Montchamp (Calvados)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montchamp.
Montchamp
L'église Saint-Martin.
L'église Saint-Martin.
Blason de Montchamp
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Calvados
Arrondissement Vire
Canton Condé-sur-Noireau
Intercommunalité Communauté de communes Intercom de la Vire au Noireau
Maire délégué Gilles Faucon
2014-2020
Code postal 14350
Code commune 14442
Démographie
Gentilé Molicampien
Population 605 hab. (2014)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 55′ 16″ nord, 0° 45′ 58″ ouest
Altitude Min. 154 m – Max. 260 m
Superficie 16,20 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Valdallière
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 15.svg
Montchamp

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 15.svg
Montchamp

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Montchamp

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Montchamp

Montchamp est une ancienne commune française, située dans le département du Calvados en région Normandie, devenue le une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Valdallière.

Elle est peuplée de 605 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est au cœur du Bocage virois. Son bourg est à 6 km à l'est du Bény-Bocage, à 11 km au nord-ouest de Vassy et à 15 km au nord-est de Vire.

Le bourg est traversé par la route départementale no 56 reliant Le Bény-Bocage par Saint-Charles-de-Percy au nord-ouest à Vassy par Estry au sud-est. Elle croise dans le bourg la D 290 qui permet au nord de joindre Montchauvet. Au sud, celle-ci aboutit à la D 55 qui après avoir délimité le sud du territoire croise la D 56 dans le bourg voisin d'Estry et relie Vire au sud-ouest à Aunay-sur-Odon au nord-est. L'accès à l'A84 vers Caen est à Coulvain (échangeur 42) à 20 km au nord-est. Vers Rennes, l'échangeur de Guilberville (no 40) est à 19 km au nord-ouest, celui de Fleury (no 37, près de Villedieu-les-Poêles), plus proche de l'orthodromie, à 44 km à l'ouest.

Montchamp est entièrement dans le bassin de la Vire par deux de ses affluents : la Souleuvre, qui prend sa source au nord-est du territoire, et le ruisseau des Haises dont un sous-affluent, le ruisseau de Grincelle, draine les eaux d'une moindre partie sud-ouest. Les premiers affluents de la Souleuvre, dont le ruisseau de la Triboudière, le ruisseau de Montchamp et le ruisseau des Fieffes, parcourent également le territoire.

Le point culminant (260 m) se situe au nord,en limite de commune, à la source du ruisseau de Montchamp. Le point le plus bas (154 m) correspond à la sortie du ruisseau de Grincelle du territoire, au sud-ouest. La commune est bocagère.

Le climat est océanique, comme dans tout l'Ouest de la France. La station météorologique la plus proche est Caen-Carpiquet, à 38 km[1]. Le Bocage virois s'en différencie toutefois pour la pluviométrie annuelle qui, à Montchamp, avoisine les 950 mm[2].

Communes limitrophes de Montchamp[3]
(comm. nouv. de Valdallière)
Saint-Charles-de-Percy
(comm. nouv. de Valdallière)
Montchauvet
(comm. nouv. de Souleuvre-en-Bocage)
Montchauvet
(comm. nouv. de Souleuvre-en-Bocage)
Saint-Charles-de-Percy
(comm. nouv. de Valdallière)
Montchamp[3]  (comm. nouv. de Valdallière) Estry
(comm. nouv. de Valdallière)
Presles
(comm. nouv. de Valdallière)
Presles (comm. nouv. de Valdallière), Estry (comm. nouv. de Valdallière) Estry
(comm. nouv. de Valdallière)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du village est attesté sous les formes Moschans en 1202, Muscamps en 1234, Monchamps en 1630[4].

Les toponymistes s'accordent pour analyser le second élément -champ comme étant le français « champ ». Par contre, ils interprètent le premier élément de diverses manières :

Remarques : la proposition d'Albert Dauzat et Charles Rostaing est peu vraisemblable, car s'il s'agit d'une formation en -champ (cf. par exemple Ramonchamp), donc médiévale[7], elle peut difficilement être basée sur un nom de personne qui n'était plus en usage à l'époque. En outre, il n'y a pas de trace d'un [l] dans les formes anciennes. Le village se situant au nord de la ligne Joret, la forme attendue devrait être *Moncamp (Muscamp 1234), comme par exemple Martincamp à Bully (Seine-Maritime).

L'homographie avec Montchamp (Cantal, Monchalm 1289) est fortuite.

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune, alors nommée Montchamp, a porté le nom de Montchamp-le-Grand[8] pour faire la distinction avec Montchamp-le-Petit, nom révolutionnaire attribué à la commune voisine de Saint-Charles-de-Percy. Cette appellation a perduré jusqu'en 1856, lorsque la commune reprit son nom d'origine[8].

Le gentilé est Molicampien.

Histoire[modifier | modifier le code]

Lors de la bataille de Normandie, en 1944, Montchamp est libéré le 4 août par le 1st Welsh Guards, une unité de la Guards Armoured Division[9].

Le , Montchamp intègre avec treize autres communes la commune de Valdallière[10] créée sous le régime juridique des communes nouvelles instauré par la loi no 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales. Les communes de Bernières-le-Patry, Burcy, Chênedollé, Le Désert, Estry, Montchamp, Pierres, Presles, La Rocque, Rully, Saint-Charles-de-Percy, Le Theil-Bocage, Vassy et Viessoix deviennent des communes déléguées et Vassy est le chef-lieu de la commune nouvelle.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Coupé ondé : au premier d'argent semé de trèfles de sinople, au second d'azur plain ; au chef denché de gueules plain[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
 ? juin 1944[12] Henry Morel    
 ? mars 2001 Robert Morel    
mars 2001[13] décembre 2015 Gilles Faucon[14] SE Enseignant
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal était composé de quinze membres dont le maire et deux adjoints[15]. Ces conseillers intègrent au complet le conseil municipal de Valdallière le jusqu'en 2020 et Gilles Faucon devient maire délégué.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune comptait 605 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2008, 2013, 2018, etc. pour Montchamp[16]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2]. Montchamp a compté jusqu'à 1 164 habitants en 1806.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 059 1 045 1 164 1 086 1 047 1 052 1 023 1 059 1 041
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
981 937 930 945 931 885 837 839 831
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
811 831 783 696 726 720 685 683 619
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
611 606 523 508 523 521 545 598 605
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin des XVIe et XIXe siècles. Elle abrite trois tableaux du XVIIIe siècle classés à titre d'objets aux Monuments historiques[18].
  • Monument de la Résistance, à la mémoire de victimes des nazis, érigé sur la commune et inauguré en 1953 par le général de Gaulle.
  • Une « grotte de Lourdes », aménagée par l'abbé Hamon à la suite de la guérison miraculeuse d'un de ses paroissiens à Lourdes, est inaugurée en 1908[19].

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de la Belgique Trois-Ponts (Belgique)[20].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Antoine Chevalier (1523-1572), né à Montchamp, hébraïste français.
  • Henri Schuh (mort en 1946), résistant.
  • Marcel Oblin (secrétaire de mairie), résistant.
  • Louise Oblin (femme de Marcel Oblin), résistante.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2014.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distance orthodromique selon le site Lion 1906
  2. « Pluviométrie interannuelle. Normale 1970-2000 » (consulté le 10 juin 2016) (archive Wikiwix du site www.basse-normandie.ecologie.gouv.fr)
  3. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  4. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris/Montréal, Sélection du Reader's Digest/Larousse,
  5. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France. 2. Formations non-romanes ..., Volume 2, Librairie Droz 1991, p. 962.
  6. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Presses Universitaires de Caen, 1996 (ISBN 2-905461-80-2)
  7. Comme l'indiquent d'une part, l'utilisation d'un appellatif roman -champ et d'autre part, le mode de composition : nom de personne + appellatif, caractéristique de la France du nord et probablement lié à l'influence germanique. Cf. François de Beaurepaire (préf. Marcel Baudot), Les Noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, Paris, A. et J. Picard, 1981, 221 p. (ISBN 2-7084-0067-3) (OCLC 9675154), pp. 26 - 27 - 28 -29 - 30 - 31.
  8. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. « Montchamp (14 Calvados) Monuments et vestiges », sur normandie44lamemoire.com, 1944 la bataille de Normandie, la mémoire (consulté le 10 juin 2016)
  10. « Recueil des actes administratifs du 16 octobre 2015 », sur le site de la préfecture du Calvados (consulté le 19 octobre 2015).
  11. « GASO, la banque du blason - Montchamp Calvados » (consulté le 11 juillet 2011)
  12. « Recueillement en souvenir de la répression nazie », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 4 septembre 2014)
  13. « Gilles Faucon a été réélu maire pour un 2e mandat », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 4 septembre 2014)
  14. Réélection 2014 : « Gilles Faucon entame son 3e mandat », sur Ouest-france.fr (consulté le 9 avril 2014)
  15. « Montchamp (14350) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 4 septembre 2014)
  16. Date du prochain recensement à Montchamp, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  18. « Œuvres mobilières à Montchamp », base Palissy, ministère français de la Culture.
  19. Le Patrimoine des communes du Calvados, vol. 2, Paris, Flohic Éditions, (ISBN 2-84234-111-2), p. 1630
  20. Signature de la charte le 9 mai 2008 (La Voix - Le Bocage n°4495, 16 mai 2008)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :