Fouchères (Aube)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Fouchères
Fouchères (Aube)
L'église de la Nativité-de-la-Vierge.
Blason de Fouchères
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Arrondissement Troyes
Intercommunalité Communauté de communes du Barséquanais en Champagne
Maire
Mandat
Daniel Poiteaux
2020-2026
Code postal 10260
Code commune 10158
Démographie
Population
municipale
531 hab. (2017 en diminution de 2,03 % par rapport à 2012)
Densité 62 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 08′ 59″ nord, 4° 15′ 56″ est
Altitude Min. 130 m
Max. 192 m
Superficie 8,58 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Troyes
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bar-sur-Seine
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Fouchères
Géolocalisation sur la carte : Aube
Voir sur la carte topographique de l'Aube
City locator 14.svg
Fouchères
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fouchères
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fouchères

Fouchères, (anciennement Aqueranna, Agueranda, Aerondes[1], Hérande, Fulcheriae, Fulcherie[2], Foucherie[3], Fulgerii, Fulcheriensis, Fulcheriarum, Fouchieres, Foucherre[4]) est une commune française, située dans le département de l'Aube en région Grand Est. Elle est traversée par la Seine.


Toponymie[modifier | modifier le code]

"Hérandes à Fouchères (Aube), une graphie dégénérée Aqueranna, suivie d'une autre, Agueranda 1, dans laquelle q s'est sonorisé en g. Cet élément guttural devait ensuite se résoudre en w, puis en v (cf. Guiardus, Wiardus, Viardus dans les originaux). L'évolution se poursuivant, le v intervocalique s'effaçait à son tour en donnant lieu à une forme transitoire Aerendes, dans laquelle l'e contrefinal devait bientôt perdre son timbre (cf. le français moderne gaiement, prononcé gaîment), d'où la forme définitive Arandes. L's final est à maintenir, car il appartient à une forme locative, le de Avherendis de 1185."[5]

Géographie[modifier | modifier le code]

Fouchères est située en Champagne humide. La Champagne humide est une macro-région naturelle de Champagne-Ardenne. Elle s’étend en arc de cercle de l'Argonne au nord au Pays d'Othe au sud, entre la Champagne crayeuse à l'ouest et la Côte de Champagne (Barrois lorrain, Vallage et Barrois champenois) à l'est.

Cette vaste dépression recouverte d’alluvions et parsemée de très nombreux plans d'eau comprend le Chaourçais, le Briennois, le Pays du Der et le Perthois.

Les lacs et étangs de la Champagne humide sont classés par la convention de Ramsar depuis le 8 avril 1991. La superficie désignée de 255 800 ha en fait le plus grand site français métropolitain de zones humides classées Ramsar : Parc naturel régional de la forêt d'Orient, Lacs Amance et du Temple, Lac du Der-Chantecoq...

Outre son patrimoine naturel, cette région est connue pour son architecture traditionnelle à pans de bois.

Fouchères fut longtemps à la frontière entre les provinces de Champagne et de Bourgogne[6].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Fouchères est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 1],[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Troyes, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 209 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[9],[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Fouchères se situe au niveau de la frontière territoriale entre les peuples celtes Lingons et Tricasses[11]. Son ancien nom, Hérande[12] (Aguerande), atteste qu'il s'agissait d'un lieu frontière selon la langue celte. Le premier site avait été une paroisse jusqu'au XIIe siècle, peut-être la plus ancienne de la région[11]. Une église aurait été construite sur le cite de cet ancien lieu de peuplement, l'Ecclesia d'equaranda ou Ecclesia de Aquerannis[13](Aqueranna, Agueranda)[14].

Moyen-Âge[modifier | modifier le code]

L'église de Fouchères fut donnée vers 1097, à l'abbaye de Molesme, qui y établit un prieuré . En effet, Hugues de Vendeuvre en fit la cession ainsi que des biens qui y étaient attachés. Cette donation fut confirmée par Philippe, évêque de Troyes dans une charte de 1110.

Selon la tradition, Saint Bernard de Clairvaux passa par Fouchères pour aller à Troyes. Il est dit que l'abbé vouait une dévotion toute particulière à la sainte Vierge, et c'est probablement parce qu'elle était singulièrement vénérée comme patronne du village qu'il s'était détourné de sa route. Durant ce détour le saint fît un miracle dans le village en rendant ses sens à un enfant sourd et muet de naissance[15]. Ce sujet fut choisi comme fond de vitrail par Elion d'Amoncourt pour l'église.

Blanche, comtesse de Champagne figure parmi les bienfaiteurs du prieuré. En 1220, elle lui donne le droit de prendre du bois mort et vif dans les forêts de l'abbaye, à Rumilly-les-Vaudes.

Il est fait également mention dans les archives de l'abbaye de Molesme de l'existence d'un moulin à proximité du pont de Fouchères, le village étant déjà à cette époque séparé par la Seine[16].

Enfin, il est fait mention d'un sanctuaire ou d'une petite chapelle qui portait le nom de Belleville, Bella Villa, et qui était situé près du village[2]. Son existence est signalée dans une charte de 1110 parmi les églises du diocèse que Philippe, évêque de Troyes, signale nominativement comme appartenant à l'abbaye de Molesme, et dont il lui confirme la possession. Cette possession sera ultérieurement confirmée par Hatton, successeur de Philippe à l'évêché de Troyes, en 1128[16]. Il n'en reste rien aujourd'hui.

Il est fait mention du lieu dit de Plaisance, de la commune de Fouchères et de la dépendance des Templiers au XIIIe siècle[2].

En 1250, elle fit un acte de pariage avec Thibaut IV, comte de Champagne.

Selon le folklore local, le Salve est sonné à Fouchères du 1er novembre au 1er avril[17].

Blason de la famille Molé

Au XVe siècle, la seigneurie dépendrait de la famille Molé[18].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

XVIe siècle[modifier | modifier le code]

Blason de la famille d'Origny

La famille d'Origny tiendrait la seigneurie de Fouchères[19],[20]. Jean[21] puis son fils Nicolas d'Origny seraient le seigneur du village[22],[23].

Elion d'Amoncourt[modifier | modifier le code]

Enfeu et dalle funéraire d'Elion d'Amoncourt, vue générale[24]

Elion D'Amoncourt, abbé de Saint-Martin-ès-Aires à Troyes à partir du 25 mai 1572 fut également prieur de Fouchères[25]. Il choisit d'y établir sa sépulture bien qu'il résidât à Troyes. Son tombeau est une œuvre d'art, dont on lit la description dans le Voyage archéologique d'Arnaud:

Dans l'église Notre-Dame de Fouchères, à gauche du chœur, est "une large fenêtre ogivale divisée par un léger pilastre dorique qui soutient deux pleins-cintres, surmontés d'un cercle remplissant la partie supérieure de l'ogive. Un joli vitrail [...] décore cette fenêtre. On y a représenté la mort de la Vierge que l'on voit plus haut dans le cercle s'élancer vers le ciel, soutenue par des anges. La figure du donataire est peinte du côté gauche tournée vers l'Orient, suivant l'usage. Il est à genoux, les mains jointes devant un prie-Dieu, recouvert d'un tapis ornée de son blason. Une chape très riche lui sert d'ornement, et il a la crosse d'or appuyée à l'épaule. Derrière lui est un religieus, saint Benoit, vêtu d'une robe noire et tenant une crosse de chaque main. Quel peut être le premier personnage? Le vitrail lui-même, que l'on fait parler dans une inscription mise au bas, va nous l'apprendre. "Révérend Père en Dieu, frère Elion d'Amocourt, abbé des abbays de Saint-Martin de Troyes et de Boulecourt, prieur de ce lieu de Fouchères m'a fait ici poser et mettre 1575, priez Dieu pour les trespassez."[26]

Riche bénéficiaire, Elion employa ses revenus à bâtir, et passa sa vie à élever de somptueuses maisons et de magnifiques tombeaux. A Troyes, par ses soins, fut construit le corps du logis abbatial de Saint-Martin-ès-Aires, et c'est dans une des pièces principales de ce bâtiment qu'était une riche cheminée décorée de son écusson peint et chargé de dorures aujourd'hui disparue. A Boulancourt, il s'était fait élever dans l'église du couvent un superbe tombeau qui ne devait pas recevoir sa centre. A Fouchères il avait ajouté deux grandes salles à son prieuré, avec des cheminées sculptées. Enfin, il avait confiée au marbre, à la pierre, au verre fragile, le soin de conserver son blason, sa figure et son nom. Dans un âge avancé, il s'était retiré à Fouchères, qu'il préférait à ses deux riches abbayes; il y venait chercher le repos et la paix. Elion mourut en 1582 d'après le Cartulaire de Poulancourt; en 1587, d'après le Gallia Christiana,c'est cette dernière date qui est inscrite sur sa pierre sépulcrale[26].

XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

En 1679, le montant du rôle de la taille de la communauté est de 7 717 livres pour 71 contribuables. Sont exempts, Jean-Baptiste d'Aubeterre, écuyer est de seigneur du village et de Vaux. Charles d'Aubetere, écuyer et le curé[27].

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

En 1740, le seigneur du village est Jean Paillot III (?-20mai 1741) "Ecuyer, Seigneur de Boiscarré, de Fouchères, de Fralignes, de Courtenot [...]. Conseiller-procureur du Roy en l'Election & ancien Maire de Troyes, & subdélégué de l'Intendance de Champagne, au Département de cette Ville, & de Dame Anne BERTRAND sa femme"[28].

Il semble que le village soit détenu en coseigneurie car il est fait également mention parmis les exempts de taxe de Messire Jacques d'Aubeterre, chevalier, seigneur de Fouchères. Est fait également mention du curé et de demoiselle Henriette Vosdé, veuve de M. Charles d'Aubeterre[27].

Pierre-Jean Paillot, écuyer, seigneur de Fouchères né le 31 janvier 1716 a épousé en 1748 demoiselle N. Berthelin, dame d'Allemans & de Saint-Thibaut[29].

En 1764, il est écrit que le village ne compte que 6 feux[30].

En 1769, les exempts sont M. de Saint-Aubin, prieur; M. Paillot; Madame la comtesse de Lanty et M. le marquis de Montmort.

En 1783, le montant du rôle est de 1 514 livres et 5 sols pour 106 contribuables.

En 1784, le village est décrit ainsi[31]:

"Fouchères, Fulcheriae. A cinq lieues sud-est de Troyes, sur la Seine; 75 foyers pour 230 communians; fête patronale; la Nativité de la Sainte-Vierge à la présentation de l'abbé de Molême; décimateur, le prieuré du lieu, les chanoines de Juilly-le-Châtel; & de trois ans en trois ans, M. le marquis d'Argenteuil pour un canton, au vingt-septième compte, & au vingt-e-unième pour le vin. Il y avait autrefois un monastère, dont il reste aujourd'hui un prieuré à la collation de l'abbé de Molême. L'évêque y a droit de visite & procuration. Hammeau & château de Vaux, qui a essuyé un incendie en janvier 1776. Bailliage ducal d'Aumont, grenier à sel, poste de Bar-sur-Seine, & autres juridictions de Troyes. Seigneur, M. de Montmaur."

En 1787, le village compte 102 feux pour 376 habitants. Une pétition est adressée au roi pour reconstruire le pont[27].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

À la Révolution, la seigneurie appartenait à François Rémond, marquis de Montmort. Une assemblée primaire de rédaction des cahiers de doléances eu lieu le à Fouchères sous la présidence du prévôt royal de Fouchères, Joseph-Nicolas Mullet[32]. Le village compte alors 115 feux.

En 1814, durant la bataille de Laubressel, le village est un avant-poste du Ve Corps de cavalerie d'Édouard Jean Baptiste Milhaud. Il marquait la ligne de front avec les Coalisés[33]. Par la suite le prince Maurice de Liechtenstein s'y replie[34].

Au XIXe, le château de Vaux (construit entre 1720 et 1740) fut acheté par Maupas, préfet de police.

Durant la Seconde Guerre mondiale, le village voit des affrontements entre les Alliés et les soldats allemands[35]:

"[Le] capitaine Victor Lejeune n'a pas de liaison avec les troupes US. Lejeune a son PC au château de Vaux construit au sud de Fouchères, commune traversée par la RN71. La mission est de garder les barrages dressés entre Fouchères et Virey-sous-Bar. Le 27, pendant que la cavalerie US franchissait la Seine sur sa gauche, Lejeune envoyait des patrouilles sur la rive nord…"


Héraldique[modifier | modifier le code]

Le blason de la ville est créé en 1999 avec l'aide de la commission héraldique de la société académique

Blason Fouchères.svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

de sinople au pont de trois arches d’or maçonné de sable, mouvant des flancs, posé sur des ondes d’argent mouvant de la pointe, surmonté d’un écusson cousu de gueules au sautoir d’or.

On reconnait en inclusion supérieur une référence à la famille de Molé, seigneurs de Fouchères au XVIe siècle[18]. La partie inférieure fait référence au pont disparu pour son architecture. Elle évoque également la séparation du village en deux sections traversées par la Seine

Vestiges préhistoriques et antiques[modifier | modifier le code]

  • Occupation durant le paléolithique[36].
  • Voie romaine reliant Langres à Troyes.
  • Substructions antiques au lieu-dit la Varie[37], poteries antiques. Cyrille Viegeot indique à ce sujet que "...dans le lit de la vieille Seine et sur l'ancienne voie Romaine. Ca et là, on a retrouvé des fondations, des caves, des puits et différents objets de l'époque Gallo-Romaine: des poteries, spécialement deux petits chevaux de bronze qui sont déposés au Musée de Troyes.[...] Des armes de pierre, particulièrement des haches à éclat ont été trouvées dans Fouchères[38]."[39]
  • Fontaine aux (des) dames, nommé ainsi parce que selon une légende locale, de nobles dames s'y seraient englouties avec leur chars (carosses), pendant une nuit sombre, en quittant l'antique voie romaine.

Architecture civile[modifier | modifier le code]

Ancien pont classé aux MH. Détruit
  • Château de Vaux XVIIIe : château, escalier et rampe en fer forgé, grilles d'entrée (M ); communs, pigeonnier et allée d'accès (IMH) (centre d'adolescentes inadaptées dans les communs). Remplaçant une ancienne maison seigneuriale brûlée au début du XVIIIe siècle.
  • Ancien pont du XIIIe siècle (détruit). 1516 : la ville de Troyes fait réparer le pont. Elle fait par corvées « détraper la rivière pour asseoir les piles du vannage »[40]. Par sentence du bailliage de Troyes rendue le 3 février 1517, le prieur de Fouchères est seulement tenu de l'entretien et de la réparation des vannes et vannage de Fouchères et les Maires et Echevins de Troyes des réparations des piliers faits en la rivière de la Seine pour la navigation[41]. 1561 réparation du pont par le prieur et la ville de Troyes. Dans ce pont se trouvaient les armes du prieur Elion d'Amoncourt[2]. Entre les années 1186 et 1209, il est fait mention d'un moulin situé sur la Seine et nommé moulin du Pont de fouchères, appartenant au prieuré de cette paroisse, dépendant de l'abbaye de Molesme. En 1517 il est fait mention de trois moulins à Fouchères: un moulin à blé, un moulin à papier et un autre à fouler le chanvre[42].
  • Ancien pont du XVIIIe siècle (détruit). "Bâti plusieurs centaines de mètres en amont de l'ancien pont qui a été détruit en 1694, et dont il subsiste à peine quelques traces visibles pendant les basses eaux, [le pont de Fouchères sur la Seine] a eu pour architecte l'ingénieur de La Force. Le devis daté de 1733, le plan et l'élévation produits à l'appui existent encore aux archives de l'ingénieur en chef des ponts et chaussées de l'Aube. En juin 1738, on commençait à y travailler, nous dit une lettre du subdélégué de Troyes à l'intendant de Champagne ; le procès-verbal de réception est daté du 20 avril 1740; les arches de bois qui se trouvent aux extrémités étaient construites en 1758." En 1854, ce pont semble alors constitué de 11 arches. Comme indiqué ci-dessus, 2 ont été coupées et remplacées par des arches en bois.[43]
  • Pont sur la Seine actuel.
  • Vestiges du canal de la Haute-Seine. Cette portion du canal n'a jamais été mise en service et se voit donc affublée du nom de "canal sans eau". Pourtant, à Fouchères comme ailleurs une écluse fut construite. Toujours conservée, elle est devenue une habitation.
  • Ancienne gare ferroviaire.
  • Ancien moulin (attesté en 1188) reconvertit en centrale hydroélectrique en 1925 par l'ingénieur Assan Dini pour le financement de l'astronomie française.
  • Relais de poste construit au XVIe siècle, ancien hôtel de l'Ecu de France. Il devient au XVIIIe siècle l’hôtellerie du Cheval Noir et en 1828 "La Boule d'Or".

Architecture sacrée[modifier | modifier le code]

  • Église XIIe (MH). Nef du XIIe siècle , choeur du XIIIe siècle. Ancienne chapelle du prieuré des bénédictins. Elle présente un plan en forme de croix latine. Portail à chapiteaux historiés, dont un représentant un miracle de saint Bernard, mausolée très restauré XIXe d'Hélion d'Amoncourt prieur de Fouchères XVIe, ex-voto présumé de croisé XVe/XVIe, croix de procession en argent XVIe, statues XVIe, vitrail XVIe, enfeu de René d'Amoncourt, curé de Dinteville 1605. L’église de la Nativité-de-la-Sainte-Vierge de Fouchères possède une nef romane et un chœur ainsi qu’un transept datant du début du 13e siècle comme en attestent les chapiteaux à crochets du chœur. On peut encore voir dans cette partie des traces de peinture ocre rouge sur les nervures des voûtes.La nef comporte trois travées plafonnées accostées d’un bas-côté, au nord. Le transept double est suivie par un chœur à chevet plat doté d'un triplet et d'une rosace. Un petit clocher s’élève au-dessus de la nef, au niveau de la troisième travée.Des verrières, notamment celles de saint Henri, sainte Marguerite et du Christ avec les apôtres, ont été réalisées à la fin du XIXe siècle par le verrier Tamoni. Les personnages du triplet du chevet sont dus à Gruber et datent de 1940. La seule verrière ancienne de l’église, datée de 1575, se trouve dans la première travée nord du transept : il s’agit de deux lancettes en plein cintre coiffées d’un tympan à oculus et deux écoinçons. Les lancettes ont pour thème la Mort de la Vierge en présence des apôtres et du donateur, Elion d'Amoncourt, abbé des abbayes de Saint-Martin de Troyes et de Boulancourt, prieur de Fouchères. Il est ici présenté par saint Benoît (ou saint Robert de Molesmes ?) devant un fond architectural de style Renaissance. C’est ce personnage qui a sans doute également initié certaines transformations du bâtiment, notamment l’agrandissement des baies. La verrière a été restaurée à trois reprises : en 1861, en 1907 par Bonnot, enfin en 1980 par Vinum. Une inscription mentionnant la donation et la date apparaît au bas du vitrail. L’oculus montre l’Assomption de la Vierge dans une nuée d’angelots. L’édifice a été classé monument historique en 1840 et les vitraux ont été classés au titre objet le 27 décembre 1913[44].
  • Ancien prieuré fondé par Robert de Molesme vers 1084, détruit pendant la guerre de cent ans. Il fût reconstruit au XVIe siècle par Hélion d'Amoncourt. Il rest aujourd'hui, tour, cellier, grande salle, cheminée avec écusson ; colombier.
    Prieuré au XIXe siècle
  • Croix de cimetière en fer (IMH).
  • Croix de carrefour portant une vierge champenoise XIVe (MH), restaurée XIXe, au bout du pont. Cette croix fut élevée aux frais des habitants comme démonstration de leur dévotion[45].
  • Monument au mort pour la France.
    Statue de la Vierge



Sites[modifier | modifier le code]

Vallée de la Seine.

Le géologue Alexandre Leymerie[46] décrit en 1846 le site de Fouchères dans son ouvrage[47]:

"Sol [du] néocomien sous lequel on voit poindre en quelques endroits bas, le calcaire [du] jurassique. Le terrain de gravier et de détritus occupe le fond de la vallée et s'élève même, à droite et à gauche, sur les côtes jusqu'à une certain hauteur. Le terrain néocomien qui constitue essentiellement les collines, est couronné par des sables blancs et jaunes très difficiles à classer. Puits ayant de 7 à 10 m de profondeur. Ils traversent la grève pour atteindre tantôt un calcaire gris, tantôt une couche assez épaisse d'argile jaune et bleue, état de choses assez anormal. Le niveau de ces puits paraît suivre les variations de celui de la rivière; il est très bas dans la saison sèche. Quelques petites sources. La commune possède un grand nombre de carrière ouvertes dans le calcaire néocomien, qui présente là un grain assez fin et qui prend même quelquefois les structures sub-lamellaire et sub-saccharoïdes. Ce calcaire, qui résiste parfaitement à la gelée, est employé dans les environs, sous le nom de pierre ou roche de Fouchères, pour la construction des habitations, au moins pour les assises à fleur de terre; mais ce n'est pas là son principal usage; il est utilisé surtout comme pierre à chaux. Jusqu'à ces derniers temps, cette fabrication de la chaux se faisait exclusivement à Fouchères même, au moyen de petits fours construits près des carrières. Ces carrières sont situées au S.-S.-O. du village sur la colline, tout le long et au-dessous de la lisière du bois.

Deux tuileries exploitant toutes les deux les argiles bigarrées, l'une ferrière le château de Vaux, et l'autre sur le penchant de la colline qui domine le village au sud. Le terrier de celle-ci présente une argile jaunâtre superposée à une autre couche argileuse d'un bleu clair mêlé de rouge, dont elle est séparée par un lit mince de grès dur feuilleté qui contient quelquefois des fossiles. Cette argile est plus difficile à travailler que le gault. Dans la vallée, plusieurs gravières qui ont été presque abandonnées depuis qu'on n'emploie plus, pour l'entretien de la route royale, que le calcaire jurassique de Virey-sous-Bar.

Les constructions se font en pierre du pays et en terre de route mêlée d'un peu de chaux. On entretient les chemins avec des pierrailles et de la grève, et la route avec du calcaire jurassique. Le long de la rivière existe une bonne lande, peu grèveuse en général. Le flanc des collines présente des terres fortes souvent mêlées de grève. Le sol des plateaux est sableux et presque stérile[47].

[Le calcaire de Fouchères est renommé☃☃. Il] présente à peu près l'allure de celui des environs de Vendeuvre, excepté cependant qu'on y observe des couches assez réglées et continues même dans la partie supérieure. Une particularité de cette roche consiste en ceci, qu'elle passe par places à un calcaire saccharoïde contenant lui-même des géodes de spath calcaire cristallisé, circonstance qui paraît tenir à la présence des polypiers qu'on y rencontre assez souvent. On y trouve la plupart des fossiles propres à cet étage. Une des espèces dominantes est un spondyle que l'on ne rencontre guère que dans cette partie du département. Il s'y présente aussi des baguettes d'oursins et des portions du cidarites marginatus Goldfuss☃☃."


Ressources et productions[modifier | modifier le code]

  • Polyculture, agriculteurs, maraîchers,
  • Brasserie La Roof,
  • Anciennement la porcelaine de Fouchères[48],
  • Une société de déménagement,
  • Quatre gites ruraux,
  • Une station service,
  • Un garage,
  • Un salon de coiffure,
  • Une société d'installation d'équipements thermique et climatisation,
  • Un bar-tabac,
  • Un paysagiste.

Équipements[modifier | modifier le code]

  • Une mairie, aménagée en 1991-1992 dans l'ancien presbytère. Ce dernier fût construit par l'abbé Nérot (1710-1741) et réaménagé en 1845.
  • Deux lieux de dépôt du verre et du papier
  • Stade de football,
  • Point lecture,
  • Salle polyvalente,
  • Cimetière,
  • École primaire Lucien-Villemin, partie intégrante du regroupement pédagogique des communes de Fouchères, Chappes et Villemoyenne, Réaménagée en 1920 et 1992, elle repose sur la maison Meunier-Morée achetée à cet effet en 1836.
  • Une cantine scolaire,
  • Une garderie,
  • Une section de sapeurs-pompiers.


Transports[modifier | modifier le code]

BAS 21; Direction Troyes; FOUCHERES - MAIRIE/EGLISE LMMJVS 6:35 / LMMJV 19:12 / S 18:42[49]

BAS 25 (période scolaire et non scolaire); Direction Troyes; FOUCHERES - MAIRIE/EGLISE LMMJVS 7:15, 9:35 et 16:50

Direction Bar sur Seine; FOUCHERES - MAIRIE/EGLISE LMMJVS 9:00; 13:25 et 18:40

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1868 28-06-1882 Désiré Gauthier    
29-06-1882 03-05-1884 Jean Pitois    
04-05-1884 23-10-1886 Désiré Gauthier    
24-10-1886 09-12-1919 Henry de Baudreuil de Fontenay   châtelain de Vaux
membre de la société académique de l'Aube dans la section d'agriculture[50]
10-12-1919 11-12-1938 Charles De Fontenay    
12-12-1938 29-03-1946 Emile Herard    
30-03-1946 20-03-1959 Fernand Bavois    
21-03-1959 26-03-1977 Jacques Rouillot    
27-03-1977 23-03-1989 Roger Dubois    
24-03-1989 13-03-2008 Christian Herard   Agriculteur
14-03-2008 27-03-2014 Jean Pierre Thorey[51]   Retraité
28-03-2014 En cours Daniel Poiteaux
Réélu pour le mandat 2020-2026[52]
DVD Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Événements & Animations[modifier | modifier le code]

  • Feu d'artifice bisannuel à l'occasion de la fête nationale,
  • Opération "Berges Saines",
  • L'association Fouchères, Loisirs, Animation et Culture, communément appelé "la Flac" a pour objectif l'animation du village et programme des sorties culturelles à l'extérieur.
  • Atelier de peinture de Fouchères,
  • L'association Fouchères Patrimoine.
  • Le château de Vaux propose plusieurs événements sur l'année en plus de l'ouverture saisonnière aux visites. Ainsi le château accueille une "murder party géante" tous les vendredis soirs de juin, juillet et août. Également, le festival Chasse & Campagne se déroule début août de chaque année depuis 2017 avec feu d'artifice. Enfin, une "chasse aux œufs géantes" à l'occasion des fêtes pascales.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1787. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[53]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[54].

En 2017, la commune comptait 531 habitants[Note 3], en diminution de 2,03 % par rapport à 2012 (Aube : +1,44 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1787 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846
365482456535502539590612600
1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891
619578574539502502484432399
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946
404394403414358413414363358
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011
380350332313386414450469533
2016 2017 - - - - - - -
526531-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[55] puis Insee à partir de 2006[56].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La croix de carrefour représentant la Vierge.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Richard, « Territoires: 69. Le toponyme *Equoranda (Ingrandes) 2. Liste des occurrences (France) », sur Territoires, (consulté le 18 juin 2020)
  2. a b c et d Théophile Boutiot et Émile Socard, Dictionnaire topographique du département de l'Aube: comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Imprimerie nationale, (lire en ligne)
  3. « Mémoires de la Société Académique du département de l'Aube »,
  4. Elisabeth Huéber, « Appellations des Communesde l’Aube à travers les ans »
  5. Côte-d'Or Commission départementale des antiquités Auteur du texte et arts et belles-lettres (Dijon) Auteur du texte Académie des sciences, « Mémoires de la Commission des antiquités du département de la Côte-d'Or », sur gallica.bnf.fr, (consulté le 18 juin 2020)
  6. Théodore Turquet de Mayerne, Sommaire description de la France, Allemagne, Italie et Espagne, Claude le Villain, (lire en ligne)
  7. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 6 novembre 2020)
  8. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 6 novembre 2020)
  9. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 6 novembre 2020)
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 6 novembre 2020)
  11. a et b Paul Lebel, « Où en est le problème d'*Equoranda, *Equaranda? », Romania, vol. 63, no 250,‎ , p. 145–203 (DOI 10.3406/roma.1937.3834, lire en ligne, consulté le 18 juin 2020)
  12. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Librairie Droz, (ISBN 978-2-600-02883-7, lire en ligne)
  13. G. Drioux, « Equaranda », Revue des Études Anciennes, vol. 31, no 4,‎ , p. 358–358 (DOI 10.3406/rea.1929.2551, lire en ligne, consulté le 18 juin 2020)
  14. « Bulletin Trimestriel de l'Institut Archéologique du Luxembourg »,
  15. (la) Bernard de Clairvaux, Oeuvres complètes de Saint Bernard, Louis Vivès, (lire en ligne)
  16. a et b Émile Socard, Chartes inédites extraites des Cartulaires de Molème: intéressant un grand nombre de localités du département de l'Aube, imprimerie et lithographie Dufour-Bouquot, (lire en ligne)
  17. Société des amateurs de folklore et arts champenois. Société des amateurs de folklore champenois., Folklore de Champagne., Société des amateurs de folklore champenois, 1971-1996 (OCLC 4574454, lire en ligne)
  18. a et b Etienne Pattou, « Famille Molé », (consulté le 1er mars 2019)
  19. (en) Joseph J. Duggan, La Chanson de Roland, Brepols, (ISBN 978-2-503-52029-2, lire en ligne)
  20. (en) Keith Busby, Codex and Context: Reading Old French Verse Narrative in Manuscript, Rodopi, (ISBN 978-90-420-1399-5, lire en ligne)
  21. Anselme de Saint-Marie (originalmente Pierre de Guibours), Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France, des pairs, grands officiers de la couronne & de la maison du Roy, & des anciens barons du royaume ..., par la compagnie des libraires associez, (lire en ligne)
  22. Histoire Généalogique Et Chronologique De La Maison Royale De France, Des Pairs, Grands Officiers de la Couronne & de la Maison du Roy: & des anciens Barons du Royaume: Avec Les Qualitez, L'Origine, Le Progrès & les Armes de leurs Familles ..., Compagnie des Libraires, (lire en ligne)
  23. « Monuments, Eglises, châteaux... », sur Troyes d'hier à aujourd'hui (consulté le 18 juin 2020)
  24. « Enfeu et dalle funéraire d'Elion d'Amoncourt, vue générale », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le 18 juin 2020)
  25. Michel Belotte, La région de Bar-sur-Seine à la fin du Moyen Age: du début du XIIIe siècle au milieu du XVIe siècle : étude économique et sociale, Service de réproduction des thèses, Université de Lille III, (lire en ligne)
  26. a et b Société Académique d'Agriculture, des Sciences, Arts et Belles-Lettres du Département de l'Aube, Mémoires de la Société Académique d'Agriculture des Sciences, Arts et Belles-Lettres du Département de l'Aube, (lire en ligne)
  27. a b et c Archives départementales de l'Aube et Henry Arbois de Jubainville, Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790, Aube: Archives civiles, Séries C et D, J. Brunard, (lire en ligne)
  28. Louis P. d' Hozier, Armorial Général De La France, Collombat, (lire en ligne)
  29. Franc̜ois Alexandre Aubert de La Chesnaye-Desbois, Dictionnaire de la noblesse, contenant les généalogies, l'histoire & la chronologie des familles nobles de France, l'explication de leur armes, & l'état des grandes terres du royaume ...: On a joint à ce dictionnaire le tableau généalogique, historique, des maisons souveraines de l'Europe, & une notice des familles étrangères, les plus anciennes, les plus nobles & les plus illustres ..., La veuve Duchesne, (lire en ligne)
  30. Expilly (M l'abbé Jean-Joseph), Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, Chez Desaint & Saillant, (lire en ligne)
  31. Jean-Charles Courtalon-Delaistre, Topographie historique de la ville et diocèse de Troyes, Sobelet, (lire en ligne)
  32. Jules-Joseph Vernier, Départment de l'Aube: Cahiers de doléances du bailliage de Troyes (principal et secondaires) et du bailliage de Bar-sur-Seine pour les États généraux de 1789, Impr. P. Nouel, (lire en ligne)
  33. Victoires, conquêtes, désastres, revers et guerres civiles des Français depuis les temps les plus reculés jusques et compris la Bataille de Navarin, C.L.F. Panckoucke, (lire en ligne)
  34. M. H. Weil, La Campagne De 1814 D'apr?s Les Documents Des Archives Imp?riales Et Royales De La Guerre ? Vienne, Рипол Классик (ISBN 978-5-87855-257-8, lire en ligne)
  35. Roger Bruge, 1944, le temps des massacres : les crimes de la Gestapo et de la 51e brigade SS, (lire en ligne)
  36. Association française pour l'avancement des sciences, Compte rendu ..., (lire en ligne)
  37. Société académique d'agriculture, des sciences, arts et belles-lettres du département de l'Aube, Mémoires de la Société académique d'agriculture, des sciences, arts et belles-lettres du département de l'Aube, (lire en ligne)
  38. Théophile Boutiot, Histoire de la ville de Troyes et de la Champagne méridionale. (Table générale et alphabétique publiée par ... Henry Boutiot, dressée par A.-S. Det.) [With plates.]., 1870-80 (OCLC 557808992, lire en ligne)
  39. Viégeot, Cyrille., Huit cents ans d'histoire champenoise., [1959?] (OCLC 82324817, lire en ligne)
  40. Mémoires de la Société d'agriculture, des sciences, arts et belles-lettres du département de l'Aube, Sainton, fils, (lire en ligne)
  41. Mémoires de la Société d'agriculture, des sciences, arts et belles-lettres du département de l'Aube, Sainton, fils, (lire en ligne)
  42. Louis Le Clert, Le papier : recherches et notes pour servir à l'histoire du papier, principalement à Troyes et aux environs depuis le quatorzième siècle, Paris : À l'enseigne du Pégase, (lire en ligne)
  43. ARBOIS DE JUBAINVILLE, Marie Henri d'., L'Administration des intendants d'après les archives de l'Aube., (OCLC 752801021, lire en ligne)
  44. Office du Tourisme de l'Aube en Champagne, « Eglise Notre-Dame à Fouchères », sur Aube Champagne (consulté le 19 juin 2020)
  45. Anne-Francois Arnaud, Voyage archeologique et pittoresque dans le departement de l'Aube et dans l'ancien diocese de Troyes, L. C. Cardon, (lire en ligne)
  46. Leymerie sur data.bnf.fr.
  47. a et b Alexandre Leymerie, Statistique géologique et minéralogique du département de l'Aube: Exécutée & publiée sous les auspices de M. Legrand, sous-secrétaire d'État des travaux publics et du conseil général de l'Aube. Avec Atlas. Par M. A. Leymerie, Laloy, J. B. Baillière, (lire en ligne)
  48. Revue de Champagne et de Brie, (lire en ligne)
  49. Modèle {{Lien web}} : paramètre « titre » manquant. https://www.fluo.eu/ftp/document/bas21.pdf
  50. Société académique de l'Aube Auteur du texte, « Mémoires de la Société d'agriculture, sciences et arts du département de l'Aube », sur gallica.bnf.fr, (consulté le 18 juin 2020)
  51. Site officiel de la préfecture de l‘Aube
  52. https://reader.cafeyn.co/fr/1927222/21598906
  53. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  54. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  55. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  56. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  57. Notice no PA00078116, base Mérimée, ministère français de la Culture
  58. Camille Enlart, Manuel d'archéologie française depuis les temps mérovingiens jusqu'à la Renaissance, A. Picard, (lire en ligne)
  59. Aube, Annuaire administratif, statistique et commercial du Département de l'Aube: pour ... 1868, Laloy, (lire en ligne)
  60. Aube, Annuaire administratif, statistique et commercial du Département de l'Aube: pour ... 1868, Laloy, (lire en ligne)
  61. Jean Charles Chenu, Rapport au Conseil de la Société Française de Secours au blessés des Armées de terre et de mer sur le service médico-chirurgical des ambulances et des hopitaaux pendant la guerre de 1870-1871, Librairie Militaire de J. Dumaine, Éditeur, (lire en ligne)
  62. « Journal L'Est Éclair abonné », sur Journal L'Est Éclair abonné (consulté le 19 juin 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]