Carta Caritatis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Carta Caritatis (en français : Charte de charité et d’unanimité) est un bref document latin du XIIe siècle qui est fondateur de l’ordre de Cîteaux, en ce sens qu’il définit l’organisation interne et la forme de gouvernement que l’Ordre cistercien s’est donné. L’auteur en est le troisième abbé de Cîteaux, Etienne Harding. Ce texte constitutionnel est encore au XXIe siècle le document de référence pour l'organisation de l’Ordre cistercien. Elle ne remplace pas la règle de saint Benoît.

Origine et objectif[modifier | modifier le code]

Robert de Molesme est le fondateur de l’abbaye de Cîteaux en 1098. Il est cependant rappelé dans son ancien monastère, Molesme vers 1100. Albéric, son successeur, établit les normes et la régularité de la vie monastique à Cîteaux.

Avec le début de l’essaimage (premières fondations en 1113 et 1114), Etienne Harding, abbé de Cîteaux depuis 1108, met au point ce texte, la Carta Caritatis, qui règle les relations entre les abbayes de l’ordre monastique qui s’organise progressivement.

Le document[modifier | modifier le code]

Contenu[modifier | modifier le code]

Le bref document, fondé sur la règle de saint Benoît, est constitué de trente articles (ou « statuts ») qui structurent de façon organique les relations entre les abbayes affiliées à l’ordre de Cîteaux. C’est-à-dire :

  • Le soutien et service mutuel entre les abbayes, au matériel comme au spirituel (charité et unanimité).
  • Le système de filiation entre les abbayes-mères (abbayes fondatrices) et abbayes-filles (abbayes fondées).
  • Le chapitre général rassemblant annuellement tous les abbés de l’ordre ; sa régularité annuelle (aux environs de la fête de la Sainte-Croix ; 14 septembre). L’abbé de Cîteaux préside le chapitre général qui est cependant la tête effective de l’ordre.
  • Le système de visite annuelle que les abbés doivent faire aux abbayes fondées par leur propre abbaye.
  • Cîteaux, abbaye-mère de toutes les autres, doit également être soumise à la visite annuelle (par les abbés des quatre premières fondations).

Élaboration[modifier | modifier le code]

Un premier texte de 1114 (quelques articles) est discuté avec les abbés des premières fondations (La Ferté et Pontigny). Il est révisé et amplifié par les chapitres généraux de 1115 à 1119 (auxquels participent déjà douze abbés).

Le texte de 1119 qui est appelé Carta caritatis (prior) est approuvé par le pape Calixte II le , lors de son passage à Saulieu (bref Ad hoc in apostolici).

Histoire[modifier | modifier le code]

À la demande du chapitre général de 1151 la Carta caritatis est confirmée à nouveau par le pape Eugène III, lui-même moine cistercien (et disciple de Saint Bernard), en 1152. L’ordre entreprend ensuite d'arrêter un nouveau texte définitif incorporant les statuts promulgués après la mort d'Etienne Harding. C’est la Carta Caritatis (posterior), qui a encore aujourd’hui force de Constitution pour l’ordre cistercien.

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean de la Croix Bouton, Jean-Baptiste Van Damme : Les plus anciens textes de Cîteaux: sources, textes et notes historiques, Achel (Belgique), 1974.
  • A. Dimier : A propos de la charte de charité: Cîteaux et Chalais, dans Collectanea Ordinis Cisterciensium Reformatum, vol.8, 1946, pp. 241-256.