Lac de Vinça

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lac de Vinça
Lac du barrage de Vinça devant le Canigou
Lac du barrage de Vinça devant le Canigou
Administration
Pays Drapeau de la France France
Département Pyrénées-Orientales
Géographie
Coordonnées 42° 39′ 15″ nord, 2° 31′ 54″ est[1]
Type artificiel
Longueur 5 km
Altitude 246 m
Hydrographie
Émissaire(s) Têt

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

(Voir situation sur carte : Pyrénées-Orientales)
Lac de Vinça

Le lac de Vinça ou retenue de Vinça est un lac artificiel français, situé dans le département des Pyrénées-Orientales, sur les communes de Vinça, Marquixanes, Arboussols et Rodès, sur le fleuve Têt. Il est formé par le barrage de Vinça, construit en 1976.

Son niveau est couplé avec le lac des Bouillouses, situé en amont, pour servir aussi à l'irrigation de la plaine du Roussillon. Il sert avant tout à l'écrêtement des crues et à la régulation des étiages.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Géographie[modifier | modifier le code]

La plage des Escoumes

Le lac s'étend sur environ 5 kilomètres de long, et sa largeur dans sa partie centrale oscille entre 150 et 1 200 mètres. Sa cote théorique se situe à 246 mètres d'altitude. Il est bordé au nord par les hauteurs du Fenouillèdes et au sud par les contreforts du massif du Canigou. En plus de la Têt, il est enrichi des eaux de la Lentillà.

Le lac se localise environ 30 kilomètres en amont de Perpignan.

Une partie de la réserve est isolée du reste du lac par une digue supportant le passage de la route nationale 116, et permettant la baignade sécurisée.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le barrage est un vieux projet, il date du début du XXe siècle, mais il ne prendra réellement naissance qu'en 1960. Afin de permettre la circulation de l'eau, le tronçon du Pont de Nossa est détruit, le pont sur la Têt étant dynamité en 1975. Le hameau de Nossa, constitué d'une maison, connu pour ses thermes (utilisés depuis la fin du Second Empire) est également détruit, et un moulin sur La Têt, ainsi que quelques cabanes, sont démolis.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source : Google Maps et cartes IGN à l'échelle 1:25000 sur Géoportail

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roland Mussot, Catherine Kuzucuoglu et J.-M. Grisoni, « L'impact de l'édification d'un barrage et de la construction de seuils d'arrêt sur la sédimentation et la morphologie au fond de la retenue », Revue Géographique de l'Est, t. 30, no 2,‎ , p. 149-167 (DOI 10.3406/rgest.1990.2189)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]