Bouclier antiémeute

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bouclier antiémeute
Image illustrative de l'article Bouclier antiémeute
Policier du Service fédéral de protection des États-Unis équipé d'un bouclier antiémeute.
Présentation
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Type Bouclier
Époque Années 1950 à aujourd'hui
Utilisateur(s) Police 
Armée
Concepteur Inconnu
Autre(s) nom(s) Bouclier anti-émeute
Poids et dimensions
Longueur(s) entre 90 et 120 cm
Caractéristiques techniques
Matériaux Polycarbonate 
Métal (poignées)

Un bouclier antiémeute, aussi orthographié bouclier anti-émeute, est un équipement léger de protection utilisé par les forces de l'ordre et par certaines forces armées. Habituellement, un bouclier antiémeute est assez grand pour protéger une personne de taille moyenne du sommet de la tête aux genoux, même si d'autres modèles plus petits existent. Il est généralement utilisé pour le maintien de l'ordre, pour protéger son utilisateur s'il est assailli par plusieurs agresseurs munis d'armes contondantes ou tranchantes, ainsi que contre des jets de projectiles. Il peut également servir d'arme de mêlée de courte portée pour repousser des émeutiers lors de manifestations. La plupart des boucliers antiémeute n'offrent pas de protection balistique : lors d'engagements présentant un risque de tirs d'armes à feu, on utilise des boucliers balistiques.

Les équipements de défense de ce type sont utilisés dans la plupart des pays disposant d'une police dotée d'une administration et d'une organisation, et sont produits par plusieurs sociétés. Ils sont souvent utilisés avec des matraques. La majeure partie de ces boucliers sont fabriqués en polycarbonate transparent afin de permettre à l'utilisateur de voir à travers en restant protégé. Même s'ils sont efficaces pour protéger leur utilisateur et pour empêcher les manifestants de pénétrer les lignes des forces de l'ordre, leur utilisation peut néanmoins encourager les jets de projectiles de la part des protestataires. Des émeutiers font aussi usage de boucliers improvisés faits de bois ou de ferraille.

Histoire[modifier | modifier le code]

Un policier en uniforme, casqué, tenant un bouclier sur son bras droit. Un camion et plusieurs policiers à l'arrière-plan.
Policier ouest-allemand muni d'une version primitive du bouclier antiémeute en 1971.

Les premiers boucliers sont utilisés pendant la préhistoire majoritairement pour la chasse. Ils sont utilisés pour se cacher et pour se défendre contre les proies recherchées. Lorsque l'humain commence à se sédentariser, avec l'apparition de l'élevage, les boucliers deviennent alors d'usage militaire[1],[2]. Avec l'avènement de nouvelles technologies comme la métallurgie, le bouclier se spécialise et devient dès lors disponible sous plusieurs formes, allant du cercle au losange, et sous différents matériaux, comme le bronze ou le bois[3]. Au XVIIe siècle, l'arrivée des armes à feu annonce le déclin du bouclier, puisqu'il est inefficace contre les impacts balistiques[4]. Au tournant des années 1900, grâce à l'arrivée des gilets pare-balles et l'amélioration de l'équipement des soldats, les boucliers ne sont plus utilisés par les forces armées sur les champs de bataille[5],[6]. Une version primitive du bouclier antiémeute est développée par Robert Gladstone en 1914 pour la police du Grand Manchester, mais elle est rapidement oubliée[7].

Après la Seconde Guerre mondiale, de nombreux mouvements civils de protestations dans les années 1950, 1960 et 1970 conduisent les autorités des pays en crise à concevoir une méthode non-létale et n'utilisant pas la force physique, mais efficace pour endiguer les manifestations : les boucliers antiémeute[6],[8]. Pendant l'insurrection de Chypre de 1955 à 1959, les autorités britanniques en font usage pour arrêter les mouvements de foule[9],[10],[11]. Pendant les manifestations de mai 1968, la Police nationale française essaie pour la première fois ses boucliers antiémeute[12],[13]. Au Québec, les premiers boucliers antiémeute entrent en service lors d'une manifestation de travailleurs en 1972 à Mont-Laurier[14]. En 1967, à la suite des émeutes de Newark (en), la police de la ville où se sont déroulées les protestations décide de déployer des boucliers antiémeute, et de faire suivre à ses unités un entraînement spécifique, en raison d'un bilan désastreux pour la police[15]. Le reste des États-Unis suit rapidement la police de Newark et les boucliers antiémeute deviennent une nécessité, comme le démontre l'émeute de Koza de 1970, où les militaires américains en utilisent contre les citoyens japonais insurgés[16].

