Baho

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Baho
Baho
Mairie de Baho.
Blason de Baho
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Pyrénées-Orientales
Arrondissement Perpignan
Intercommunalité Perpignan Méditerranée Métropole
Maire
Mandat
Patrick Got
2020-2026
Code postal 66540
Code commune 66012
Démographie
Gentilé Bahotencs
Population
municipale
3 323 hab. (2018 en augmentation de 3,75 % par rapport à 2013)
Densité 421 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 42′ 04″ nord, 2° 49′ 23″ est
Altitude Min. 39 m
Max. 90 m
Superficie 7,90 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Perpignan
(banlieue)
Aire d'attraction Perpignan
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton du Ribéral
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Baho
Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales
Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Baho
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Baho
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Baho

Baho [ba.o] Écouter est une commune française située dans le département des Pyrénées-Orientales, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Bahotencs.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Baho se trouve dans le département des Pyrénées-Orientales, en région Occitanie[1].

Elle se situe à 6 km à vol d'oiseau de Perpignan[2], préfecture du département, et à 2 km de Saint-Estève[3], bureau centralisateur du canton du Ribéral dont dépend la commune depuis 2015 pour les élections départementales[1]. La commune fait en outre partie du bassin de vie de Perpignan[1].

Les communes les plus proches[Note 1] sont[4] : Villeneuve-la-Rivière (1,7 km), Saint-Estève (2,2 km), Le Soler (3,1 km), Toulouges (3,4 km), Pézilla-la-Rivière (4,3 km), Canohès (5,5 km), Baixas (5,6 km), Perpignan (5,9 km).

Sur le plan historique et culturel, Baho fait partie de l'ancienne province du Roussillon, qui a existé de 1659 jusqu'à la création du département des Pyrénées-Orientales en 1790[5] et qui recouvrait les trois vigueries du Roussillon, du Conflent et de Cerdagne[6].

Carte de la commune.

Géologie[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 790 hectares. L'altitude varie entre 39 et 90 mètres[8]. Le centre du village est à une altitude de 47 m[9].

La commune est classée en zone de sismicité 3, correspondant à une sismicité modérée[10].

Climat[modifier | modifier le code]

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000

  • Moyenne annuelle de température : 14,8 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,3 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 12,4 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 15,7 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 630 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 5,6 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 3 j

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat méditerranéen franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[11]. En 2020, la commune ressort du type « climat méditerranéen » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Pour ce type de climat, les hivers sont doux et les étés chauds, avec un ensoleillement important et des vents violents fréquents[12].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[13]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[11].

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[14] complétée par des études régionales[15] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Perpignan », sur la commune de Perpignan, mise en service en 1924[16]et qui se trouve à 6 km à vol d'oiseau[17],[Note 3], où la température moyenne annuelle évolue de 15,4 °C pour la période 1971-2000[18], à 15,7 °C pour 1981-2010[19], puis à 16,1 °C pour 1991-2020[20].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Carte des ZNIEFF de type 1 localisées sur la commune.

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Deux ZNIEFF de type 1[Note 4] sont recensées sur la commune[21] : la « plaine viticole de Baixas » (1 939 ha), couvrant 5 communes du département[22] et la « vallée de la Têt de Vinça à Perpignan » (554 ha), couvrant 10 communes du département[23].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Baho est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[24],[25],[26]. Elle appartient à l'unité urbaine de Perpignan, une agglomération intra-départementale regroupant 15 communes[27] et 201 061 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[28],[29].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Perpignan dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 118 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[30],[31].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (83,8 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (92,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (62 %), cultures permanentes (21,8 %), zones urbanisées (12,5 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (3,8 %)[32].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La ligne 14 du réseau urbain Sankéo relie la commune au centre de Perpignan depuis Pézilla-la-Rivière.

Toponymie[modifier | modifier le code]

En catalan, le nom de la commune est Bao[33].

