Aurec-sur-Loire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aurec-sur-Loire
Aurec-sur-Loire
Vue générale du bourg médiéval d'Aurec-sur-Loire.
Blason de Aurec-sur-Loire
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Loire
Arrondissement Yssingeaux
Intercommunalité Communauté de communes Loire et Semène
Maire
Mandat
Claude Vial
2020-2026
Code postal 43110
Code commune 43012
Démographie
Gentilé Aurécois
Population
municipale
6 142 hab. (2019 en augmentation de 3,77 % par rapport à 2013)
Densité 274 hab./km2
Population
agglomération
374 318 hab. (2019)
Géographie
Coordonnées 45° 22′ 12″ nord, 4° 12′ 09″ est
Altitude Min. 414 m
Max. 821 m
Superficie 22,44 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Saint-Étienne
(banlieue)
Aire d'attraction Saint-Étienne
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Aurec-sur-Loire
(bureau centralisateur)
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Aurec-sur-Loire
Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire
Voir sur la carte topographique de la Haute-Loire
City locator 14.svg
Aurec-sur-Loire
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aurec-sur-Loire
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aurec-sur-Loire
Liens
Site web mairie-aurec.fr

Aurec-sur-Loire est une commune française située dans le département de la Haute-Loire, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Il s'agit de la cinquième ville la plus peuplée du département.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située non loin de Firminy, à la limite des anciennes régions administratives de l'Auvergne et de Rhône-Alpes, à quelques encablures du Forez et aux portes du Velay, elle est traversée par la Loire. Elle s'inscrit dans l'unité urbaine de Saint-Étienne de la banlieue de laquelle elle est l'une des communes, à environ 20 minutes de route. Selon certaines définitions de l'INSEE, Aurec se situe aussi dans la zone d'influence de la métropole lyonnaise à laquelle elle est reliée par train en une heure.

On recense environ 6 000 habitants en 2015, ce qui place la commune au cinquième rang en matière de démographie en Haute-Loire.

La commune s'étend sur les deux rives de la Loire mais le centre ancien se situe sur sa rive droite. La situation très encaissée de la ville (430 mètres d'altitude dans le centre-ville), blottie dans une sorte de « cuvette », lui offre un microclimat, ce qui lui vaut régulièrement le surnom de « Petit Nice »[réf. nécessaire]. Sur ses hauteurs, les hameaux d'Ouillas ou Pied notamment sur la rive droite et Mons ou Beauvoir sur la rive gauche culminent à plus de 800 mètres d'altitude. Une table d'orientation installée par la municipalité est située à proximité du village de Mons, sur le plateau vers Saint-Maurice-en-Gourgois. Elle permet d'apprécier une splendide vue sur le bassin de vie stéphanois.

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte de la commune avec localisation de la mairie.

La commune d'Aurec-sur-Loire se trouve dans le département de la Haute-Loire, en région Auvergne-Rhône-Alpes[1].

Elle se situe à 61 km par la route[Note 1] du Puy-en-Velay[2], préfecture du département, et à 36 km d'Yssingeaux[3], sous-préfecture

Les communes les plus proches[Note 2] sont[4] : Malvalette (3,7 km), La Chapelle-d'Aurec (3,8 km), Saint-Maurice-en-Gourgois (3,9 km), Saint-Paul-en-Cornillon (4,4 km), Saint-Ferréol-d'Auroure (4,4 km), Pont-Salomon (5,0 km), Fraisses (5,4 km), Unieux (5,9 km).

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Aurec-sur-Loire est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[5],[6],[7]. Elle appartient à l'unité urbaine de Saint-Étienne, une agglomération inter-départementale regroupant 32 communes[8] et 374 318 habitants en 2019, dont elle est une commune de la banlieue[9],[10].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Étienne dont elle est une commune de la couronne[Note 4]. Cette aire, qui regroupe 105 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[11],[12].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (54,1 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (55,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (50,2 %), zones agricoles hétérogènes (24,3 %), zones urbanisées (13,9 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (3,9 %), prairies (3,1 %), eaux continentales[Note 5] (2,4 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (2,2 %)[13].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 138, alors qu'il était de 136 en 2013 et de 120 en 2008[I 1].

Parmi ces logements, 60,1 % étaient des résidences principales, 23,9 % des résidences secondaires et 15,9 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 95,7 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 4,3 % des appartements[I 2].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Aurec-sur-Loire en 2018 en comparaison avec celle de la Haute-Loire et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (23,9 %) supérieure à celle du département (16,1 %) et à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 67 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (64,8 % en 2013), contre 70 % pour la Haute-Loire et 57,5 pour la France entière[I 3].

Le logement à Aurec-sur-Loire en 2018.
Typologie Aurec-sur-Loire[I 1] Haute-Loire[I 4] France entière[I 5]
Résidences principales (en %) 60,1 71,5 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 23,9 16,1 9,7
Logements vacants (en %) 15,9 12,4 8,2

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Bien qu'étant située dans l'unité urbaine de Saint-Étienne, Aurec ne bénéficie pas des transports de la STAS qui s'arrêtent au rond-point de son hameau de Semène délimitant les départements de la Loire et de la Haute-Loire, à trois kilomètres du centre-ville. En revanche, la ville dispose d'une gare ferroviaire la reliant au Puy-en-Velay dans un sens, et à Saint-Étienne-Châteaucreux et Lyon dans l'autre de manière régulière[14].

Par ailleurs, la départementale D 46 la relie à Firminy et elle se trouve à 10 minutes de la RN 88 depuis La Chapelle-d'Aurec.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes [Ecclesia S. Petri de] Auriaco vers 1030 (La Mure, ducs de Bourbon, III, pr., 16)[15],[16]; [Prior de] Aurecyo en 1299 (les Olim, III, 2); [Mandamentum d’]Aurec en 1317 (Arch. nat., P. 14003, c. 990); Castrum Aureaci en 1322 (Arch. nat., P. 4941, c. 44); Auriacum supra Litgerim en 1405 (Drôme); Auriec au XVIe siècle (Médicis, II, 343); Ourier en 1569 (terrier de Saint-Didier); Aurec[-Nerestang] en 1674 (Haute-Loire, B. 29)[15].

Il s'agit d’une formation toponymique gallo-romaine en -(i)acum[16], suffixe de localisation et de propriété d'origine gauloise et qui explique la plupart des formations toponymiques terminées par -(i)ac dans le sud de la France, en -(a)y généralement dans le nord et -(i)eu dans le domaine du franco-provençal au centre sud-est. Cependant dans deux secteurs en France -(i)acum a subi une évolution particulière en -(i)ec, -(i)ecq, il s'agit dans le cas d’Aurec de l'ancienne limite entre la langue d’oc et le franco-provençal[17].

Le premier élément Aur- représente sans doute un nom de personne latin Aurius[16], bien représenté dans le sud de la France, d'où les homonymies avec Auriac (Lot, Aveyron, Cantal, Dordogne, Haute-Garonne, Lot-et-Garonne) et Auriat (Creuse)[16].

Le déterminant complémentaire -sur-Loire apparaît vers le XIVe siècle (voir supra : Auriacum supra Litgerim en 1405).

Histoire[modifier | modifier le code]

Selon certains érudits locaux, les rédacteurs des cartulaires du haut Moyen Âge ne savent pas où mettre Aurec. Tantôt il est vellave, tantôt lyonnais, tantôt forézien. Les recherches les plus récentes des spécialistes permettent aujourd'hui de remettre en cause le roman historique des origines d'Aurec tel qu'il était raconté depuis le XVIIe siècle. L'archéologue et historien Pierre-Eric Poble vient de démontrer que tout ce que nous connaissions des origines d'Aurec était faux[18]. Une nouvelle histoire des premiers temps d'Aurec, basée sur d'importants travaux de recherches scientifiques sera donc bientôt disponible (sans doute en septembre 2022)[19].

Une bulle du pape Clément IV du pour place officiellement Aurec sous l’autorité des évêques du Puy[20].Clément IV (le Français Guy Foulques) est un ancien évêque du Puy et en 1267 l’évêque du Puy régnant est un de la Roue, de la famille qui possède le château d’Aurec.

Malgré ses murailles, la ville a connu plusieurs fois les envahisseurs.

D'abord aux moments de la guerre de Cent Ans. Vers 1420, c'est Héracle II de Rochebaron, partisan des Bourguignons, qui prend et pille Aurec.

Dix ans plus tard, c'est un capitaine de routiers appartenant à la troupe de Rodrigue de Villandrando, aventurier espagnol au service du roi, qui se rend maître de la cité et va même jusqu'à attacher son cheval, dans l'église, à la statue de Saint Pierre (aujourd'hui disparue).

Ensuite, au moment des guerres de Religion, le terrible Baron des Adrets, après avoir pris Saint-Bonnet-le-Château, enlève Aurec.

Comme le reste de la France voire de l'Europe, la grande famine de 1693-1694 va frapper durement Aurec. Les registres d'état civil enregistrent un pic extraordinaire de décès pour ces deux années-là : 114 décès en 1693, 174 décès en 1694 alors que la moyenne pour la période 1684-1704 s'établit à environ 33 décès par an.

Un hiver très rigoureux en 1692, puis un printemps et un été trop pluvieux entraînent des récoltes médiocres donc une sous alimentation qui favorise les épidémies et décime la population.

En 1865, une portion du territoire communal a été cédée pour la création de celle de Pont-Salomon, conjointement avec des contributions des communes de Saint-Didier-en-Velay et de Saint-Ferréol-d'Auroure[21].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune d'Aurec-sur-Loire est membre de la communauté de communes Loire et Semène[22], un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à La Séauve-sur-Semène. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[23].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement d'Yssingeaux, à la circonscription administrative de l'État de la Haute-Loire et à la région Auvergne-Rhône-Alpes[22].

Sur le plan électoral, elle dépend du canton d'Aurec-sur-Loire pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[22], et de la première circonscription de la Haute-Loire pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[24].

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Élections de 2020[modifier | modifier le code]

Tête de liste Suffrages Pourcentage CM CC
Claude Vial 1138 53,57 % 23 6
Yvon Valeyre 986 46,42 % 6 2

Le conseil municipal d'Aurec-sur-Loire, commune de plus de 1 000 habitants, est élu au scrutin proportionnel de liste à deux tours (sans aucune modification possible de la liste)[25], pour un mandat de six ans renouvelable[26]. Compte tenu de la population communale, le nombre de sièges à pourvoir lors des élections municipales de 2020 est de 29[27]. Les vingt-neuf conseillers municipaux sont élus au premier tour avec un taux de participation de 47,52 %, se répartissant en vingt-trois issus de la liste conduite par Claude Vial et six issus de celle d'Yvon Valeyre[28]. Claude Vial, maire sortant, est réélu pour un nouveau mandat le [29].

Les huit sièges attribués à la commune au sein du conseil communautaire de la communauté de communes Loire et Semène se répartissent en : liste de Claude Vial (6) et liste d'Yvon Valeyre (2)[28].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1941 mars 1977 Robert Bouvard RI Industriel
Président du conseil général (1949-1964)
Sénateur (1959-1974)
mars 1977 mars 1989 Pierre Quitot UDF puis DL Industriel
Conseiller général (1982-2008)
mars 1989 mars 2008 Guy Vocanson PS Conseiller général (2008-2015)
mars 2008 En cours
(au 15 juin 2020)
Claude Vial[30] DVD Fonctionnaire
Vice-président de la communauté de communes Loire et Semène

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[31]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[32].

En 2019, la commune comptait 6 142 habitants[Note 6], en augmentation de 3,77 % par rapport à 2013 (Haute-Loire : +0,6 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 1041 8962 1132 4072 5702 5752 5912 7102 700
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 8122 8292 4552 5312 6132 6742 5992 5112 232
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 5682 8012 5912 0952 2342 6092 6682 6092 745
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
3 1063 6203 9754 2484 5104 8955 1655 2295 557
2014 2019 - - - - - - -
6 0356 142-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[33] puis Insee à partir de 2006[34].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 33,8 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (31 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 28,7 % la même année, alors qu'il est de 31,1 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 2 995 hommes pour 3 132 femmes, soit un taux de 51,12 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (50,87 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[35]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,9 
90 ou +
2,2 
7,3 
75-89 ans
10,6 
17,5 
60-74 ans
18,6 
19,5 
45-59 ans
19,3 
18,3 
30-44 ans
18,2 
15,5 
15-29 ans
12,7 
21,0 
0-14 ans
18,3 
Pyramide des âges du département de la Haute-Loire en 2018 en pourcentage[36]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ou +
2,4 
75-89 ans
11,6 
19,7 
60-74 ans
19,6 
21,6 
45-59 ans
20,5 
17,2 
30-44 ans
16,4 
15,3 
15-29 ans
13,4 
17,4 
0-14 ans
16,1 

Vie associative[modifier | modifier le code]

De nombreuses associations culturelles et sportives sont installées à Aurec : l'école de musique intercommunale de Loire-Semène, Musica'LS y dispose de son siège administratif et de son plus grand site d'enseignement de la communauté de communes. D'autres associations locales font vivre la commune comme le Cercle Musical Aurécois (fanfare intervenant pour des cérémonies et des défilés d'animation), le Football Club d'Aurec, le Groupement d'Animations Local d'Aurec-sur-Loire[37] (comité des fêtes), les Amis du vieil Aurec[38] (valorise et fait vivre le patrimoine aurécois en organisant des manifestations culturelles), Free Mômes (Organisation de concerts), la Fédération Nationale des Anciens Combattants, la Gaule amicale aurécoise (pêche et protection du milieu aquatique), parmi d'autres animent la cité tous les ans[39].

Phénomène (ex Mouv' Asso Jeune), association active partout en France, en particulier en Haute-Loire, à Saint-Étienne, Lyon et Paris y possède également son siège social et son antenne Haute-Loire[40]. Avec les Enfants avant tout et les Virades de l'Espoir, le Téléthon local organisé par l'association entre 2012 et 2016 constituait l'une des manifestations caritatives incontournables de la ville[41].

À travers la MJC, GALA, Free-Mômes et Phénomène, la commune jouit d'une richesse événementielle associative importante et peut se targuer d'avoir accueilli des grands noms de la scène nationale : Guerilla Poubelle[42], Shaman Tribu, Stocks, Les Hurlements d'Léo[43], Les Ogres de Barback, les Naufragés, HK ou encore Celkilt[44] ont déjà posé leurs valises sur la commune.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus[modifier | modifier le code]

En 2018 (données Insee publiées en ), la commune compte 2 535 ménages fiscaux[Note 7], regroupant 5 931 personnes. La médiane du revenu disponible par unité de consommation est de 21 590 [I 6] (20 800  dans le département[I 7]). 47 % des ménages fiscaux sont imposés[Note 8] (42,8 % dans le département).

Emploi[modifier | modifier le code]

Taux de chômage
Division 2008 2013 2018
Commune[I 8] 8,1 % 9 % 7,3 %
Département[I 9] 6,3 % 7,7 % 7,7 %
France entière[I 10] 8,3 % 10 % 10 %

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s'élève à 3 560 personnes, parmi lesquelles on compte 74,8 % d'actifs (67,5 % ayant un emploi et 7,3 % de chômeurs) et 25,2 % d'inactifs[Note 9],[I 8]. En 2018, le taux de chômage communal (au sens du recensement) des 15-64 ans est inférieur à celui de la France et département, alors qu'en 2008 il était supérieur à celui du département et inférieur à celui de la France.

La commune fait partie de la couronne de l'aire d'attraction de Saint-Étienne, du fait qu'au moins 15 % des actifs travaillent dans le pôle[Carte 2],[I 11]. Elle compte 1 180 emplois en 2018, contre 1 265 en 2013 et 1 374 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune est de 2 436, soit un indicateur de concentration d'emploi de 48,5 % et un taux d'activité parmi les 15 ans ou plus de 54,8 %[I 12].

Sur ces 2 436 actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi, 540 travaillent dans la commune, soit 22 % des habitants[I 13]. Pour se rendre au travail, 87,2 % des habitants utilisent un véhicule personnel ou de fonction à quatre roues, 3,7 % les transports en commun, 5,6 % s'y rendent en deux-roues, à vélo ou à pied, et 3,4 % n'ont pas besoin de transport (travail au domicile)[I 14].

Industrie[modifier | modifier le code]

Aurec dispose d'une zone industrielle fournie, laquelle accueille notamment plusieurs entreprises spécialisées dans la mécanique générale de précision. Le leader européen du caoutchouc et de ses dérivés, Interep[45] y possède son siège mondial de même que la société Rondy. La première est engagée dans une extension autour du site actuel qui devrait être livré d'ici 2020 afin de se développer sur d'autres marchés[46].

Outre l'industrie, la commune possède plusieurs atouts touristiques qui en font un pilier de l'économie locale avec le commerce et les services.

En 1947, Paul Royet installe sa Société des établissements modernes de mécanique (SEMM puis SEM) dans un grand bâtiment racheté aux filatures Bélinac pour y produire des obturateurs et des appareils photographiques, principalement les reflex bi-objectifs Semflex. Sous diverses raisons sociales, la fabrication des Semflex perdurera jusqu'en 1976[47].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Aurec-sur-Loire est une ville touristique grâce à la proximité des monts du Forez, des monts du Vivarais et des autres domaines du Massif central.

La ville possède aussi une piscine d'été, une bibliothèque, un château, un musée, une MJC. La base nautique située au Nautic à Aurec a été réaménagée après les graves inondations de 2008 et tous les bords de la Semène ont été nettoyés et réhabilités. C'est la même chose concernant la base de loisirs située sur la rive gauche de la Loire transformée en « Aurec Plage » après 2008.

Depuis quelques années, la société publique Loire-Semène Tourisme gère le développement touristique d'Aurec comprenant l'exploitation du camping et des autres moyens d'accueil (Aurec Étape) et la base de loisirs Aurec Plage fréquentée par des milliers de personnes chaque année. Cette base est labellisée aire « Respirando » par le département de la Haute-Loire[41].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château seigneurial d'Aurec, façade sur rue.
Château seigneurial d'Aurec, façade côté jardin. Devant : jardin du château devenu jardin public.
Château du moine sacristain.

Voies et lieux-dits[modifier | modifier le code]

183 odonymes recensés à Aurec-sur-Loire
au 5 octobre 2014
Allée Ave. Bd Chemin Cité Clos Imp. Montée Pass. Place Pont Quai Rd-pt Route Rue Ruelle Square Autres Total
2 [N 1] 8 1 [N 2] 30 0 0 12 0 0 5 [N 3] 0 0 0 11 61 [N 4] 0 0 53 [N 5] 183
Notes « N »
  1. Allée des Amis et Allée du Pré Fleuri.
  2. Boulevard Saint Roch.
  3. Place de l'Église, Place de la Gare, Place des Échaneaux, Place des Perrots et Place du Breuil.
  4. Dont Rue du 19-Mars-1962 et Rue du 8-Mai.
  5. Autres voies non identifiées en relation avec des écarts, lieux-dits, hameaux, zones industrielles, lotissements, résidences, quartiers, parcs, etc.
Sources : rue-ville.info & annuaire-mairie.fr & OpenStreetMap

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes

Les armes d'Aurec-sur-Loire se blasonnent ainsi :

Fascé d'or et d'azur.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Jacques Peyret-Lacombe, Les caveaux de l’église Saint-Pierre d’Aurec : in Cahiers de la Haute-Loire 1967, Le Puy-en-Velay, Cahiers de la Haute-Loire, (lire en ligne)
  • Pierre-Éric Poble, La charte dite de “fondation du prieuré d’Aurec”, une histoire de faussaires ? : in Cahiers de la Haute-Loire 2021, Le Puy-en-Velay, Cahiers de la Haute-Loire,

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes par la voie routière et évaluées à l'aide d'un calculateur d'itinéraires.
  2. Les distances sont mesurées entre chef-lieux de communes à vol d'oiseau.
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  7. Un ménage fiscal est constitué par le regroupement des foyers fiscaux répertoriés dans un même logement. Son existence, une année donnée, tient au fait que coïncident au moins une déclaration indépendante de revenus et l’occupation d’un logement connu à la taxe d’habitation.
  8. La part des ménages fiscaux imposés est le pourcentage des ménages fiscaux qui ont un impôt à acquitter au titre de l'impôt sur le revenu des personnes physiques. L'impôt à acquitter pour un ménage fiscal correspond à la somme des impôts à acquitter par les foyers fiscaux qui le composent.
  9. Les inactifs regroupent, au sens de l'Insee, les élèves, les étudiants, les stagiaires non rémunérés, les pré-retraités, les retraités et les autres inactifs.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  2. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Carte de la commune dans le zonage des aires d'attraction de villes. », sur l'observatoire des territoires (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Chiffres clés - Logement en 2018 à Aurec-sur-Loire », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  2. « Chiffres clés - Logement en 2018 à Aurec-sur-Loire - Section LOG T2 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  3. « Chiffres clés - Logement en 2018 à Aurec-sur-Loire - Section LOG T7 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  4. « Chiffres clés - Logement en 2018 dans la Haute-Loire », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  5. « Chiffres clés - Logement en 2018 dans la France entière », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  6. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 à Aurec-sur-Loire » (consulté le ).
  7. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 dans la Haute-Loire » (consulté le ).
  8. a et b « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité à Aurec-sur-Loire » (consulté le ).
  9. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité dans la Haute-Loire » (consulté le ).
  10. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité dans la France entière » (consulté le ).
  11. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur site de l'Insee (consulté le ).
  12. « Emp T5 - Emploi et activité à Aurec-sur-Loire » (consulté le ).
  13. « ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la commune » (consulté le ).
  14. « ACT G2 - Part des moyens de transport utilisés pour se rendre au travail en 2018 » (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. « Métadonnées de la commune d'Aurec-sur-Loire », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  2. Stephan Georg, « Distance entre Aurec-sur-Loire et Le Puy-en-Velay », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  3. Stephan Georg, « Distance entre Aurec-sur-Loire et Yssingeaux », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Communes les plus proches d'Aurec-sur-Loire », sur www.villorama.com (consulté le ).
  5. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  7. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Unité urbaine 2020 de Saint-Étienne », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  9. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  10. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  11. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  14. « Aurec | Gares & Connexions », sur www.gares-sncf.com (consulté le ).
  15. a et b Augustin Chassaing et Antoine Jacotin, Dictionnaire topographique du département de la Haute-Loire, Paris, Imprimerie Nationale, , p. 12 (lire en ligne sur DicoTopo) [1]
  16. a b c et d Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 37b
  17. Pierre Bonnaud, « A propos d’une thèse de dialectologie : Les problèmes de peuplement du centre de la France » in Norois, 1969, n° 61, p. 42 (lire en ligne sur Persée) [2]
  18. Pierre-Eric Poble, « Les origines médiévales d’Aurec-sur-Loire. La charte dite de “fondation du prieuré d’Aurec”, une histoire de faussaires ? », sur Cahiers de la Haute-Loire
  19. Pierre-Eric Poble, « Les origines médiévales d’Aurec-sur-Loire. La charte dite de “fondation du prieuré d’Aurec”, une histoire de faussaires ? », sur Cahiers de la Haute-Loire
  20. Etienne Médicis, Livre de Podio ou Chroniques d'Etienne Médicis, bourgeois du Puy, Le Puy-en-Velay, , tome 1, p. 80.
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Aurec-sur-Loire », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le ).
  22. a b et c « Code officiel géographique- Rattachements de la commune d'Aurec-sur-Loire », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  23. « communauté de communes Loire et Semène - fiche descriptive au  », sur la Base nationale sur l'intercommunalité (consulté le ).
  24. « Découpage électoral de la Haute-Loire (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le ).
  25. Loi no 2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral, article 51 et son décret d'application no 2013-938 du 18 octobre 2013.
  26. « Election des conseillers municipaux et du maire », sur le site de la DGCL (consulté le )
  27. Article L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales
  28. a et b « Résultats du 1er tour pour Aurec-sur-Loire », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le )
  29. « Répertoire national des élus - version du 3 septembre 2020 », sur https://www.data.gouv.fr/ (consulté le )
  30. « Aurec-sur-Loire : Claude Vial installé pour un troisième mandat de maire », sur lacommere43.fr, (consulté le ).
  31. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  32. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  33. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  34. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  35. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune d'Aurec-sur-Loire (43012) », (consulté le ).
  36. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de la Haute-Loire (43) », (consulté le ).
  37. « G.A.L.A AUREC SUR LOIRE », sur g-a-l-a-groupement-d-animation-locale-aurecois.e-monsite.com (consulté le ).
  38. « Amis du Vieil Aurec:AVA, patrimoine, événements culturels », sur amis-du-vieil-aurec.e-monsite.com (consulté le ).
  39. « Associations - Aurec-sur-Loire - Site officiel de la commune », sur www.mairie-aurec.fr (consulté le ).
  40. « Contact », sur Phénomène (consulté le ).
  41. a et b « Comi-T Aurec sur Loire », sur Comi-T (consulté le ).
  42. « Guerilla Poubelle en concert le Vendredi 10 juillet 2015, Mjc à Aurec Sur Loire, Aurec-sur-Loire », sur www.infoconcert.com (consulté le ).
  43. « Les Hurlements d’Léo en concert à Aurec-sur-Loire » (consulté le ).
  44. « Celkilt + premiere partie : Concert Rock a Aurec-sur-Loire », sur c.leprogres.fr (consulté le ).
  45. « A propos | Interep », sur www.interep.fr (consulté le ).
  46. Audio - Enregistrement du Conseil Municipal
  47. Patrice-Hervé Pontl, SEM et les Semflex : en tête des 6 x 6 français, Neuilly, Fotosagac, , 144 p. (ISBN 978-2-906840-09-6), p.9.
  48. « Château de la Grangeasse à Aurec-sur-Loire - PA00135204 - Monumentum », sur www.monumentum.fr (consulté le ).
  49. webmaster@chateau-fort-manoir-chateau.eu, « chateau de la Grangeasse - Aurec sur Loire », sur www.chateau-fort-manoir-chateau.eu (consulté le ).
  50. a et b Jean Merley, La Haute-Loire, de la fin de l'ancien Régime aux débuts de la troisième République, Le Puy-en-Velay, Archives départementales de la Haute-Loire, .
  51. Josette Garnier, Bourgeoisie et propriété immobilière en Forez : aux XVIIe et XVIIIe siècles, Saint-Étienne, Cente d'études foréziennes, , 515 p. (ISBN 978-2-85145-044-9, présentation en ligne).
  52. Jean-Antoine de la Tour-Varan, Études historiques sur le Forez : Armorial et généalogies des familles qui se rattachent à l'histoire de Saint-Etienne ou aux chroniques des châteaux et des abbayes, Saint-Etienne, Montagny, .