Pont-Salomon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pont-Salomon
Pont-Salomon
L'église de Pont-Salomon
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Loire
Arrondissement Yssingeaux
Intercommunalité Communauté de communes Loire et Semène
Maire
Mandat
David Rabeyrin
2020-2026
Code postal 43330
Code commune 43153
Démographie
Gentilé Pontois(es)
Population
municipale
1 960 hab. (2018 en diminution de 0,96 % par rapport à 2013)
Densité 233 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 20′ 19″ nord, 4° 14′ 55″ est
Altitude Min. 552 m
Max. 803 m
Superficie 8,43 km2
Élections
Départementales Canton d'Aurec-sur-Loire
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Pont-Salomon
Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire
Voir sur la carte topographique de la Haute-Loire
City locator 14.svg
Pont-Salomon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pont-Salomon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pont-Salomon

Pont-Salomon est une commune française située dans le département de la Haute-Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Pont-Salomon et les communes voisines

Localisée sur les berges de la rivière Semène, la commune de Pont-Salomon se situe à la lisière Est du département de la Haute-Loire, à 630 mètres d'altitude. Son histoire récente la rattache cependant davantage à la vallée de l'Ondaine, dans la Loire, important foyer industriel. La genèse de Pont-Salomon est en effet intimement liée à la fabrication des lames de faux (ou faulx).

Comme la plupart des communes du Velay, elle bénéficie d'un climat chaud et tempéré. Les précipitations y sont importantes[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village de Pont Salomon est mentionné pour la première fois au milieu du XVIe siècle. A cette date plusieurs moulins existent déjà dans ce lieu, certains d'entre eux étant probablement des "moulins à soie" liés à l'importante activité de tissage de la soie qui existe alors dans la ville voisine de Saint-Didier[1].

L'utilisation des ressources hydraulique locale ne cesse de se développer par la suite, s'adaptant aux développements industriels successifs. Au XIXe siècle, Pont-Salomon devient un village-usine. Il est conçu selon les principes du fouriérisme par Pierre-Frédéric Dorian et ses successeurs a vu le jour au cœur du XIXe siècle : de simple lieu-dit, il est devenu commune, puis paroisse par la volonté des industriels locaux.

Pont-Salomon est certainement l'un des derniers lieux en France où l'épopée de l'ère industrielle reste encore parfaitement lisible : ateliers (dont une forge du XIXe équipée de martinets hydrauliques, actuel Musée de la faux et de la vie ouvrière), biefs, école, église, logements et jardins ouvriers jalonnent un site particulièrement riche et bien conservé. L'Association de la Vallée des forges assure la valorisation de ce patrimoine au travers de ses recherches et publications.

Dans ce village l'artiste Pierre Andrès (1922-2011) a créé "Les Machines singulières" pendant plus de vingt ans (1982-2005) dans une ancienne usine de pierres à aiguiser qu'il avait transformée en atelier de menuiserie.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les premières mentions du lieu-dit sont orthographiées de la façon suivante : Pont Salamon ou Le Pont Sallamon (Augustin Chassaing (1830-1892) - Dictionnaire topographique de la Haute-Loire).

Le nom de la commune ne doit rien au monarque biblique, et encore moins au viaduc qui enjambe la vallée et qui date de la fin du XXe siècle.

Louis Mandrin aurait utilisé les lieux dans le cadre de la contrebande de sel. Le commerce de sel est en tous cas lié à une des origines étymologiques du lieu : Pont-Salomon signifierait le pont (lieu de rencontre, de contact, d'échange...) des sauniers.

Création de la commune[modifier | modifier le code]

La commune a été créée en 1865 à partir de portions des territoires communaux d'Aurec-sur-Loire, de Saint-Didier-en-Velay et de Saint-Ferréol-d'Auroure[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

L'école


Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

L'ancien presbytère, dans lequel est installée la mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1865 1866 Jean-Baptiste Boudarel   1er maire de la commune
1866 1871 Jules Holtzer    
1871 1890 Fleury Binachon    
1890 1912 Joannès Binachon    
1912 1938 Régis Martin-Binachon    
1938 1944 Jean Martin-Binachon    
1945 1977 Paul Pitiot    
1977 1995 Henri Rouchon    
1995 2001 Michel Reymond PS  
2001 2008 Gérard Montelimard SE  
2008 2014 Michel Reymond PS  
2014 2020 Laurent Coletto DVD  
2020 En cours David Rabeyrin    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1866. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4].

En 2018, la commune comptait 1 960 habitants[Note 1], en diminution de 0,96 % par rapport à 2013 (Haute-Loire : +0,6 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
1 2681 1621 1521 4771 3871 3461 3441 3131 277
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
1 3031 2311 3301 2851 2751 2831 4651 3981 546
1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2018 -
1 3521 3411 6371 6641 7131 8802 0311 960-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Pont-Salomon présente un certain nombre de bâtiments notables, liés intimement à l'histoire de la Révolution industrielle :

  • Le musée de la faulx implanté dans l'ancienne usine.
    Ateliers (celui du Musée de la faulx datant du XIXe siècle se visite) ;
  • Biefs, canaux, bassins de retenue, vannes ;
  • Centrales électriques ;
  • L'une des premières toitures en shed de France ;
  • Logements ouvriers caractéristiques (dont la fameuse Caserne) ;
  • Maison de maître dominant l'usine (datant du XXe siècle, soit la période paternaliste, qui succéda à la période fouriériste) ;
  • École construite « par l'usine » ;
  • Église et presbytère (actuelle mairie), également nés de la volonté patronale ;
  • Jardins ouvriers ;
  • Lavoirs ;
  • Viaduc de Pont-Salomon sur la RN 88.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pont-Salomon dans la littérature[modifier | modifier le code]

  • Julien Seybel, Pont-Salomon, village de Haute-Loire entre les deux guerres (souvenirs d'enfance), auto-édition, 1996 (Essai).
  • Joseph Gourgaud, La vallée des forges, Clermont-Ferrand, Editions de Borée, 1999 (Roman, Prix du roman d'Auvergne).
  • Joseph Gourgaud, Le chant des martinets, Clermont-Ferrand, éditions l'Ecir, 2006 (Roman, Prix du Club de lecture "Le livre du mois").
  • Joseph Gourgaud et Gilles Boiron, Vulcanino, le secret de la Lune, auto-édition, 2012 (Conte illustré autour de la fabrication de la faux).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre-Eric Poble, La citadelle royaliste du Velay "delà les bois", Saint-Etienne, , p. 151
  2. Pont-Salomon sur le site Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui de l'EHESS, consulté le 19 juillet 2012.
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pascal Chambon et Joseph Gourgaud, Pont-Salomon : les hommes de la faux, Pont-Salomon, Manufacture d'outils agricoles, auto-édition, 1996.
  • Pierre-Eric Poble, La citadelle royaliste du Velay "delà les bois", Saint-Didier-la-Séauve dans la seconde moitié du XVIe siècle, Saint-Etienne, 1997.
  • Joseph Gourgaud, Les usines Massenet à Pont-Salomon (1842-1854), auto-édition, 2007.
  • Bernard Peyrol et Joseph Gourgaud, Une histoire de faux : Pont-Salomon, Le Puy-en-Velay, Éditions Jeanne d'Arc, 2011.
  • Renaud Aulagner et Joseph Gourgaud, Les mystères de la Vallée des forges, Changy, Editions du Champ de Foire, 2014 (Guide de visite).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :