Fondation Nicolas-Hulot pour la nature et l'homme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fondation Nicolas-Hulot pour la nature et l'homme
Image illustrative de l'article Fondation Nicolas-Hulot pour la nature et l'homme

Création (26 ans)
Ancien nom Fondation Ushuaïa
Type Fondation
Siège Boulogne-Billancourt
Coordonnées 48° 50′ 16″ N, 2° 14′ 43″ E
Président Nicolas Hulot
Directrice Cécile Ostria
Site web http://www.fondation-nicolas-hulot.org/

La fondation Nicolas Hulot pour la nature et l'homme (FNH) est une FRUP française de sensibilisation à l'environnement qui a été créée en par Nicolas Hulot[1],[2]. La mission de la Fondation est de proposer et d'accélérer les changements de comportements individuels et collectifs, et de soutenir des initiatives environnementales en France et à l'international pour engager la transition écologique de nos sociétés.

Historique[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Logo de janvier 1996 à 2009.

Suite au succès de l'émission Ushuaïa Nature en 1987, Nicolas Hulot souhaite capitaliser sur cet enthousiasme et fonde en , la fondation Ushuaïa, consacrée à l'éducation à l'environnement en lien avec l'éducation nationale. Elle propose des supports pédagogiques utilisés soit par les enseignants, soit en péri scolaire, soit par des associations. La fondation change de nom en et devient la fondation Nicolas Hulot pour la nature et l'homme (FNH).

Cette même année, la FNH devient membre de la commission éducation de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). En la FNH est la première fondation reconnue d'utilité publique dans le domaine de l'environnement [3]. En juin 1999, la FNH adhère au Collectif français de l'éducation à l'environnement (CFEEDD). Le , la fondation Nicolas Hulot pour la nature et l'homme obtient l'agrément du comité de la Charte du don en confiance[1].

Logo depuis juin 2009[4].

En , la fondation Nicolas Hulot pour la nature et l'homme change de nom et devient « Fondation pour la nature et l'homme » à la suite de la démission de Nicolas Hulot qui se présente à titre personnel à la primaire d'Europe Écologie les Verts pour l'élection présidentielle de 2012. Il démissionne de la présidence de la FNH, afin de respecter l'indépendance et l'apolitisme de la fondation. En , Nicolas Hulot revient au sein de la fondation qui reprend son nom complet.

Logo courant 2011.

Actions de sensibilisation auprès du public[modifier | modifier le code]

  • En 1998 est lancée la campagne « SOS - Mer Propre » pour sensibiliser le public à la protection de la mer, suivie de « SOS Planète Eau » en 2002.
  • En juin 2001, la Fondation fait l'acquisition du voilier Fleur de Lampaul, construit en 1948 et classé monument historique. Le bateau devient un ambassadeur pour l'environnement. L'équipe de la Fondation part à la rencontre des jeunes et du grand public pour les accueillir lors d'escales pédagogiques.
  • En 2004, la FNH et la Fondation de France[5] inaugurent l'école Nicolas Hulot dans le parc animalier et botanique de Branféré (Morbihan). Elle propose des classes vertes, des stages et des accueils pédagogiques pendant les vacances.
  • En juin 2004, la Fondation lance le slogan « Sans nature pas de futur... parce que nos vies sont liées » pour sensibiliser au respect de la biodiversité[6].
  • La campagne « Défi pour la terre »[7] est lancée en 2005 avec l'Ademe. Elle a pour but d'informer le public sur les actes possible dans le quotidien en incitant chacun, individuels et collectifs, à adopter des gestes écocitoyens pour réduire l'empreinte énergétique. Elle se décline sous forme d'un site Internet mais aussi d'un Petit Livre Vert pour la Terre, comprenant une centaine de gestes sont recensés et classés par lieux de vie.
  • En , la Fondation lance le « réseau Econav » avec l'association de navigation et l'agence des Aires marines protégées pour sensibiliser les professionnels et le grand public à l'éco-navigation et proposer des solutions pour réduire leurs impacts sur l'environnement marin[8].
  • Une série d'autres actions et campagnes sont lancées dans les années qui suivent : en décembre 2006 est créé le réseau des associations partenaires de la fondation. Le site « J'agis pour la Nature » est lancé en avril 2010, il recense toutes les activités en faveur de la biodiversité en France et en Outre-mer. La campagne « Qu'est ce qu'on mange ? » est lancée en mars 2011, « Stop aux subventions à la pollution » en mai 2012, « I Field Good » pour bâtir une Politique Agricole Commune d'avenir en février 2013, et en mars 2015 « My Positive Impact », campagne pour donner le pouvoir à ceux qui ont des solutions pour le climat en les sortant de l'anonymat.
  • En juin 2016, la Fondation et le réseau Restau'co lancent « Mon Restau Responsable [9]» pour guider les professionnels de la restauration collective à adopter les bonnes pratiques et offrir aux convives une alimentation saine et respectueuse de l'environnement.
  • Les 17 et 18 septembre 2016, à l'occasion des Journées européennes du patrimoine, la Fondation lance les premières journées « J'agis pour mon patrimoine naturel [10]» avec des activités de préservation de la biodiversité relayées sur le site « J'agis pour la nature ».

Actions de sensibilisation auprès des élus[modifier | modifier le code]

  • Le , la fondation Nicolas Hulot et le comité de veille écologique (CVE) lancent le Pacte écologique qui vise à sensibiliser politiques et citoyens aux enjeux écologiques et climatiques, au travers de trois points : interpeller tous les candidats à l'élection présidentielle de 2007 ; mobiliser les citoyens ; ouvrir le débat public avec des propositions concrètes. Le Pacte propose aux candidats de l'élection présidentielle 10 objectifs[11] et 5 propositions concrètes. Le Pacte écologique est prolongé en pour les élections législatives et les élections municipales de 2008.
  • En , la fondation Nicolas Hulot participe activement au Grenelle Environnement puis l'année suivante au Grenelle de la mer.

Agréée ONG représentative, la FNH participe à plusieurs organes de concertation: Conseil économique, social et environnemental (CESE), Conseil d'orientation stratégique (COS) de la fondation pour la recherche scientifique sur la biodiversité (FRB), Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP), Comité national de la biodiversité, Conseil économique et social européen, Comité national pour la transition écologique (CNTE), Plateforme nationale RSE, Comité national de l'UICN, Commission nationale consultative des droits de l'homme (CNCDH)

Le groupe de réflexion Fondation Nicolas Hulot[modifier | modifier le code]

En , la fondation développe ses activités de " think tank[12] " avec un site dédié en souhaitant travailler et faire des propositions sur l'ensemble des politiques publiques.

Elle a pour vocation de proposer des solutions, et « bâtir des alternatives crédibles et désirables », d'abord dans le domaine des énergies, puis par la suite sur d'autres sujets (alimentation, gouvernance, éducation, géopolitique, production, consommation, technologie,...)[13]. Le conseil scientifique de la Fondation est constitué des personnalités suivantes[14] :

Controverses[modifier | modifier le code]

Un rapport de la commission du développement durable de l'Assemblée nationale française du [15] « Sur les modes de financement et de gouvernance des associations de protection de la nature et de l'environnement » a cité des exemples mettant en cause diverses associations ou fondations, dont la fondation Nicolas Hulot pour la nature et l'homme pour leur partenariat avec des entreprises au motif qu'il pouvait influencer leur indépendance et leur liberté d'expression[15].

Le rapport note que trois entreprises[a] siègent au conseil d'administration de la fondation : EDF, « entreprise de pointe dans le secteur nucléaire », TF1 et L'Oréal, « dont les produits font l'objet de test sur les animaux », et s'interroge sur l'influence que peuvent avoir ces groupes sur les prises de position de Nicolas Hulot ou de la fondation, notant aussi que l'un de ces partenaires « finance la fondation à hauteur de 10 % de ses ressources ». Le rapport note également le taux élevé des frais de fonctionnement (plus de 50 %) dans le budget de la fondation[15].

La fondation Nicolas Hulot conteste certaines affirmations du rapport dans un courriel adressé par Cécile Ostria, directrice générale de la Fondation, à Serge Grouard, président de la commission du développement durable et de l'aménagement du territoire[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le rapport mentionne également l'entreprise Veolia.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b FNH, « Historique », sur fondation-nicolas-hulot.org
  2. [PDF] « Liste des fondations reconnues d'utilité publique au 31 mars 2016 », sur data.gouv.fr (consulté le 28 septembre 2016).
  3. « Définition de fondation Nicolas Hulot (FNH) », sur Actu-Environnement (consulté le 15 mars 2016).
  4. Fondation Hulot : l'écologie participative pour un avenir durable
  5. « Branféré », sur www.fondationdefrance.org (consulté le 28 septembre 2016)
  6. « Sans nature, pas de futur », sur www.novethic.fr (consulté le 6 octobre 2016)
  7. « Le Défi pour la Terre »
  8. « ECONAV : le réseau de la navigation écologique | La fondation Macif », sur www.fondation-macif.org (consulté le 6 octobre 2016)
  9. « 'Mon restau responsable' pour des cantines plus durables », (consulté le 6 octobre 2016)
  10. Equipe aboneobio, « Premières journées « J'agis pour mon patrimoine naturel » avec la Fondation Nicolas Hulot », (consulté le 6 octobre 2016)
  11. « Qu'est-ce que le pacte écologique ? » (consulté le 6 octobre 2016)
  12. Audrey Chauvet, « Nicolas Hulot lance son « think tank » », sur 20minutes.fr, (consulté le 24 février 2016).
  13. « La Fondation Nicolas Hulot lance un think tank sur la transition écologique », sur www.novethic.fr (consulté le 7 octobre 2016)
  14. « Le conseil scientifique », sur FNH, (consulté le 18 janvier 2016)
  15. a, b et c Mme Geneviève Gaillard et M. Jean-Marie Sermier, « N° 3142 - Rapport d'information de Mme Geneviève Gaillard et M. Jean-Marie Sermier déposé en application de l'article 145 du règlement, par la commission du développement durable et de l'aménagement du territoire sur les modes de financement et de gouvernance des associations de protection de la nature et de l'environnement », sur le site de l'Assemblée nationale (consulté le 20 juin 2016)
  16. « Financement et gouvernance : un rapport parlementaire épingle plusieurs ONG écologistes », sur le site cdurable.info, (consulté le 4 août 2016)

Lien externe[modifier | modifier le code]