Casque de combat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Casque Adrian équipant le soldat français de la Première Guerre mondiale.
Soldats de la garde nationale des États-Unis portant le casque PASGT en service entre les années 1980 et 2000.

Un casque de combat, ou casque militaire, est un casque dont la principale fonction est de protéger la tête durant une opération militaire.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le casque a été utilisé par les guerriers dès l'Antiquité sur tous les continents. En Europe, selon sa forme, il portait le nom de bourguignotte, cabasset, heaume, salade (souvent associé à un gorgerin)… Il servait à parer les coups d'épée, d'armes contondantes (type masse d'arme) et les flèches.

Histoire moderne[modifier | modifier le code]

Avec l'arrivée des armes à feu, il est devenu obsolète, de même que le reste de l'armure. Il est réapparu durant la Première Guerre mondiale, pour protéger des blessures occasionnées par les éclats d'obus, les Allemands ayant été équipés dès le début de casque à pointe confectionné en cuir bouilli n'offrant aucune protection réelle. Le casque Adrian français est entré en service dès 1915, alors que le fameux stahlhelm allemand n'est lui apparu sur le front qu'au début de la bataille de Verdun c'est-à-dire en février 1916.

Utilisation contemporaine[modifier | modifier le code]

Actuellement, le casque reste employé par les armées du monde entier pour protéger le soldat contre les éclats (de grenade, d'obus, de roquette...) ou dévier une balle rasante, mais il est incapable d'arrêter une balle le percutant de plein fouet, en raison du pouvoir de pénétration élevé de ces projectiles.

Jusque dans les années 1980, le casque militaire était essentiellement métallique. Les soldats disposaient en général d'un casque léger sur lequel on pouvait ajouter le casque lourd. Les casques modernes sont en matériaux composites comme le Kevlar.

Sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :