Canton de Fonsommes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Canton de Fonsommes
Canton de Fonsommes
Situation du canton de Fonsommes dans le département de Aisne.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Département Aisne
Chef-lieu Fonsommes
District Saint-Quentin
Histoire de la division
Création 18 février 1790[1],[2]
Disparition 3 vendémiaire an X[3],[4]
(25 septembre 1801)
Démographie
Population 3 602 hab. (1800)
Géographie
Altitude Min. 72 m
Max. 160 m
Subdivisions
Communes 18 puis 19

Le canton de Fonsommes est une ancienne division administrative française du département de l'Aisne, située dans le district de Saint-Quentin. Son chef-lieu était la commune de Fonsommes (aujourd'hui: Fonsomme) et le canton comptait 18 communes au moment de sa création.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le canton est créé le 18 février 1790 sous la Révolution française[5],[2].

Le canton a compté dix-huit communes avec Fonsommes pour chef-lieu au moment de sa création : Croix-Fonsommes[6], Essigny-le-Petit[7], Étaves-et-Bocquiaux[8], Fonsommes[3], Fontaine-Notre-Dame[9], Fontaine-Uterte[10], Harly[11], Le Haucourt[12], Homblières[13], Lesdins[14], Marcy[15], Mesnil-Saint-Laurent[16], Montigny-en-Arrouaise[17], Morcourt[18], Omissy[19], Remaucourt[20], Rouvroy[21] et Sequehart[22]. Il est une subdivision du district de Saint-Quentin qui disparait le 5 Fructidor An III ()[23].

En 1798, le hameau de Fieulaine[24] de la commune de Fontaine-Notre-Dame est érigé en commune indépendante. Le canton comprend 19 communes.

Lors de la création des arrondissements par la loi du 28 pluviôse an VIII (), le canton de Fonsommes est rattaché à l'arrondissement de Saint-Quentin.

Le canton disparaît le 25 septembre 1801 (3 vendémiaire, an X) sous le Consulat ; Essigny-le-Petit, Fieulaine, Fonsommes, Fontaine-Notre-Dame, Harly, Homblières, Lesdins, Marcy, Mesnil-Saint-Laurent, Morcourt, Omissy, Remaucourt et Rouvroy sont reversées dans le canton de Saint-Quentin. Les communes de Le Haucourt et de Sequehart rejoignent le canton du Catelet. Croix-Fonsommes, Étaves-et-Bocquiaux, Fontaine-Uterte et Montigny-en-Arrouaise sont rattachées au canton de Bohain[25].

Composition[modifier | modifier le code]

Le canton est composé de 19 communes au moment de sa suppression en 1801.

Le tableau suivant en donne la liste, en précisant leur nom, leur population en 1793, puis en 1800, leur cantons de rattachement de l'An X, et leur appartenance aux cantons actuels.

Communes Population (1793) Population (1800) Canton de l'an X Canton actuel
Croix-Fonsommes[6],[26] 224 243 Bohain Bohain-en-Vermandois
Essigny-le-Petit[7] 234 281 Saint-Quentin Saint-Quentin-2
Étaves-et-Bocquiaux[8] 1 021 985 Bohain Bohain-en-Vermandois
Fieulaine[24] - 376 Saint-Quentin Saint-Quentin-2
Fonsommes[3],[27] 304 315 Saint-Quentin Saint-Quentin-2
Fontaine-Notre-Dame[9] 1 035 406 Saint-Quentin Saint-Quentin-2
Fontaine-Uterte[10] 227 235 Bohain Bohain-en-Vermandois
Harly[11] 109 129 Saint-Quentin Saint-Quentin-3
Le Haucourt[12],[28] 460 432 Le Catelet Bohain-en-Vermandois
Homblières[13] 813 815 Saint-Quentin Saint-Quentin-3
Lesdins[14] 255 286 Saint-Quentin Saint-Quentin-2
Marcy[15] 282 328 Saint-Quentin Saint-Quentin-2
Mesnil-Saint-Laurent[16] 257 255 Saint-Quentin Saint-Quentin-3
Montigny-en-Arrouaise[17] 781 781 Bohain Bohain-en-Vermandois
Morcourt[18] 312 304 Saint-Quentin Saint-Quentin-2
Omissy[19] 201 208 Saint-Quentin Saint-Quentin-2
Remaucourt[20] 275 269 Saint-Quentin Saint-Quentin-2
Rouvroy[21] 123 138 Saint-Quentin Saint-Quentin-2
Sequehart[22] 423 439 Le Catelet Bohain-en-Vermandois

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1793 1800
7 336 7 225
Habitants
(Sources : Cassini[29])

Histogramme
(élaboration graphique par Wikipédia)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bernard Gaudillère, Atlas historique des circonscriptions électorales françaises, Genève, Librairie Droz SA, , 839 p. (ISBN 2600000658, lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Marie Prudhomme (1798), p. 76
  2. a et b René Hennequin, La Formation du département de l'Aisne en 1790, Soissons, Imprimerie de G. Nougarède, (lire en ligne), p. 266.
  3. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Fonsomme », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 7 mars 2016).
  4. Bernard Gaudillère (1995), p. 788.
  5. Louis Marie Prudhomme, Dictionnaire géographique et méthodique de la République française en 120 départements, volume 1, Paris, Louis Marie Prudhomme, , 673 p. (lire en ligne)
  6. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Croix-Fonsomme », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 7 mars 2016).
  7. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Essigny-le-Petit », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 7 mars 2016).
  8. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Étaves-et-Bocquiaux », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 7 mars 2016).
  9. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Fontaine-Notre-Dame », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 7 mars 2016).
  10. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Fontaine-Uterte », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 7 mars 2016).
  11. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Harly », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 7 mars 2016).
  12. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Lehaucourt », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 7 mars 2016).
  13. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Homblières », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 7 mars 2016).
  14. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Lesdins », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 7 mars 2016).
  15. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Marcy », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 7 mars 2016).
  16. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Mesnil-Saint-Laurent », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 7 mars 2016).
  17. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Montigny-en-Arrouaise », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 7 mars 2016).
  18. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Morcourt », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 7 mars 2016).
  19. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Omissy », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 7 mars 2016).
  20. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Remaucourt », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 7 mars 2016).
  21. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Rouvroy », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 7 mars 2016).
  22. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Sequehart », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 7 mars 2016).
  23. Constitution de la République française du 5 Fructidor an III, p. 9.
  24. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Fieulaine », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 7 mars 2016).
  25. « Arrêté du 3 vendémiaire an X portant réduction des justices de paix du département de l'Aisne - Bulletin des lois de 1801 - page 1-8 », sur gallica.bnf.fr, Paris, Imprimerie nationale des lois (consulté le 7 mars 2016)
  26. En 2011, la commune de Croix-Fonsommes perd son « s » final pour prendre le nom de Croix-Fonsomme.
  27. En 2011, la commune de Fonsommes perd son « s » final pour prendre le nom de Fonsomme.
  28. En 1998, la commune de Le Haucourt prend le nom de Lehaucourt.
  29. Addition de la population des communes présentes dans le canton à la date du recensement. La période concernée se situe entre 1793 et 1800.