Abbaye de La Ferté

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Abbaye de La Ferté
image de l'abbaye
Vue de l'ancien palais abbatial, actuel château de la Ferté

Diocèse Diocèse d'Autun, Chalon et Mâcon
Patronage Notre-Dame
Numéro d'ordre (selon Janauschek) II (2)[1]
Fondation 1113
Début construction 1113
Fin construction 1760
Dissolution 1791
Abbaye-mère Abbaye de Cîteaux
Lignée de La Ferté
Abbayes-filles Tiglieto Drapeau de l'Italie Italie
Lucedio Drapeau de l'Italie Italie
Maizières Drapeau de la France France
Barona Drapeau de l'Italie Italie
Giblet (de) Drapeau du Liban Liban
Congrégation ordre de Cîteaux
Période ou style Architecture classique (XVIIe et XVIIIe siècles)
Protection Logo monument historique Classé MH (1993, Palais abbatial)

Coordonnées 46° 40′ 12″ nord, 4° 49′ 09″ est[2]
Pays Drapeau de la France France
Province Duché de Bourgogne
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Commune Saint-Ambreuil
Site abbayedelaferte.com
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Abbaye de La Ferté
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne
(Voir situation sur carte : Bourgogne)
Abbaye de La Ferté
Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire
(Voir situation sur carte : Saône-et-Loire)
Abbaye de La Ferté

L’abbaye de La Ferté, ou abbaye de La Ferté-sur-Grosne, est une abbaye cistercienne, située à La Ferté-sur-Grosne, commune de Saint-Ambreuil, dans le département de Saône-et-Loire, en France.

Elle est la première des quatre abbayes filles de Cîteaux, avec Pontigny, Clairvaux et Morimond. Ces abbayes avaient un rôle de première importance dans l’organisation de l’Ordre de Cîteaux.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Age[modifier | modifier le code]

En 1113 l'abbé de Cîteaux Étienne Harding envoie le moine Philibert et quelques moines fonder la première abbaye fille de Cîteaux, sur des terres situées à environ 50 kilomètres au sud de Cîteaux, entre la forêt de Bragny et les marais de la Grosne ; l'établissement, qui bénéficie des libéralités de l'entourage des ducs de Bourgogne et de nombreux seigneurs, en particulier des Gros de Brancion, acquiert rapidement de l'importance.

Entre 1165 et 1166, l’abbaye se trouve au cœur de conflits qui opposent le duc de Bourgogne Hugues III aux comtes Gérard de Mâcon et Guillaume de Chalon. Les bâtiments conventuels sont reconstruits au XIIe siècle.

En 1362 le monastère est occupé par les bandes de Tard-Venus. L'ensemble est fortifié en 1415 avec une muraille percée d'une unique porte desservie par un pont-levis.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

En 1570, le système de défense s'avère impuissant à arrêter les troupes protestantes de l'amiral Gaspard II de Coligny, qui mettent le feu à l'abbaye dont seuls subsistent l'église, la sacristie, la salle capitulaire et une pièce voisine.

En 1574, l'abbé François de Beugre obtient l'autorisation de vendre des terres pour payer les frais de reconstruction. Les travaux sont entrepris fin XVIe siècle par le successeur de François de Beugre, Yves Sauvageot, qui rebâtit le dortoir et orne l'église.

En 1682, l'abbé Claude Petit poursuit cette œuvre en édifiant le logis abbatial et le cloître, tandis que les fortifications sont détruites et les fossés comblés.

Vers 1760, l'abbé François Filzjean de Chemilly fait réaliser de nouveaux travaux, dont l'avant-corps central du logis abbatial, avec un fronton orné de ses armes.

À la fin XVIIIe siècle le dernier abbé, Antoine-Louis Desvignes de la Cerve, confie la décoration intérieure à l'architecte chalonnais Rameau à qui il octroie une pension ; le sculpteur Guillaume Boichot y intervient également[3]. Au début de la Révolution française, l'abbaye n'abrite plus que quatorze moines et les bâtiments sont en partie occupés par des ouvriers et le personnel, en partie féminin, de la filature de coton installée dans les dépendances.

En 1791 l'abbaye est désaffectée et vendue comme bien national à Jean-Marie et Joseph Passaut, de Sennecey-le-Grand, qui le revendent, en se réservant la moitié des matériaux provenant de la démolition de l’église et des bâtiments occupant deux des côtés du quadrilatère que cerne le cloître, à Jean-Baptiste Humblot, député de l’Assemblée nationale ; le bâtiment situé à l’ouest, à savoir le logis abbatial, est laissé à l’acquéreur. Ce logis abbatial, seule partie subsistante de l'abbaye, et dont la plus grande partie date du XVIIIe siècle, devient le Château de la Ferté de Saint-Ambreuil.

Epoque contemporaine[modifier | modifier le code]

Au XXe siècle, le baron A. Thénard, descendant du chimiste Louis Jacques Thénard, hérite du château de La Ferté par sa femme[4] ; le château est classé au titre des monuments historiques depuis 1993[5].

Architecture et description[modifier | modifier le code]

Plan de l'abbaye de La Ferté dans : Lucien Bégule, L'abbaye de Fontenay et l'architecture cistercienne, 1912, p. 91.

Filiation et dépendances[modifier | modifier le code]

La Ferté est une des quatre premières filles de l'abbaye de Citeaux. Elle a de nombreuses filles en Italie, en Grèce au Liban et en France l'Abbaye de Maizières.

Liste des abbés[modifier | modifier le code]

  • 1113-1117 : Philibert
  • 1117-1123 : Obizon
  • 1123-1132 : Pierre Ier de Tarentaise
  • 1132-1171 : Barthélémy I
  • 1171-1178 : Guillaume I
  • 1178-1194 : Hervé de Faverney
  • 1194-1199 : Bruno I
  • 1199-1203 : Guillaume II
  • 1203-1206 : Nicolas
  • 1206-1208 : Eudes
  • 1208-1230 : Pierre II
  • 1230-1232 : Simon
  • 1232-1233 : Boniface
  • 1233-1233 : Vincent
  • 1233-1234 : Guillaume III
  • 1234-1239 : Robert
  • 1239-1266 : Barthélémy II
  • 1266-1276 : Jean I
  • 1276-1285 : Gérard
  • 1285-1297 : Rufin
  • 1287-1317 : Pierre III de Montcalier
  • 1317-1321 : Huges
  • 1321-1341 : Jean II de Marcilly
  • 1341-1346 : Bruno II
  • 1346-1357 : Durand de Marcilly
  • 1357-1371 : Claude I
  • 1371-1385 : Pierre IV de Marcilly
  • 1385-1392 : Guy de Saint-Romain
  • 1392-1412 : Etienne I de La Chèze
  • 1412-1416 : Guillaume IV
  • 1416-1419 : Etienne II de Marcilly
  • 1419-1439 : Jean III de Beaune
  • 1439-1470 : Jean IV de Saint-Pierre
  • 1470-1506 : Claude II de Dinteville
  • 1506-1549 : Antoine Ier de Vienne
  • 1549-1567 : René Dantoncour
  • 1567-1569 : Élzéar de Rastel
  • 1569-1574 : Louis de Breschard
  • 1574-1600 : François I de Beugre
  • 1600-1655 : Yves Sauvageot
  • 1655-1677 : Pierre V Bouchu
  • 1677-1710 : Claude III Petit
  • 1710-1725 : Jean-Marie Vernois de Montjournal
  • 1725-1733 : Jean-Charles Descrivieux
  • 1733-1761 : François II Filzjean de Chemilly
  • 1761-1783 : François III Claude-Gaspard de Cannablin
  • 1783-1791 : Antoine II Louis Desvignes de La Cerve[6]

.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (la) Leopold Janauschek, Originum Cisterciensium : in quo, praemissis congregationum domiciliis adjectisque tabulis chronologico-genealogicis, veterum abbatiarum a monachis habitatarum fundationes ad fidem antiquissimorum fontium primus descripsit, t. I, Vienne, Vindobonae, , 491 p. (OCLC 186901922, lire en ligne), p. 3 & 4.
  2. Relevée sur Google Maps
  3. Didier Lardy, « La sculpture monumentale de Guillaume Boichot, 1735-1814 dans les années 1770 en Bourgogne », dans Gazette des Beaux-Arts, n° 130, septembre 1997, p. 1544.
  4. Lucien Taupenot, « Quand le chimiste Thénard rêvait de La Ferté », dans Images de Saône-et-Loire, n° 129, mars 2002, p. 23.
  5. Notice no PA00113415, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  6. Gaëtan Guillot et Antonin Amic, « Le dernier abbé de La Ferté-sous-Grosne : Antoine-Louis Desvignes de la Cerve (1730-1793) », dans Revue Mabillon, 1907 p. 239-263, p. 357-389.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Duby, Recueil des pancartes de l'abbaye de la Ferté-sur-Grosne : 1113-1178, Gap, Gap, éditions Ophrys, , 260 p. (OCLC 6245700) (voir la recension de Georges Tessier, « Georges Duby — Recueil des pancartes de l'abbaye de La Ferté-sur-Grosne (1113-1178) », dans Bibliothèque de l'école des chartes, vol. 113, n° 1, 1955, p. 218-220 Lire en ligne.
  • Marlène Hélias-Baron, « Chronologie des quatre premières filles de Cîteaux », Hypothèses, Publications de la Sorbonne, vol. 7, no 1,‎ , p. 181-194 (ISBN 285944503X, ISSN 1298-6216, résumé, lire en ligne).
  • Martine Portelli, « Les manuscrits du douzième siècle produits par l'abbaye de La Ferté-sur-Grosne, première fille de Cîteaux », dans Scriptorium, vol. 57, n° 1, 2003.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]