Lors des émeutes en Irlande dans les années 1960 et 1970, l'absence de boucliers antiémeute est remarquée. Des membres des forces armées appelés pour répondre à une manifestation au Curragh font usage de leurs baïonnettes pour maintenir l'ordre, aucun bouclier n'étant disponible[17]. Après que neuf membres de la Garda Síochána, la police nationale d'Irlande, sont blessés lors d'une agitation à Lifford, les policiers racontent qu'il n'y avait pas non plus de boucliers à leur disposition. Lors d'une autre manifestation, à Monaghan, quarante-quatre membres des forces armées sont présents, mais ils n'ont que cinq boucliers. En réaction à la pénurie, 200 boucliers sont fabriqués en 1972 à Dublin[17]. En Irlande du Nord, où des manifestations ont lieu entre 1969 et 1985, des boucliers sont aussi fabriqués en masse pour répondre à la demande[18],[19]. Au Royaume-Uni, la réponse aux manifestations se fait plus tardive, les premiers boucliers défensifs apparaissant pendant la bataille de Lewisham en 1977[20],[21],[22]. La Fédération policière d'Angleterre et du Pays de Galles avait déjà commencé à faire pression sur le gouvernement britannique au sujet de l'utilisation de boucliers en 1976, à la suite de la manifestation du Carnaval de Notting Hill qui avait fait plusieurs blessés du côté des policiers[19].

Plusieurs policiers en uniforme, casqués, tenant boucliers. Vêtements sombres et feu en arrière-plan.
Des gendarmes mobiles avec des boucliers antiémeute à Paris en 2007.

Lors du mouvement de 1977, la police italienne introduit ses boucliers antiémeute pour contrer les violences étudiantes[23]. Similairement à l'Italie, l'Espagne doit utiliser ses boucliers antiémeute contre des manifestants, des partisans du parti d'extrême-droite Fuerza Nueva, lors d'émeutes en 1978 à travers le pays[24]. En 1989, lors des manifestations de la place Tian'anmen, la police chinoise introduit ses boucliers antiémeute, qui se sont avérés très efficaces[25]. Les premiers boucliers antiémeute pouvant envoyer une décharge électrique sont utilisés sur des prisonniers en 1997 par les États-Unis, mais une dizaine d'années plus tard deviennent considérés comme des instruments de torture à cause de la brutalité avec lesquels ils en ont été faits usage[26]. Dans les années 1980 et 1990, le bouclier antiémeute commence à lentement s'imposer dans les autres pays disposant d'une force de police dont les rangs sont organisés, comme les Pays-Bas, qui en font usage lors du couronnement de la reine Beatrix[27]. En 2000, des boucliers antiémeute pouvant prétendument arrêter les ondes provenant de téléphones portables sont vendus à la police de Hong Kong, mais s'avèrent inutiles[28].

Dès son intégration dans la plupart des forces policières, vers les années 1970, le bouclier antiémeute est critiqué par différents journalistes et activistes qui considèrent qu'il peut être utilisé comme une arme offensive[19]. Les critiques s'intensifient à partir des années 2000, lorsque des manifestants racontent avoir été frappées par un bouclier[29],[30]. En 2020, lors des manifestations liées à la mort de George Floyd, des policiers du Tennessee ont déposé leurs boucliers antiémeute à la demande de manifestants pacifiques[31].

Types et modèles[modifier | modifier le code]

De façon générale, les boucliers antiémeute sont élaborés à partir de polycarbonate transparent d'une épaisseur comprise entre 4 mm et 6 mm. Ils sont conçus pour être résistants aux chocs, mais ne résistent normalement pas aux impacts balistiques[32]. Certains boucliers antiémeute offrent une protection balistique minimale contre les munitions de faible vitesse tirées à partir d'armes de poing ou de fusils de chasse. Néanmoins, dans la plupart des situations impliquant une résistance fortement armée, le bouclier balistique est utilisé à la place[33].

Quatre policiers en uniforme noir et casque, tenant boucliers ronds transparents sur un coin de rue. Plusieurs véhicules et piétons en arrière-plan.
Policiers britanniques avec des boucliers antiémeute ronds à Lewisham, en 2011.
Bouclier en métal gris accoté sur un banc avec gazon en arrière-plan. Posé face contre le banc.
Bouclier antiémeute entièrement en métal.

Les boucliers sont typiquement d'une forme ronde ou rectangulaire, avec une longueur comprise entre 90 et 120 cm et une largeur variable. La plupart d'entre eux, lorsqu'ils sont utilisés de manière optimale, protègent le porteur de la tête aux genoux[32]. Ils ont aussi tendance à être légèrement incurvés et ont des poignées de métal ou de plastique renforcé fixées par des œillets métalliques[32]. Les poignées sont placées de façon que l'usager puisse le tenir avec son poing, le bouclier offrant souvent une protection additionnelle, en laissant un point de repos pour l'avant-bras ou en ayant des courroies de velcro pour le maintenir. Les boucliers possèdent parfois un espace d'entreposage pour une matraque ou une autre arme non létale, et certains peuvent se combiner avec d'autres boucliers de chaque côté, de façon à créer un mur de boucliers[34]. Le type de bouclier varie en fonction de la situation et de l'objectif à atteindre, mais varie aussi selon le budget de l'organisation[34].

Des boucliers antiémeute de forme concave sont aussi créés, pour arrêter et maintenir des prisonniers ou des manifestants et certains modèles électriques envoient une décharge non létale à la personne qui entre en contact avec eux[35],[36],[37]. Ces boucliers, qui commencent à être produits dans les années 1980, comportent des bandes métalliques entourant le contour du polycarbonate. Un choc est émis à travers ces bandes par un bouton du côté du porteur. L'utilisation de ce type de boucliers a causé plusieurs morts[38]. En 2011, Raytheon Technologies dépose un brevet pour un bouclier antiémeute acoustique, qui envoie un son dans les voies respiratoires d'une personne proche, ce qui gêne sa respiration[39].

Utilisation[modifier | modifier le code]

Modes d'utilisation[modifier | modifier le code]

Plusieurs policiers armés en uniforme noir avec casques et boucliers. Protégés par un écran transparent en pvc sur un escalier devant un édifice.
Policiers équipés de boucliers antiémeute au Belize en formation tortue.

Le fait d'utiliser le bouclier antiémeute ou non dans un conflit dépend du choix du commandant de l'escouade antiémeute. Il est recommandé que les forces de l'ordre disposant de boucliers antiémeute ne soient équipées que d'armes non létales. Il a été conçu principalement pour se défendre, mais il peut devenir une arme offensive lorsqu'il se trouve directement en contact avec les protestataires. Les boucliers antiémeute sont faits pour être tenus dans la main ne tenant pas de matériel dans un angle incliné légèrement vers l'intérieur, de façon à dévier les projectiles vers le sol. Ordinairement, les manifestants confrontés à un bouclier antiémeute tentent de s'en emparer[40]. Les policiers ont donc instruction de repousser ceux qui s'y essaient avec leur main qui ne tient pas le bouclier. Si un émeutier essaie de s'agripper au bas du bouclier, les policier doivent plaquer leur bouclier au sol de toutes leurs forces, pour piéger le manifestant. Les boucliers sont souvent utilisés en combinaison avec une matraque[40].

Les boucliers antiémeute s'avèrent très efficaces pour empêcher la pénétration des lignes de police[41]. Un officiel de l'Union nationale des mineurs du Royaume-Uni fait savoir qu'il était déjà difficile de briser les lignes policières lors de la grève des mineurs britanniques de 1972, alors qu'il n'y avait aucun bouclier antiémeute et que la police avait simplement utilisé la formation en coin, mais qu'il était pratiquement devenu impossible de les briser lors de la grève de 1984-1985, les policiers ayant troqué la formation pour des boucliers et des matraques. Le même officiel fait également savoir que des manifestants non-armés n'ont aucune chance contre des policiers équipés de boucliers antiémeute[41]. La combinaison bouclier-matraque est utilisée dans la majorité des grèves et révoltes, sauf les plus graves, où d'autres dispositifs comme le canon à eau, le gaz CS et les balles en caoutchouc sont utilisés[41].

Plusieurs policiers armés en uniforme avec casques et boucliers sur une autoroute barrée, plusieurs édifices et des espaces verts en arrière-plan.
Policiers américains à Miami formant un mur de boucliers lors des manifestations de mai et juin 2020 consécutives à la mort de George Floyd.
Modélisation en trois dimensions d'une escouade de sept policiers en uniforme bleu avec boucliers transparents, casques et matraque en bois marchant sur du sable dans un formation triangulaire
Policiers d'une escouade anti-émeute en formation en coin.

Les armes non létales comme le gaz CS peuvent être combinées au bouclier dans ce qui s'appelle la « technique touche-descend ». Elle consiste à ce qu'un porteur de bouclier s'associe avec un policier équipé d'un lanceur de projectiles. Lorsque le tireur touche l'épaule du porteur, le porteur s'agenouille et pose son bouclier droit sur le sol, tout en permettant au tireur de se cacher derrière et de tirer par-dessus l'écran transparent. Cela permet une meilleure protection des deux opérateurs[42]. Une autre technique utilisant le bouclier est celle qu'utilisent les « équipes d'extraction ». Une équipe d'extraction est habituellement constituée de réservistes, et sert à sauver des personnes en danger ou à capturer des individus seuls. L'équipe se situe derrière un mur de boucliers, qui s'ouvre légèrement lors d'un signal donné par un supérieur, permettant à l'équipe de sortir, avant de se refermer. L'équipe va ensuite récupérer l'individu à prendre et le ramène au mur de boucliers, qui s'ouvre une seconde fois pour lui permettre de retourner derrière le mur avant de se refermer[43].

Efficacité[modifier | modifier le code]

Même s'ils offrent une grande protection pour les policiers, les boucliers antiémeute peuvent parfois encourager les protestataires à lancer des projectiles aux forces de l'ordre. Un chef surintendant de la police britannique déclare que même si les émeutiers évitent généralement d'attaquer les policiers, dès qu'ils les voient avec des boucliers antiémeute, leur réticence à attaquer semble disparaître[41]. Certains protestataires lancent délibérément des projectiles sur les boucliers, ce qui semble montrer qu'ils ne visent pas les policiers eux-mêmes[41].

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Policière en uniforme noir et casque tenant un bouclier devant elle de manière verticale. Arrière plan gris-brun.
Mujer del Esmad, photographie de Germán Gaviria Mesa en hommage à la Police nationale colombienne.

Le bouclier antiémeute est une figure courante dans les jeux vidéo, plusieurs sites listant au moins une quarantaine de jeux en faisant la démonstration, comme la franchise Tomb Raider, la franchise Call of Duty, le jeu Metal Gear Solid, la franchise Dead Rising, ou encore Tom Clancy's Rainbow Six: Vegas 2[44]. La société de jouets Lego a quant à elle lancé des boucliers antiémeute dans sa gamme de produits, ce que la marque de jouets allemande Playmobil offre aussi, dans sa gamme « SWAT »[45],[46].

Depuis les années 2000 et 2010, les boucliers antiémeute sont très présents dans les films et séries télévisées d'action, comme The Walking Dead, Death Race 2 et Les Fils de l'homme[47]. Leur présence dans les médias incite ainsi plusieurs marques à produire des versions du bouclier antiémeute dans leur gammes de costumes de policier ou de militaire pour les enfants, comme les entreprises américaines Walmart et Amazon et la compagnie chinoise Alibaba[48],[49],[50].

L'artiste marseillais Georges Briata exécute en 1968 une peinture sur les manifestations étudiantes en France en mai, où figurent des boucliers antiémeute[51]. Le photographe artistique colombien Germán Gaviria Mesa crée une série de photographies en hommage à l'héroïsme des policiers de son pays : trois d'entre elles montrent des forces de l'ordre avec un bouclier antiémeute[52],[53],[54]. L'auteur-compositeur-interprète britannique Elvis Costello publie en 1986 son album Blood and Chocolate, où figure la chanson Tokyo Storm Warning qui évoque les boucliers antiémeute[55].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Arther Ferrill (en), The Origins Of War: From The Stone Age To Alexander The Great, Revised Edition, Avalon Publishing, (ISBN 978-0-81333-302-1).
  2. (en) Auteurs multiples, « Military technology », sur Encyclopædia Britannica, (consulté le 17 août 2020).
  3. Claude Blair et Leonid Tarassuk, The Complete Encyclopaedia of Arms & Weapons, Batsford Publishing (en), (ISBN 978-0-71341-595-7).
  4. (en) Inconnu, « Shields », sur Medieval Life and Times, (consulté le 17 août 2020).
  5. (en) Inconnu, « History of Shield Armor », sur History of Armor, (consulté le 17 août 2020).
  6. a et b National Geographic, An Uncommon History of Common Things, vol. 2, National Geographic Books, (ISBN 978-1-42621-616-9).
  7. (en) Greater Manchester Police, « Gladstone Riot Shield », sur Flickr, (consulté le 18 août 2020).
  8. (en) Foxfury, « Riot Shields: Evolution, Design, and Uses », sur Foxfury, (consulté le 9 juillet 2020).
  9. (en) David French, « British Intelligence and the Origins of the EOKA Insurgency », British Journal for Military History, vol. 1, no 2,‎ , inconnue (lire en ligne)
  10. (en) David French, Fighting EOKA : The British Counter-Insurgency Campaign on Cyprus, 1955-1959, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19104-559-2).
  11. (en) Universal Studios, « Cyprus Riots », sur Archive.org, 2005/04/03 à 21:41 et 9 secondes (consulté le 9 juillet 2020).
  12. (en) Tariq Ali, 1968, Marching in the Streets, Free Press, (ISBN 978-0-68485-360-4).
  13. (en) Jeremy Black, Tools of War, BOOK SALES Incorporated, (ISBN 978-1-84724-012-5).
  14. Serge Laurin, Histoire des Laurentides, Institut québécois de recherche sur la culture, (ISBN 978-2-89224-127-3).
  15. (en) Commission du gouverneur du New Jersey sur le désordre civil, Report for Action, BOOK SALES Incorporated, (lire en ligne).
  16. (en) Jon Mitchell, « Lawrence Gray - An American Eye on the Koza Riot », sur Jon Mitchell in Japan, inconnue (consulté le 18 août 2020).
  17. a et b (en) Patrick Mulroe, Bombs, Bullets and the Border : Ireland’s Frontier: Irish Security Policy, 1969–1978, Irish Academic Press, (ISBN 978-1-91102-452-1).
  18. Keith Jeffery, The Divided province : the troubles in Northern Ireland, 1969-1985, Orbis, (ISBN 0-85613-799-5 et 978-0-85613-799-0, OCLC 13035449).
  19. a b et c (en) New Scientist, « Riot shields – protective or aggressive? », New Scientist, vol. 75, no 1070,‎ , p. 64 (lire en ligne)
  20. (en) Lindsay Mackie, « The real losers in Saturday's battle of Lewisham », The Guardian,‎ , p. 1 (lire en ligne)
  21. (en) Jenny Bourne, « LEWISHAM ’77: SUCCESS OR FAILURE? », sur Institute of Race Relations, (consulté le 9 juillet 2020).
  22. (en) Alan Moss et Keith Skinner, History of Crime in 100 Objects, The History Press (en), (ISBN 978-0-75096-655-9).
  23. Louis-Bernard Robitaille, « Durcissement de Rome face à la violence universitaire », La Presse,‎ , p. 16 (lire en ligne)
  24. (es) Antonio Gonzalez, « Graves incidentes durante un mitin de Fuerza Nueva », El País,‎ (lire en ligne)
  25. Centre de service de publication de la Chine, 中共重要历史文献资料汇编: "回顾与反思 - 1989*制止动乱平息暴乱主要经验汇编", "全军政治工作会议发言稿选编", Centre de service de publication de la Chine,‎ (lire en ligne).
  26. Lewis Lyons, The History of Punishment, Globe Pequot Press (en), (ISBN 978-1-59228-028-5).
  27. (en) Getty Images, « Dutch Riot Police », sur Getty Images, (consulté le 18 août 2020).
  28. (en) Jo Bowman, « Radiation shield 'useless' », South China Morning Post,‎ (lire en ligne)
  29. (en) Benjamin Mullin, « Reports of Violence Against Journalists Mount as U.S. Protests Intensify », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne)
  30. (en) Rachel Abrams et Katie Robertson, « Australia Asks for Investigation After Police Attack 2 Journalists in U.S. », New York Times,‎ (lire en ligne)
  31. (en) Kimberlee Kruesi et Adrian Sainz, « Tennessee Guard Lay Down Riot Shields at Request of Protesters », Military.com (en),‎ (lire en ligne)
  32. a b et c Hunsicker 2011, p. 122.
  33. (en) Ashok Bhatnagar, Lightweight Ballistic Composites : Military and Law-Enforcement Applications, Woodhead Publishing, (ISBN 978-0-08100-425-8).
  34. a et b Hunsicker 2011, p. 123.
  35. (en) Association correctionnelle américaine, American Journal of Correction : New GenTex Subduer helps you handle recalcitrant prisoners, vol. 28 à 30, International Graphics, (lire en ligne).
  36. Hunsicker 2011, p. 124.
  37. (en) The Moscow Times, « Protesters Beware, Russian Law Enforcement Could Soon Wield Stun Shields », sur The Moscow Times, (consulté le 9 juillet 2020).
  38. (en) Personnel de Earth Island, « The Globalization of Repression: A Special Report to the European Parliament », Earth Island Journal, vol. 16, no 4,‎ , p. 32 (lire en ligne)
  39. (en) David Hambling, « Riot shields could scatter crowds with 'wall of sound », New Scientist,‎ (lire en ligne)
  40. a et b Hunsicker 2011, p. 135.
  41. a b c d et e (en) Roger Geary, Policing Industrial Disputes : 1893 to 1985, Cambridge University Press, (ISBN 978-0-52130-315-6).
  42. Hunsicker 2011, p. 153.
  43. Hunsicker 2011, p. 154.
  44. (en) Giant Bomb, « Riot Shield Games », sur Giant Bomb, (consulté le 9 juillet 2020).
  45. (en) The Brick Show, « RIOT SHIELD - BRICK WARRIORS », sur The Brick Show, (consulté le 9 juillet 2020).
  46. (en) Ron's Rescued Treasures, « Playmobil Transparent Or Clear Riot Shield, 3338, P3338A », sur Ron's Rescued Treasures, (consulté le 9 juillet 2020).
  47. (en) Internet Movie Database, « Most Popular Riot Shield Movies and TV Shows », sur IMDB, (consulté le 9 juillet 2020).
  48. Amazon, « Bouclier tactique anti-émeute pour enfants - Jouet de policier militaire - Jouet pour jeux de rôle en plein air », sur Amazon, (consulté le 9 juillet 2020).
  49. Walmart, « Sonew Military Model Toy Policemen Role Play Game Protection Prop Riot Shield ,Children Toy, Police Riot Shield Toy », sur Walmart, (consulté le 9 juillet 2020).
  50. (en) Alibaba, « toy riot shield », sur Alibaba, (consulté le 9 juillet 2020).
  51. Hunsicker 2011, p. 7.
  52. (en) Police nationale colombienne, « Esmad arte antidisturbios », sur Flickr, (consulté le 9 juillet 2020).
  53. (en) Police nationale colombienne, « Esmad hombre », sur Flickr, (consulté le 9 juillet 2020).
  54. (en) Police nationale colombienne, « Mujer del Esmad », sur Flickr, (consulté le 9 juillet 2020).
  55. (es) Dorian Lynskey, 33 revoluciones por minuto: Historia de la canción protesta, Malpaso Ediciones S.L., (ISBN 978-8-41642-056-8).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 19 août 2020 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 19 août 2020 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.