Toulouges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Toulouges
Toluges
Toulouges
Mairie de Toulouges.
Blason de Toulouges Toluges
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Pyrénées-Orientales
Arrondissement Perpignan
Intercommunalité Perpignan Méditerranée Métropole
Maire
Mandat
Nicolas Barthe
2020-2026
Code postal 66350
Code commune 66213
Démographie
Gentilé Toulougiens
Population
municipale
7 192 hab. (2019 en augmentation de 9,9 % par rapport à 2013)
Densité 895 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 40′ 18″ nord, 2° 49′ 58″ est
Altitude Min. 50 m
Max. 82 m
Superficie 8,04 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Perpignan
(banlieue)
Aire d'attraction Perpignan
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Perpignan-6
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie
City locator 14.svg
Toulouges
Toluges
Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales
Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Toulouges
Toluges
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Toulouges
Toluges
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Toulouges
Toluges

Toulouges Écouter est une commune française située dans l'est du département des Pyrénées-Orientales, en région Occitanie. Sur le plan historique et culturel, la commune est dans le Roussillon, une ancienne province du royaume de France, qui a existé de 1659 jusqu'en 1790 et qui recouvrait les trois vigueries du Roussillon, du Conflent et de Cerdagne.

Exposée à un climat méditerranéen, elle est drainée par la Basse, Agouille d'en Biagnes et par un autre cours d'eau.

Toulouges est une commune urbaine qui compte 7 192 habitants en 2019, après avoir connu une forte hausse de la population depuis 1962. Elle est dans l'agglomération de Perpignan et fait partie de l'aire d'attraction de Perpignan. Ses habitants sont appelés les Toulougiens ou Toulougiennes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte de la commune avec localisation de la mairie.

La commune de Toulouges se trouve dans le département des Pyrénées-Orientales, en région Occitanie[I 1].

Elle se situe à 6 km à vol d'oiseau de Perpignan[1], préfecture du département La commune fait en outre partie du bassin de vie de Perpignan[I 1].

Les communes les plus proches[Note 1] sont[2] : Canohès (2,1 km), Baho (3,4 km), Le Soler (3,4 km), Villeneuve-la-Rivière (3,5 km), Pollestres (4,6 km), Saint-Estève (4,8 km), Ponteilla (5,1 km), Pézilla-la-Rivière (5,7 km).

Sur le plan historique et culturel, Toulouges fait partie de l'ancienne province du royaume de France, le Roussillon, qui a existé de 1659 jusqu'à la création du département des Pyrénées-Orientales en 1790[3] et qui recouvrait les trois vigueries du Roussillon, du Conflent et de Cerdagne[4].

Communes limitrophes de Toulouges[5]
Le Soler Toulouges[5] Perpignan
Thuir Canohès
Situation de la commune.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Aucun espace naturel présentant un intérêt patrimonial n'est recensé sur la commune dans l'inventaire national du patrimoine naturel[6],[7],[8].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Toulouges est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[9],[I 2],[10]. Elle appartient à l'unité urbaine de Perpignan, une agglomération intra-départementale regroupant 15 communes[I 3] et 201 061 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[I 4],[I 5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Perpignan dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 118 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[I 6],[I 7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (64,1 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (78,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (44,2 %), zones urbanisées (24,5 %), cultures permanentes (19,9 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (11,5 %)[11].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2013, le nombre total de logements dans la commune était de 3 139.

Parmi ces logements, 91,2 % étaient des résidences principales, 1,4 % des résidences secondaires et 7,4 % des logements vacants.

La part des ménages propriétaires de leur résidence principale s’élevait à 63,5 %[I 8].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La ligne 12 du réseau urbain Sankéo relie la commune au centre de Perpignan et au-delà à Torreilles depuis Canohès.

Une piste cyclable longe Toulouges et permet un accès direct à la métropole, cette piste cyclable de 15,7 km traverse plusieurs villages périurbain, comme Canohès, Ponteilla, Llupia, jusqu'à Thuir. Offrant une agréable vue sur le Canigou et les champs viticoles de la plaine. Cette voie verte dispose d'un sol lisse en béton, construite sur une ancienne voie ferrée.

