Canton de Condé-en-Brie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Canton de Condé-en-Brie
Canton de Condé-en-Brie
Situation du canton de Condé-en-Brie dans le département de Aisne.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Aisne
Arrondissement(s) Château-Thierry
Chef-lieu Condé-en-Brie
Code canton 02 10
Histoire de la division
Création 18 février 1790[1],[2]
Modification 1 3 vendémiaire an X[3],[4]
(25 septembre 1801)
Modification 2 [5],[6]
Modification 3 [5],[6]
Disparition 29 mars 2015[7]
Démographie
Population 8 796 hab. (2012)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Superficie 242,80 km2
Subdivisions
Communes 27

Le canton de Condé-en-Brie est une ancienne division administrative française située dans le département de l'Aisne et la région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le canton est très vallonné: les vallées de la Dhuys, du Surmelin, de la verdonnelle; du Petit-Morin et de la Marne le traversent. Les coteaux sont plantés de vignes de Champagne AOC.

Le canton a été organisé autour de Condé-en-Brie dans l'arrondissement de Château-Thierry. Son altitude varie de 62 m (Barzy-sur-Marne) à 254 m (La Chapelle-Monthodon) pour une altitude moyenne de 127 m.

Les coteaux de nombreuses communes sont plantés de vignobles de Champagne en appellation d'origine contrôlée.

Le centre et le sud du canton sont une partie de la Brie Galvèse, alors que le Nord du canton est traversé par la vallée de la Marne.

De nombreuses sources sont marquées par la présence de fontaines et de lavoirs dans chacune des communes et de leurs hameaux.

La Dhuys est captée et alimente Paris (réservoir de Ménilmontant) par un aqueduc construit par le Baron Haussmann. Une déviation alimente aussi le parc d'attractions de Marne-la-Vallée

Histoire[modifier | modifier le code]

Révolution française[modifier | modifier le code]

Carte du canton de Condé-en-Brie en 1790.

L'histoire du canton de Condé en Brie est liée à celle de l'ancienne principauté de Condé jusqu'à la Révolution française.

Le canton est créé le 18 février 1790 sous la Révolution française[8],[2].

Le canton a compté quatorze communes avec Château-Thierry pour chef-lieu au moment de sa création : Artonges[9], Baulne[10], Celles-lès-Condé[11], La Chapelle-Monthodon[12], Condé-en-Brie[3], Connigis[13], Courboin[14], Crézancy[15], Monthurel[16], Montigny-lès-Condé[17], Montlevon[18], Pargny[19], Reuilly-Sauvigny[20], Saint-Agnan[21] et Saint-Eugène[22]. Il est une subdivision du district de Château-Thierry qui disparait le 5 fructidor An III ()[23]. Le canton ne subit aucune modification dans sa composition communale pendant cette période.

Lors de la création des arrondissements par la loi du 28 pluviôse an VIII (), le canton est rattaché à l'arrondissement de Château-Thierry.

1801-2015[modifier | modifier le code]

L'arrêté du 3 vendémiaire an X () entraine un redécoupage du canton qui est conservé et agrandi[4]. Sept communes du canton de Mont-Saint-Père (Barzy[24], Chartèves[5], Courtemont-Varennes[25], Jaulgonne[26], Mézy-Moulins[27], Passy-sur-Marne[28] et Tréloup[29]) et quatre communes du canton de Viels-Maisons (La Celle[30], Fontenelle-en-Brie[31], Marchais[32], Rozoy-Gatebled[33]) sont rattachées au canton. La commune de Viffort[34] du canton de Chézy-sur-Marne intègrent également le canton. À la suite de cette recomposition, la composition communale du canton est de 27 communes.

De 1833 à 1848, les cantons de Charly et de Condé avaient le même conseiller général. Le nombre de conseillers généraux était limité à 30 par département.

En 1860, Rozoy-Gatebled change de nom pour devenir Rozoy-Bellevalle[33]. En 1878, Pargny devient Pargny-la-Dhuys[19]. En 1890, Marchais prend le nom de Marchais-en-Brie[32]. En 1891, Barzy est renommée de Barzy-sur-Marne[24]. En 1922, la commune de Baulne change de nom pour devenir Baulne-en-Brie[10]. En 1923, La Celle devient La Celle-sous-Montmirail[30]. En 1966, Tréloup prend le nom de Trélou-sur-Marne[29].

Par décret du 10 septembre 1926, l'arrondissement de Château-Thierry est supprimé. Le canton de Condé-en-Brie est rattaché à l'arrondissement de Soissons[35].

La loi du rétablit l'arrondissement de Château-Thierry dans ses limites au moment de sa suppression en 1926. Le canton de Condé-en-Brie est détaché de l'arrondissement de Soissons pour rejoindre l'arrondissement de Château-Thierry[36].

