Chappes (Aube)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chappes
Chappes (Aube)
Vue aérienne du village.
Blason de Chappes
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Arrondissement Troyes
Intercommunalité Communauté de communes du Barséquanais en Champagne
Maire
Mandat
Claudie Odille s
2020-2026
Code postal 10260
Code commune 10083
Démographie
Gentilé Chappois
Population
municipale
331 hab. (2018 en augmentation de 14,93 % par rapport à 2013)
Densité 34 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 10′ 01″ nord, 4° 14′ 49″ est
Altitude Min. 128 m
Max. 182 m
Superficie 9,75 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Troyes
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bar-sur-Seine
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Chappes
Géolocalisation sur la carte : Aube
Voir sur la carte topographique de l'Aube
City locator 14.svg
Chappes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chappes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chappes

Chappes est une commune française, située dans le département de l'Aube en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le village est situé à 21 km au sud-est de Troyes.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • La Grande Croix, Bressoré, le Defois, l'Écluse, Fontaine-Biche les Fours-à-Chaux, le Grand-Étang, la Grange-au-Bois, la Grange-l'Abbé, la Maladière, le Poncelot, la Rochelle, la Rôchetre, Saint-Aldan ou Alban, Saint-Loup, Saint-Thomas, Nazareth, la Tannerie, la Sècheville, la Fontaine Tuet, la Vieille-Église[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

  • La commune est traversée par la Seine.
  • Ruisseau du Pré-Saint-Loup.

Toponymie[modifier | modifier le code]

En 753, villa que dicitur Cappas[2], on trouve ensuite les formes Cappes, Chappes.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Chappes est une commune rurale[Note 1],[3]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Troyes, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 209 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (50,5 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (49,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (50,5 %), terres arables (39,4 %), prairies (6,8 %), zones urbanisées (3,3 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

Ancien château de Chappes, aujourd'hui détruit.
Le château déjà en ruine.

La seigneurie de Chappes est mentionnée dès le VIIIe siècle. Ce village est scindé en deux par la Seine, le château sur la rive droite relevant de l'Isle et le village sur la rive gauche qui relève de l'abbaye de Montiéramey, les deux réunis formant une châtellenie.

Le château est cité dès 1108, Ponce de castello capis, puis dans une charte de 1170-1176, et une nouvelle fois en 1316 lorsque le duc de Bourgogne y reçut l'hommage de Marguerite d'Arcis[10]. En 1346, Dreux II de Mello faisait creuser, ou recreuser, les fossés protégeant le château[11]. Pendant la guerre de Cent Ans, les sires de Chappes étaient du côté de leur seigneur, le duc de Bourgogne, notamment Jacques d'Aumont, chambellan du duc. Jacques d'Aumont fut assiégé dans son château par Arnault-Guilhem de Barbazan qui le prit en décembre 1430[12]. Il fut rasé malgré les réticences de Jean de Chaumont qui y commandait. Il fut reconstruit par les seigneurs du lieu avant 1590 car c'est la date à laquelle les Troyens envoyèrent le capitaine Tenon, ligueur, pour brûler le château[13]. Il fut relevé au XVIe siècle par les sires d'Aumont[14]. Le village faisait partie de la pairie d'Aumont en 1665. En ce château se trouvait un prieuré avec une chapelle Notre-Dame. Ce prieuré dépendait de l'abbaye de Montiéramey, fondé par les seigneurs, cité en 1117 ; les moines eurent l'autorisation en février 1225, de Clarembaud V de percer une porte en la muraille, de bâtir un pont pour accéder à leur grange et pourpris. Il devient dédicacée à saint Michel avant 1521 et des prieurs sont connus jusqu'en 1789.

Il y avait une verrerie à Chappes, dans les jardins du château, construite par Jean Orry, seigneur de la Chapelle-Godeffroy qui fit sa fortune en Espagne. Elle fut abandonnée en 1681.

En 1789, Chappes relevait de l'intendance et de la généralité de Châlons, de l'élection de Troyes et était le chef-lieu d'une châtellenie de ce bailliage.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Chappes fut, à partir de 1790 et jusqu'en l'An IX, chef-lieu d'un canton du district de Bar-sur-Seine.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1995 ? Huguette Cassis DVD  
mars 2001 décembre 2010 Michel Giroud[15]    
décembre 2010 mai 2020 Jean-Pierre Serra[16] DVD Retraité
mai 2020 En cours Claudie Odille [17]    

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[19].

En 2018, la commune comptait 331 habitants[Note 3], en augmentation de 14,93 % par rapport à 2013 (Aube : +1,12 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
350404502374443437447423379
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
369361354296281259270274262
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
239250234222229233222212217
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
241249285277280258291292317
2018 - - - - - - - -
331--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sports[modifier | modifier le code]

  • Club de canoë-kayak.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Sceau de Clarambeaud IV.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Chappes (Aube) Blason
D’azur au chevron cousu de gueules accompagné de trois merlettes d’or, soutenu d’une barque du même avec ses deux rames d’or voguant de front sur des ondes d’argent mouvant de la pointe.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Cadastre de 1835.
  2. Charles Lalore, Collection des principaux cartulaires du diocèse de Troyes, vol. 6, E. Thorin (Paris), (lire en ligne), « 1-1er mars 753 », p. 2.
  3. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  4. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 24 mars 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 18 mai 2021)
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 18 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. Petit, Hist. ducs Bourg., VII, 80.
  11. Lalore, Cartulaires, VII, 393.
  12. Dezobry et Bachelet, Dictionnaire de biographie, t.1, Ch.Delagrave, 1876, p. 530
  13. Le dit Tenon périt peu après lors d'une attaque du sieur de Saint-Étienne.
  14. Albert Babeau, Un château et une ferme sous Louis XIV, Bar-sur-Seine, 1882.
  15. Conseil général de l'Aube mise à jour au 10 avril 2008
  16. [1]
  17. https://reader.cafeyn.co/fr/1927222/21599644
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  22. « l'église Saint-Loup », notice no PA00078075, base Mérimée, ministère français de la Culture
  23. « Le mobilier et les verrières de l'église », base Palissy, ministère français de la Culture
  24. « l'usine de pâte à papier Boulard, actuellement centrale hydroélectrique », notice no IA10000007, base Mérimée, ministère français de la Culture