Abbaye de Saint-Michel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Abbaye Saint-Michel et Saint-Michel.
Abbaye de Saint-Michel en Thiérache
Image illustrative de l'article Abbaye de Saint-Michel
Présentation
Culte Catholique romaine
Type Abbaye
Rattachement Diocèse de Soissons
Style dominant Gothique et Classique
Protection Logo monument historique Classé MH (1862)
Logo monument historique Classé MH (1889)
Logo monument historique Classé MH (1951)
 Inscrit MH (1927)
 Inscrit MH (2010).
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Aisne
Ville Saint-Michel
Coordonnées 49° 55′ 39″ nord, 4° 08′ 05″ est

Géolocalisation sur la carte : Aisne

(Voir situation sur carte : Aisne)
Abbaye de Saint-Michel en Thiérache

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye de Saint-Michel en Thiérache
Le chœur

L'abbaye de Saint-Michel ou abbaye de Saint-Michel en Thiérache est une abbaye bénédictine située à Saint-Michel, dans la Thiérache, une région de l'Aisne.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première chapelle fut fondée en 693 à l'initiative d'Ursmer.

L'ensemble abbatial actuel, qui comprend l'église, le cloître et des bâtiments annexes, remonte au XIIe siècle. L'abbaye a connu, depuis sa création, diverses reconstructions. Le transept et le chœur de l'église, ainsi que les baies de la salle capitulaire sont de style gothique et datent de la fin du XIIe siècle.

L’abbatiale Saint-Yved de Braine, près de Soissons, imita le style de celle de Saint-Michel, en particulier pour les deux paires d’absidioles posées obliquement par rapport au chœur et à l’abside, ainsi que pour la grande rose à rayon du croisillon nord.

Au début du XVIIe siècle, l'abbé Jean-Baptiste de Mornat, prêtre d'origine vénitienne arrivé en France dans la suite de Marie de Médicis, aumônier et conseiller des rois Henri IV et Louis XIII, restaure l'abbaye : la façade et la nef de style classique datent de son abbatiat.

L’abbaye fut réformée en 1661 par la congrégation bénédictine de Prémontré de l’Antique Rigueur.

Après un incendie en 1715, les bâtiments monastiques autour du cloître furent reconstruits.

L'abbaye bénéficie de multiples protections au titre des monuments historiques acquises aux XIXe et XXe siècles[1]: classement par la liste de 1862 pour le chœur de l'église, classement du transept en 1889, classement du cloître et de la cour intérieure en 1951, inscription des autres parties de l'abbaye en 1927, inscription en 2010 de la nef de l'église, des façades, de l'enclos monastique, du réseau hydraulique et du logis de hôtes.

Abbés[modifier | modifier le code]

Église abbatiale[modifier | modifier le code]

Le chœur de l'église abbatiale, du XIIe siècle, est la partie la plus ancienne de l'abbaye. L'originalité de ce chœur réside dans le fait que les chapelles absidales sont implantées à 45° par rapport au centre de chœur. Au XVe siècle, les murs du chœur ont été revêtus de marbre. Derrière l'emmarchement du maître-autel, on peut voir la tombe de l'abbé Jean-Baptiste de Mornat, restaurateur de l'abbaye. La croisée du transept était surmontée à l'origine, par une tour-lanterne qui a été remplacée par une flèche en charpente recouverte d'ardoises.

Le bras nord du transept est éclairé par une grande rose de 7,15 mètres de diamètre hors-œuvre.

La nef présente des voûtes d'ogives dont les clés sont sculptées sont de figures de moines regardant vers le sol et dont la tête est orientée vers l'ouest. Au XVIIe siècle, la nef a été dotée d'un décor classique : grandes arcades en plein cintre, pilastres et chapiteaux ioniques des piles latérales...

Dans la nef, se trouve l'orgue de Jean Boizard, du début du XVIIIe siècle.

