Canton de Sains-Richaumont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Canton de Sains-Richaumont
Canton de Sains-Richaumont
Situation du canton de Sains-Richaumont dans le département de Aisne.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Aisne
Arrondissement(s) Vervins
Chef-lieu Sains-Richaumont
Code canton 02 27
Histoire de la division
Création 15 février 1790[1]
Modification 1 3 vendémiaire an X[2],[3]
(25 septembre 1801)
Modification 2 15 juillet 1829[4]
Disparition 22 mars 2015[5]
Démographie
Population 4 450 hab. (2012)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Superficie 171,88 km2
Subdivisions
Communes 19

Le canton de Sains-Richaumont est une ancienne division administrative française située dans le département de l'Aisne et la région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ce canton a été organisé autour de Sains-Richaumont dans l’arrondissement de Vervins. Son altitude varie de 66 m (Monceau-le-Neuf-et-Faucouzy) à 183 m (Lemé) pour une altitude moyenne de 124 m.

Histoire[modifier | modifier le code]

Révolution française[modifier | modifier le code]

Canton de Sains en 1790

Le canton de Sains est créé le 18 février 1790 sous la Révolution française[6],[7]. Le canton comprend 16 communes avec Sains pour chef-lieu : Berlancourt, Chevennes, Faucouzy, Franqueville, Le Hérie-la-Viéville, Housset, Landifay, Lemé, Marfontaine, Monceau-le-Neuf, La Neuville-Housset, Rougeries, Sains, Saint-Gobert, Saint-Pierre et Voharies. Il est une subdivision du district de Vervins qui disparait le 5 Fructidor An III (22 août 1795)[8]

Le nombre de communes dans le canton ne bougent pas lors de la période révolutionnaire. Lors de la création des arrondissements par la loi du 28 pluviôse an VIII (17 février 1800), le canton de Sains est rattaché à l'arrondissement de Vervins.

1801 - 2015[modifier | modifier le code]

L'arrêté du 3 vendémiaire an X (25 septembre 1801) entraine un redécoupage du canton de Sains qui est conservé[3]. 5 communes (Clanlieu, Colonfay, Bertaignemont, Puisieux et Wiège-Faty-et-le-Sourd) du canton de Guise intègrent celui de Sains. Le canton est composé alors de 21 communes.

Par ordonnance royale du , les communes de Clanlieu et Puisieux fusionnent. La nouvelle entité portent le nom de Puisieux-et-Clanlieu[9]. Par la même ordonnance, Bertaignemont est rattachée à Landifay et la commune prend le nom de Landifay-et-Bertaignemont[9]. Par une nouvelle ordonnance du , les communes de Faucouzy et Monceau-le-Neuf sont réunis pour former la commune de Monceau-le-Neuf-et-Faucouzy[9]. Ainsi la même année, le nombre de communes passe de 21 à 18.

Par ordonnance du , une partie du hameau de La Vallée-aux-Bleds, située sur la commune de Lemé est érigé en une commune indépendante avec la réunification des parties du hameau, située sur les communes d'Haution et de Voulpaix du canton de Vervins[4]. Cette nouvelle commune est d'ailleurs rattachée à celui de Vervins.

Par ordonnance du , Le Sourd redevient une commune indépendante de Wiège-Faty-et-le-Sourd[9]. Cette dernière prend le nom de Wiège-Faty. Dès lors, le canton est composé de 19 communes et cette composition reste stable jusqu'en mars 2015.

En 1883, Sains prend le nom de Sains-Richaumont et le canton porte désormais le nom de Sains-Richaumont. En 1926, la commune de Saint-Pierre prend la dénomination Saint-Pierre-lès-Franqueville.

Redécoupage de 2015[modifier | modifier le code]

Un nouveau découpage territorial de l'Aisne entre en vigueur en mars 2015, défini par le décret du 21 février 2014 [5], en application des lois du (loi organique 2013-402 et loi 2013-403)[10]. Les conseillers départementaux sont, à compter de ces élections, élus au scrutin majoritaire binominal mixte. Les électeurs de chaque canton élisent au Conseil départemental, nouvelle appellation du Conseil général, deux membres de sexe différent, qui se présentent en binôme de candidats. Les conseillers départementaux sont élus pour 6 ans au scrutin binominal majoritaire à deux tours, l'accès au second tour nécessitant 12,5 % des inscrits au 1er tour. En outre la totalité des conseillers départementaux est renouvelée. Ce nouveau mode de scrutin nécessite un redécoupage des cantons dont le nombre est divisé par deux avec arrondi à l'unité impaire supérieure[11]. Dans l'Aisne, le nombre de cantons passe ainsi de 42 à 21. Le canton de Sains-Richaumont ne fait pas partie des cantons conservés du département.

