Racing Club narbonnais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Racing Club narbonnais
Logo du Racing Club narbonnais
Généralités
Surnoms Racing
RCN
les Blacks de Méditerranée
Les Orange et Noir
Noms précédents Racing Club narbonnais (1907-2001)
Racing Club Narbonne Méditerranée (2001-2019)
Fondation 1907
Couleurs Orange et noir
Stade Parc des sports et de l'amitié
(12 000 places)
Siège Parc des sports et de l'amitié
4, avenue Pierre de Coubertin
BP 614 11106 Narbonne Cedex
Championnat actuel Pro D2 (2021-2022)
Président Jean Ormière
Marc Delpoux
Gilles Belzons
Philippe Campos
Xavier Marco
Entraîneur Julien Seron (arrières)
Brice Mach (avants)
Sebastien Logerot (arrières)
Site web www.rcnm.fr
Palmarès principal
National[Note 1] Championnat de France de première division (2)
Challenge Yves du Manoir (9)
Coupe de France (1)
Bouclier d'automne (2)

Maillots

Kit left arm.png
Kit body blacksides.png
Kit right arm.png
Kit shorts.png
Kit socks.png
Domicile
Kit left arm.png
Kit body blacksides.png
Kit right arm.png
Kit shorts.png
Kit socks.png
Extérieur

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Saison 2021-2022 du Racing Club narbonnais
0

Le Racing club narbonnais (RC Narbonne ou RCN) est un club français de rugby à XV basé à Narbonne. Ce club du rugby français, fondé en 1907, il affiche une longévité de 88 ans passés en première division entre 1919 et 1946 et entre 1949 et 2007 dans l’élite[1], avant de descendre en Pro D2.

Une phase du match ASP contre RC narbonnais, du 7 janvier 1912.
Le Racing Club de Narbonne, en avril 1921.

Club formateur, il a fourni des joueurs à l'équipe de France et possède en palmarès de deux titres de champion de France et un record de neuf victoires en challenge Yves du Manoir.

L'équipe première évolue pour la saison 2021-2022 en Pro D2.

Histoire du club[modifier | modifier le code]

1907 : fondation du Club[modifier | modifier le code]

Narbonne frissonne encore à l'évocation des récents événements tragiques engendrés par la révolte des vignerons qui ont traumatisé la ville et ses environs. C'est dans ce contexte particulièrement douloureux qu'un match-défi oppose les "rugbyphiles" narbonnais du Sporting aux militaires du 80e régiment d'infanterie.

Sur le terrain du Champ-de-Mars, les compagnons du jeune Piquemal l'emportent sur les hommes du sergent Bec. La rivalité entre les deux équipes n'aura duré que quatre-vingts minutes ; en effet, dans les jours qui suivent et pour le plus grand bien du rugby narbonnais, la fusion des deux groupements est décidée à l'unanimité.

1907-1914 : les premiers pas[modifier | modifier le code]

Narbonne adopte les couleurs grenat et noir, son premier président sera un certain Monsieur Burgalat.

Le 22 mars 1908 le club attire 3 000 spectateurs sur le terrain aménagé de la rue de Maraussan, lors de la ½ finale du challenge Génie. Le Racing bat l'AS Perpignan (8 à 3).

Le 4 février 1912, à Lézignan-Corbières, le Racing arborant les couleurs orange et noir (en remplacement du grenat et noir) devient champion du Languedoc en battant l'AS Perpignan (3 à 0).

Le RCN se taille une solide réputation dans le sud de la France où les rencontres sont très engagées. Hélas sa progression sera stoppée par la grande tourmente qui verra le club payer un lourd tribut à la guerre avec la perte de vingt-deux de ses membres. Le Racing mettra plusieurs années à soigner ses blessures.

1919-1930, un Aimé nommé Cassayet[modifier | modifier le code]

Demi-finaliste du championnat 1925[modifier | modifier le code]

Narbonne se hisse en demi-finale du championnat en 1925 mais est battu par son vieux rival, l'Union sportive perpignanaise sur le terrain de Béziers.

Les 5 saisons suivantes seront plus difficiles. Le demi de mêlée François Lombard se révèle alors au grand public.

Le Racing Club de Narbonne, saison 1926-1927.
Le Racing Club de Narbonne, saison 1928-1929.

Demi-finaliste du championnat 1931[modifier | modifier le code]

Le club dispute une autre demi-finale du championnat en 1931, perdue contre Toulon à Toulouse dans une compétition où 12 clubs parmi les plus prestigieux sont exclus du championnat de France et forment l’UFRA (Union française de rugby amateur) qui organise son propre tournoi.

1931-1936, le premier âge et la consécration[modifier | modifier le code]

Vice-champion de France 1932[modifier | modifier le code]

Le LOU champion de France de rugby à XV pour la première fois le 5 mai 1932 à Bordeaux.

En 1932, alors que le championnat se joue sans 14 équipes majeures qui disputent l'UFRA[2], (compétition remporté par le Stade toulousain), le Racing sous le capitanat de Choy, est battu en finale du championnat de France à Bordeaux (9 à 3) par le LOU.

Vice-champion de France 1933[modifier | modifier le code]

Le RC Narbonne vice-champion de France 1933.
Le match LOU-Narbonne du 7 mai 1933 (2e échec en finale du championnat de France pour le RCN).
Finale du championnat 1933, les avants du LOU passent le ballon à leur demi de mêlée Brial (9, de dos).

En 1933, alors que les 14 clubs dissidents reviennent dans le championnat de France ainsi plus relevé, Choy et ses camarades sont encore battus par le LOU (10 à 3). Deux finales consécutivement perdues et c'est l'effondrement dans le clan narbonnais du président Dr. David.

Désormais entrés dans la cour des grands, les Racingmen y jouent un rôle de premier plan.

Demi-finaliste du championnat 1934[modifier | modifier le code]

Le demi de mêlée François Lombard passera plus de 10 ans derrière la mêlée du RC Narbonne.

.

Narbonne dispute ensuite une demi-finale du Championnat en 1934, suivi d'un huitième de finale en 1935.

Champion de France 1936[modifier | modifier le code]

Narbonne remporte son premier Bouclier de Brennus en 1936.
1936 (10 mai) Narbonne (en foncé) champion de France face à Montferrand (en blanc), au stade des Ponts Jumeaux de Toulouse.

C'est enfin la consécration en 1936, la ville en folie accueille ses premiers champions de France qui ont vaincu Montferrand 6 à 3 : "Narbonne réserve à ses héros un accueil triomphal".

1937-1947, les années difficiles[modifier | modifier le code]

Se maintenir au faîte de la gloire est plus difficile que d'y parvenir. Le Racing n'échappe pas à la règle. Narbonne dispute les quarts de finale du championnat en 1937 et les huitièmes de finale en 1938.

Passage forcé au rugby à 13[modifier | modifier le code]

En avril 1938, Marcel Laborde obtient du propriétaire du Stade Cassayet, où évolue le RC Narbonnais, d’y faire disputer le quart de finale de coupe de France de rugby à XIII entre Bordeaux et le XIII Catalan. La FFR annonce dans la foulée la disqualification du stade. Privé de terrain, Narbonne est contraint de passer au rugby à XIII s’il veut poursuivre son existence. Il maintient toutefois un section Rugby à XV qui repart en troisième division. Cette équipe termine alors première de son groupe et remonte en deuxième division la saison suivante après une victoire 11-0 en match de barrage contre Villeneuve sur Lot.

La nouvelle section à 13 ne brille guère, si ce n'est à l'occasion d'un match contre le XIII Catalan, une partie d'excellente qualité jouée le 10 avril 1938, perdu face aux Catalans sur le score de 7 à 5[3]. Narbonne termine finalement 12e sur les 13 équipes engagées en 1939 et 8e sur 11 en 1940.

Le championnat à XV est rétabli en 1942 pendant que le rugby à XIII est interdit.

Descente puis remontée en première division[modifier | modifier le code]

À la reprise en 1943, Narbonne est admis en première division alors élargie à 95 clubs. En 1944, il se qualifie même pour la seconde phase du Championnat, réunissant les 24 meilleurs clubs et atteint les quarts de finale de la coupe de France, battu par Agen 25-6, futur vainqueur de l'épreuve[4].

Il redescent en 2e division en 1946 mais atteint les huitièmes de finale de la coupe de France, éliminé par le Stade toulousain 10-3. La remontée dès 1948 laisse toutefois les orange et noir dans l'anonymat malgré quelques coups d'éclat.

Les années sombres (1949-1961)[modifier | modifier le code]

Narbonne échoue ensuite régulièrement à se qualifier ou disparaît dès les seizièmes de finale du Championnat.

En 1949, un bilan équilibré de 5 victoires pour 5 défaites est insuffisant pour atteindre les huitièmes de finale du Championnat. L'année suivante, Narbonne est éliminé par le Lyon OU en seizième de finale du Championnat. Non-qualifié en 1951, 1953, 1954 et 1955, Narbonne atteint toutefois les huitièmes de finale en 1952.

Le RCN, renforcé par le troisième ligne de Grenoble, champion de France 1954 Eugène Smogor atteint à nouveau les huitièmes de finale en 1956 où il est éliminé par le Stade montois et en 1957 où il est alors éliminé par l'US Dax. Non qualifié les deux années suivantes, Narbonne n'est ensuite classé que 35e en 1958 puis 36e en 1959. La saison suivante est tout aussi difficile pour le club qui ne remporte que 4 victoires en 14 matchs et ne fait pas parti des 32 clubs qualifiés en Championnat.

Les années Walter Spanghero (1961-1975)[modifier | modifier le code]

En 1961 l'équipe du RCN, (renforcée par des juniors, car si l'équipe phare du club est en "panne", les équipes juniors, cadets et minimes font parler d'elles dans le Languedoc et leurs championnats respectifs), va éviter de justesse la dernière place de la poule C, synonyme de descente en deuxième division. Heureusement, l'arrivée de jeunes dirigeants enthousiastes, venant épauler les derniers anciens restés fidèles, régénère le RCN qui va retrouver le goût de la victoire et l'envie de reconquêtes.

Demi-finaliste du championnat 1964[modifier | modifier le code]

Narbonne dispute cette année là sa première demi-finale de Championnat depuis 1936 mais s’incline face à la Section paloise sur le score de 8 à 3. En Challenge, le RCN renoue avec les phases finales après 10 non-qualifications consécutives mais est là aussi éliminé par Pau sur le même score 8-3.

L'année suivante, le club est battu en seizième de finale du Championnat par Brive. La même année, il échoue à se qualifier en Challenge, troisième de sa poule derrière Auch et Agen[5].

Vainqueur du challenge Antoine Béguère 1966[modifier | modifier le code]

Narbonne remporte le challenge Antoine Béguère en 1966 en disposant de Lourdes 3-0 en finale[6].

La même année, l’équipe qui commence à s’installer chez les grands atteint les quarts de finale du championnat (battu par Agen 9-3) et les demi-finales du challenge Yves du Manoir, battu par Lourdes 27-11[7].

Vainqueur du challenge Yves du Manoir 1968[modifier | modifier le code]

Jean-Michel Benacloï, remporte son premier Challenge en 1968. Il est le seul joueur quintuple vainqueur du challenge du Manoir.

Le RCN remporte son premier challenge Yves du Manoir en 1968 face à Dax dans un match où Les Landais inscrivent 2 essais contre 1 seul aux Narbonnais mais l'arrière Jean-Michel Benacloï passe trois buts de pénalité dont un de 45 mètres en coin[8]. Narbonne sera également demi-finaliste du Championnat la même année, battu par Toulon 14-9 à Lyon.

