Association négaWatt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Association négaWatt
NégaWatt logo 2016.jpg
Logo de l'association négaWatt
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Forme juridique
Objet social
Agir pour une meilleure préservation et un partage plus équitable des ressources naturelles, notamment énergétiques, dans le contexte de l'épuisement des ressources fossiles, du changement climatique, des risques technologiques et environnementauxVoir et modifier les données sur Wikidata
Domaine d'activité
Autres organisations fonctionnant par adhésion volontaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Siège
Pays
Organisation
Chiffre d'affaires
517 679 euros ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Identifiants
RNA
SIREN
SIRET
TVA européenne

L'association négaWatt est une organisation sans but lucratif de promotion et de développement du concept et de la pratique négawatt dans la société française.

Fondée en 2001, l'association appuie sa démarche sur la sobriété énergétique, l’efficacité énergétique et le recours aux énergies renouvelables. Elle publie un « scénario négaWatt » qui détaille une transition énergétique permettant de se passer de l'énergie nucléaire et presque totalement des énergies fossiles à l'horizon 2050.

Structures[modifier | modifier le code]

Association négaWatt[modifier | modifier le code]

L'association indique contribuer à une moindre dépendance aux énergies fossiles et nucléaires, pour diminuer les impacts négatifs de l'économie humaine sur la biosphère et le climat, et souhaite permettre puis préserver un partage équitable des ressources naturelles, à la solidarité et la paix par le développement harmonieux des territoires, sans perte de qualité de vie et tout en répondant à tous les besoins humains et sociaux[1].

L'association est dirigée par un collège exécutif de 24 experts et praticiens de l’énergie, la « Compagnie des négaWatts »[2].

Elle a pris part à de nombreux débats sur la politique énergétique nationale, comme le Grenelle de l'environnement en 2007 ou le débat national sur la transition énergétique[3].

En 2016, une association négaWatt suisse est fondée, inspirée du modèle français[4]. L'association négaWatt s'intéresse aussi au paysage énergétique européen[5].

L'association propose en 2022 cinquante mesures permettant de réduire rapidement de 10 à 13 % la consommation d'énergie en France[6],[7].

Institut négaWatt[modifier | modifier le code]

Institut négaWatt
Logo intitut négaWatt.png
Logo de l'institut négaWatt
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Forme juridique
Domaine d'activité
Formation continue d'adultesVoir et modifier les données sur Wikidata
Siège
Pays
Organisation
Site web
Identifiants
SIREN
SIRET
TVA européenne

L'institut négaWatt est une entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée, œuvrant dans des domaines concurrentiels, « sur le modèle de plusieurs instituts fonctionnant à travers le monde : Öko-Institut en Allemagne, Rocky Mountain Institute aux États-Unis ou l’Institut de l’énergie en Autriche »[8].

Scénario négaWatt[modifier | modifier le code]

Le « scénario négaWatt » est un scénario de transition énergétique sur la période 2017-2050. Il détaille une trajectoire permettant selon l'association de se passer à terme des énergies fossiles et nucléaire[9] :

Énergie primaire en TWh/an 2015 2050
Charbon 91 0
Pétrole 813 0
Gaz fossile 504 0
Uranium 1 226 0
Énergies renouvelables 293 1 001
Total en France 2 927 1 001

Il prévoit une réduction de près de deux tiers des besoins en énergie primaire et la montée en puissance progressive des énergies renouvelables pour satisfaire les besoins restants. La réduction de la consommation d'énergie s'appuie sur les nombreux gisements d'économie d'énergie, grâce aux actions de sobriété et d'efficacité énergétiques.

Ce scénario a connu plusieurs versions comprenant diverses variantes : la première version date du printemps 2003, a été complétée fin 2005, puis enrichie à partir d'. Elle a été présentée comme « séisme énergétique » par Le Figaro[10] et « sujet de débat pour la présidentielle » par Les Échos[11]. Sans « retour à la bougie » et sans nucléaire, ce scénario propose une bascule presque totale vers les renouvelables[12]. Il intègre une méthodologie beaucoup plus développée et de nouvelles préoccupations sociales[13]. Selon le quotidien Libération, loin d’être une obsession, la sortie du nucléaire n’est qu’un aspect de ce scénario, qui aborde tous les domaines de la vie selon une grille de lecture énergétique[14]. Cette version a intégré les dernières statistiques disponibles sur la consommation de biens et d'énergie, ainsi que des prospectives démographiques, d'urbanisme et de mobilité (pour la période 2020-2050), accordant une intégration plus poussée des apports de l'écologie industrielle et d'une économie circulaire.

Cependant, selon des hauts responsables d'EDF, leurs scénarios penchent en faveur du gaz comme substitut au charbon et au nucléaire[15].

Un quatrième scénario négaWatt est publié le 25 janvier 2017 à Paris. Il confirme la possibilité technique d’une France utilisant 100 % d’énergies renouvelables en 2050[16],[17] ; un cinquième publié le se distingue des précédentes par un volet appelé « NégaMat » consacré aux évolutions possibles de consommation et de production de matériaux (acier, béton, cuivre, plastiques, lithium, etc.)[18],[19],[9].

Le scénario négaWatt est couplé au scénario Afterres2050, scénario prospectif sur l'utilisation des terres agricoles en France. Le scénario Afterres2050 prend en compte l'évolution des usages alimentaires des Français et des besoins de matériaux biosourcés (bois dans le bâtiment…) et permet d'en déduire les quantités de biomasse (bois, biogaz[20], agrocarburants) disponibles pour la production d'énergie[21].

Enseignements du scénario négaWatt[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Les diagrammes de Sankey du scénario « négaWatt 2017 » autorisent la comparaison entre situation actuelle et celle où le scénario négaWatt souhaite nous emmener en 2050. La conversion d'électricité en gaz assure à la fois la stabilité du réseau électrique — en dépit de l'intermittence des énergies renouvelables — et la complémentarité entre les réseaux électrique et de gaz. La sobriété et l'efficacité énergétique y prennent une grande place. Il est possible de renoncer aux énergies fissiles et fossiles[22],[23]. Cette évolution entraîne une création nette de centaines de milliers d'emplois[17].

Le scénario vise aussi à contribuer à l’ensemble des 17 objectifs de développement durable définis par l’ONU d’ici 2050[24].

L'association ainsi que la Fondation pour la nature et l'homme regrettent que la sobriété ne fasse l'objet d'aucune mention dans le cadre de l'accord de Paris sur le climat. En effet, selon elles, les énergies renouvelables ne sauraient s'ajouter à la production actuelle d'énergie, mais au contraire, doivent s'y substituer[25]. Pour y parvenir, conformément au précepte négaWatt, la sobriété est indispensable.

Bâtiments[modifier | modifier le code]

Il est prévu de rénover la « quasi-totalité » du parc immobilier existant d'ici à 2050, en donnant la priorité aux logements de type F et G qualifiés de « passoires thermiques » et en rendant systématique la rénovation des maisons individuelles à chaque changement de propriétaire ou de locataire au niveau basse consommation (BBC)[19]. Les pompes à chaleur consomment l'électricité beaucoup plus efficacement, en 2050, que ne le faisaient les radiateurs électriques[26]. La proportion de maisons individuelles diminue légèrement[27]. Toujours dans l'habitat, l'énergie grise des bâtiments est si élevée que l'association préconise une réorientation de la politique qui consiste à démolir puis reconstruire les bâtiments mal isolés thermiquement, vers une autre politique plus centrée sur la rénovation thermique des bâtiments existants[28].

Mobilité[modifier | modifier le code]

En plus d'un fort report modal vers le vélo et le ferroviaire, le parc automobile prévu en 2050 est en majorité (59 %) électrique, composé à 37 % de véhicules hybrides rechargeables électrique-GNV et à 4 % de véhicules à hydrogène. Les poids lourds sont pour 74 % au gaz renouvelable, pour 14 % à l'hydrogène et pour 12 % à l'électricité[19].

Le transport aérien est pris en compte dans le scénario, mais la très forte croissance que connaît le trafic aérien y est qualifiée de « non-soutenable »[29]. Reste la question des soutes aériennes et maritimes internationales qui ne rentrent pas dans les statistiques nationales des pays. L'association fait l'hypothèse que le transport ferroviaire se développe[30].

Énergie grise[modifier | modifier le code]

L'énergie grise liée au numérique s'élevait, en 2015, à 3,5 TWh/an en matière de réseaux et à 10,0 TWh/an pour les centres de données (la moitié pour les serveurs à proprement parler soit 5 TWh/an, et la moitié pour les locaux qui les abritent, soit 5 TWh/an, principalement pour la climatisation), chiffres valables en France. La construction des centres de données et la pose des câbles ne sont pas pris en compte. L'association se montre optimiste quant à l'évolution de la consommation d'énergie de ces postes, eu égard aux progrès techniques[31].

La France importe de grandes quantités d'énergie grise en particulier de Chine[32], mais aussi d'Allemagne[33] et qui ne rentrent pas dans les statistiques françaises[34]. Tout cela pose le problème du périmètre de l'industrie : l'énergie grise des produits fabriqués à l'étranger n'est pas prise en compte dans les statistiques nationales (à l'instar des soutes internationales)[32], mais l'empreinte des citoyens français intègre les effets des produits consommés sur le sol national et fabriqués hors du territoire national[34]. Compte tenu de la difficulté politique du sujet, l'association négaWatt fait l'hypothèse d'une production industrielle à périmètre constant, c'est-à-dire sans relocalisation et sans davantage de délocalisation, non plus[35]. Elle prévoit une durée légale de garantie des équipements électroniques allongée[19].

Neutralité carbone[modifier | modifier le code]

Selon l'association, leur scénario est le seul qui garantisse en France en 2050 la neutralité carbone[22] du pays.

Scénario négaWatt et économie[modifier | modifier le code]

Afin d'étudier l'impact de la mise en œuvre du scénario négaWatt 2011 sur l'économie française, l'association négaWatt s'est entourée de deux centres de recherche pour mener à bien deux études distinctes[36] : l'une sur l’effet net sur l'emploi de la transition énergétique en France[37], l'autre sur les impacts macroéconomiques du scénario négaWatt.

Le scénario négaWatt montre qu'il est possible de remplacer et le nucléaire et les énergies fossiles par des énergies renouvelables. Selon l'association, le gouvernement ne retient pourtant que les options les moins défavorables au nucléaire[38].

Activité[modifier | modifier le code]

Bâtiments[modifier | modifier le code]

L'institut s'associe à Enertech pour concevoir un dispositif innovant, le Dispositif opérationnel de rénovation énergétique des maisons individuelles (Doremi) dans la Biovallée dans la Drôme pour rénover des maisons individuelles à moindre coût. Se concentrant d'abord sur les passoires thermiques des années 1970, qui représentent le retour sur investissement le plus important, ils identifient les compétences les plus importantes pour les chantiers de rénovation et incitent à la création de sept groupements d'artisans. La collectivité Biovallée leur finance une formation de trois jours. Le but est d'arriver à un prix de 300  par mètre carré quand les chantiers actuels varient en général entre 500 et 700 . Le prix actuel est néanmoins de 400 . Biovallée souhaite également aider les ménages à monter un dossier de financement[39].

D'après Vincent Legrand de négaWatt, « Tous les dispositifs publics incitent à mener les travaux par étapes. C’est une erreur, car ils ne permettent pas d’isoler correctement. Au contraire, nous parvenons à sortir durablement les gens de la précarité énergétique, grâce à une division par quatre à huit de la facture de chauffage, les économies réalisées permettant de rembourser les éventuelles mensualités de prêt qui finance les travaux »[40].

Ainsi Dorémi, qui a obtenu l'agrément « Entreprise solidaire d'utilité sociale », vise le label énergétique Bâtiment de basse consommation (BBC)[40].

Vingt-cinq territoires proposent à leurs ménages une offre de rénovation Dorémi. Le programme Facilaréno, porté par négaWatt en partenariat avec Dorémi, est sélectionné dans le cadre des certificats d'économies d'énergie (CEE) par le ministère de la Transition écologique et solidaire en . Ils visent 250 groupements d'artisans formés sur cinquante territoires en deux ans[41].

Lobbying[modifier | modifier le code]

L'association est inscrite au registre de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique et déclare pour l'année 2021 des dépenses de représentation d'intérêts inférieures à 50 000 euros[42].

Critiques[modifier | modifier le code]

Le scénario négaWatt se fonde sur des hypothèses techniques ambitieuses concernant les possibilités de réduction de consommation et la capacité de faire face à la variabilité des énergies fluctuantes[43],[44].

Les syndicats CGT et FO disent des scénarios qu'ils sont très contestés par de nombreux autres acteurs tant professionnels que syndicaux[45].

La mise en œuvre du scénario négaWatt nécessitera de créer des mécanismes incitatifs politiques et financiers qui le rendront possible[46].

Le scénario de 2011 faisait appel au gaz naturel fossile pour compenser la fermeture des centrales nucléaires tout en ne visant pas un mixte énergétique 100% renouvelable jugé "trop coûteux et complexe"[47].

Selon le journal La Décroissance, l'association négaWatt préconise de diviser par quatre la consommation d'énergie sans abandonner la moindre once de confort (par confort, il faut entendre mode de vie)[48]. Toujours selon le journal, l’association négaWatt ne remet pas en cause notre société de consommation[49].

Déclinaisons régionales[modifier | modifier le code]

Plusieurs associations « Virage-énergie » développent aujourd'hui des déclinaisons régionales inspirées du scénario négaWatt France en Nord-Pas-de-Calais, Pays de la Loire, Île-de-France et Aquitaine. L’association négaWatt a travaillé en 2019 avec les régions Bourgogne-Franche-Comté, Centre-Val de Loire, Grand Est et Nouvelle-Aquitaine au développement d’un cadre harmonisé des questions quantitatives telles que les unités des indicateurs, les hypothèses et méthodes de modélisation utilisée dans les Schéma régional d'aménagement, de développement durable et d'égalité des territoires[50].

L'Institut négaWatt, filiale de l'association dédiée à la mise en œuvre de la transition énergétique, a travaillé en 2011-2012 à la régionalisation du scénario négaWatt en région Provence-Alpes-Côte d’Azur[51], puis en 2016 pour la région Centre-Val de Loire[52], et enfin en 2019 pour la région Bourgogne-Franche-Comté[53][source insuffisante].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Sobriété, efficacité, énergies renouvelables : la démarche négaWatt ! », sur negawatt.org (consulté le ).
  2. « La Compagnie des négaWatts », sur Association négaWatt (consulté le ).
  3. Stratégie nationale bas-carbone [PDF], ministère de la Transition écologique, p. 11.
  4. (fr) (de) négawatt-Suisse, sur ch.negawatt.org.
  5. Projet « Europe-Territoires » [PDF], Association négaWatt.
  6. Alice Clair et Valentin Stoquer, « Où, quand et comment économiser l’énergie ? Les 50 préconisations de négaWatt en infographies », sur Libération (consulté le )
  7. Perrine Mouterde, « Réduire la consommation d’énergie de 10 % d’ici à 2024, un objectif atteignable selon l’association négaWatt », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. Portail de l'Institut négaWatt (consulté le ).
  9. a et b Perrine Mouterde, « Sobriété, efficacité et renouvelables : le scénario de négaWatt pour atteindre la neutralité carbone », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. Sortie du nucléaire en 2033, un scénario qui bouscule, Le Figaro, 29 septembre 2011.
  11. Une association juge techniquement possible une sortie de l'atome dès 2034, Les Échos, 29 septembre 2009.
  12. Un scénario alternatif pour 2050, AFP, 29 septembre 2011.
  13. En 2050, une France sans émissions de CO2 ni nucléaire, Le Monde, 29 septembre 2011.
  14. « Énergie nucléaire - par ici la sortie », Libération, 29 septembre 2011.
  15. Géraldine Woessner, « L’autre visage de Greenpeace », sur Le Point, (consulté le )
  16. « négaWatt actualise son scénario tout renouvelable pour la France », sur Connaissance des énergies, (consulté le ).
  17. a et b Ludovic Dupin, « Une France 100% renouvelable en 2050, selon le nouveau scénario Négawatt », L'Usine nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  18. « Élection présidentielle : l’association négaWatt présente ses propositions », sur Connaissances des énergies, 28 janv. 2022 - 12:00 (consulté le ).
  19. a b c et d « Transition énergétique : Négawatt présente son scénario 2022 avec un peu d'avance », sur Actu-Environnement (consulté le )
  20. [audio] « La méthanisation est-elle une bonne solution énergétique ? », Reporterre, le 17 juillet 2018.
  21. « Solagro », sur Solagro (consulté le ).
  22. a et b « Prévenir le changement climatique, sortir du nucléaire : possible et réaliste, avec le nouveau scénario Negawatt », Reporterre, le 25 janvier 2017.
  23. La France idéale, selon négaWatt, sur bastamag.net
  24. « Un scénario de transition énergétique pour atteindre la neutralité carbone en 2050 », sur Ordre des architectes, (consulté le ).
  25. La sobriété énergétique, pièce cachée mais essentielle du puzzle d’un accord ambitieux et équitable [PDF], Fondation Nicolas-Hulot pour la nature et l'homme et association négaWatt.
  26. Maîtrise de l'électricité [PDF], sur negawatt.org.
  27. « La sobriété dans le scénario négaWatt : en finir avec les caricatures ! », sur Connaissances des énergies, 22 fév 2022 - 12:00 (consulté le )
  28. « Scénario négawatt 2017-2050 : Dossier de synthèse » [PDF], sur Association négaWatt, , p. 20-21.
  29. Doit-on encourager le transport aérien ?, sur decrypterlenergie.org, site de l'association négaWatt.
  30. Le train, grand oublié de la transition énergétique ?, The Conversation.
  31. La révolution numérique fera-t-elle exploser nos consommations d'énergie ?, sur decrypterlenergie.org, site de l'association négaWatt.
  32. a et b (en) exportation d'énergie grise, sur researchgate.net
  33. Les émissions importées : le passager clandestin du commerce mondial [PDF], Réseau Action Climat.
  34. a et b Le point sur l'empreinte carbone [PDF], sur statistiques.developpement-durable.gouv.fr.
  35. Scénario négaWatt 2017-2050 Dossier de synthèse [PDF], sur negawatt.org, voir encadré p. 21.
  36. « Scénario négaWatt, emplois et économie : une synergie gagnante », sur Association négaWatt (consulté le ).
  37. Philippe Quirion, L’effet net sur l'emploi de la transition énergétique en France : Une analyse input-output du scénario négaWatt, Centre international de recherche sur l'environnement et le développement, , 41 p. (lire en ligne [PDF]).
  38. (en) « France crimps debate on reducing reliance on nuclear: activists say », agence Reuters.
  39. « En Drôme, un modèle de croissance verte se dessine », Les Échos, (consulté le ).
  40. a et b Cécile Peltier, « « Grâce à Dorémi, on se chauffe mieux, pour moins cher ! » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  41. « Rénovation complète au niveau BBC : Dorémi accompagne les artisans », sur Actu-Environnement (consulté le )
  42. « Fiche Association Négawatt » (consulté le )
  43. Olivier Lambert, « Analyse du Scénario négaWatt 2017–2050 », sur Medium, (consulté le ).
  44. « Contribution des éoliennes aux émissions de gaz carbonique », sur www.sauvonsleclimat.org (consulté le )
  45. Comment accélérer la transition énergétique ? Avis sur la mise en œuvre de la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte (LTECV) Déclaration du groupe CGT-FO (lecese.fr) https://www.lecese.fr/sites/default/files/recup_synchro/saisine/CGT-FO_16.pdf
  46. Terra Eco, Nucléaire : Le scénario négaWatt est-il plausible ?, 27 mars 2011.
  47. Association "négaWatt Scénario" négaWatt 2011, Dossier de synthèse Mise à jour juillet 2013 (page 16)
  48. « Transition piège à c… », La Décroissance, no 139, mai 2017, p. 16.
  49. « Écotartufe du mois », La Décroissance, no 151, juillet-août 2018, p. 6.
  50. « Redresser le cap, Relancer la transition » [PDF], sur Haut Conseil pour le Climat, (consulté le )
  51. « Institut Negawatt - Régionalisation du scénario négaWatt pour la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur », sur institut-negawatt.com (consulté le ).
  52. « Scénario 100 % renouvelable 2050 », sur Énergies-Centre, région Centre (consulté le ).
  53. Scénario « Vers une région à énergie positive » en région Bourgogne-Franche-Comté, 2019.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]