Le canton disparait lors des élections départementales de mars 2015. L'ensemble des communes du canton est regroupée avec celui de Marle.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des conseillers généraux successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1833 1836 Joseph Meunier   Maire de La Neuville-Housset
1836 1848 Lambert Gibou[12]   Ancien capitaine du Génie, propriétaire à Puisieux
1848 1871 Vicomte Etienne Auguste Edouard
de Madrid de Montaigle[13]
  Propriétaire
Maire de Le Hérie-la-Viéville
1871 1886 Edmond Turquet Républicain Magistrat
Député (1871-1889)
1886 1892 Gabriel Hanotaux Républicain Diplomate
Député (1886-1889)
Ministre des Affaires étrangères (1894-1895 et 1896-1898)
Ancien chef de cabinet de Jules Ferry
1892 1898
(décès)
Constant Godart Républicain Maire de Sains-Richaumont
1898 1902
(décès)[14]
Emile Pecque
(1833-1902)
Républicain Brasseur à Sains-Richaumont
1902 1910 Jules Albert Dieu Républicain
Libéral
Maire de Landifay-et-Bertaignemont
1910 1920
(décès)[15]
Gaëtan Legrand Rad. Docteur en droit
Avocat à Laon - Maire de Sains-Richaumont (janvier à mars 1920)
1920[16] 1927 M. Procureur   Maire de Le Hérie-la-Viéville
1927[17] 1936
(décès)
Raoul Dupont Rad. Maire de Berlancourt
1936 1940 M. Dussaussois Rad. Maire de Marfontaine
1945 1949 Christophe Laurent PCF Ouvrier d'usine, maire de Puisieux-et-Clanlieu
1949 1967
(décès)
Jean Risbourg RPF puis
UNR puis UDR
Agriculteur
Maire de Housset puis de Sains-Richaumont
Député (1962-1967)
Président du Conseil Général (1959-1964)
1967 1998 Pierre Bry UDR puis RPR Négociant
Maire de Sains-Richaumont
1998 1998 Jean-Marie Marécat RPR Maire de Sains-Richaumont (1994-2008)
1998 2004 Annick Garin UDF Maire de Puisieux-et-Clanlieu
2004 2012
(décès)
Michel Lefèvre[18],[19] PS Conseiller pédagogique
Maire de Rougeries
Vice-Président du Conseil Général
2012 2015 Isabelle Ittelet PS puis UDI Suppléante de Michel Lefèvre
Fonctionnaire territoriale
Conseillère municipale de Sains-Richaumont

Composition[modifier | modifier le code]

Le canton de Sains-Richaumont a groupé 19 communes et a compté 4 450 habitants en 2012[Note 1].

Liste des communes du canton
Code
Insee
Nom Superficie
(km2)
Population
(hab.)
Densité
(hab./km2)
02668 Sains-Richaumont
(Chef-lieu)
12,46 1 037 83,23
02068 Berlancourt 5,20 106 20,38
02182 Chevennes 6,06 140 23,1
02206 Colonfay 3,29 81 24,62
02331 Franqueville 3,04 127 41,78
02385 Housset 13,20 168 12,73
02403 Landifay-et-Bertaignemont 19,60 285 14,54
02547 La Neuville-Housset 4,99 62 12,42
02379 Le Hérie-la-Viéville 9,27 241 26
02416 Lemé 11,36 443 39
02731 Le Sourd 7,36 165 22,42
02463 Marfontaine 9,21 79 8,58
02491 Monceau-le-Neuf-et-Faucouzy 19,72 338 17,14
02629 Puisieux-et-Clanlieu 17,42 293 16,82
02657 Rougeries 4,13 227 54,96
02681 Saint-Gobert 7,78 299 38,43
02688 Saint-Pierre-lès-Franqueville 7,00 68 9,71
02823 Voharies 3,32 69 20,78
02832 Wiège-Faty 7,47 222 29,72

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population  [ modifier ]
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012
6 035 5 893 5 109 4 753 4 478 4 422 4 354 4 475 4 450
(Sources : Base Insee, population sans doubles comptes à partir de 1962[20] puis population municipale à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Marie Prudhomme, Dictionnaire géographique et méthodique de la République française en 120 départements, volume 1, Paris, Louis Marie Prudhomme, , 673 p. (lire en ligne)
  • Bernard Gaudillère, Atlas historique des circonscriptions électorales françaises, Genève, Librairie Droz SA, , 839 p. (ISBN 2600000658, lire en ligne)
  • Claude Motte, Isabelle Séguy, Christine Théré, Communes d'hier, communes d'aujourd'hui : les communes de la France, Paris, Ined, , 407 p. (ISBN 9 782733 210284).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au , millésimée 2012, définie dans les limites territoriales en vigueur au , date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Marie Prudhomme (1798), p. 76
  2. Notice communale de Sains-Richaumont sur le site de l'EHESS.
  3. a et b Bernard Gaudillère (1995), p. 788.
  4. a et b Dictionnaire topographique du département de l'Aisne, p. 280.
  5. a et b « Décret n° 2014-202 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de l'Aisne », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 22 avril 2014)
  6. Louis Marie Prudhomme, Dictionnaire géographique et méthodique de la République française en 120 départements, volume 1, Paris, Louis Marie Prudhomme, , 673 p. (lire en ligne)
  7. René Hennequin, La Formation du département de l'Aisne en 1790, Soissons, Imprimerie de G. Nougarède, (lire en ligne), p. 266.
  8. Constitution de la République française du 5 Fructidor an III, p. 9.
  9. a, b, c et d Liste de communes n’existant plus ou ayant changé de nom, sur le site des archives départementales de l'Aisne.
  10. « LOI no  2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral », JORF no 0114 du 18 mai 2013 p. 8242, (consulté le 22 avril 2014)
  11. Le nombre total de cantons d'un départements doit obligatoirement être impair.
  12. http://www.culture.gouv.fr/LH/LH069/PG/FRDAFAN83_OL1130061v001.htm
  13. http://gw.geneanet.org/papyto58?lang=fr;p=etienne+auguste+edouard;n=de+madrid+de+montaigle
  14. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6261222x/f2.item.r=canton.zoom
  15. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6371363q/f4.item.r=canton.zoom
  16. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6367808t/f30.item.zoom
  17. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k246605r/f4.item.r=canton.zoom
  18. Un conseil général se tue sur la route, L'Aisne nouvelle, consulté le 2 juin 2012
  19. Michel Lefèvre:Une perte pour le canton et l'Aisne, L'Union, consulté le 2 juin 2012
  20. Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2013 - Recensements harmonisés - Séries départementales et communales
  21. Fiches Insee - Populations légales du canton pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011 et 2012.