Risques majeurs[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Toulouges est vulnérable à différents aléas naturels : inondations, climatiques (grand froid ou canicule), mouvements de terrains et séisme (sismicité modérée). Il est également exposé à un risque technologique, le transport de matières dangereuses, et à un risque particulier, le risque radon[12],[13].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Certaines parties du territoire communal sont susceptibles d’être affectées par le risque d’inondation par crue torrentielle de cours d'eau du bassin de la Têt. La commune fait partie du territoire à risques importants d'inondation (TRI) de Perpignan-Saint-Cyprien, regroupant 43 communes du bassin de vie de l'agglomération perpignanaise, un des 31 TRI qui ont été arrêtés le sur le bassin Rhône-Méditerranée. Des cartes des surfaces inondables ont été établies pour trois scénarios : fréquent (crue de temps de retour de 10 ans à 30 ans), moyen (temps de retour de 100 ans à 300 ans) et extrême (temps de retour de l'ordre de 1 000 ans, qui met en défaut tout système de protection)[14],[15].

Les mouvements de terrains susceptibles de se produire sur la commune sont liés au retrait-gonflement des argiles[16]. Une cartographie nationale de l'aléa retrait-gonflement des argiles permet de connaître les sols argileux ou marneux susceptibles vis-à-vis de ce phénomène[17].

Risques technologiques[modifier | modifier le code]

Le risque de transport de matières dangereuses sur la commune est lié à sa traversée par une infrastructure ferroviaire. Un accident se produisant sur de telles infrastructures est en effet susceptible d’avoir des effets graves au bâti ou aux personnes jusqu’à 350 m, selon la nature du matériau transporté. Des dispositions d’urbanisme peuvent être préconisées en conséquence[18].

Risque particulier[modifier | modifier le code]

Dans plusieurs parties du territoire national, le radon, accumulé dans certains logements ou autres locaux, peut constituer une source significative d’exposition de la population aux rayonnements ionisants. Toutes les communes du département sont concernées par le risque radon à un niveau plus ou moins élevé. Selon la classification de 2018, la commune de Toulouges est classée en zone 2, à savoir zone à potentiel radon faible mais sur lesquelles des facteurs géologiques particuliers peuvent faciliter le transfert du radon vers les bâtiments[19].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est mentionné en 908, en même temps que celui de son église, sous la forme Tulogias en 908, puis Tologis en 937, Tulujes en 1027, Tuluges en 1030, Toluges en 1119.

L'hypothèse la plus simple considère qu'il s'agit d'un nom de domaine basé sur le nom du propriétaire, par exemple le domaine de Tulludius[20] ou encore celui de Taluppius[21].

En catalan, le nom de la commune est Toluges[22].

Histoire[modifier | modifier le code]

La plaine de Toulouges a été le lieu d'une série de conciles, dits « conciles de paix », car ils prenaient place dans le mouvement de la Paix de Dieu. Ces conciles sont également désignés comme « conciles d'Elne / Toulouges » ou tout simplement « conciles d'Elne », car ils dépendaient de l'évêché d'Elne. Le premier de ces conciles a été réuni par l'archevêque de Narbonne Guifred de Cerdagne en 1027 et c'est le premier à évoquer le concept de Trêve de Dieu, qui complète celui de Paix de Dieu. Des conciles se sont par la suite tenus dans la plaine de Toulouges en et en 1065[23].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Louis Caseilles, devenu maire de Saint-Laurent-de-Cerdans en 2014
Liste des maires successifs[24]
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1792 Jacques Abrich    
1792 1794 François Mascle    
1794 1795 Joseph Barrera Turnet    
1795 1797 Julien Bonafos    
1797 1799 Joseph Mascle    
1799 1811 Joseph Barrere Llucia    
1811 1816 Clément Raymond    
1816 1830 François Fabresse    
1830 1843 Augustin Averos    
1843 1845 Michel Ricard    
1845 1846 Jean Barrere Sarmet    
1846 1848 Augustin Averos    
1848 1851 Joseph Gaspar    
1851 1861 Jean Blandinieres    
1861 1864 Jean Caneil    
1864 1870 Mathias Barde    
1870 1871 Joseph Vidal    
1871 1871 Alexandre Mascle    
1871 1874 François Ribere    
1874 1876 Alexandre Mascle    
1876 1877 François Ribere    
1877 1878 Alexandre Mascle    
1878 1881 Soler    
1881 1883 Pierre Pejouan    
1883 1888 Thomas Valette    
1888 1890 Antoine Sarrahy    
1890 1902 Raphaël Pejouan Pique    
1902 1922 Joseph Taurinya    
1922 1935 Joseph Brial    
1935 1941 Louis Lacaze    
1941 1944 Eugène Pejouan    
1944 1977 Albin Abelanet SFIO / PS conseiller municipal, puis maire (1953, 59, 65, 71), puis conseiller municipal (1977)[25]
mars 1977 mars 2014 Louis Caseilles[26],[27] PS puis PRG
puis PS
Conseiller général du canton de Toulouges (1982 → 2015)
mars 2014 juin 2020 Jean Roque[28] PS Retraité
Conseiller régional de Languedoc-Roussillon (2014 → 2015)[29]
Conseiller départemental du canton de Perpignan-6 (2015 → )
juin 2020 En cours Nicolas Barthe[30] SE Kinésithérapeute

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie ancienne[modifier | modifier le code]

La population est exprimée en nombre de feux (f) ou d'habitants (H).

Évolution de la population
1355 1359 1365 1378 1515 1553 1643 1709 1720
14 f19 f14 f1 f2 f2 f10 f52 f75 f
1730 1767 1774 1789 - - - - -
84 f401 H84 f115 f-----
(Sources : Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9))

Démographie contemporaine[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[31]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[32]. En 2019, la commune comptait 7 192 habitants[Note 4], en augmentation de 9,9 % par rapport à 2013 (Pyrénées-Orientales : +3,73 %, France hors Mayotte : +2,17 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
4325375297198358979219431 077
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0851 0621 1211 2321 2571 2481 2801 2401 345
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 4501 3121 2481 1431 1131 3151 3511 2681 357
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 5242 1172 8683 6374 9555 3965 7435 7016 115
2014 2019 - - - - - - -
6 6907 192-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[33] puis Insee à partir de 2006[34].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[35] 1975[35] 1982[35] 1990[35] 1999[35] 2006[36] 2009[37] 2013[38]
Rang de la commune dans le département 26 19 20 17 16 16 16 15
Nombre de communes du département 232 217 220 225 226 226 226 226

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • Collège François Mitterrand

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête patronale : [39] ;
  • Fête communale : [39].
Fête communale de Toulouges en 2019
Fête communale de Toulouges en 2019

Sports[modifier | modifier le code]

La ville de Toulouges a pour installations sportives 2 stades (Stade de Clairfont) et 2 salles polyvalentes dont le Naturopôle, la salle de basket-ball[40]. Clubs :

  • École treiziste catalane (ETC). Club de rugby à XIII connu pour former les meilleurs joueurs du département.
  • Union sportive athlétique toulougienne. Club omnisports comprenant un club de basket-ball (USA Toulouges), un club de tennis (USATTennis), un club de judo (USAT judo) et anciennement un club de rugby à XV féminin
  • Rugby club des Aspres. Club de rugby à XV de Toulouges, Canohès, Pollestres, Ponteilla, ne comprenant que des sections jeunes.
  • Canohès Toulouges Tennis de Table (CTTT). Club de tennis de table de Toulouges et Canohès.
  • La Plume toulougienne. Club de badminton
  • RFCT Club de football (Roussillon Football Canohès Toulouges)
  • Club pétanque toulougienne championne de France 3e division par équipes de club en 2011.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus[modifier | modifier le code]

En 2018, la commune compte 3 026 ménages fiscaux[Note 5], regroupant 6 971 personnes. La médiane du revenu disponible par unité de consommation est de 20 910 [I 9] (19 350  dans le département[I 10]). 49 % des ménages fiscaux sont imposés[Note 6] (42,1 % dans le département).

Emploi[modifier | modifier le code]

Taux de chômage
2008 2013 2018
Commune[I 11] 8,4 % 11,9 % 11,7 %
Département[I 12] 10,3 % 12,9 % 13,3 %
France entière[I 13] 8,3 % 10 % 10 %

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s'élève à 4 254 personnes, parmi lesquelles on compte 77,1 % d'actifs (65,4 % ayant un emploi et 11,7 % de chômeurs) et 22,9 % d'inactifs[Note 7],[I 11]. Depuis 2008, le taux de chômage communal (au sens du recensement) des 15-64 ans est inférieur à celui du département, mais supérieur à celui de la France.

La commune fait partie de la couronne de l'aire d'attraction de Perpignan, du fait qu'au moins 15 % des actifs travaillent dans le pôle[Carte 2],[I 14]. Elle compte 1 997 emplois en 2018, contre 2 011 en 2013 et 1 723 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune est de 2 808, soit un indicateur de concentration d'emploi de 71,1 % et un taux d'activité parmi les 15 ans ou plus de 57,6 %[I 15].

Sur ces 2 808 actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi, 595 travaillent dans la commune, soit 21 % des habitants[I 16]. Pour se rendre au travail, 87,1 % des habitants utilisent un véhicule personnel ou de fonction à quatre roues, 2,2 % les transports en commun, 7,4 % s'y rendent en deux-roues, à vélo ou à pied et 3,3 % n'ont pas besoin de transport (travail au domicile)[I 17].

Activités hors agriculture[modifier | modifier le code]

Secteurs d'activités[modifier | modifier le code]

651 établissements[Note 8] sont implantés à Toulouges au . Le tableau ci-dessous en détaille le nombre par secteur d'activité et compare les ratios avec ceux du département[Note 9],[I 18].

Secteur d'activité Commune Département
Nombre % %
Ensemble 651 100 % (100 %)
Industrie manufacturière,
industries extractives et autres
44 6,8 % (8,7 %)
Construction 115 17,7 % (14,3 %)
Commerce de gros et de détail,
transports, hébergement et restauration
133 20,4 % (30,5 %)
Information et communication 11 1,7 % (1,9 %)
Activités financières et d'assurance 26 4 % (3 %)
Activités immobilières 40 6,1 % (6,2 %)
Activités spécialisées, scientifiques et techniques
et activités de services administratifs et de soutien
116 17,8 % (13 %)
Administration publique, enseignement,
santé humaine et action sociale
110 16,9 % (13,9 %)
Autres activités de services 56 8,6 % (8,5 %)

Le secteur du commerce de gros et de détail, des transports, de l'hébergement et de la restauration est prépondérant sur la commune puisqu'il représente 20,4 % du nombre total d'établissements de la commune (133 sur les 651 entreprises implantées à Toulouges), contre 30,5 % au niveau départemental[I 19].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Les cinq entreprises ayant leur siège social sur le territoire communal qui génèrent le plus de chiffre d'affaires en 2020 sont[41] :

  • Brasserie Milles, commerce de gros (commerce interentreprises) de boissons (22 428 k€)
  • Anteus Fruits, commerce de gros (commerce interentreprises) de fruits et légumes (10 780 k€)
  • Guy Barboteu Restauration SARL, restauration collective sous contrat (9 151 k€)
  • Roussillon Achat Service - Ras, commerce de gros (commerce interentreprises) de fruits et légumes (8 784 k€)
  • Blinker France, commerce de gros (commerce interentreprises) de quincaillerie (6 973 k€)

Agriculture[modifier | modifier le code]

La commune est dans la « plaine du Roussilon », une petite région agricole occupant la bande cotière et une grande partie centrale du département des Pyrénées-Orientales[42]. En 2020, l'orientation technico-économique de l'agriculture[Note 10] sur la commune est la polyculture et/ou le polyélevage[Carte 3].

1988 2000 2010 2020
Exploitations 118 58 30 17
SAU[Note 11] (ha) 553 347 216 117

Le nombre d'exploitations agricoles en activité et ayant leur siège dans la commune est passé de 118 lors du recensement agricole de 1988[Note 12] à 58 en 2000 puis à 30 en 2010[44] et enfin à 17 en 2020[Carte 4], soit une baisse de 86 % en 32 ans. Le même mouvement est observé à l'échelle du département qui a perdu pendant cette période 73 % de ses exploitations[45],[Carte 5]. La surface agricole utilisée sur la commune a également diminué, passant de 553 ha en 1988 à 117 ha en 2020[Carte 6]. Parallèlement la surface agricole utilisée moyenne par exploitation a augmenté, passant de 5 à 7 ha[44].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Gaston Groussole, écrivain et poète roussillonnais, né en 1927
  • Joseph Sayrou (1898-1974), joueur français de rugby à XV, 9 fois sélectionné en équipe de France (1926-1929), né à Toulouges

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Toulouges Blason
De sinople à la main dextre bénissante parée d’or posée en fasce, brochant sur un cercle d’argent.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roland Serres, Toulouges en Roussillon : Pages d'histoire, Saint-Estève, Michel Fricker productions, , 293 p..

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes à vol d'oiseau.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  5. Un ménage fiscal est constitué par le regroupement des foyers fiscaux répertoriés dans un même logement. Son existence, une année donnée, tient au fait que coïncident au moins une déclaration indépendante de revenus et l’occupation d’un logement connu à la taxe d’habitation.
  6. La part des ménages fiscaux imposés est le pourcentage des ménages fiscaux qui ont un impôt à acquitter au titre de l'impôt sur le revenu des personnes physiques. L'impôt à acquitter pour un ménage fiscal correspond à la somme des impôts à acquitter par les foyers fiscaux qui le composent.
  7. Les inactifs regroupent, au sens de l'Insee, les élèves, les étudiants, les stagiaires non rémunérés, les pré-retraités, les retraités et les autres inactifs.
  8. L'établissement, au sens de l’Insee, est une unité de production géographiquement individualisée, mais juridiquement dépendante de l'unité légale. Il produit des biens ou des services.
  9. Le champ de ce tableau couvre les activités marchandes hors agriculture.
  10. L'orientation technico-économique est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  11. Les données relatives à la surface agricole utilisée (SAU) sont localisées à la commune où se situe le lieu principal de production de chaque exploitation. Les chiffres d'une commune doivent donc être interprétés avec prudence, une exploitation pouvant exercer son activité sur plusieurs communes, ou plusieurs départements voire plusieurs régions.
  12. Le recensement agricole est une opération décennale européenne et obligatoire qui a pour objectif d'actualiser les données sur l'agriculture française et de mesurer son poids dans l'agriculture européenne[43].
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  2. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Carte de la commune dans le zonage des aires d'attraction de villes. », sur l'observatoire des territoires (consulté le ).
  3. « Recensement agricole 2020 - Carte de la spécialisation de la production agricole par commune », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Recensement agricole 2020 - Carte du nombre d'exploitations et de la surface agricole utilisée (SAU) moyenne par commune », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Recensement agricole 2020 - Carte du nombre d'exploitations et de la surface agricole utilisée par département », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Recensement agricole 2020 - Carte de la surface agricole utilisée (SAU) par commune et de la SAU moyenne », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Métadonnées de la commune de Toulouges » (consulté le ).
  2. « Commune urbaine - définition » (consulté le ).
  3. « Unité urbaine 2020 de Perpignan » (consulté le ).
  4. « Base des unités urbaines 2020 », (consulté le ).
  5. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », (consulté le ).
  6. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Perpignan » (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », (consulté le ).
  8. Statistiques officielles de l’INSEE (version nov 2016).
  9. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 à Toulouges » (consulté le ).
  10. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 dans les Pyrénées-Orientales » (consulté le ).
  11. a et b « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 à Toulouges » (consulté le ).
  12. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans les Pyrénées-Orientales » (consulté le ).
  13. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  14. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur site de l'Insee (consulté le ).
  15. « Emp T5 - Emploi et activité en 2018 à Toulouges » (consulté le ).
  16. « ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la commune en 2018 » (consulté le ).
  17. « ACT G2 - Part des moyens de transport utilisés pour se rendre au travail en 2018 » (consulté le ).
  18. « DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2019 à Toulouges » (consulté le ).
  19. « DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2019 dans les Pyrénées-Orientales » (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Stephan Georg, « Distance entre Toulouges et Perpignan », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  2. « Communes les plus proches de Toulouges », sur www.villorama.com (consulté le ).
  3. Carrere, J.B., Description de la Province de Roussillon, Paris, chez Lamy, , 438 p. (lire en ligne).
  4. Frédéric Zégierman, Le guide des pays de France - Sud, Paris, Fayard, (ISBN 2-213-59961-0), p. 222-225.
  5. Carte IGN sous Géoportail
  6. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Toulouges », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  7. « Liste des ZNIEFF de la commune de Toulouges », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  8. « Liste des espaces protégés sur la commune de Toulouges », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  9. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  12. « Dossier départemental des risques majeurs (DDRM) des Pyrénées-Orientales », sur le site de la préfecture, édition 2017 (consulté le ), chapitre 1 - Liste des risques par commune.
  13. « Les risques près de chez moi - commune de Toulouges », sur Géorisques (consulté le )
  14. « cartographie des risques d'inondations du tri de perpignan/saint-cyprien », sur le site du service public d’information sur l’eau et les milieux aquatiques dans le bassin Rhône-Méditerranée, (consulté le )
  15. « Dossier départemental des risques majeurs (DDRM) des Pyrénées-Orientales », sur le site de la préfecture, édition 2017 (consulté le ), partie 1 - chapitre Risque inondation.
  16. « Dossier départemental des risques majeurs (DDRM) des Pyrénées-Orientales », sur le site de la préfecture, édition 2017 (consulté le ), partie 1 - chapitre Mouvements de terrain.
  17. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le )
  18. « Dossier départemental des risques majeurs (DDRM) des Pyrénées-Orientales », sur le site de la préfecture, édition 2017 (consulté le ), partie 3 - chapitre Risque transport de matières dangereuses.
  19. « cartographie des risques d'inondations du tri de perpignan/saint-cyprien », (consulté le )
  20. Louis Bassède Toponymie des Pyrénées-orientales, Syndicat national des instituteurs, Perpignan, 1964, 65 p.
  21. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, T. III, Formations dialectales (suite) et françaises : étymologie de 35000 noms de lieux. Édition 2, Librairie Droz 1998, ISSN 0079-7812, 3635
  22. (ca)(fr)Institut d’Estudis Catalans, Université de Perpignan, Nomenclàtor toponímic de la Catalunya del Nord, Barcelone, (lire en ligne).
  23. Odette Pontal, Les conciles de la France capétienne jusqu'en 1215, Paris, Editions du Cerf, 1995.
  24. Liste des maires de Toulouges sur le site MairesGenWeb
  25. « Abélanet Albin, Adrien », sur Maitron (consulté le ).
  26. Louis Caseilles a parrainé la candidature de Christiane Taubira à l'élection présidentielle de 2002, cf. Liste des citoyens ayant présenté les candidats à l'élection du Président de la République de 2002.
  27. Préfecture des Pyrénées-Orientales, Liste des maires élus en 2008, consultée le 22 juillet 2010
  28. [PDF] « Liste des maires du département des Pyrénées-Orientales à la suite des élections municipales et communautaires des 23 et 30 mars 2014 », sur http://la-clau.net.
  29. Ouillade.eu, Le maire socialiste de Toulouges, Jean Roque, devient conseiller régional, 27 août 2014
  30. Modèle:Liste des maires des PO élus en 2020.
  31. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  32. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  33. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  34. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  35. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le ).
  36. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  37. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  38. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  39. a et b Michel de La Torre, Pyrénées-Orientales : Le guide complet de ses 224 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », (ISBN 2-7399-5066-7).
  40. http://www.toulouges.fr/# Mairie de Toulouges
  41. « Entreprises à Toulouges », sur entreprises.lefigaro.fr (consulté le ).
  42. « Les régions agricoles (RA), petites régions agricoles(PRA) - Année de référence : 2017 », sur agreste.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  43. Présentation des premiers résultats du recensement agricole 2020, Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, 10 décembre 2021
  44. a et b « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Toulouges - Données générales », sur recensement-agricole.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  45. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans le département des Pyrénées-Orientales » (consulté le ).
  46. « Eglise de l'Assomption de la Vierge », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le )