Pierre-François Jamet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bienheureux Pierre-François Jamet
Image illustrative de l'article Pierre-François Jamet
L'abbé Jamet
Prêtre
Naissance 12 septembre 1762
Frênes
Décès 12 janvier 1845  (à 83 ans)
Caen
Nationalité Flag of France.svg Française
Béatification 10 mai 1987 Rome
par Jean-Paul II
Vénéré par l'Église catholique
Fête 12 janvier

Pierre-François Jamet, 1762 - 1845, prêtre, avait refusé de prêter serment à la Constitution civile du clergé, en 1790. Il a restauré l'institution des sœurs du Bon Sauveur et fut recteur de l'Université de Caen de 1822 à 1830.

Vie[modifier | modifier le code]

Pierre-François Jamet nait le à Frênes en Normandie, dans le diocèse de Séez, de Pierre Jamet, laboureur au lieudit la Villière, et de Marie Madeleine Busnot. D'une famille aisée, il a huit frères et sœurs dont deux devinrent prêtres et une religieuse. En 1702, il vient faire ses études supérieures de théologie et de philosophie à l'université de Caen. En 1784, il entre au séminaire des Eudistes de Caen[1].

Ordonné prêtre en 1787, il est nommé le chapelain et confesseur des religieuses du Bon Sauveur de Caen[2].

Refusant de prêter serment lors de la Constitution civile du clergé, il poursuit toutefois son ministère clandestinement afin de faire le lien entre les éléments dispersés de la communauté.

Plaque en hommage à l'abbé Jamet

Après la Révolution, il met tous ses efforts pour restaurer et développer l'institut du Bon Sauveur, à tel point que les sœurs l'avaient surnommé le second fondateur. En , il donne pour la première fois des leçons à deux jeunes filles atteintes de surdité. Il se forge sa propre méthode qu'il expose devant l'Académie des sciences, arts et belles lettres de Caen et fonde en 1816 un établissement pour les sourds et muets au sein du Bon-Sauveur[2].

Parallèlement, il est nommé recteur de l'université, tâche dont il s'acquitte avec fermeté et humanité de 1822 à 1830.

Il meurt le .

Œuvre[modifier | modifier le code]

Avec les sœurs du Bon Sauveur, Pierre-François Jamet s'était consacré au soin des handicapés physiques et mentaux, spécialement des sourds-muets.

Cherchant à s'occuper tout particulièrement des malades atteints de ce handicap, il partit à Paris pour rencontrer des spécialistes, et progressivement, il mit au point sa propre méthode d'apprentissage du langage des mains, afin de permettre aux sourds-muets une meilleure intégration dans la société qui considérait cette pathologie comme une maladie mentale irrécupérable.

Il publiera deux mémoires et un rapport sur le sujet.

Béatification - fête[modifier | modifier le code]

Sa cause en béatification fut introduite en 1930.

  • Pierre-François Jamet a été béatifié le 10 mai 1987 par le Pape Jean-Paul II.
  • Sa fête a été fixée au 12 janvier.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Comte d'Osseville, « Courrier des Œuvres - La Charité en province - Le Bon Sauveur de Caen » dans les Annales de la charité, Paris, Adrien Le Clere et Cie, 1862, p. 125
  2. a et b Pierre-François Jamet, « Congrégation du Bon-Sauveur » dans les Mémoires de l'Académie royale des sciences, arts et belles-lettres de Caen, Caen, A. Hardel, 1836, pp. 379–397 [lire en ligne]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Osservatore Romano : 1987 n.22 p.1-2
  • Documentation Catholique : 1987 p.690

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le Bienheureux Pierre-François Jamet, Serviteur des handicapés et recteur d'université - Edmond Chretien - Éditions du Cerf - 1987
  • Doctrine spirituelle et vertus de P.F.Jamet - G.A.Simon - 1948