Baho est citée dès 843 sous les noms de Baso et Basone[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention de Baho concerne une demande de reconnaissance de propriété effectuée en 843 par une dénommée Ravella, épouse de Protasius, auprès de Suniaire Ier, comte de Roussillon, et qui lui sera accordée. Ravella et Protasius sont sans doute les parents du premier abbé de l'abbaye Saint-Michel de Cuxa, lui aussi nommé Protasius. Plus tard, le territoire de Baho est donné en 988 par le comte Oliva de Besalù à cette même abbaye[9].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Canton[modifier | modifier le code]

En 1790, la commune de Baho est incluse dans le canton de Pézilla puis, dès 1801, dans le canton de Perpignan-Ouest et, à partir de 1973, dans le canton de Perpignan-7[34]. Baho rejoint ensuite en 1985 le canton de Saint-Estève, qu'elle ne quitte plus par la suite[8].

À compter des élections départementales de 2015, la commune de Baho rejoint le nouveau canton du Ribéral.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de Baho comprend, outre le maire, cinq adjoints et dix-sept conseillers municipaux, pour un total de vingt-trois membres[35].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Baho fait partie de la Perpignan Méditerranée Métropole.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Élection présidentielle (résultats des deuxièmes tours)

Élection législative (résultats des deuxièmes tours)

Élection municipale (résultats des deuxièmes tours)

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Signatures du maire de Baho François Sauret fils et de l'ancien maire Antoine Morat en 1815.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
? Antoine Morat[36]    
? François Sauret fils[36]   Cultivateur
Les données manquantes sont à compléter.
1925 1944 Antoine Garrigue PDP Nommé conseiller départemental en 1943
Les données manquantes sont à compléter.
1945 1956
(décès)
Antoine Garrigue    
1956 1967 Albert Garrigue[37]
Fils du précédent
  Officier de la Marine nationale, directeur de coopérative
Les données manquantes sont à compléter.
Guy Casadevall[38]
(1943-2020)
DVD  
En cours
(au 3 juin 2020)
Patrick Got[39],[40],[41] UMP-LR Retraité du secteur bancaire

Guy Casadevall a parrainé la candidature de Jacques Chirac à l'élection présidentielle de 1995[42] et a causé l'ire du Conseil constitutionnel en accordant pas moins de 4 signatures en 2002[43].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Démographie ancienne[modifier | modifier le code]

La population est exprimée en nombre de feux (f) ou d'habitants (H).

Évolution de la population
1358 1365 1378 1424 1470 1515 1553 1643 1709
32 f27 f15 f12 f11 f9 f7 f32 f53 f
1720 1730 1755 1767 1774 1789 1790 - -
75 f75 f87 f365 H75 f96 f180 H--
(Sources : Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9))

Démographie contemporaine[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[44]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[45].

En 2018, la commune comptait 3 323 habitants[Note 7], en augmentation de 3,75 % par rapport à 2013 (Pyrénées-Orientales : +2,95 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
456474515589684716801831799
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
787730796790808801758735723
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
782755734671616669658655696
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
7871 0681 4491 6722 0272 4902 8743 2523 205
2018 - - - - - - - -
3 323--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[46].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[47] 1975[47] 1982[47] 1990[47] 1999[47] 2006[48] 2009[49] 2013[50]
Rang de la commune dans le département 48 41 44 43 37 36 34 38
Nombre de communes du département 232 217 220 225 226 226 226 226

Enseignement[modifier | modifier le code]

La ville comporte une école maternelle publique, d'un effectif de 101 élèves (2016)[51] et une école élémentaire publique, d'un effectif de 223 élèves (2016)[52].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Trobada castellera à Baho.
  • Fête patronale : 22 janvier ;
  • Marché : mercredi matin[53].

Chaque week-end de l'Ascension depuis 2002, Baho accueille la fête « Identi'cat », fête de la catalanité en Pyrénées-Orientales organisée par l'association « Aire Nou de Bao », impliquée dans la défense de la culture et des traditions catalanes. Les festivités sont notamment :

À chaque édition, une rue de Baho est baptisée en catalan.

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 29 699 [54]. En 2011, ce revenu est de 29 591 [55].

Église Saint-Vincent

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

  • Au sein de Baho se trouvent les vestiges de l'enceinte fortifiée, dont les murs ont été construits à la suite de la demande de l'abbé de Saint-Michel de Cuxa avec l'autorisation reçue d'Alphonse Ier d'Aragon en 1173[9]. Subsiste notamment une porte de l'enceinte[56].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Baho Blason
Écu en losange : d’argent au cep au naturel feuillé de sinople et fruité de gueules sur une terrasse aussi de sinople, accompagné en chef d’une meule de moulin de gueules.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes à vol d'oiseau.
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Métadonnées de la commune de Baho », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  2. Stephan Georg, « Distance entre Baho et Perpignan », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  3. Stephan Georg, « Distance entre Baho et Saint-Estève », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Communes les plus proches de Baho », sur www.villorama.com (consulté le ).
  5. Carrere, J.B., Description de la Province de Roussillon, Paris, chez Lamy, , 438 p. (lire en ligne).
  6. Frédéric Zégierman, Le guide des pays de France - Sud, Paris, Fayard, (ISBN 2-213-59961-0), p. 362-363.
  7. Carte IGN sous Géoportail
  8. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. a b c d et e Jean Sagnes (dir.), Le pays catalan, t. 2, Pau, Société nouvelle d'éditions régionales, , 579-1133 p. (ISBN 2904610014).
  10. « Plan séisme » (consulté le ).
  11. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  12. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  13. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  14. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  15. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Occitanie », sur occitanie.chambre-agriculture.fr, (consulté le )
  16. « Station Météo-France Perpignan - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  17. « Orthodromie entre Baho et Perpignan », sur fr.distance.to (consulté le ).
  18. « Station météorologique de Perpignan - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  19. « Station météorologique de Perpignan - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  20. « Station météorologique de Perpignan - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  21. « Liste des ZNIEFF de la commune de Baho », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  22. « ZNIEFF la « plaine viticole de Baixas » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  23. « ZNIEFF la « vallée de la Têt de Vinça à Perpignan » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  24. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  25. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  26. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  27. « Unité urbaine 2020 de Perpignan », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  28. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  29. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  30. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Perpignan », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  31. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  32. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  33. (ca)(fr)Institut d’Estudis Catalans, Université de Perpignan, Nomenclàtor toponímic de la Catalunya del Nord, Barcelone, (lire en ligne).
  34. Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9).
  35. Site de la mairie, section Organigramme
  36. a et b Fabricio Cardenas, Vieux papiers des Pyrénées-Orientales, Baho, le 23 juin 1815, 18 janvier 2014
  37. [PDF] Décès de Monsieur Albert GARRIGUE
  38. Sarah Clarke, « Guy Casadevall, ancien maire de Baho, est décédé », L'Indépendant,‎ (lire en ligne).
  39. Préfecture des Pyrénées-Orientales, Liste des maires élus en 2008, consultée le 22 juillet 2010
  40. Réélection 2014 : « Maires », sur le site de la Préfecture du département des Pyrénées-Orientales (consulté le ).
  41. « Baho : 3e mandat pour Patrick Got », L'Indépendant,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  42. Liste des citoyens ayant présenté les candidats à l'élection du Président de la République de 1995.
  43. http://www.perpignan-toutvabien.com/category/2002/page/5
  44. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  45. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  46. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  47. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le ).
  48. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  49. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  50. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  51. « Ministère de l'Éducation nationale, École maternelle publique de Baho ».
  52. « Ministère de l'Éducation nationale, École élémentaire publique de Baho ».
  53. Michel de La Torre, Pyrénées-Orientales : Le guide complet de ses 224 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », (ISBN 2-7399-5066-7).
  54. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  55. « Fichier RFDM2011COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2011 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  56. Guide du Roussillon et de l'Andorre : touristique, historique, social, économique, Perpignan, Sud Roussillon, , 286 p..