Jeu de cartes à collectionner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir JCC.

Les jeux de cartes à collectionner, ou JCC, utilisent des cartes conçues spécialement pour les jeux en question. Ils diffèrent des jeux de cartes classiques par la grande variété de cartes éditées et l'utilisation par les joueurs de paquets personnalisés. Les cartes ont en général des effets très variés sur le jeu. Une carte contient souvent un dessin de grande qualité (qui fait partie de l'intérêt du produit ; certains artistes doivent une part de leur notoriété à leurs travaux sur ces jeux) et un texte décrivant l'effet de la carte. Le jeu se déroule souvent dans un monde cohérent, de fantasy, de science-fiction ou autre ; il s'agit parfois d'univers déjà connus, par exemple dans des romans.

La plupart du temps, le jeu consiste à gagner des points ou à en faire perdre à l'adversaire : point de vie, d'énergie, d'honneur, de pouvoir. On utilise pour cela des cartes de ressource (qui permettent d'effectuer des actions), des cartes d'action (par exemple lancer une attaque sur l'adversaire), des cartes de contre (protection contre les attaques) et des cartes de cumul (qui permettent de mettre en réserve des ressources ou actions). Certaines cartes s'associent et permettent de faire des combinaisons (appelées aussi combos). Le mécanisme de ces jeux peut faire penser au 1000 bornes. Le premier jeu de ce type fut Magic : l'assemblée (Magic: the Gathering), édité par Wizards of the Coast à partir de 1993. Dans la plupart des cas, le jeu se déroule en piochant des cartes et en jouant au tour par tour.

Pour chaque jeu, il existe parfois des milliers de cartes : certains jeux proposent en effet régulièrement de nouvelles cartes qui complètent le jeu de base. Chaque joueur se constitue un jeu deck à partir des cartes dont il dispose. C'est la principale originalité des JCC : chaque deck est unique, conçu par le joueur dans une optique de jeu particulière. La phase de conception des decks, qui précède les parties elles-mêmes, est une part très importante de la stratégie et du plaisir de ce type de jeu. C'est là qu'intervient le « metagame », c’est-à-dire la prise en compte dans la conception du deck du jeu possible de l'adversaire.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Les JCC les plus joués possèdent leurs conventions, parfois au niveau international, et leurs propres concours et tournois (Pokémon, Magic, Yu-Gi-Oh!, World of Warcraft). Les plus grands tournois rassemblent des centaines de joueurs. Il n'existe aucun prix officiel pour les cartes qui composent la collection, mais plutôt une « cote » permettant d'en évaluer le prix. Elle est fondée sur la rareté, l'effet de la carte dans le jeu, le rapport entre l'effet et le coût pour le mettre en jeu, l'édition, etc. De nombreux JCC, bien que présentant des mécanismes de jeu originaux et prometteurs, ont été rapidement arrêtés, faute d’avoir trouvé un public. C’est le cas, par exemple de, Harry Potter CCG, Spellfire ou Warlords. Il existe aussi des JCC en ligne qui sont souvent des déclinaisons de jeux existants sur papier, mais parfois aussi des créations originales.

Les principaux jeux incluent parmi tant d'autres :

Médias[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

De nombreux jeux vidéo ont développé le concept des jeux de cartes à collectionner. The Eye of Judgment, commercialisé le , est un jeu développé sur console PlayStation 3 par Sony en collaboration avec Wizards of the Coast, dans lequel les cartes physiques sont scannées en temps réel par une webcam et transposées en créature 3D à l'écran. Le but du jeu est de prendre le contrôle de 5 terrains sur les neuf du plateau de jeu[1],[2]. Certains jeux vidéo Digimon, également, comme Digimon Digital Card Battle et Digimon World 2003 présentent occasionnellement, ou se base intégralement, sur les cartes à collectionner de la franchise avec lesquelles le joueur peut combattre d'autres joueurs[3],[4]. Yu-Gi-Oh! Forbidden Memories se base également sur les cartes de sa franchise[5].

Internet[modifier | modifier le code]

Sur Internet, des jeux en-ligne proposent aux internautes la possibilité de jouer avec, ou collectionner, des cartes.

Urban-Rivals, dont la première version date de 2006, propose de collectionner des centaines de personnages (de nouveaux sortent toutes les deux semaines) et de les faire combattre contre les autres joueurs, en match un-contre-un. De nombreux clans sont disponibles, chacun avec un pouvoir spécial. Il existe plusieurs modes de jeu : Normal, Elo, Survivor, Leaderwars, Coliseum, Tournoi Quotidien, Events. Des versions iPhone (gratuite), Facebook et pour Android[6] sont également proposées. REN Game, mis en ligne en 2009 puis relancé en 2011, propose de collectionner des personnages de trois races différentes. Vous pouvez combattre contre d'autres joueurs, en guilde, en entrainement, etc. Un gameplay RPG a été introduit dans le jeu pour lui fournir une histoire cohérente[7]. Eredan iTCG, mis en ligne en 2010, propose de collectionner des personnages ainsi que des cartes action, sort ou objet (de nouvelles cartes sortent chaque semaine) et de les faire combattre contre les personnages des autres joueurs, en match 3 contre 3. De nombreuses guildes, races et classes sont disponibles, chacune possédant une identité qui lui est propre. Il existe deux modes de jeu et 1 million de joueurs sont inscrits[8].

Heroes Card Collection, mis en ligne en 2009, propose de collectionner des créatures (une nouvelle sort chaque semaine) de l'univers de Zayön. Elles sont plusieurs centaines, réparties dans douze familles, elles-mêmes réparties dans quatre clans. Leur but récupérer les fragments de foudre pour apporter la paix ou le chaos sur Zayön selon leur clan. La particularité du jeu est double. D'une part, il y a des cartes enchantements qui influent sur les capacités des créatures, d'autre part, les joueurs misent des fragments de foudre sur chacun des 3 rounds que dure l'affrontement. Ainsi, le jeu, en apparence simple, devient très stratégique par la création des combinaisons créature-enchantement, mais aussi par le guessing des mises. Tout cela fait que la victoire peut tomber entre les mains du plus malin et pas forcément du plus puissant.

Magazines[modifier | modifier le code]

Magazines francophones[modifier | modifier le code]

  • Dragon Blanc
  • Lotus Noir
  • Maniak!
  • Chasseurs de Monstres
  • OTEKA!
  • OTK expert
  • Mana Rouge (disparu)
  • Black Ops (disparu)
  • Deck zone (disparu)
  • Pokémon, magazine officiel
  • Kombo Mag

Magazines non francophones[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « The Eye of Judgment PlayStation 3 », sur Metacritic (consulté le 19 novembre 2013).
  2. (en) Ryan Clements, « Eye of Judgment Review. And they said: let it be judged », sur IGN,‎ (consulté le 19 novembre 2013).
  3. (en) Gerald Villoria, « Digimon Digital Card Battle Review », sur GameSpot (consulté le 19 novembre 2013).
  4. (en) « Digital world 3<> *Card Battle FAQ », sur GameFAQs (consulté le 19 novembre 2013).
  5. (en) Gerald Villoria, « Yu-Gi-Oh! Forbidden Memories Review », sur GameSpot (consulté le 19 novembre 2013).
  6. (en) Antonio Wells, « Urban Rivals, Street Brawl Online in this Massive Multi-player »,‎ (consulté le 19 novembre 2013).
  7. (en) « Ren Game », sur PlayBBG (consulté le 19 novembre 2013).
  8. (en) « Eredan iTCG (Review) » (consulté le 19 novembre 2013).

Liens externes[modifier | modifier le code]