
Les deux capitaines de la finale : G. Felix Barbe, et D. Jean Caujolle.
Généralités
Sport Rugby à XV
Organisateur(s) USFSA
Éditions 23
Lieu(x) France métropolitaine
Nations Drapeau de la France France
Participants 16 équipes

Palmarès
Vainqueur Association sportive perpignanaise
Finaliste Stadoceste tarbais

Navigation

L'équipe de Perpignan, en finale du championnat de France de rugby 1914.
Seconde équipe de l'A.S.Perpignanaise en 1914, dont Bailles, Tocabens, Desclos, Lloansi (Joseph et François), Delclos, Miquel, Marty, Maydat ...
Une des phases de jeu de la finale.

Le championnat de France de rugby 1913-14 a mis aux prises les équipes ayant remporté les championnats régionaux de l'USFSA.

L'Association sportive perpignanaise est championne de France en battant le Stadoceste tarbais en finale par 8 à 7.

Premier tour[modifier | modifier le code]

Le 22 février 1914, le premier tour du championnat de France a qualifié :

Poules demi-finales[modifier | modifier le code]

Les 8 équipes qualifiées sont placées dans deux groupes de quatre, dont les premiers furent qualifiés pour la finale :

Poule A[modifier | modifier le code]

    • Racing Club de France - FC Grenoble 24-3, à Colombes
    • Stadoceste Tarbais - Stade Bordelais UC 3-0, à Tarbes
    • Stade Bordelais UC - Racing Club de France 11-3, à Bordeaux
    • Stadoceste Tarbais - FC Grenoble 15-0, à Tarbes
    • Stadoceste Tarbais - Racing Club de France 3-0, à Colombes
    • Stade Bordelais UC - FC Grenoble 12-5, à Grenoble

Poule B[modifier | modifier le code]

Perpignan, Toulouse et Bayonne étant à égalité avec 7 points, des Matches de barrage sont disputés :

Une égalité à trois persistant, une nouvelle partie entre Perpignan et Bayonne fut tirée au sort, le vainqueur affrontant Toulouse pour la place en finale. Celle-ci eut lieu le 29 mars, et se solda par un match nul 6 à 6 après une double prolongation (deux fois dix minutes supplémentaires). Le 5 avril, les Catalans l’emportèrent enfin 3-0 sur un essai de leur centre Barbe.

Le 19 avril, Perpignan écarta Toulouse sur son terrain 6-0 et se qualifia pour la finale.

Finale[modifier | modifier le code]

Équipes AS Perpignan - Stadoceste tarbais
Score 8-7 (0-0)
Date
Stade Stade des Ponts Jumeaux à Toulouse
Arbitre Charles Gondouin
Les équipes
AS Perpignan Joseph Couffé, Joseph Amilhat, Max Courregé, Félix Barbe, Paul Serre, Aimé Giral, François Fournié, Georges Lacarra, Jean Roques, Joseph Lyda, Maurice Gravas, François Naute, Edouard Joué, Raymond Schuller, André Cutzach
Stadoceste tarbais Jean Caujolle, Albert Cazajous, Amédée Gardex, Jean Sentilles, Robert Lacoste, Jean Pourtau, Guillaume Laterrade, Roger Lavigne, Albert Vogt, Paul Gallay, Maurice Labeyrie, Emile Mousseigne, Jean-Marcellin Lastegaray, Félix Faure, René Duffour
Points marqués
AS Perpignan 2 essais par Lyda et Courragé
1 transformation de Giral
Stadoceste tarbais 1 essai de Lastegaray
1 drop de Gardex

Le Stado termine la rencontre à 13 après l'expulsion du talonneur Fauré et la sortie de son capitaine Duffour, côté fracturée. Malgré ce handicap, Tarbes mène 7-0 avant de se faire irrémédiablement remonter et s'incline sur une dernière transformation passée par Aimé Giral, qui mourra au front peu de temps après et donnera son nom au stade de Perpignan.

Autres compétitions[modifier | modifier le code]

En finale du championnat de France des équipes réserves, le Stade bordelais a battu l'AS Perpignan 6 à 0.

En finale du championnat de France de 2e série, le Saint-Girons sporting club bat le Club Athlétique de la Société Générale 8 à 7.

Sources[modifier | modifier le code]