Par arrêté préfectoral du [37], les communes de Mont-Saint-Père[38] du canton de Château-Thierry et Chartèves[5] fusionnent le , sous la forme d'une fusion-association, pour former la commune de Charmont-sur-Marne, où Chartèves devient une commune associée[6]. Avec cette fusion, la nouvelle commune se trouve dans le canton de Château-Thierry. Le canton de Condé-en-Brie perd une commune. Sa composition communale est alors de 26 communes et les limites du canton sont modifiés

L'arrêté préfectoral du [37] rétablit, le , la commune de Chartèves comme commune indépendante dans le canton[6]. Le nombre de communes du canton repasse à 27 communes. Le canton de Condé-en-Brie retrouve ses limites d'avant l'arrêté préfectoral du . Sa composition n'a pas évolué depuis cette date jusqu'en mars 2015.

Redécoupage de 2015[modifier | modifier le code]

Un nouveau découpage territorial de l'Aisne entre en vigueur en mars 2015, défini par le décret du 21 février 2014 [7], en application des lois du (loi organique 2013-402 et loi 2013-403)[39]. Les conseillers départementaux sont, à compter de ces élections, élus au scrutin majoritaire binominal mixte. Les électeurs de chaque canton élisent au Conseil départemental, nouvelle appellation du Conseil général, deux membres de sexe différent, qui se présentent en binôme de candidats. Les conseillers départementaux sont élus pour 6 ans au scrutin binominal majoritaire à deux tours, l'accès au second tour nécessitant 10 % des inscrits au 1er tour. En outre la totalité des conseillers départementaux est renouvelée. Ce nouveau mode de scrutin nécessite un redécoupage des cantons dont le nombre est divisé par deux avec arrondi à l'unité impaire supérieure[40]. Dans l'Aisne, le nombre de cantons passe ainsi de 42 à 21. Le canton de Condé-en-Brie ne fait pas partie des cantons conservés du département.

Le canton disparait lors des élections départementale de mars 2015. L'ensemble des communes est regroupée au nouveau canton de canton d'Essômes-sur-Marne.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des conseillers généraux successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1833 1845 Comte Xavier de Sade Majorité
ministérielle
Propriétaire à Condé-en-Brie, député (1827-1846)
1845 1848 Edmond de Tillancourt Centre gauche Avocat, maire de Montfaucon
Député (1848-1849, 1865-1870 et 1871-1880)
1848 1852 François Octave Raoul
Clerc de Ladevèze
Droite Propriétaire à Condé
Député (1849-1851)
1852 1859
(décès)
Maximilien Paulin Ferdinand
Aigoin de Falguerolle[41]
  Colonel d'état major
1859 1871 Adolphe Louis
de Bonnefoy des Aulnais[42]
  Conseiller à la Cour impériale de Paris
1871 1889 Ernest Auguste
Charlot Lecocq
Républicain Maire de Jaulgonne
1889 1901 Jules Henriet Républicain Maire de Chierry
1901 1940 Paul-Henry Lamarre Rad. Négociant en vins
Maire de Crézancy
Président du Conseil Général
1945 1947
(décès)
Paul-Henry Lamarre Rad. Négociant en vins
Maire de Crézancy
1947 1976 Pierre Lamarre Rad. puis MRG Maire de Condé-en-Brie
1976 1982 Daniel Fontaine PCF Maire de Crézancy
1982 2001 Jacques Larangot UDF Maire de Baulne-en-Brie puis de Condé-en-Brie
Conseiller régional
Président de la Communauté de Communes du Canton de Condé-en-Brie
2001 2003
(démission)
Jacqueline Dupic UDF puis UMP Comptable, maire de Courboin (1989-2003)
2003 2015 Éric Mangin[43] UMP Viticulteur, maire de Crézancy
Président de la Communauté de Communes du Canton de Condé-en-Brie

Composition[modifier | modifier le code]

Le canton de Condé-en-Brie groupe 27 communes et compte 8 796 habitants en 2012[Note 1].

Liste des communes du canton
Code
Insee
Nom Superficie
(km2)
Population
(hab.)
Densité
(hab./km2)
02229 Condé-en-Brie
(Chef-lieu)
4,56 658 144,3
02026 Artonges 13,12 194 14,79
02051 Barzy-sur-Marne 7,55 385 50,99
02053 Baulne-en-Brie 18,89 262 13,87
02146 Celles-lès-Condé 3,91 80 20,46
02147 La Celle-sous-Montmirail 5,67 115 20,28
02161 La Chapelle-Monthodon 14,28 189 13,24
02166 Chartèves 8,76 359 40,98
02213 Connigis 5,46 316 57,88
02223 Courboin 14,07 301 21,39
02228 Courtemont-Varennes 5,98 286 47,83
02239 Crézancy 7,06 1 139 161,33
02325 Fontenelle-en-Brie 8,47 227 26,8
02389 Jaulgonne 1,78 644 361,8
02458 Marchais-en-Brie 12,78 278 21,75
02484 Mézy-Moulins 4,48 525 117,19
02510 Monthurel 3,86 148 38,34
02515 Montigny-lès-Condé 4,77 75 15,72
02518 Montlevon 22,65 271 11,96
02590 Pargny-la-Dhuys 12,66 179 14,14
02595 Passy-sur-Marne 3,71 154 41,51
02645 Reuilly-Sauvigny 6,54 223 34,1
02664 Rozoy-Bellevalle 6,79 109 16,05
02669 Saint-Agnan 8,07 106 13,14
02677 Saint-Eugène 6,75 251 37,19
02748 Trélou-sur-Marne 20,35 969 47,62
02800 Viffort 9,83 331 33,67

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population  [ modifier ]
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012
7 3227 0406 7727 0127 4587 9198 4188 7978 796
(Sources : Base Insee, population sans doubles comptes à partir de 1962[44] puis population municipale à partir de 2006[45].)
Histogramme de l'évolution démographique

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Marie Prudhomme, Dictionnaire géographique et méthodique de la République française en 120 départements, volume 1, Paris, Louis Marie Prudhomme, , 673 p. (lire en ligne)
  • Bernard Gaudillère, Atlas historique des circonscriptions électorales françaises, Genève, Librairie Droz SA, , 839 p. (ISBN 2600000658, lire en ligne)
  • Claude Motte, Isabelle Séguy, Christine Théré, Communes d'hier, communes d'aujourd'hui : les communes de la France, Paris, Ined, , 407 p. (ISBN 9 782733 210284).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au , millésimée 2012, définie dans les limites territoriales en vigueur au , date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Marie Prudhomme (1798), p. 76
  2. a et b René Hennequin, La Formation du département de l'Aisne en 1790, Soissons, Imprimerie de G. Nougarède, (lire en ligne), p. 266.
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Condé-en-Brie », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 16 décembre 2016).
  4. a et b Bernard Gaudillère (1995), p. 788.
  5. a b c et d Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Chartèves », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 17 décembre 2016).
  6. a b c et d « Code officiel géographique de la commune de Charmont-sur-Marne » (consulté le 17 décembre 2016).
  7. a et b « Décret n° 2014-202 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de l'Aisne », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 22 avril 2014)
  8. Louis Marie Prudhomme, Dictionnaire géographique et méthodique de la République française en 120 départements, volume 1, Paris, Louis Marie Prudhomme, , 673 p. (lire en ligne)
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Artonges », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 17 décembre 2016).
  10. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Baulne-en-Brie », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 17 décembre 2016).
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Celles-lès-Condé », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 17 décembre 2016).
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale La Chapelle-Monthodon », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 17 décembre 2016).
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Connigis », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 17 décembre 2016).
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Courboin », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 17 décembre 2016).
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Crézancy », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 17 décembre 2016).
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Monthurel », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 17 décembre 2016).
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Montigny-lès-Condé », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 17 décembre 2016).
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Montlevon », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 17 décembre 2016).
  19. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Pargny-la-Dhuys », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 17 décembre 2016).
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Reuilly-Sauvigny », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 17 décembre 2016).
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Saint-Agnan », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 17 décembre 2016).
  22. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Saint-Eugène », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 17 décembre 2016).
  23. Constitution de la République française du 5 Fructidor an III, p. 9.
  24. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Barzy-sur-Marne », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 17 décembre 2016).
  25. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Courtemont-Varennes », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 17 décembre 2016).
  26. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Jaulgonne », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 17 décembre 2016).
  27. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Mézy-Moulins », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 17 décembre 2016).
  28. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Passy-sur-Marne », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 17 décembre 2016).
  29. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Trélou-sur-Marne », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 17 décembre 2016).
  30. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale La Celle-sous-Montmirail », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 17 décembre 2016).
  31. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Fontenelle-en-Brie », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 17 décembre 2016).
  32. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Marchais-en-Brie », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 17 décembre 2016).
  33. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Rozoy-Bellevalle », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 17 décembre 2016).
  34. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Viffort », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 17 décembre 2016).
  35. « Décret du 10 septembre 1926 relatif à l'organisation de l'administration préfectorale, publié au JORF du 14 septembre 1926 », sur https://gallica.bnf.fr/, Journal officiel de la République française, (consulté le 16 décembre 2016), p. 10186 à 10202.
  36. « Loi n°584 du relative au rétablissement d'un certain nombre de sous-préfecture, publié au JORF du 10 juin 1942 », sur https://gallica.bnf.fr/, Journal officiel de la République française, (consulté le 16 décembre 2016), p. 2018.
  37. a et b Archives départementales de l'Aisne, « Liste de communes n'existant plus ou ayant changé de nom » [PDF] (consulté le 16 décembre 2016).
  38. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Mont-Saint-Père », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 16 décembre 2016).
  39. « LOI no  2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral », JORF no 0114 du 18 mai 2013 p. 8242, (consulté le 22 avril 2014)
  40. Le nombre total de cantons d'un départements doit obligatoirement être impair.
  41. http://gw.geneanet.org/pyl?lang=fr&p=maximilien+paulin+ferdinand&n=aigoin+de+falguerolle
  42. http://gw.geneanet.org/md4?lang=fr;pz=martine+antoinette+marie;nz=bocquillon;ocz=0;p=adolphe+louis;n=de+bonnefoy+des+aulnais;oc=40
  43. http://www.genealogie-aisne.com/old_genealogie/newpersos/fiche_soldat.php?id=960
  44. Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2013 - Recensements harmonisés - Séries départementales et communales
  45. Fiches Insee - Populations légales du canton pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011 et 2012.