Raymond Delamarre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Delamarre.
image illustrant un sculpteur image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un sculpteur français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Raymond Delamarre
Naissance
Décès
(à 95 ans)
Nom de naissance
Raymond Henri Philippe Delamarre
Nationalités
Activités
Maître
Distinctions

Raymond Delamarre[1], né le à Paris, et mort le , est un sculpteur et médailleur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève de Jules Coutan à l'école des beaux-arts de Paris, il fait partie de la génération d'artistes mobilisés par la Première Guerre mondiale : blessé en septembre 1914 et prisonnier en Bavière, il revient à Paris en 1919 et obtient le premier grand prix de Rome[2] pour son haut-relief, La Gloire ramène le Héros au foyer familial[3].

Il participe aux expositions internationales de 1925, 1931 et 1937, ainsi qu'à la décoration du paquebot Normandie avec un bas-relief, Les Arts et Monuments régionaux (1935).

Avec l'architecte Michel Roux-Spitz, on lui doit le Monument à la Défense du Canal de Suez, de nombreux monuments aux morts et des décorations publiques comme à l'hôtel-Dieu de Nantes, ou bien des statues pour le parvis du palais de Chaillot à Paris.

Le musée des Années Trente de Boulogne-Billancourt, ainsi que le musée d'Elbeuf, conservent plusieurs de ses œuvres.

Une exposition lui est consacrée en 2007 par la fondation Taylor, à Paris, dont il fut le président.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Né Raymond Henri Philippe Delamarre.
  2. Ex-æquo avec Alfred Janniot.
  3. La Gloire ramène le Héros au foyer familial, notice sur la base Cat'zArts.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, 1976, tome 3, page 451.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]