Canton de Saint-Simon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Canton de Saint-Simon
Canton de Saint-Simon
Situation du canton de Saint-Simon dans le département de Aisne.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Aisne
Arrondissement(s) Saint-Quentin
Chef-lieu Saint-Simon
Code canton 02 29
Histoire de la division
Création 18 février 1790[1],[2]
Modification 1 3 vendémiaire an X[3],[4]
(25 septembre 1801)
Modification 2 4 janvier 1923[5],[6]
Modification 3 12 décembre 1924[7],[8]
Disparition 29 mars 2015[9]
Démographie
Population 11 852 hab. (2012)
Densité 77 hab./km2
Géographie
Superficie 153,02 km2
Subdivisions
Communes 23

Le canton de Saint-Simon est une ancienne division administrative française située dans le département de l'Aisne et la région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ce canton a été organisé autour de Saint-Simon dans l'arrondissement de Saint-Quentin. Son altitude varie de 60 m (Pithon) à 158 m (Annois) pour une altitude moyenne de 76 m.

Histoire[modifier | modifier le code]

Révolution française[modifier | modifier le code]

Carte du canton de Saint-Simon en 1790.

Le canton est créé le 18 février 1790 sous la Révolution française sous le nom de canton de Saint-Simon[10],[2].

Le canton a compté vingt-et-une communes avec Saint-Simon pour chef-lieu au moment de sa création : Annois[11], Artemps[12], Bray-Saint-Christophe[13], Castres[14], Contescourt[15], Cugny[16], Dury[17], Eaucourt[18], Flavy-le-Martel[19], Fontaine-lès-Clercs[20], Gauchy[5], Grugies[21], Happencourt[22], Jussy[23], Ollezy[24], Pont-de-Tugny[25], Pithon[26], Saint-Simon[3], Seraucourt-le-Grand[27], Sommette[28] et Tugny[29]. Il est une subdivision du district de Saint-Quentin qui disparait le 5 Fructidor An III ()[30]. Le canton ne subit aucune modification dans sa composition communale pendant cette période.

Lors de la création des arrondissements par la loi du 28 pluviôse an VIII (), le canton de Saint-Simon est rattaché à l'arrondissement de Saint-Quentin.

1801-2015[modifier | modifier le code]

L'arrêté du 3 vendémiaire an X () entraine un redécoupage du canton de Saint-Simon qui est conservé et agrandi[4]. Quatre communes, pour moitié du canton de Vermand (Dallon[31] et Villers-Saint-Christophe[32]) et pour l'autre du canton de Moÿ (Clastres[33] et Montescourt-Lizerolles[34]) rejoignent le canton. Il comprend toujours 25 communes avec cette recomposition.

Par décret du , Tugny[29] et Pont-de-Tugny[25] fusionnent pour former la commune de Tugny-et-Pont[35]. La composition communale du canton passe à 24 communes.

Par ordonnance du , les communes de Sommette[28] et Eaucourt[18] sont regroupées pour former la commune de Sommette-Eaucourt[36]. Le canton comprend alors 23 communes.

Par la loi du , la commune de Gauchy est détaché du canton pour être rattaché à celui de Saint-Quentin[5],[6]. Par la loi du , la commune d'Aubigny, détachée du canton de Vermand, rejoint celui de Saint-Simon[7],[8]. La composition communale n'évolue pas jusqu'en mars 2015, à la suite de ces deux dernières modifications.

Le , la commune d'Aubigny prend le nom d'Aubigny-aux-Kaisnes par décret[7],[37].

Redécoupage de 2015[modifier | modifier le code]

Un nouveau découpage territorial de l'Aisne entre en vigueur en mars 2015, défini par le décret du 21 février 2014 [9], en application des lois du (loi organique 2013-402 et loi 2013-403)[38]. Les conseillers départementaux sont, à compter de ces élections, élus au scrutin majoritaire binominal mixte. Les électeurs de chaque canton élisent au Conseil départemental, nouvelle appellation du Conseil général, deux membres de sexe différent, qui se présentent en binôme de candidats. Les conseillers départementaux sont élus pour 6 ans au scrutin binominal majoritaire à deux tours, l'accès au second tour nécessitant 12,5 % des inscrits au 1er tour. En outre la totalité des conseillers départementaux est renouvelée. Ce nouveau mode de scrutin nécessite un redécoupage des cantons dont le nombre est divisé par deux avec arrondi à l'unité impaire supérieure[39]. Dans l'Aisne, le nombre de cantons passe ainsi de 42 à 21. Le canton de Saint-Simon ne fait pas partie des cantons conservés du département.

Le canton disparait lors des élections départementales de mars 2015. L'ensemble des communes du canton est regroupée sur celui de Ribemont sauf les communes de Castres, de Contescourt et de Grugies, rejoignant le nouveau canton de Saint-Quentin-3.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des conseillers généraux successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1833 1836 Jean Charles François
Legrand
  Notaire, maire de Saint-Simon (1815-1839)
1836 1842 Antoine François Robert
Vinchon fils
  Maire de Contescourt
1842[40] 1845 Louis Aimé Médard
Delvigne-Bacquet
(1807-1863)
  Propriétaire et fabricant de sucre, maire de Dury
1845 1848 Charles François Hugues   Notaire, maire de Saint-Simon (1845-1865)
1848 1871 Frédéric Quéquignon   Négociant en tissus, cultivateur
Maire d'Happencourt
1871 1903
(décès)[41]
Désiré Edmond
Quéquignon
Républicain Fabricant de sucre
Maire de Grugies
1902 1913 Alfred Louis Quéquignon Républicain
Progressiste
Cultivateur à Villers-Saint-Christophe et à Grugies
1913 1940 Emile Dupont Rad. Négociant - Cultivateur
Maire de Flavy-le-Martel (1919-1940)
1945 1954
(décès)
Paul Demoulin PCF Cheminot
Maire de Montescourt-Lizerolles
1954 1966
(décès)
Étienne Mansart
(1916-1966)
PCF Secrétaire de mairie, Montescourt-Lizerolles
1966 2015[42] Roland Renard PCF
puis IDG
Fonctionnaire territorial
Député de l'Aise (4e circ.) (1973 → 1986)
Maire de Montescourt-Lizerolles (1989 → )
Président de la C32S (1994 → 2016)
2e Vice-Président du Conseil Général[Quand ?]

Composition[modifier | modifier le code]

Le canton de Saint-Simon groupe 23 communes et compte 11 852 habitants en 2012[Note 1]. Les deux communes les plus importantes en termes d'habitants sont Montescourt-Lizerolles et Flavy-le-Martel.

Liste des communes du canton
Code
Insee
Nom Superficie
(km2)
Population
(hab.)
Densité
(hab./km2)
02694 Saint-Simon
(Chef-lieu)
6,34 605 95,43
02019 Annois 5,90 387 65,59
02025 Artemps 6,31 360 57,05
02032 Aubigny-aux-Kaisnes 3,72 239 64,25
02117 Bray-Saint-Christophe 2,88 75 26,04
02142 Castres 5,71 236 41,33
02199 Clastres 8,24 624 75,73
02214 Contescourt 3,42 65 19,01
02246 Cugny 9,40 588 62,55
02257 Dallon 5,81 407 70,05
02273 Dury 7,74 200 25,84
02315 Flavy-le-Martel 12,83 1 625 126,66
02320 Fontaine-lès-Clercs 5,33 280 52,53
02359 Grugies 5,08 1 162 228,74
02367 Happencourt 5,18 145 27,99
02397 Jussy 13,37 1 229 91,92
02504 Montescourt-Lizerolles 6,29 1 684 267,73
02570 Ollezy 5,31 171 32,2
02604 Pithon 2,44 71 29,1
02710 Seraucourt-le-Grand 10,56 784 74,24
02726 Sommette-Eaucourt 6,28 156 24,84
02752 Tugny-et-Pont 3,36 289 86,01
02815 Villers-Saint-Christophe 8,99 470 52,28

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population  [ modifier ]
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012
10 45410 57410 45310 41711 12411 00111 24711 83111 852
(Sources : Base Insee, population sans doubles comptes à partir de 1962[43] puis population municipale à partir de 2006[44].)
Histogramme de l'évolution démographique

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Marie Prudhomme, Dictionnaire géographique et méthodique de la République française en 120 départements, volume 1, Paris, Louis Marie Prudhomme, , 673 p. (lire en ligne)
  • Bernard Gaudillère, Atlas historique des circonscriptions électorales françaises, Genève, Librairie Droz SA, , 839 p. (ISBN 2600000658, lire en ligne)
  • Claude Motte, Isabelle Séguy, Christine Théré, Communes d'hier, communes d'aujourd'hui : les communes de la France, Paris, Ined, , 407 p. (ISBN 9 782733 210284).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au , millésimée 2012, définie dans les limites territoriales en vigueur au , date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Marie Prudhomme (1798), p. 76
  2. a et b René Hennequin, La Formation du département de l'Aisne en 1790, Soissons, Imprimerie de G. Nougarède, (lire en ligne), p. 266.
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Saint-Simon », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 12 mars 2016).
  4. a et b Bernard Gaudillère (1995), p. 788.
  5. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Gauchy », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 12 mars 2016).
  6. a et b « Loi distrayant la commune de Gauchy (Aisne) du canton de Saint-Simon pour la rattacher au canton de Saint-Quentin, publié au Journal officiel du 4 janvier 1923 », sur https://gallica.bnf.fr/, Journal officiel de la République française, (consulté le 18 décembre 2016), p. 190.
  7. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Aubigny-aux-Kaisnes », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 12 mars 2016).
  8. a et b « Loi distrayant la commune d'Aubigny du canton de Vermand (arrondissement de Saint-Quentin, département de l'Aisne) pour la rattacher au canton de Saint-Simon (mêmes arrondissement et département), publié au Journal officiel du 16 décembre 1924 », sur https://gallica.bnf.fr/, Journal officiel de la République française, (consulté le 18 décembre 2016), p. 10983.
  9. a et b « Décret n° 2014-202 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de l'Aisne », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 22 avril 2014)
  10. Louis Marie Prudhomme, Dictionnaire géographique et méthodique de la République française en 120 départements, volume 1, Paris, Louis Marie Prudhomme, , 673 p. (lire en ligne)
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Annois », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 12 mars 2016).
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Artemps », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 12 mars 2016).
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Bray-Saint-Christophe », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 12 mars 2016).
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Castres », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 12 mars 2016).
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Contescourt », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 12 mars 2016).
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Cugny », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 12 mars 2016).
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Dury », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 12 mars 2016).
  18. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Eaucourt », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 12 mars 2016).
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Flavy-le-Martel », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 12 mars 2016).
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Fontaine-lès-Clercs », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 12 mars 2016).
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Grugies », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 12 mars 2016).
  22. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Happencourt », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 12 mars 2016).
  23. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Jussy », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 12 mars 2016).
  24. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Ollezy », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 12 mars 2016).
  25. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Pont-de-Tugny », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 12 mars 2016).
  26. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Pithon », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 12 mars 2016).
  27. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Seraucourt-le-Grand », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 12 mars 2016).
  28. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Sommette », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 12 mars 2016).
  29. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Tugny », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 12 mars 2016).
  30. Constitution de la République française du 5 Fructidor an III, p. 9.
  31. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Dallon », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 12 mars 2016).
  32. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Villers-Saint-Christophe », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 12 mars 2016).
  33. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Clastres », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 12 mars 2016).
  34. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Montescourt-Lizerolles », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 12 mars 2016).
  35. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Tugny-et-Pont », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 12 mars 2016).
  36. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Sommette-Eaucourt », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 12 mars 2016).
  37. « Fiche communale d'Aubigny-aux-Kaisnes », sur http://www.insee.fr/ (consulté le 25 janvier 2016).
  38. « LOI no  2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral », JORF no 0114 du 18 mai 2013 p. 8242, (consulté le 22 avril 2014)
  39. Le nombre total de cantons d'un départements doit obligatoirement être impair.
  40. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k44463549/f1.item.r=canton.zoom
  41. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6251978f/f3.item.r=canton.zoom
  42. « Élections départementales : le doyen Roland Renard passe la main : Conseiller général du canton de Saint-Simon depuis 1966, le maire de Montescourt-Lizerolles ne se présentera pas aux scrutins de mars prochain », L'Aisne nouvelle,‎ (lire en ligne).
  43. Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2013 - Recensements harmonisés - Séries départementales et communales
  44. Fiches Insee - Populations légales du canton pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011 et 2012.