Prieuré de Moreaucourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Prieuré de Moreaucourt
Le prieuré de Moreaucourt en 2016
Le prieuré de Moreaucourt en 2016

Ordre Ordre de Fontevraud
Abbaye mère Abbaye de Fontevraud
Fondation 1146
Fermeture 1635
Diocèse Amiens
Fondateur Aleaume d'Amiens
Protection  Inscrit MH (1926)[1]
Localisation
Emplacement L'Étoile (Somme)
Pays Drapeau de la France France
Coordonnées 50° 00′ 45″ nord, 2° 03′ 34″ est[2]

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Prieuré de Moreaucourt

Géolocalisation sur la carte : Somme

(Voir situation sur carte : Somme)
Prieuré de Moreaucourt

Le prieuré de Moreaucourt, parfois orthographié Moréaucourt (on trouvait aussi autrefois Moriaucourt) était un prieuré de moniales appartenant à l'Ordre de Fontevraud situé sur le territoire de la commune de L'Étoile dans la Somme en Picardie, fondé en 1146 et disparu à la Révolution française.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le prieuré de Moreaucourt fut fondé en 1146 par Aleaume d'Amiens, seigneur de Flixecourt et de L'Étoile avant son départ pour la croisade avec le roi Louis VII. Il abritait une communauté de moniales de l'ordre de Fontevraud. Une certaine Mathilde en fut la prieure.

Une bulle du pape Alexandre III du confirma donations et privilèges. Le prieuré reçut des donations importantes comme celles du comte Simon de Ponthieu ou du châtelain de Péronne. Il s'agrandit en 1228.

Le prieuré fut détruit à plusieurs reprises : 1455, 1475, 1492, 1522, 1595... À chaque fois, il fut reconstruit.

En 1628, Jeanne-Baptiste de Bourbon, future abbesse de Fontevraud, passa par Moreaucourt, la prieure étant Marie Cornet.

En 1636, après une série de décès suspects et pour fuir les invasions espagnoles, les religieuses de Moreaucourt se fixèrent définitivement à Amiens, utilisant des matériaux de Moreaucourt pour construire leur nouveau monastère situé à l'emplacement de l'actuelle bibliothèque Louis Aragon. Le prieuré de Moreaucourt entra alors dans l'oubli.

Sauvetage des ruines[modifier | modifier le code]

En 1926, les ruines du prieuré sont protégées au titre des monuments historiques : inscription par arrêté du 18 mai 1926[3].

En 1967, elles furent redécouvertes par Gérard Cahon, professeur d’arts plastiques, accompagné de quelques-uns de ses élèves de l’école de La Salle à Amiens, puis des fouilles archéologiques furent entreprises de 1968 à 1991. La Communauté de communes du Val de Nièvre et environs est propriétaire du prieuré de Moreaucourt. Le site est géré par l'association Les Amis de Moreaucourt, il est ouvert au public sous certaines conditions.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gérard Cahon, 35 ans de recherches sur Moreaucourt, Les Amis de Moreaucourt, 2005.
  • Aurélie Deaubonne, Le Prieuré de Moreaucourt 1146-1455, mémoire de maîtrise, Université de Picardie Jules Verne, 2002
  • Cécile Delannoy, Le Prieuré de Moreaucourt, étude d'un monastère fontevriste en Picardie (1455-1635), mémoire de maîtrise, Université de Picardie Jules Verne, 2002.
  • Société des antiquaires de Picardie. Fondation Edmond Soyez, La Picardie historique et monumentale. tome 1.arrondissement d'Amiens, Amiens, Imprimerie Yvert et Tellier, 1893-1899, 60 p. (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]