Œuvres et objets remarquables[modifier | modifier le code]

Cloître
  • Un ensemble exceptionnel de peintures murales racontant la vie de saint Benoît datant du XVIe siècle a été mis au jour dans la galerie nord du cloître et a fait l'objet d'une restauration.
  • L'église abrite en outre depuis 1714 un orgue remarquable, l'orgue historique de Jean Boizard, classé monument historique en 1950. D'après le chercheur Alain Gigot, l'église avait été classée dès 1837 et inscrite à l'Inventaire supplémentaire des monuments historiques en 1927.

Un festival de musique et de chant y est organisé chaque année en juin et juillet.

Artistes et musiciens célèbres[modifier | modifier le code]

Beaucoup d'artiste se sont produit et cela depuis de nombreuses années dans le cadre remarquable de l'abbaye et de son orgue. Parmi eux on peut citer :

  • Anne-Sophie Mutter lors d'une série de concerts de solidarité y a joué de nombreuses pièces récentes accompagnée de jeunes solistes. Organisation :fondation Anne-Sophie Mutter (aide les jeunes du monde entier à débuter dans le métier). Anne-Sophie Mutter est venue avec l’Emiliani de 1703 un Stradivarius. La prestation avait bien failli être annulée suite à la sécurité exigée par la compagnie d'assurance et assurée par des agents du Conseil Général de l'Aisne (la conseil municipal de Saint Michel s'étant opposé à l'époque à financer une entreprise privée de sécurité uniquement pour la surveillance de l'instrument).

Incendie du 6 et 7 mai 1971[modifier | modifier le code]

Pendant la nuit un incendie provoqué probablement par un court-circuit s'est produit dans une aile de l'abbaye et se propagea dans les parties hautes de l'édifice et de l'abbatiale qui furent complètement détruites nécessitant une longue et coûteuse reconstruction.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cartulaire de Saint-Michel-en-Thiérache, éd. Amédée Piette. Vervins : Imprimerie du Journal de Vervins, 1883.
  • Alfred Desmasures. Histoire de Saint-Michel en Thiérache. Hirson : Imprimerie-librairie du Nord de la Thiérache, 1883.
  • Bulletin de la Société archéologique et historique de Vervins et de la Thiérache, Tome 6 (p. 134), 12 (p. 77) et 19 (p. 115).
  • Pierre Héliot, « L'abbatiale de Saint-Michel en Thiérache, modèle de Saint-Yved à Braine, et l'architecture gothique des XIIe et XIIIe siècles », Bulletin de la Commission royale des Monuments et des Sites, Commission royale des Monuments et des Sites, t. 2,‎ , p. 16-43 (lire en ligne)
  • Docteur Rousseau, Note sur le couvent et l'église de Saint-Michel-en-Thiérache, Saint-Quentin, Société académique des sciences, arts, belles-lettres, agriculture et industrie de Saint-Quentin, coll. « Mémoires », (lire en ligne), p. 282

Discographie[modifier | modifier le code]

Quelques enregistrements réalisés sur l'orgue de Boizard (1714).

  • Louis Couperin. L'œuvre d'orgue (Orgue Saint Michel-en-Thiérache). 1998.
  • Brossard, Daquin, Balbastre, Dandrieu, Lebègue. Une nuit de Noël (Orgue J. Boizard Saint Michel-en-Thiérache), 1998.
  • Louis-Antoine Dornel, Pièces d'orgue & Simphonies (Orgue J. Boizard à Saint Michel-en-Thiérache), 1999.
  • Lambert Chaumont, Pièces d'orgue (Orgue J. Boizard à Saint Michel-en-Thiérache), 1999.
  • Jean-Adam Guilain, Quatre suites pour le Magnificat (Orgue J. Boizard à Saint Michel-en-Thiérache), 2000.
  • Jean-Claude Daquin, Œuvres complètes (orgue J. Boizard à Saint Michel-en-Thiérache), 2003.
  • Nicolas Lebègue, Pièces d'orgue et motets (orgue Jean-Boizard à Saint Michel-en-Thiérache), 2005.
  • Guillaume-Gabriel Nivers, Messe, Suites et Motets (orgue J. Boizard Saint-Michel-en-Thiérache), 2006.
  • Michel Corrette, Concertos pour orgue & Noëls (Orgue J. Boizard Abbaye de Saint-Michel-en-Thiérache), 2008.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :