Abbaye d'Épagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Abbaye d'Épagne
Diocèse Diocèse d'Amiens
Fondation 1178
Cistercien depuis 1178
Dissolution 1745
Abbayes-filles aucune
Période ou style

Coordonnées 50° 04′ 23″ nord, 1° 52′ 23″ est
Pays Drapeau de la France France
Province Picardie Picardie
Département Somme
Commune Épagne-Épagnette

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye d'Épagne

Géolocalisation sur la carte : Somme

(Voir situation sur carte : Somme)
Abbaye d'Épagne

L'ancienne abbaye d'Epagne était située sur le territoire de la commune d'Épagne-Épagnette, dans le département de la Somme. C'était une abbaye de moniales cisterciennes fondée au XIIe siècle et désertée au XVIIIe siècle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

En 1178, Enguerrand de Fontaine, seigneur d'Épagne et sénéchal de Ponthieu, fonda un prieuré[Note 1] de moniales cisterciennes et la dota de tous les biens qu'il possédait à Épagne avec les moulins de Mautor, Cambron et Rouvroy, près d'Abbeville. Le prieuré fut vite transformé en abbaye sous l'abbatiat d'Albrea.

Dotations et conflits[modifier | modifier le code]

Isabelle de Ponthieu, fille du comte Guillaume III, fut élue abbesse en 1230 apportant avec elle une rente de 25 livres perpétuelle. En 1237, le comte Simon et la comtesse de Ponthieu firent don aux religieuses d'Épagne de 4 000 harengs à prendre sur la vicomté de Rue[1].

Des conflits surgirent entre l'abbaye et les habitants au sujet de la possession et de l'usage des marais. Jean de Belloy, seigneur d'Épagne parvint à apaiser les tensions en 1302.

Au Moyen Âge, l'abbaye possédait une partie de la seigneurie d'Épagne.

Disparition de l'abbaye[modifier | modifier le code]

Les guerres des XVe, XVIe et XVIIe siècles délabrèrent les bâtiments et provoquèrent le départ des moniales, en 1642, pour Abbeville au lieu-dit « Le Paraclet »[2].

En 1745, l'abbaye d'Epagne est réunie à l'abbaye de Willencourt, elle aussi transférée à Abbeville depuis 1662.

À la Révolution française, les biens de l'abbaye furent déclarés biens nationaux et vendus[2].

Vestiges[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Abbaye Notre-Dame de Willencourt.

Les Archives départementales de la Somme conservent un sceau de l'abbaye d'Epagne du XIIe siècle.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Florence Charpentier et Xavier Daugy, Sur le chemin des abbayes de Picardie, histoire des abbayes picardes des origines à nos jours, Amiens, Encrage Edition, 2008 (ISBN 978 - 2 - 911 576 - 83 - 6)
  • F. Mallet, « De quelques difficultés entre les seigneurs et les religieuses d'Epagne », in Bulletin de la Société d'émulation d'Abbeville, tome IV, 1897.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le prieuré était situé au lieu-dit : « Fontaine Saint-Aubin »

Références[modifier | modifier le code]

  1. Cartulaire du comté de Ponthieu, tome 2, publié et annoté par Ernest Prarond in Mémoires de la Société d'émulation d'Abbeville, Abbeville, 1897
  2. a et b Florence Charpentier et Xavier Daugy, Sur le chemin des abbayes de Picardie, histoire des abbayes picardes des origines à nos jours, Amiens, Encrage Edition, 2008.