Velcro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Velcro : crochets (gauche) et velours (droite).

Le Velcro est un matériau textile (parfois également appelé « bande autoagrippante ») qui consiste en deux bandes recouvertes chacune d'une texture différente, permettant, lorsqu'on les met en contact, d'obtenir rapidement une liaison amovible. Il a été inventé accidentellement par George de Mestral, un ingénieur suisse. Marque déposée par Velcro International BV (basée à Amsterdam) pour le monde entier, le terme Velcro est utilisé dans le langage courant comme nom générique. La société Velcro, propriétaire de la marque, a essayé sans succès de s'opposer à cet usage[1].

On parle aussi de « scratch », par référence au bruit produit lors de la séparation des deux éléments.

Histoire[modifier | modifier le code]

Petits crochets sur un fruit de grande bardane (Arctium lappa).

La bande autoagrippante a été inventée par sérendipité en 1941 par George de Mestral[2]. L'idée lui est venue lorsqu'en revenant d'une promenade à la campagne, il remarqua qu'il était difficile d'enlever les fleurs de grande bardane accrochées à son pantalon et à la fourrure de son chien. George de Mestral les examina et découvrit la possibilité de faire adhérer deux matériaux de façon simple et réversible. Il développa rapidement la bande autoagrippante et breveta son idée en 1951. De Mestral nomma son invention « Velcro » qui est un mot-valise pour velours (aussi appelé Astrakan) et crochets. De nos jours les applications de ce système sont très nombreuses et le mot velcro est devenu un terme générique pour tous les types de bande autoagrippante.

Principe[modifier | modifier le code]

La bande autoagrippante est constituée de deux couches : une couche « crochet » qui est faite de petits crochets en plastique de type « hameçons », et une couche « velours » couverte de petites boucles en plastique. Quand les deux faces sont pressées l'une contre l'autre, les crochets agrippent les boucles et maintiennent les deux couches ensemble. Lorsqu'on tire dessus, les liens se décrochent puis reprennent leur position initiale, leur permettant ainsi de remplir à nouveau leur rôle.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Comme la bande autoagrippante est facile d'utilisation, qu'elle ne nécessite aucun entretien et ne présente aucun danger, elle est utilisée dans à peu près tous les cas où une accroche temporaire est nécessaire. Elle est très populaire dans les vêtements où elle remplace les boutons ou les fermetures à glissière, et dans les chaussures à scratch, notamment pour les enfants qui ne savent pas encore nouer leurs lacets.

Elle permet également de faire adhérer des éléments décoratifs ou distinctifs, comme les bandes patronymiques ou les grades sur les uniformes. Elle permet aussi de fixer des éléments de manière provisoire sur un tableau, pour le suivi d'opérations, ou pour la formation (flanellographe).

Cette fixation provisoire peut être solide si elle est bien étudiée. Ainsi, le système est utilisé pour fixer les disques abrasifs sur certaines ponceuses.

Des accroches en acier inoxydable sont utilisées dans l'industrie automobile pour accrocher des pièces comme les pare-chocs. Plutôt que de provoquer un décrochement, les vibrations de la voiture maintiennent en fait l'accroche (chaque crochet se détachant est censé se rattacher grâce au mouvement aléatoire qu'il subit).

Plusieurs agences spatiales l'utilisent sur les bottes et les combinaisons, sur des languettes permettant de fixer des objets en apesanteur et pour les « scratchs » des casques d'astronautes.

Solidité de la liaison[modifier | modifier le code]

Chaussure avec attaches en velcro

La solidité de la fixation par bande autoagrippante dépend d'une part de la qualité de l'adhérence entre les deux faces et d'autre part de la nature de la force qui tend à les séparer. Si cette fixation est utilisée pour lier deux surfaces rigides le lien est particulièrement solide car la force de séparation exercée est répartie sur tous les crochets. À l'inverse, toute force comprimant les deux pièces est appliquée à toute la surface, ce qui augmente le nombre de couples boucle/crochet. Les vibrations peuvent aussi permettre à des pièces rigides de renforcer leurs liens.

Quand une ou les deux pièces sont flexibles, par exemple une fermeture de poche, les deux parties peuvent être séparées par l'action d'une force appliquée à un nombre relativement faible de crochets à la fois. Si une pièce flexible est tirée parallèlement au plan de la surface d'accroche, la force est aussi bien répartie qu'avec des surfaces rigides.

Il y a deux moyens de maximiser la force d'adhérence entre une ou plusieurs pièces flexibles :

  • En augmentant la surface de liaison
  • En s'assurant que la force sera appliquée parallèlement au plan de la surface d'accroche. Par exemple, les scratchs des chaussures peuvent résister à une grande force avec une faible surface de contact, par enroulement de la languette autour d'une fente ce qui réduit la force exercée sur le velcro en s'assurant que celle-ci soit exercée parallèlement au plan d'attache mais aussi en divisant cette force en agissant comme un système de poulie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]