Abbaye d'En-Calcat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abbaye d'En-Calcat
Image illustrative de l'article Abbaye d'En-Calcat
Abbaye Saint Benoît d'En-Calcat
Présentation
Culte Catholicisme
Type Abbaye
Rattachement Ordre de Saint-Benoît
Début de la construction 1890
Site web http://www.encalcat.com
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Tarn
Ville Dourgne
Coordonnées 43° 29′ 50″ nord, 2° 09′ 03″ est[1]

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye d'En-Calcat

Géolocalisation sur la carte : Midi-Pyrénées

(Voir situation sur carte : Midi-Pyrénées)
Abbaye d'En-Calcat

L’abbaye Saint-Benoît d'En-Calcat est une abbaye bénédictine en activité faisant partie de la congrégation de Subiaco. Elle se trouve dans le hameau d'En-Calcat dépendant de Dourgne dans le Tarn. La communauté était en 2013 de 55 moines (23 prêtres et 32 frères non ordonnés). L'abbaye est connue pour l'édition des Livres d'Heures d'En-Calcat, avec un répertoire de nouveaux cantiques en français. La liturgie est célébrée en français.

Histoire[modifier | modifier le code]

En-Calcat est fondée en 1890 par Dom Romain Banquet (1840-1929), natif du lieu, venant de l'abbaye de la Pierre-Qui-Vire avec un groupe de moines. Cette fondation est menée d'après les conseils d'une de ses dirigées, Marie Cronier, de l'abbaye de Jouarre, parallèlement à une fondation de bénédictines à Dourgne, l'abbaye Sainte-Scholastique. En-Calcat devient abbaye en 1894.

La loi sur les congrégations de 1901 contraint les moines, dont les vocations étaient nombreuses, à prendre l'exil pour l'Espagne, où ils s'installent à Besalú pendant une douzaine d'années. Dix moines sur les trente-trois sous les drapeaux trouvent la mort pendant la guerre de 1914-1918. Les moines ont la permission de revenir peu à peu après la guerre et l'abbaye est agrandie. L'église est achevée en 1935.

La guerre de 1939-1940 appelle à nouveau cinquante moines, dont certains seront prisonniers par la suite. Sous l'occupation et après la guerre, les vocations affluent pendant l'abbatiat de Dom de Floris. Il y a alors plus de 120 moines, ce qui permet de fonder d'autres maisons. Après le départ en 1952 du Père de Floris et l'abbatiat paisible de son Prieur, devenu Abbé Dom Germain, l'abbaye a été l'objet d'une grave crise avec l'élection en 1965 du nouvel abbé, Dom Dominique Hermant. Quelque 40 moines sont partis, parfois en raison de leur désaccord plus ou moins explicite avec les orientations nouvellement introduites (abandon du latin dans le rituel, notamment). Homme d'une exceptionnelle intelligence (agrégé), Dom Dominique a voulu rapidement imprimer à son abbatiat une marque personnelle avec la profonde conviction, assurément religieuse, de procéder à une rénovation de l'abbaye, aujourd'hui considérablement réduite.

Située sur le parcours de la via Tolosana, l'abbaye reçoit les pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle ainsi que des visiteurs lors de retraites spirituelles grâce à son hôtellerie. La communauté gère une librairie et une maison d'éditions, Siloé ; elle vit aussi de sa carterie, de la production de disques et de cithares, ainsi que de la fabrication d'un baume à la propolis.

Elle est dirigée depuis janvier 2009 par le Très Révérend Père David d'Hamonville.

L'abbaye Sainte-Scholastique, une abbaye de moniales, se situe à 1 200 mètres de distance[2] d'En-Calcat, avant le village de Dourgne.

Fondations[modifier | modifier le code]

  • Prieuré de Madiran (1932), donnant naissance à l'abbaye de Tournay (1951)
  • Monastère de Toumliline (Maroc) (1952, supprimé en 1968), donnant naissance au prieuré de Bouaké (Côte d'Ivoire) et à l'abbaye Saint-Benoît de Koubri (1961) (Burkina Faso). C'est au Monastère de Toumliline (Maroc) que fut tourné le film "Des hommes et des dieux" sur les moines de Tiberhine (Algérie).
  • Monastère de Dzogbégan (1961) (Togo)

Figures de l'abbaye[modifier | modifier le code]

  • Le musicien Dom Clément Jacob, osb (né Maxime Jacob 1906-1977) converti au catholicisme sous l'influence de Jacques Maritain en 1927 est un musicien et compositeur de cantiques renommé.
  • Dom Robert, osb, (né Guy de Chaunac-Lanzac, 1907-1997) est un grand nom de la tapisserie contemporaine.
  • Hermine David (1886-1970), artiste peintre, vint s'y ressourcer après la mort de Jules Pascin et y fit don de deux tableaux Madone à l'enfant.
  • Thierry de Brunhoff, grand pianiste, fils de Jean de Brunhoff, créateur de Babar, s'y est retiré à l'âge de quarante ans.
  • Père abbé Dom Marie de Floris (1943-1952) qui a donné à l'Abbaye un rayonnement considérable
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN 2344 OT sur Géoportail (consulté le 30 janvier 2015)..
  2. Itinéraire selon Google Maps

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]