Double vainqueur du challenge Yves du Manoir (1973 et 1974)[modifier | modifier le code]

Bernard Pech de Laclause, président du RC Narbonne de 1962 à 1980, recrute Jo Maso et les frères Spanghero (Walter, Claude et Jean-Marie), pour bâtir une grande équipe. Le RCN remporte deux nouveaux challenge Yves du Manoir en 1973 et 1974. Le club est aussi vice-champion de France en 1974.

Demi-finaliste du Championnat 1975 et 1976[modifier | modifier le code]

L'année suivante, Narbonne renforcé par l'ouvreur Lucien Pariès sort numéro 2 à l'issue des poules de 8 derrière son éternel rival bitterois. S'il garde toute sa puissance devant, il ne sait plus par quel bout prendre son rugby derrière malgré la remontée de Jo Maso à l'ouverture. Narbonne est éliminé en demi-finale par Brive après prolongations[9].

L'année suivante, Narbonne est encore demi-finaliste du Championnat, éliminé par le SU Agen 22-6 après avoir dominé l'US Dax 20-8 au tour précédent. Les juniors Reichel sont champions de France, larges vainqueur du Racing club de France 44-11 en finale avec un certain Didier Codorniou.

Double vainqueur du challenge Yves du Manoir (1978 et 1979)[modifier | modifier le code]

Le RCN remporte encore deux nouveaux challenge Yves du Manoir en 1978 (19-19 aux bénéfices des essais contre Béziers) et en 1979 (9-7 contre Montferrand). Jean-Michel Benacloï devient le joueur français à avoir gagné le plus de challenge Yves du Manoir avec cinq victoires.

Champion de France 1979[modifier | modifier le code]

Le RCN, champion de France 1979 soulève son 2e Bouclier de Brennus.

Le doublé Championnat-Du Manoir est réalisé, le titre de champion de France est remporté en 1979 avec une victoire 10-0 contre Bagnères dans un match tendu que Claude Spanghero expliquera par la longue attente des Narbonnais dans la quête du Bouclier de Brennus[10]. La même année, le jeune numéro 8 Yves Malquier est sélectionné contre l'Écosse et marquera 2 essais[11].

Les années 1980[modifier | modifier le code]

La rentrée dans le rang[modifier | modifier le code]

L'après-titre est difficile pour le club qui connait deux saisons compliquées.

En 1980, Narbonne est battu dès les huitièmes de finale du Championnat par Béziers après avoir difficilement éliminé son voisin l'US Carcassonne au tour précédent. En Challenge, il ne peux pas défendre son titre disqualifié pour jeu brutal après des incidents lors d'un match contre le Stade toulousain, lui aussi exclu[12].

En 1981, alors que Henri Ferrero quitte le club pour Millau et que Pierre Mathias qui arrive de Valence est le nouvel ouvreur du RCN, le club est éliminé dès les seizièmes de finale du Championnat par le Stade toulousain. En Challenge, après avoir terminé premier de sa poule[13], Narbonne atteint les demi-finales, éliminé par Béziers[14].

Finaliste du Challenge du Manoir 1982[modifier | modifier le code]

En 1982, Narbonne atteint les quarts de finale du Championnat où il est éliminé par Agen après avoir du passer par les barrages où il prend sa revanche sur le Stade toulousain. En Challenge après avoir terminé invaincu sa phase de poule[15], Narbonne atteint la finale de la compétition, battu par Dax 22-19.

En 1983, Narbonne termine 2e de sa poule en Championnat puis atteint les quarts de finale, battu par Agen 27-21. Agen éliminera les Narbonnais pour la quatrième fois consécutive en phase finale à l'occasion de la demi-finale du Challenge la même année.

Vainqueur du challenge Yves du Manoir en 1984[modifier | modifier le code]

Le RCN remporte un nouveau challenge Yves du Manoir en 1984 contre le Stade toulousain[16] 17-13.

En Championnat, Narbonne termine premier club français à l'issue des matchs de poules mais est éliminé dès les huitièmes de finale aller-retour par Nice.

Vainqueur de la coupe de France 1985[modifier | modifier le code]

Didier Codorniou, vainqueur de la coupe de France de rugby 1985
Bataille en touche entre Gilles Bourguignon et Gérard Portolan lors de la finale de la coupe de France 1985.

En 1985, le deuxième ligne Gilles Bourguignon arrive du Racing et jouera 13 saisons au club. Le RCN remporte cette saison là la coupe de France en 1985 après avoir battu Grenoble en demi-finale 42-22 et le Stade toulousain en finale 28-27 mais échoue à se qualifier en Championnat pour la première fois depuis 1963.

Demi-finaliste du championnat 1988[modifier | modifier le code]

Jean-Marc Lescure arrive au club en 1985-86. Il est remplacé au poste de demi d'ouverture où il succède à Pierre Mathias. Narbonne recrute aussi le centre du Stade toulousain Thierry Merlos et le Parisien du PUC Jean-Philippe Swiadek. Toutefois, le club connaît deux saisons difficiles. En 1986, le RCN est éliminé en huitième de finale du Championnat par Graulhet (victoire 10-9 à Narbonne et défaite 15-12 à Graulhet) et en huitième de finale du Challenge par Grenoble 19-11.

En 1987, le RCN manque la qualification en Championnat et est éliminé en huitième de finale du Challenge par la Section paloise 17-12.

En 1988, Narbonne atteint les demi-finales du championnat où il est éliminé par le SU Agen 19-9 et les huitième de finale du Challenge où il est éliminé par le Racing CF, vice-champion de France 19-16.

Vainqueur du Challenge du Manoir et demi-finaliste du championnat 1989[modifier | modifier le code]

Narbonne remporté un nouveau Challenge en 1989 contre Biarritz 18-12. La même année, Narbonne atteint les demi-finales du Championnat contre Toulon (défaite 20-3) sous la direction de l’ancien entraîneur de Béziers Raoul Barrière.

Les années 1990[modifier | modifier le code]

Double vainqueur du challenge Yves du Manoir (1990 et 1991)[modifier | modifier le code]

Narbonne remporte neuf challenge Yves du Manoir entre 1968 et 1991 c'est un record.

Le RCN remporte encore deux nouveaux challenge Yves du Manoir en 1990 contre Grenoble (24-19)[17] et en 1991 contre Bègles (13-12) avec la génération historique des Henri Sanz, Jean-Marc Lescure, Francis Déjean et Gilles Bourguignon. C'est l’équipe la plus prolifique avec quatre finales consécutives et un triplé historique (1989, 1990 et 1991) ainsi qu'une finale perdue en 1992 pour la dernière apparition en finale de Jean-Claude Pinéda qui a joué six finales et en a remporté quatre. Henri Ferrero est l'homme qui détient lui quatre titres comme joueur et trois autres comme entraîneur[18].

Dans le même temps en Championnat, le RCN atteint les quarts de finale en 1990 et 1991, battu les deux fois par le Stade toulousain et les huitièmes de finale en 1992 après avoir terminé en tête de sa poule.

Un quart de finale au goût amère 1993[modifier | modifier le code]

En quart de finale du championnat de France 1993, au Stadium de Toulouse, Narbonne et le Castres olympique sont à égalité à dix minutes de la fin du match, après que Laurent Labit eut ramené les Tarnais à hauteur des Narbonnais. Alors qu'on se prépare à des prolongations, Philippe Escalle marque un essai à trois minutes de la fin du match et se blesse. Castres passe devant 38-33. Castres doit donc finir son match à 14 car les Tarnais ont déjà fait rentrer leurs quatre remplaçants. Mais les entraîneurs castrais font alors entrer Maurice Bille. Le RCNM pose donc réclamation à la fin de la rencontre. La Fédération accepte de rejouer le match mais en prenant en compte la victoire de Castres 38-33[19]. Une semaine plus tard, à Tarbes, Castres l'emporte 33-21. Sur un score cumulé de 71-54, Narbonne est ainsi éliminé des phases finales[20].

En Challenge, Narbonne dispute sa cinquième demi-finale consécutive avant d'être éliminé par le Castres olympique 22-14.

Dernières saisons au plus haut niveau[modifier | modifier le code]

Le stade Maurice-Trélut à Tarbes, théâtre du dernier match de Didier Codorniou.

En 1994, Jean-Marc Lescure doit mettre un terme prématurément à sa carrière, plaqué à retardement lors de la réception du Biarritz olympique en Décembre 1993, Il se casse la jambe et ne reviendra jamais au plus haut niveau. C'est Didier Codorniou déplacé du centre à l'ouverture assure l'intérim jusqu'à la fin de la saison. Le RCN dispute les quarts de finale du Championnat, battu par le Stade toulousain 26-12 pour ce qui sera le dernier match de la carrière du petit prince. Narbonne atteint aussi les demi-finales du Challenge, éliminé par Perpignan 13-6.

La saison 1995 est plus difficile avec une élimination en Top 16 en Championnat et en quart de finale du Challenge. La même année, l'équipe réserve est championne de France avec notamment Stéphane Prosper, transfuge du Stade montois qui a été toute la saison sous licence rouge et ainsi interdit de jouer en équipe première en Championnat.

Narbonne dispute ensuite les quarts de finale Championnat face au Stade toulousain en 1996 tandis qu'il échoue à se qualifier en Challenge. L'arrière Frédéric Benazech sera la grande révélation de la saison.

En 1997, Narbonne est éliminé en huitième de finale du Championnat, encore par le Stade toulousain mais atteint les demi-finales du Bouclier européen après une victoire à Northampton en quart de finale. À l'issue de la saison, le pilier international Franck Tournaire quitte le club pour le Stade toulousain contre qui il a disputé son dernier match sous le maillot narbonnais tandis que le deuxième ligne Gilles Bourguignon met un terme à sa carrière de joueur après 13 saisons au club.

En 1998, Narbonne réalise un recrutement important avec notamment Pierre Berbizier comme entraîneur, le pilier international Laurent Bénézech et le centre international italien Alessandro Stoica. Le RCN est éliminé en quart de finale du Championnat par Colomiers.

En 1999, Narbonne est éliminé en Top 16 en Championnat mais atteint les demi-finales du Bouclier européen alors qu'il a terminé la phase de poule invaincu avec 6 victoires en 6 matchs. L'arrière Frédéric Benazech qui alors le club pour Perpignan.

En 2000, Narbonne échoue à se qualifier aussi bien en Championnat qu'en Challenge Européen.

Les années 2000[modifier | modifier le code]

Au début de l'année 2001, le club se restructure en marge de la professionnalisation du rugby français : le Racing Club narbonnais est ainsi renommé Racing Club Narbonne Méditerranée[21].

Finaliste du challenge européen 2001[modifier | modifier le code]

Le Racing arrive à se maintenir parmi les plus grands en faisant partie de l'élite réduite à 16 club en 2002, il dispute une finale de Bouclier européen, en 2001, malheureusement perdue contre les Harlequins 42-33 après prolongations. En fin de saison, le centre Alessandro Stoica quitte le club pour Gloucester.

Dernières saisons dans l'élite[modifier | modifier le code]

Les saisons suivantes sont plus difficile. Cependant, le RCN continue de fournir des joueurs à l'équipe de France comme Arnaud Martinez ou Julien Candelon. Par ailleurs, Franck Tournaire fait son retour au club en 2004.

En 2006-2007, Narbonne est renforcé par le troisième ligne du Castres olympique Guillaume Taussac mais à la fin de la saison et après presque 60 années consécutives passés en première division, il tombe en Pro D2 pour la première saison de l'entraîneur Régis Sonnes qui conserve toutefois sa place sur le banc narbonnais.

Entre 2007 et 2011, le Racing connaît des saisons difficiles en Pro D2, marquées par plusieurs changements d'entraîneurs et une stagnation au milieu du tableau. À l'été 2011, il échappe de peu à une relégation financière en Fédérale 1.

Les années (2010 et 2020)[modifier | modifier le code]

Des joueurs de rugby cherchent à attraper le ballon de match au sol derrière un regroupement.
Après sa victoire à domicile contre l'US Dax lors de la 29e journée, le RC Narbonne assure son maintien en Pro D2 au terme de la saison 2014-2015.

À l'été 2011 le Racing voit l'arrivée de sponsors australiens, par le biais de la société FG Management qui devient actionnaire majoritaire du club. FG Management compte dans ses rangs d'anciennes gloires du rugby australien, telles Bob Dwyer ou David Gibson et compte ramener le Racing au premier plan du Rugby français. Le club audois fait entre autres signer Josh Valentine et Julian Huxley, anciens internationaux australiens.

Durant l'intersaison 2012, les autres joueurs qui rejoignent le Racing sont Sébastien Petit, Anaël Neveu, George Marich, Gonçalo Uva, Josh Furno, Charles Malet, Dewet Roos, Quentin Étienne, Vincent Rattez, Joëli Lutumailagi, José Lima et Shaun Foley.

Durant l'intersaison 2013, les joueurs qui rejoignent le Racing soit Cyril Deligny, Stan Wright, Benoît Zanon, Jérémy Haurie, Wilfrid Hounkpatin, Romain Manchia, Ted Postal, Lei Tomiki, Étienne Herjean, Gilles Arnaudiès, Sébastien Rouet, Daniel Halangahu, Tyrone Smith, Sakiusa Navakadretia, Saia Fekitoa.

Lors de la saison 2013-2014, Narbonne se classe 5e à la fin de la saison régulière et se qualifie pour les demi finale, où ils joueront à Agen[22] mais s'incline à ce stade de la compétition.

Lors de la saison 2014-2015, Narbonne termine a la 14e place et évite de peu la relégation lors de l'avant dernière journée de championnat.

Relégation en Fédérale 1 2018[modifier | modifier le code]

Après un début de saison 2017-18 poussif, le manager Christian Labit est démis de ses fonctions en octobre.

Le 16 mars 2018, après une défaite 52 à 17 contre l'US Carcassonne (entraîné par Christian Labit), le RCNM est officiellement relégué en Fédérale 1, onze ans après sa descente en Pro D2.

Le 30 juin 2018, l’association du RCNM résilié le contrat de gestion des activités du club qui la lie avec la Société anonyme sportive professionnelle (SASP). En juillet, la SASP est liquidée en raison d'un passif de 885 340 euros[23]. Le 5 décembre, le directeur de l'Usine de Malvési reconduit le contrat de sponsoring qui lie le groupe Orano au RCNM[24]. Le 20 décembre, lors d'une vente aux enchères infructueuse des biens du club, le maire annonce que les locaux que louait la Société anonyme sportive professionnelle (SASP) sont repris par la ville de Narbonne, sauf ceux que l'association du RCNM a récupérés[25].

Arrêt de la Fédérale 1 à cause de la pandémie de Covid-19 2020[modifier | modifier le code]

Après ce remaniement, l'identité du club évolue elle aussi : le , il est officiellement renommé en tant que Racing Club narbonnais, marquant ainsi un retour à l'ancien nom de l'équipe utilisé avant l'ère professionnelle du rugby français et abandonnant la mention à la Méditerranée[26]. Le club commence à se renforcer en recrutant notamment David Smith, ailier du Castres olympique.

Pendant la saison 2019-2020, la Fédérale 1 est interrompue fin à cause de la pandémie de Covid-19 en France[27],[28]. Le RC Narbonne second de sa poule derrière l'US bressane ne peut pas jouer les phases finales.

Intégration en Nationale 2020[modifier | modifier le code]

Lors de la saison 2020-2021, le RCN intègre le nouveau championnat de France de Nationale.

Vice-champion de France de Nationale 2021 et retour en Pro D2[modifier | modifier le code]

Le début de saison fut compliqué, la COVID-19 n'avait pas épargné le club. Après le gel de plusieurs match à partir de fin Octobre (à cause du coronavirus), les orange et noir font un retour éclatant en Janvier, gagnant la majorité des rencontres ils rattrapent le retard qu'ils avaient pris depuis quelques mois. Les Audois se qualifient en demi-finale de Nationale après avoir finis 4e du championnat, cette demi-finale aura lieu à l'extérieur contre le Stade niçois. Le RC Narbonne s'impose 12-9 et se qualifie en finale qu'il perd contre l'US bressane 26-16. Le RCN est toutefois promu en Pro D2.

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Couleurs et maillots[modifier | modifier le code]

Maillots orange et noirs.

[modifier | modifier le code]

En marge de son changement de nom en 2019, retournant aux origines du club, le nouveau logo est directement inspiré d'un des anciens logos du Racing : le blason de la ville de Narbonne est ainsi remplacé par le Palais des archevêques de Narbonne, tandis que la couleur orange est davantage mise en avant[26],[29].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Tribune officielle lors de la finale victorieuse de coupe de France, le .
Palmarès du Racing Club narbonnais depuis 1907[30]
Compétitions nationales Compétitions internationales
  • Lion d'Ovalie :
    • Vainqueur (1) : 1977
  • Trophée Panache Pernod :
    • Vainqueur (2) : 1969 et 1979
Compétitions espoirs et jeunes Compétitions amicales

Bilan par saison[modifier | modifier le code]

Les finales du RC Narbonne[modifier | modifier le code]

On accède à l'article qui traite d'une saison particulière en cliquant sur le score de la finale.

Championnat de France de première division[modifier | modifier le code]

Date de la finale Vainqueur Score Finaliste Lieu de la finale Spectateurs
5 mai 1932 Lyon OU 9 – 3 RC Narbonne Parc Lescure, Bordeaux 13 000
7 mai 1933 Lyon OU 10 – 3 RC Narbonne Parc Lescure, Bordeaux 15 000
10 mai 1936 RC Narbonne 6 – 3 AS Montferrand Stade des Ponts Jumeaux, Toulouse 25 000
12 mai 1974 AS Béziers 16 – 14 RC Narbonne Parc des Princes, Paris 40 609
27 mai 1979 RC Narbonne 10 – 0 Stade bagnérais Parc des Princes, Paris 41 981

En challenge Yves du Manoir[modifier | modifier le code]

Date de la finale Vainqueur Finaliste Score
1967 FC Lourdes RC Narbonne 9-3
1968 RC Narbonne US Dax 14-6
1973 RC Narbonne AS Béziers 13-6
1974 RC Narbonne CA Brive 19-10
1978 RC Narbonne AS Béziers 19-19 (au nombre d'essais)
1979 RC Narbonne AS Montferrand 9-7
1982 US Dax RC Narbonne 22-19
1984 RC Narbonne Stade toulousain 17-13
1989 RC Narbonne Biarritz olympique 18-12
1990 RC Narbonne FC Grenoble 24-19
1991 RC Narbonne CA Bègles-Bordeaux 13-12
1992 SU Agen RC Narbonne 23-18

Bouclier européen[modifier | modifier le code]

Date de la finale Vainqueur Score Finaliste Lieu de la finale Spectateurs
27 mai 2001 Harlequins 42 – 33 RC Narbonne Madejski Stadium à Reading 11 211

Championnat de France de Nationale[modifier | modifier le code]

Date de la finale Vainqueur Score Finaliste Lieu de la finale Spectateurs
5 juin 2021 US bressane 26-16 RC Narbonne Stade Pierre-Rajon, Bourgoin-Jallieu 1 000

Personnalités du club[modifier | modifier le code]

Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Liste des entraîneurs[modifier | modifier le code]

Saisons Entraîneur(s) Adjoint(s) Titre(s)
1965 - 1970 Raymond Barthès Challenge Yves du Manoir 1968
1970 - 1976 Jean Carrère Challenge Yves du Manoir 1973 et 1974
1976 - 1979 Gérard Sutra Championnat de France 1979
Challenge Yves du Manoir 1978 et 1979
Bouclier d'automne 1978
1980 - 1982 Louis Cabrol
1982 - 1983 Gérard Sutra
Pierre Salettes
1983 - 1985 Raoul Barrière Henri Ferrero Challenge Yves du Manoir 1984
Coupe de France 1985
Bouclier d'automne 1978
1989 - 1990 Raoul Barrière
Henri Ferrero
Challenge Yves du Manoir 1989 et 1990
1990 - 1991 Robert Bru Henri Ferrero
Jean-François Beltran
Challenge Yves du Manoir 1991
1991 - 1992 Robert Bru Jean-François Beltran
Gérard Sutra
1992 - 1993 Jean-François Beltran
Alain Paco
1993 - 1994 Jacques Delmas
Alain Paco
1994 - 1995 Jacques Delmas
René Bénésis
1995 - 1996 Jacques Delmas
Henri Ferrero
1996 - 1997 Pierre Bouisset
Henri Ferrero
1997 - 1998 Pierre Bouisset
Jean-François Beltran
1998 - 1999 Pierre Berbizier Pierre Bouisset
Jean-François Beltran
1999 - 2000 Pierre Bouisset
2000 - Décembre 2000 Pierre Arrambide
Décembre 2000 - 2001 Pierre Salettes
2001 - 2002 Guy Martinez
2002 - Janvier 2004 Alain Teixidor
Janvier 2004 - 2006 Marc Delpoux Jean-François Beltran
2006 - 2007 Pierre Chadebech Régis Sonnes
2007 - Mars 2008 Régis Sonnes Laurent Balue
Mars 2008 - 2008 Henri Ferrero (manager)
2008 - 2010 Patrick Arlettaz (arrières)
Richard Crespy (avants)
2010 - Février 2011 Patrick Arlettaz (arrières)
Richard Castel (avants)
Février 2011 - 2011 Patrick Arlettaz (arrières)
Richard Castel (avants)
2011 - Décembre 2011 Matt Williams Justin Harrison
Sébastien Buada
Décembre 2011 - 2012 Justin Harrison Sébastien Buada
2012 - 2013 Sébastien Buada
Sébastien Logerot
2013 - Février 2016 Chris Whitaker
Février à mai 2016 Chris Whitaker
Juin - Septembre 2016 Christian Labit (manager) Patricio Noriega (avants)
Steve Kefu (trois-quarts)
octobre 2016-octobre 2017 Christian Labit (entraîneur en chef et avants) Steve Kefu (trois-quarts)
Sébastien Buada (défense)
novembre 2017 - juin 2018 Steve Kefu (entraîneur principal) Sébastien Petit (avants)
Laurent Balue (trois-quarts)
juin 2018 - juin 2019 Jean Anturville (entraîneur principal) Laurent Balue (trois-quarts)
2019 - 2021 Patrick Pezery (avants)
Laurent Balue (trois-quarts)
2021 - Julien Seron (entraîneur en chef et trois-quarts)
Drapeau de la FranceBrice Mach (avants)

Drapeau de la FranceSébastien Logerot (défense)

Liste des présidents[modifier | modifier le code]

Effectif 2021-2022[modifier | modifier le code]

Nom Poste Naissance Nationalité sportive Sélections Dernier club Arrivée au club
(année)[Note 2]
Sylvain Abadie Pilier Drapeau de la France France RC Massy 2019
Geoffrey Moïse Pilier Drapeau du Portugal Portugal Section paloise 2021
Jules Martinez Pilier Drapeau de la France France Formé au club 2018
Pascal Cotet Pilier Drapeau de la France France RC Aubenas 2018
Matthieu Loudet Pilier Drapeau de la France France RC Toulon 2019
Mohamed Boughanmi Pilier Drapeau de la France France Section paloise 2021
Théo Castinel Pilier Drapeau de la France France Stade montois 2021
Aurélien Blanc Talonneur Drapeau de la France France Stade dijonnais 2020
Christophe David Talonneur Drapeau de la France France Stade montois 2021
Jordan Rochier Talonneur Drapeau de la France France US Montauban 2020
Martin Vaca Talonneur Drapeau de l'Argentine Argentine Jaguares 2021
Aston Fortuin Deuxième ligne Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud Utah Warriors 2021
Pierre Causse Deuxième ligne Drapeau de la France France Castres olympique 2020
Mohamed Kbaier Deuxième ligne Drapeau de la France France Provence Rugby 2020
Manuel Plaza Deuxième ligne Drapeau de l'Argentine Argentine USA Perpignan 2019
Dennis Visser Deuxième ligne Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud Cheetahs 2019
Baptiste Abescat Troisième ligne Drapeau de la France France Avenir Castanet 2020
Kamil Bouregba Troisième ligne Drapeau de la France France Castres olympique 2019
Bill Caffo Troisième ligne Drapeau de la France France Formé au club 2020
Daniel Faleafa Troisième ligne Drapeau des Tonga Tonga Rouen NR 2020
Paul Belzons Troisième ligne Drapeau de la France France Soyaux Angoulême XV 2021
Flavien Nouhaillaguet Troisième ligne Drapeau de la France France Stade aurillacois 2019
Louis-Benoît Madaule Troisième ligne Drapeau de la France France Stade toulousain 2021
Valentin Sese Troisième ligne Drapeau de la France France FC Grenoble 2019
Carl Axtens Troisième ligne Nouvelle-Zélande Stade toulousain 2021
Jérémy Chaput Demi de mêlée Drapeau de la France France US Montauban 2021
Luke Campbell Demi de mêlée 16 février 1995 Nouvelle-Zélande Hurricanes 2021
Christopher Kaiser Demi de mêlée Drapeau de la France France Section paloise 2019
Pierrick Nova Demi de mêlée Drapeau de la France France Formé au club 2014
Boris Goutard Demi d'ouverture Drapeau de la France France US Coarraze Nay 2019
Jason Robertson Demi d'ouverture Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande Old Glory DC 2021
Lucas Méret Demi d'ouverture Drapeau de la France France US Carcassonne 2021
Joris Pialot Demi d'ouverture Drapeau de la France France Formé au club 2020
Saia Fekitoa Centre Drapeau des Tonga Tonga Section paloise 2013
Apimeleki Nawaqatabu Centre Drapeau des Fidji Fidji AS Béziers 2020
Pierre Nueno Centre Drapeau de l'Espagne Espagne Section paloise 2020
Lucas Lebraud Centre Drapeau de la France France Biarritz olympique 2021
Josiah Maraku Centre 30 Mars 2000 Nouvelle-Zélande Manawatu 2021
Théo Mias Centre Drapeau de la France France Formé au club 2020
Louis Balfet Centre Drapeau de la France France Formé au club 2020
Pierre-Hugo Ducom Centre Drapeau de la France France US Tyrosse 2019
Étienne Ducom Ailier Drapeau de la France France Section paloise 2019
Guillaume Namy Ailier Drapeau de la France France CA Brive 2020
Save Totovosau Ailier Drapeau des Fidji Fidji San Diego Legion 2021
Kimami Sitauti Ailier Drapeau de l'Australie Australie US Montauban 2021
Manuel Cardoso Pinto Arrière Drapeau du Portugal Portugal AEIS Agronomia 2021
Pierre Justes Arrière Drapeau de la France France Provence Rugby 2020
Jamie-Jerry Taulagi Arrière Drapeau des Samoa Samoa SU Agen 2021
Luca Serrano Arrière Drapeau de la France France USA Perpignan 2020

Records[modifier | modifier le code]

Les 10 plus larges victoires depuis 2000[modifier | modifier le code]

  • RC Narbonne - SC Graulhet : 73-10, saison 2018-2019 (63 pts)
  • RC Narbonne - Castanet : 64-3, saison 2019-2020 (61 pts)
  • RC Narbonne - FC Auch : 59-0, saison 2013-2014 (59 pts)
  • RC Narbonne - SC Mazamet : 59-6, saison 2019-2020 (53 pts)
  • RC Narbonne - Céret sportif : 61-10, saison 2018-2019 (51 pts)
  • RC Narbonne - Tarbes PR : 56-9, saison 2007-2008 (47 pts)
  • RC Narbonne - US Carcassonne : 56-10, saison 2013-2014 (46 pts)
  • RC Narbonne - CA Lannemezan : 56-10, saison 2009-2010 (46 pts)
  • RC Narbonne - Castanet-Tolosan : 52-7, saison 2018-2019 (45 pts)
  • RC Narbonne - US Dax : 64-20, saison 2013-2014 (44 pts)

À l'extérieur :

  • SC Mazamet - RC Narbonne : 0-40, saison 2019-2020 (40 pts)
  • CS Bourgoin-Jallieu - RC Narbonne : 22-48, saison 2016-2017 (26 pts)
  • RC Nîmes - RC Narbonne : 19-45, saison 2019-2020 (26 pts)
  • US bressane - RC Narbonne : 12-38, saison 2013-2014 (26 pts)
  • Avenir castanéen - RC Narbonne : 24-49, saison 2019-2020 (25 pts)
  • RC Châteaurenard - RC Narbonne : 13-37, saison 2019-2020 (24 pts)
  • SC Graulhet - RC Narbonne : 3-26, saison 2018-2019 (23 pts)
  • Blagnac rugby - RC Narbonne : 11-31, saison 2020-2021 (20 pts)
  • AS Béziers Hérault - RC Narbonne : 17-34, saison 2012-2013 (17 pts)
  • Avenir castanéen - RC Narbonne : 18-34, saison 2018-2019 (16 pts)

Les 10 plus larges défaites depuis 2000[modifier | modifier le code]

  • USA Perpignan - RC Narbonne : 66-13, saison 2016-2017 (53 pts)
  • Aviron bayonnais - RC Narbonne : 53-0, saison 2017-2018 (53 pts)
  • CS Bourgoin-Jallieu - RC Narbonne : 57-5, saison 2004-2005 (52 pts)
  • Biarritz olympique - RC Narbonne : 59-10, saison 2005-2006 (49 pts)
  • Castres olympique - RC Narbonne : 62-14, saison 2006-2007 (48 pts)
  • RC Narbonne - AS Béziers Hérault : 21-68, saison 2017-2018 (47 pts)
  • SU Agen - RC Narbonne : 57-12, saison 2009-2010 (45 pts)
  • SU Agen - RC Narbonne : 51-6, saison 2013-2014 (45 pts)
  • Section paloise - RC Narbonne : 51-7, saison 2007-2008 (44 pts)
  • Glasgow - RC Narbonne : 51-7, saison 2006-2007 (44 pts)

À domicile :

  • RC Narbonne - AS Béziers Hérault : 21-68, saison 2017-2018 (47 pts)
  • RC Narbonne - Biarritz olympique : 24-56, saison 2017-2018 (32 pts)
  • RC Narbonne - Stade toulousain : 10-41, saison 2006-2007 (31 pts)
  • RC Narbonne - Valence Romans DR : 20-48, saison 2018-2019 (28 pts)
  • RC Narbonne - US Dax : 13-41, saison 2017-2018 (28 pts)
  • RC Narbonne - FC Grenoble : 12-40, saison 2011-2012 (28 pts)
  • RC Narbonne - Stade montois : 20-47, saison 2007-2008 (27 pts)
  • RC Narbonne - Stade toulousain : 27-52, saison 2004-2005 (25 pts)
  • RC Narbonne - Section paloise : 11-36, saison 2014-2015 (25 pts)
  • RC Narbonne - Bourg-en-Bresse : 14-38, saison 2020-2021 (24 pts)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. Pour les joueurs formés au club, année de leur première apparition en équipe professionnelle.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Narbonne, triste centenaire », sur www.sports.fr (consulté le )
  2. Henri Garcia 1996, p. 256.
  3. Louis Bonnery, Le rugby à XIII le plus français du monde, R.C Narbonne, Limoux, Cano&Franck, , 489 p. (ASIN B000X3Z932), p. 72
  4. « Le SU Agenais est le premier à faire son entrée dans les demi-finales... », L'Auto,‎ (lire en ligne).
  5. Mérillon 1990, p. 105.
  6. « NARBONNE REMPORTE LE CHALENGE BEGUERE », sur www.lemonde.fr
  7. Mérillon 1990, p. 110.
  8. Mérillon 1990, p. 122
  9. Henri Garcia 1996, p. 485 et 486.
  10. Henri Garcia 1996, p. 522.
  11. Henri Garcia 1996, p. 521.
  12. Mérillon 1990, p. 221
  13. Mérillon 1990, p. 231
  14. Mérillon 1990, p. 234
  15. Mérillon 1990, p. 238
  16. « Les 1000 matches de Guy Novès », Site « lequipe.fr » du journal L'Équipe, (consulté le )
  17. Réginald Mouyan, « MICHEL RINGEVAL (PART 2): « AU BOUT D’UN QUART D’HEURE, J’AI COMPRIS QU’ON NE GAGNERAIT PAS» », sur http://lesportdauphinois.com, (consulté le )
  18. « Narbonne. Les anciens vont fêter les finalistes du Manoir », sur www.ladepeche.fr, (consulté le )
  19. « Castres-Narbonne sera à rejouer samedijour=18 », L'Humanité,‎ (lire en ligne, consulté le )
  20. « Top 14: Toulon-Castres, souviens-toi, il y a vingt ans... », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le )
  21. « L'histoire », sur www.rcnm.fr (consulté le ).
  22. Classement final sur lnr.fr, http://www.lnr.fr/classement-pro-d2.html
  23. Fédérale 1, Narbonne : La structure professionnelle liquidée
  24. Narbonne : Orano reconduit son partenariat avec le RCNM
  25. Narbonne : la vente aux enchères des biens du RCNM a fait pschitt
  26. a et b Boukercha Oussama, « Fédérale 1 - Narbonne revient aux racines du club avec un nouveau logo et un nouveau nom », sur lerugbynistere.fr, (consulté le ).
  27. AFP, « La FFR décide de l'arrêt définitif de la saison des championnats amateurs », sur rugbyrama.fr, (consulté le ).
  28. Bastien Mathieu, « COVID-19 : arrêt des compétitions de rugby amateur pour la saison 2019-2020 », sur ffr.fr, (consulté le ).
  29. Lionel Ormières, « Narbonne : le RCNM va bientôt s'appeler à nouveau... RCN ! », sur www.lindependant.fr, (consulté le ).
  30. « Palmarès du Racing », sur pro.rcnm.com (consulté le )
  31. « Rugby à XV : le RCNM s'écroule devant Béziers », sur www.ladepeche.fr (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Rubiella, Racing-club narbonnais : cent ans d'émotions, Ed. universelles, , 191 p. (ISBN 2-905797-09-6)
  • [Mérillon 1990] Jean Mérillon, Le challenge Yves-Du-Manoir : Histoire du rugby, Éditions Chiron, , 335 p. (ISBN 978-2702703953) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Henri Garcia, La fabuleuse histoire du rugby, Éditions de la Martinière, , 935 p. (ISBN 2-7324-2260-6)

Liens externes[modifier | modifier le code]